Drones : De plus en plus de restrictions // UAVs : More and more restrictions

Aujourd’hui, les drones connaissent une popularité croissante, aussi bien comme simples jouets que pour des applications plus sérieuses, voire professionnelles. De nombreux reportages télévisés sont réalisés à l’aide de drones, avec de superbes résultats qui donnent envie à Monsieur tout le monde de posséder lui aussi un drone pour réaliser des images d’une aussi belle qualité. C’est là que le bât blesse car on ne peut pas faire tout et n’importe quoi avec un drone.

Comme le fait remarquer la revue « Que choisir » sur son site web, que ce soit sur les emballages ou sur les notices d’utilisation, les fabricants s’étendent rarement sur ce que l’on peut faire ou non avec un drone. Pourtant, pour des questions de sécurité et de respect de la vie privée, plusieurs règles sont à respecter. Voici une énumération des principales :

Pour des questions de sécurité évidentes, il est interdit de faire voler un drone dans les villes et les villages. Il est également interdit de le faire évoluer à proximité des aérodromes, aéroports, héliports et dans des espaces aériens spécifiquement réglementés (près des centrales nucléaires et au-dessus de terrains militaires, de monuments historiques ou encore de réserves naturelles et parcs nationaux). Des autorisations spéciales peuvent toutefois être accordées par la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC).

Il est interdit de survoler des personnes afin d’éviter tout risque d’accident en cas de chute de l’appareil.

Il est interdit de voler à plus de 150 mètres du sol afin d’éviter tout risque d’insertion dans des couloirs aériens. Cette hauteur peut parfois être limitée à 100, 60, 50 voire 30 mètres.

Il est obligatoire de garder son drone à portée de vue et le pilote doit pouvoir interrompre le vol à tout moment.

Il est possible de piloter un drone hors vue en utilisant des lunettes de vol en immersion. Dans ce cas, le drone doit impérativement peser moins de 2 kilos et évoluer à moins de 50 mètres de hauteur et à une distance horizontale maximale de 200 mètres. Une seconde personne doit aussi être présente.

Il est interdit de piloter un drone depuis un véhicule en déplacement.

Les prises de vues aériennes peuvent être réalisées à l’aide d’un drone uniquement dans le cadre du loisir ou de la compétition. Il et interdit d’exploiter les photos et vidéos réalisées à l’aide d’un drone à titre commercial (article 3 de l’arrêté no 0298 du 24 décembre 2015), sans autorisation spécifique.

Conformément à la loi no 78-17 du 6 janvier 1978, toute personne filmée doit en être informée. Diffuser des images d’une personne sans son consentement n’est possible qu’à condition que ni lui ni son espace privé ne soit reconnaissable.

Depuis le 26 décembre 2018, les drones de 800 grammes et plus doivent être enregistrés par leur propriétaire sur le portail Alpha Tango. Leurs pilotes devront avoir suivi la formation en ligne gratuite dispensée sur ce même site ou une autre formation reconnue comme équivalente par la DGAC. À la fin de cette formation, les pilotes se verront remettre une attestation qu’ils devront pouvoir présenter en cas de contrôle.

Un blogonaute m’a récemment proposé de mettre en ligne une vidéo réalisée à l’aide d’un drone pendant l’éruption du Piton de la Fournaise sur l’île de la Réunion. Or, un ami qui habite l’île s’est vu refuser la diffusion d’une vidéo semblable car l’utilisation des drones est interdite dans l’Enclos dont l’accès était alors interdit pour des raisons de sécurité. J’ai expliqué au blogonaute que la diffusion d’une telle vidéo réalisée sans autorisation spéciale risquerait de mettre en difficulté le propriétaire du drone.

A toutes fins utiles, il faut savoir aussi que les drones sont interdits dans tous les parcs  nationaux aux Etats Unis. J’ai l’exemple d’un touriste qui s’est obstiné à utiliser un drone depuis la terrasse du Jaggar Museum sur le volcan Kilauea à Hawaii. Il a passé outre la demande des rangers de ne pas utiliser son appareil qui lui a été confisqué et il a dû payer une amende. La diffusion d’une vidéo réalisée à l’aide d’un drone sans autorisation spéciale dans un de ces parcs risque de mettre en difficulté le propriétaire du drone.

Certains vont me rétorquer qu’ils ont utilisé des drones sans problème en République Démocratique du Congo, en Tanzanie, en  Indonésie ou en Ethiopie. Il est possible que la loi – si elle existe – concernant l’utilisation des drones soit moins stricte dans ces pays…

——————————————

Today, Unmanned Aerial Vehicles (UAVs) or drones are becoming increasingly popular, both as simple toys and for more serious and professional applications. Many television reports are made using drones, with great results that make m   any people want to be able to shoot hjgh quality images. This is where the rub is because you can not do anything and everything with a drone.
As noted by the French magazine « Que Choisir » on its website, whether on packaging or user manuals, manufacturers rarely explain what can be done or not with a drone. However, for security and privacy reasons, several rules must be respected. Here is a list of the main ones:

For obvious security reasons, it is forbidden to fly a drone in towns and villages. It is also forbidden to make it fly near aerodromes, airports, heliports and in specifically regulated airspace (near nuclear power plants and over military grounds, historical monuments or even nature reserves and national parks). Special authorizations may, however, be granted by the General Directorate of Civil Aviation (DGAC).

It is forbidden to overfly people in order to avoid any risk of accident in case of fall of the device.

It is forbidden to fly more than 150 metres from the ground to avoid any risk of insertion in air corridors. This height can sometimes be limited to 100, 60, 50 or even 30 metres.
It is mandatory to keep your drone in sight and the pilot must be able to stop the flight at any time.

It is possible to fly a drone out of sight using immersive flight goggles. In this case, the drone must imperatively weigh less than 2 kilos and fly less than 50 metres in height and at a maximum horizontal distance of 200 metres. A second person must also be present.

It is forbidden to drive a drone from a vehicle on the move.

Aerial photography can be done using a drone only for recreation or competition. It is forbidden to exploit the photos and videos made using a drone for commercial purposes (Article 3 of Order No. 0298 of 24 December 2015), without specific authorization.

In accordance with Law No. 78-17 of 6 January 1978, every person filmed must be informed. Disseminating images of a person without his consent is possible only if neither he nor his private space is recognizable.

Since December 26th, 2018, drones of 800 grams and more must be registered by their owner on the portal Alpha Tango. Their pilots must have taken the free online training provided on the same site or another training recognized as equivalent by the DGAC. At the end of this training, pilots will be issued with a document asserting that they must be able to present in case of control.

A blogonaut recently asked me if I could release a video shot using a drone during the eruption of Piton de la Fournaise on Reunion Island. However, I had heard that a friend of mine who lives on the island had been denied the authorisation to broadcast of a similar video because the use of drones is prohibited in the Enclos, which was closed for security reasons. I explained to the blogger that the release of a video made without a special authorization could cause problems to the owner of the drone.

For all practical purposes, it should be known that drones are prohibited in all national parks in the United States. I have the example of a tourist who stubbornly used a drone from the Jaggar Museum’s terrace on Kilauea volcano in Hawaii. He ignored the rangers’ request; the device was confiscated and he had to pay a fine. Broadcasting a video made using a drone without special authorization in one of these parks may put the owner of the drone in difficulty.
Some will say that they have used drones without problems in the Democratic Republic of Congo, Tanzania, Indonesia or Ethiopia. It is possible that the law – if it exists – concerning the use of drones is less strict in these countries …

Photos: C. Grandpey

Quand la mer monte… // When the sea rises

Je viens d’effectuer un bref séjour sur la côte atlantique, histoire de profiter du temps exceptionnellement beau et chaud qui règne actuellement sur la région. J’adore l’océan en dehors des périodes touristiques quand on peut faire une halte où l’on veut, sans rencontrer la famille braillard à chaque coin de sentier de randonnée.

Février, c’est aussi l’époque où les mimosas sont en fleur et embaument le paysage. J’avais choisi de me rendre sur le littoral ces derniers jours car le coefficient de marée se situait autour de 115, ce qui permettait de voir jusqu’où montait la mer par temps calme – il n’y avait pas de vent – et imaginer quel effet érosif elle peut avoir sur les plages au moment des tempêtes.

La situation est inquiétante et, comme je l’ai indiqué dans une note précédente, le Préfet de la région Nouvelle-Aquitaine a été contraint de promukguer des décrets d’interdiction d’accès à certaines portions du littoral, en particulier au Cap Ferret, entre « Chez Hortense » et la Plage de la Pointe.

En parcourant la côte, on comprend facilement ce qui va se passe dans les prochaines années avec la hausse prévue du niveau de l’océan. Les photos que j’ai eu l’occasion de prendre ne laissent pas le moindre doute. En plus, cette partie du littoral atlantique est soumise à de très forts courants, ce qui n’arrange rien. Il suffit de voir à quelle distance de la côte se trouvent les blockhaus datant de la Sonde Guerre mondiale.

Les employés de l’Office National des Forêts font tout leur possible pour protéger les dunes , en particulier en plantant des oyas et en demandant aux visiteurs de respecter la forêt, mais on sait parfaitement qu’à la fin, c’est l’océan qui aura le dernier mot…

Dans son rapport de 2016, l’Observatoire de la Côte Aquitaine prévoit un recul de la côte sableuse de respectivement 20 et 50 mètres en 2025 et 2050. Le précédent rapport de 2011 avançait un taux d’érosion du trait de côte de 1 à 3 mètres par an sur la côte sableuse. Aujourd’hui, la dernière actualisation conclut à une hausse globale de ces valeurs et fait état de reculs moyens de 2,5 mètres par an en Gironde et de 1,70 m par an dans les Landes. Sur la côte sableuse (de la Pointe du Médoc à l’embouchure de l’Adour), l’érosion chronique ainsi estimée est de l’ordre d’en moyenne 20 et 50 mètres respectivement pour les horizons 2025 et 2050. Il faut ajouter à cela un recul lié à un événement majeur en général de l’ordre de 20 mètres.

A l’horizon 2025, la superficie du littoral sableux exposé à l’aléa érosion s’élève à 10,9 km2, soit près de 991 terrains de football. En 2050, 20,6 km2 de littoral sableux seraient concernés, soit l’équivalent de 1873 terrains de football.

——————————————————-

I have just had a short stay on the Atlantic coast, enough to enjoy the exceptionally fine and warm weather that currently prevails in the region. I love the ocean outside tourist periods when you can make a stop where you want, without meeting boisterous families at every corner of a hiking trail.
February is also the time when mimosas are in bloom and perfume the landscape. I had chosen to go to the coast in recent days because the tidal coefficient was around 115, which made it possible to see how far the sea rises in calm weather – there was no wind – and imagine what erosive effect it can have on beaches during storms.
The situation is worrying and, as I indicated in a previous note, the Prefect of Nouvelle Aquitaine was forced to promote decrees prohibiting access to certain parts of the coast, in particular at Cap Ferret, between « Chez Hortense » and Plage de la Pointe.
While walking along the coast, it is easy to understand what will happen in the coming years with the expected rise in the level of the ocean. The photos I had the opportunity to take leave no doubt. In addition, this part of the Atlantic coastline is subject to very strong currents, which does not help. It suffices to see how far from the coast are the blockhouses dating from World War II.
National Forestry Office employees do their utmost to protect the dunes, especially by planting oyas and asking visitors to respect the forest, but we know perfectly well that in the end, the ocean will have the last word…
In its 2016 report, the Observatoire de la Côte d’Aquitaine predicts that the sandy coast will shrink by 20 and 50 metres respectively in 2025 and 2050. The previous report of 2011 predicted an erosion rate of the coastline between 1 and 3 metres per year on the sandy coast. Today, the latest update concludes with an overall increase in these values ​​and reports average retreats of 2.5 metres per year in the Gironde and 1.70 metres per year in the Landes. On the sandy coast (from the Pointe du Médoc to the mouthestuary of the Adour), the estimated chronic erosion is of the order of 20 and 50 metres on the 2025 and 2050 horizons, respectively. One should add another retreat related to a major event, in general of the order of 20 metres.
By 2025, the area of ​​the sandy coast exposed to erosion hazard is likely to amount to 10.9 square kilometres, or nearly 991 football fields. In 2050, 20.6 square kilometres of sandy coastline will be involved, the equivalent of 1873 football fields.

La côte souffre….

Les oyas essayent de retarder l’échéance…

Les blockhaus ont quitté leurs ancrages…

Les interdictions sont de plus en plus nombreuses…

Photos: C. Grandpey

Kilauea (Hawaii): Dernières nouvelles // Latest news

8 heures (heure française): L’événement majeur des dernières heures est une coulée de lave émise par la fracture n ° 8 et qui a traversé la Highway 132. Cette dernière est coupée entre le Lava Tree State Park et Four Corners, ce qui complique sérieusement l’accès à Lower Puna.
Un autre problème concerne l’alimentation électrique de ce secteur car la lave a endommagé ou détruit plus de 400 poteaux et autres équipements. Cela a provoqué une panne d’électricité dans la région de Vacationland et Kapoho Beach Lots qui sera sans courant pendant une longue période.

Comme je l’ai écrit dans ma note précédente, la zone touchée par l’éruption est interdite au public. La police a arrêté un couple originaire de New York qui n’a pas respecté cette interdiction. Lundi soir, le couple a contourné un point de contrôle sur la Highway132, stationné sa voiture près du Lava Tree State Monument (fermé au public lui aussi) et est entré « dans une zone où l’activité de coulée de lave était intense. »

La police a également dressé un procès-verbal au propriétaire d’un bateau pour défaut d’équipement de sécurité. Le bateau était amarré à la rampe d’accès de Pohoiki (interdite d’accès elle aussi) et était dans l’incapacité de retourner à Hilo.
La police indique que ces infractions peuvent entraîner de lourdes amendes parce qu’elles sont survenues lors d’une situation de catastrophe.
Source; Protection Civile et HVO.

°°°°°°°°°°

Dernière minute: La Police a ordonné une évacuation immédiate pour Noni Farms Road et Hale Kamahina Road à proximité de la Highway132, dans le secteur de la borne Mile 5 en raison du risque présenté par une coulée de lave. Cette décision concerne toutes les habitations et toutes les entreprises situées le long de la Highway 132 au niveau de la borne Mile 5 et dans les environs immédiats.
Des centres d’hébergement sont ouverts au Pahoa Community Center, au Kea‘au Community Center et à la Sure Foundation Church.

°°°°°°°°°°

20 heures (heure française): Le HVO indique dans sa dernière mise à jour que la fracture n° 8 a continué à faire jaillir de hautes fontaines de lave tout au long de la nuit de mardi à mercredi matin, avec des hauteurs dépassant parfois 60 mètres, avec la présence de nombreuses fontaines secondaires atteignant 20 mètres de hauteur. Ces fontaines continuent d’alimenter une coulée de lave qui descend le long de la Highway 132. La vitesse de progression de la lave s’est accélérée mardi en fin de journée et en début de journée mercredi, à raison d’environ 600 mètres par heure. La coulée s’est dirigée vers le nord de la Highway 132 à proximité de Noni Farms Road et de Halekamahina Road, en empruntant une descente plus abrupte qui pourrait la conduire jusque dans le secteur de Four Corners.
La coulée émanant de la fracture n° 18 est active et descend vers la Highway 137 à moins de 100 mètres à l’heure.
Une activité sporadique est également observée sur les fractures n° 7 et n° 15.
Des cheveux de Pele provenant de la fontaine de lave de la fracture n° 8 retombent à l’ouest de cette dernière et jonchent le sol dans les Leilani Estates.
Des panaches de cendre sortent par intermittence de l’Overlook Crater au sommet du Kilauea, mais aucun événement explosif n’a été enregistré depuis mardi matin.
Source: HVO.

°°°°°°°°°°

22h30 (heure française): Nouvelles évacuations. La zone d’évacuation de Lower Puna vient d’être étendue en urgence le matin du 30 mai (heure locale) et inclut désormais les subdivisions côtières de Vacationland et Kapoho Beach Lots car la lave se trouve à moins de 1,5 km de la dernière route d’accès de la région.
La police a fait du porte-à-porte pour avertir les habitants que s’ils ne partaient pas immédiatement, ils risquaient d’être isolés si la lave traversait la Highway 137 près de l’intersection connue localement sous le nom de Four Corners. L’opération d’évacuation s’est achevée vers 2h30 du matin. La Highway137 a été mise à sens unique afin de faciliter l’écoulement du trafic au moment de l’opération d’évacuation.
Beaucoup de maisons de Vacationland et Kapoho Beach Lots sont des locations de vacances, et la Protection Civile avertit les habitants depuis plus d’une semaine qu’ils doivent se tenir prêts à évacuer dans un délai très bref.
Source: Protection Civile.

————————————————-

8:00 a.m. (French time): The major event of the past hours is that a lava flow emitted by Fissure n° 8 has crossed Highway 132 which is closed from Lava Tree State Park to Four Corners.

Another problem concerns the power supply in the Lower Puna area as lava damaged or destroyed more than 400 poles and other equipment in the area. This caused a power outage in the Vacationland and Kapoho Beach Lots area. The area will be without power over an extended period of time.

As I put it in my previous post, the area affected by the eruption is off limits to the public. The police has arrested a New York state couple for allegedly violating park closure and evacuation orders in an active lava zone. The couple on Monday night bypassed a security check-point on Highway 132, parked near the closed Lava Tree State Monument and walked “into an area of intense active lava flow.”

Officers also cited a boat owner for boat safety equipment violations after the boat was tied up at the closed Pohoiki Boat Ramp and was unable to return to Hilo.

The police said that all of the citations issued on Monday can carry high penalties because they happened during a disaster situation.

Source; Civil Defense & HVO.

°°°°°°°°°°

Last minute : The Hawaii Police Department has ordered a MANDATORY EVACUATION for Noni Farms Road and Hale Kamahina Road off of Hwy 132, around the 5-mile marker due to lava inundation. This notice affects all residents and businesses in Hwy 132 at the 5-mile marker and immediate surrounding area.

Shelters are open at the Pahoa Community Center, Kea‘au Community Center and the Sure Foundation Church.

°°°°°°°°°°

8:00 p.m. (French time): HVO indicates in its latest update that Fissure 8 maintained high fountains throughout Tuesday night and into Wednesday morning, with sustained heights exceeding 60 metres and the presence of multiple secondary fountains that reached to 20 metres. This fountaining continues to feed a lava flow that moves downslope along Highway 132. Advance rates accelerated late Tuesday and early Wednesday, reaching approximately 600 metres per hour. The flow moved north of Highway 132 in the vicinity of Noni Farms Road and Halekamahina Road, advancing along a steepest descent path that could take the flow to the Four Corners area.
Fissure 18 flow also remained active, moving downslope toward Highway 137 at rates of less than 100 metres per hour.

Sporadic bursts of activity are also observed at Fissures 7 and 15.
Pele’s hair from lava fountaining at Fissure 8 is falling to the west of the fissure and accumulating on the ground within Leilani Estates.

Ash continues to erupt intermittently from the Overlook Crater, at Kilauea’s summit, but no small explosive events have been recorded since Tuesday morning.

Source: HVO.

°°°°°°°°°°

10:30 p.m. (French time): New evacuations. The evacuation area in Lower Puna was abruptly expanded early in the morning of may 30th (local time) to include the coastal subdivisions of Vacationland and Kapoho Beach Lots as lava approached to within 1.5 km of the last access road into the area.

Police went door-to-door in those subdivisions to warn residents that if they did not leave immediately, they could become isolated if lava crossed Highway 137 near the intersection known locally as Four Corners. The evacuation operation was completed at about 2:30 a.m. Highway 137 was converted into a one-way route to ease the flow of evacuation traffic.

Many of the homes in the Vacationland and Kapoho Beach Lots are used as vacation rentals, and Civil Defense officials have been warning residents of the area for more than a week to be prepared to evacuate on very short notice.

Source : Civil Defense.

Source: Protection Civile

Carte thermique du réseau de fractures (Source: USGS)

Hawaii: Interdictions renforcées dans le district de Puna // More interdictions in Puna District

drapeau francaisLe Département des Terres et des Ressources Naturelles (DLNR) a interdit l’accès à tous les terrains inoccupés à proximité de la coulée de lave dans la zone des Kaohe Homesteads. Des panneaux mettent en garde le public sur les dangers de ce secteur. Le DLNR a été informé que des groupes de touristes et des touristes individuels fréquentaient ces terres – propriété de l’Etat d’Hawaii – afin de pouvoir observer la lave. Bien que la coulée principale ait cessé d’avancer, au moins provisoirement, il y a encore des coulées éphémères sur ces terres qui sont désormais interdites d’accès, sauf aux personnes accréditées. Le DLNR avait déjà interdit tout accès à la réserve forestière de Wao Kele O Puna et la réserve naturelle de Kahaualea. Pénétrer sur ces terres est une violation de la loi et les contrevenants risquent une amende de 5000 dollars.

 ———————————————

drapeau anglaisThe Department of Land and Natural Resources (DLNR) has closed all state unencumbered lands in the immediate vicinity of the lava flow activity adjacent to the Kaohe Homesteads. Signs have been posted at various access points warning the public of the hazardous conditions. DLNR has been receiving reports of tour groups and individuals wandering onto state lands to get a better look at the lava. Although the lava flow has temporarily stopped, there are outbreaks still entering onto state lands. To ensure safety, DLNR is closing this area to all but essential personnel. DLNR has also closed Wao Kele O Puna forest reserve, and Kahaualea Natural Area Reserve. Both areas are off-limits to all persons. Entry into closed lands is a violation of the law and subject of penalty up to $5,000.