Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde:

L’actualité reste dominée par l’éruption du Cumbre Vieja qui continue sur l’île de La Palma. Le volcan reste très actif, même si on observe une tendance à la baisse, tant pour la sismicité et le tremor que pour les émissions de cendres, de SO2 et de lave. Au vu de la quantité de matériaux émis par le volcan, le VEI est passé de 2 à 3.

Vous trouverez une description de l’éruption dans les différentes notes publiées quotidiennement sur ce blog.

Capture d’écran webcam le 23 novembre 2021

++++++++++

Alors que l’agitation sociale est en hausse sur l’île, l’Observatoire Volcanique et Sismologique de la Martinique (OVSM) a enregistré un déclin de la sismicité sous la Montagne Pelée au cours de la semaine dernière. Le dernier bulletin couvrant la période entre le 12 et le 19 novembre 2021 fait état de seulement 5 séismes d’origine volcano-tectonique de magnitude inférieure ou égale à M 0.3 et M l.0, localisés entre 0,5 km et 1.0 km de profondeur.

Par ailleurs, la zone de dégazage en mer à faible profondeur observée entre Saint-Pierre et le Prêcheur est toujours analysée. Des prélèvements de fluides ont été effectués par l’IPGP afin de connaître la corrélation entre le système hydrothermal de la Montagne Pelée et l’origine de ce dégazage.

Source: OVSM.

Photo: C. Grandpey

++++++++++

Suite à l’ordonnance publiée par le maire de Lipari, une partie des habitants de l’île éolienne de Vulcano ont commencé l’évacuation de la zone portuaire et de ses environs. Toutefois, les 250 personnes potentiellement concernées ne partiront pas toutes. Plusieurs familles ont des maisons à plusieurs étages et peuvent donc dormir au premier étage qui ne devrait pas être affecté par les émissions de CO2. La plupart des autres habitants iront dans des résidences secondaires, chez des parents et des amis et aussi dans les installations touristiques hôtelières qui se sont mises à disposition entre Vulcano Piano, Gelso et Vulcanello.
Pour ces familles, l’ordonnance du maire fixe à 400 euros l’allocation mensuelle octroyée à une personne pour occuper ces logements provisoires. Elle sera de 500 euros pour les familles composées de deux personnes, 700 euros pour celles composées de trois personnes, 800 euros pour les familles de quatre unités ou plus. Dans l’attente des analyses scientifiques en cours, l’ordonnance prévoit l’évacuation sur une durée d’un mois. Il est rappelé que les touristes ne peuvent pas débarquer sur l’île de Vulcano pendant cette période.

Voici le texte de l’ordonnance :

http://www.strettoweb.com/wp-content/uploads/2021/11/Clicca-qui-per-lordinanza-completa.pdf

°°°°°°°°°°

Dernière minute : A Vulcano, l’ordonnance du maire de Lipari décrétant l’évacuation nocturne des habitants de la zone de l’île autour du port soulève des protestations. Les insulaires demandent « des contrôles minutieux des émissions de CO2 en zone rouge ». Le conseiller à la décentralisation a déclaré : « Demain les techniciens de l’ARPA viendront effectuer des relevés détaillés en zone rouge ». Selon l’ancien maire, « des contrôles détaillés auraient dû être effectués avant la publication de l’ordonnance qui a obligé les habitants de la zone à risque à aller vivre dans d’autres endroits de Vulcano. Ce travail minutieux n’a été fait qu’en partie. Nous avions fait une dizaine de contrôles dans les maisons de la zone rouge et les valeurs nous semblaient normales. C’est la raison pour laquelle nous demandons une vérification plus détaillée [des émissions de CO2]. »

Même si nous sommes à l’entrée de l’hiver, le tourisme joue un rôle important à Vulcano et la situation actuelle risque de faire du tort à l’île.
Dans le même temps, l’INGV a émis un nouveau bulletin indiquant que les émissions de CO2 dans le cratère de la Fossa et dans la zone portuaire continuent d’afficher des valeurs élevées et en hausse sur le site du Camping Sicilia.

Source: La Sicilia.

°°°°°°°°°°

Lu dans le journal La Sicilia ce matin :

8 heures : Une nouvelle ordonnance du maire de Lipari interdit à Vulcano l’accès à la zone des bains de boue et à la plage de Porto Levante à cause des risques d’émissions de gaz. Le maire a également indiqué que « la surveillance de l’île est effectuée en permanence par l’INGV et sera encore renforcée avec l’arrivée de l’ARPA* avec des équipements sophistiqués pour vérifier avec précision où se situe l’émission de gaz dans la zone rouge. Il y aura aussi un suivi non-stop maison par maison et structure par structure ». Rappelons que les habitants de la zone du port ne sont pas autorisés à rester chez eux de 23h à 6h.

11 heures : Les techniciens de l’ARPA ont débarqué sur l’île et les contrôles des émissions de CO2 commenceront dès que possible, en particulier dans la zone rouge qui s’étend sur environ 6 kilomètres depuis le port jusqu’à Sotto Lentia et à l’Estimo di Vulcanello.

Une veillée de prière a eu lieu, pendant laquelle une centaine de fidèles a demandé que cessent les émissions de gaz et qu’ils puissent retrouver une vie normale.

Source: La Sicilia.

*ARPA : Agenzia Regionale per la Protezione dell’Ambiente.

Emissions gazeuses sur le littoral (Photo: C. Grandpey)

++++++++++

La Terre continue de trembler aux abords de l’Hekla (Islande). Quatre secousses de magnitude M 3,0 ou plus ont été détectés le 18 novembre dans les montagnes de Vatnafjöll, au sud de l’Hekla. Au total, 40 séismes ont été enregistrées dans la région sur une période de 48 heures.
Selon le Met Office islandais, cette sismicité n’indique probablement pas qu’une éruption de l’Hekla est imminente. Selon toute vraisemblance, sa cause se trouve à la limite des plaques tectoniques dans le sud de l’Islande.
Source : OMI.

Crédit photo: Wikipedia

++++++++++

Trois événements phréatomagmatiques de courte durée ont été enregistrés sur le Taal (Philippines) le 22 novembre 2021. Ils ont duré de 1 à 5 minutes et ont produit des panaches de 200 à 1 500 m de hauteur.
L’activité du Main Crater (cratère principal) est dominée par la remontée de fluides à haute température dans le lac. Ils génèrent des panaches atteignant 2 100 m de hauteur.
Le niveau d’alerte est maintenu à 2.
Source : PHIVOLCS.

Crédit photo: PHIVOLCS

++++++++++

Au Pérou, le Sabancaya reste à un niveau modéré d’activité, avec en moyenne 75 explosions quotidiennes. Les panaches de cendre montent en général à 2 km de hauteur. Aucune évolution de l’activité n’est prévue à court terme.

Source: IGP.

Séquence éruptive sur le Sabancaya (Crédit photo: IGP)

++++++++++

Dans un rapport récent, l’Instituto Geofisico (IG) a indiqué qu’une lente déformation avait été enregistrée sur l’île Fernandina (Galapagos / Equateur) au cours des 18 derniers mois. Les données InSAR montrent que l’inflation se produisait à raison d’environ 400 mm/an dans la caldeira sommitale et sur le flanc NE, tandis qu’une déflation se produisait à raison d’environ 100-400 mm/an sur les flancs supérieurs O et SO . Le 13 octobre, les zones de déflation se sont transformées en inflation et le vitesse de déformation dans la caldeira a augmenté. Une activité fumerolienne a été observée à la mi-novembre dans le cratère sommital, mais l’IG fait remarquer qu’une activité fumerolienne périodique ainsi que de petits épisodes de tremor sont fréquents à Fernandina sans que se produise une éruption.
Source : Instituto Geofisico.

Caldeira sommitale de l’île Fernandina vue depuis l’espace (Crédit photo: NASA)

++++++++++

L’INGV a publié un bulletin indiquant qu vers 7 heures le 25 novembre 2021 un débordement de lave est observé sur le Stromboli (Sicile) dans la partie nord de la terrasse cratèrique. L’événement se limite à la zone sommitale. Des blocs se détachent du front de coulée et roulent le long de la Sciara del Fuoco. L’activité explosive ne semble pas avoir été affectée par cet événement. Le tremor garde des valeurs moyennes et aucune déformation de l’édifice volcanique n’a été observée.

Source: INGV.

Débordement de lave sur le Stromboli en 2014

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :
https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

—————————————

Here is some news of volcanic activity around the world :

The eruption of Cumbre Vieja continues on the island of La Palma. The volcano remains very active, even though seismicity, the eruptive tremor, ash and SO2 emissions and lava flows seem to be decreasing. Because of the quantity of pyroclastic material emitted by the volcano, the VEI has been elevated from 2 to 3.

You will find a description of the eruption in the weekly updates posted on this blog.

++++++++++

While social unrest is on the rise on the island, the Martinique Volcanic and Seismological Observatory (OVSM) recorded a decline in seismicity beneath Mount Pelée over the past week. The last bulletin covering the period between 12 and 19 November 2021 reports only 5 earthquakes with a volcano-tectonic origin. Their magnitudes were less than or equal to M 0.3 and M l.0, and located between 0.5 km and 1.0 km deep.
In addition, the shallow sea degassing area observed between Saint-Pierre and le Prêcheur is still being analyzed. Fluid samples were collected by IPGP in order to find out the correlation between Mount Pelée’s hydrothermal system and the origin of this degassing.
Source: OVSM.

++++++++++

Following the ordinance issued by the mayor of Lipari, part of the inhabitants of the Aeolian island of Vulcano began to evacuate the port area and its surroundings. However, not all of the 250 people potentially affected will leave. Several families have multi-story houses and can therefore sleep on the first floor which should not be affected by CO2 emissions. Most of the other inhabitants will go to second homes, to relatives and friends and also to the tourist hotel facilities that have been made available between Vulcano Piano, Gelso and Vulcanello.
For these families, the mayor’s ordinance sets at 400 euros the monthly allowance granted to a person to occupy these temporary accommodation. It will be 500 euros for families made up of two people, 700 euros for those made up of three people, 800 euros for families of four or more units. Pending scientific analyzes in progress, the order provides for evacuation over a period of one month. Tourists should remember they cannot disembark on the island of Vulcano during this period.

Here is the text of the ordinance: :

http://www.strettoweb.com/wp-content/uploads/2021/11/Clicca-qui-per-lordinanza-completa.pdf

°°°°°°°°°°

Latest : On the island of Vulcano, the ordinance released by the mayor of Lipari decreeing the night evacuation of the inhabitants of the area around the port raises protests. The islanders are asking « for careful checks on CO2 emissions in the red zone ». The decentralization adviser declared: « Tomorrow, ARPA technicians will come to carry out detailed measurements in the red zone ». According to the former mayor, « detailed checks should have been carried out before the publication of the ordinance which forced residents of the area at risk to move to other places in Vulcano. This meticulous work has not been done properly. We had performed a dozen checks in the houses in the red zone and the values seemed normal to us. That is why we are asking for a more detailed check [of CO2 emissions]. »
Even though we are at the onset of winter, tourism plays an important role in Vulcano and the current situationmay harm the island.
At the same time, INGV has issued a new bulletin indicating that CO2 emissions in La Fossa crater and in the port area continue to show high values which are increasing on the site of Camping Sicilia.

Source: La Sicilia.

°°°°°°°°°°

This morning in the local newspaper La Sicilia :

8:00 am : A new ordinance from the mayor of Lipari prohibits all access to Vulcano’s mud baths area and the Porto Levante beach because of the risk of gas emissions. The mayor also indicated that « the surveillance of the island is carried out permanently by the INGV and will be further reinforced with the arrival of ARPA* with sophisticated equipment to check with precision where the gas emissions are located. in the red zone. There will also be non-stop monitoring, house by house and structure by structure.” The inhabitants of the port area are not allowed to stay at home from 11 pm to 6 am.

11:00 am : ARPA technicians have landed on the island and CO2 emissions checks will begin as soon as possible, especially in the red zone which stretches for about 6 kilometers from the port to Sotto Lentia and the Estimo di Vulcanello.
A vigil of prayer took place, during which about a hundred or so faithful asked that the gas emissions cease and that they could return to a normal life.

Source: La Sicilia.
* ARPA: Agenzia Regionale per la Protezione dell’Ambiente.

++++++++++

The Earth continues to tremble in the vicinity of Mt Hekla (Iceland). Four earthquakes with magnitudes M 3.0 or more were detected on November 18th in Vatnafjöll mountains, south of Hekla. In all,40 tremors were registered in the region over a period of 48 hours.

According to the Icelandic Met Office, the earthquakes are not believed to indicate that an eruption in Hekla volcano is imminent. In all likelihood, they are related to the tectonic plate boundary in South Iceland.

Source: IMO.

++++++++++

Three short-lived phreatomagmaticevents were recorded at Taal (Philippines) on November 22nd, 2021. They lasted 1 to 5 minutes and produced plumes 200 to 1 500 m high.

Activity at the Main Crater is dominated by the upwelling of hot volcanic fluids in its lake which generate plumes up to 2 100 m high.

The Alert Level is kept at 2.

Source: PHIVOLCS.

++++++++++

In Peru, Sabancaya remains at a moderate level of activity, with an average of about 75 explosions daily. The ash plumes generally rise to 2 km above the summit. No change in activity is expected in the short term.
Source: IGP.

++++++++++

In a recent report, the Instituto Geofisico (IG) indicated that slow deformation at Fernandina (Galapagos / Ecuador) has been recorded over the previous 18 months. InSAR data showed that inflation was occurring at a rate of about 400 mm/year in the summit caldera and on the NE flank, while deflation was occurring at a rate of about 100-400 mm/year in areas on the upper W and SW flanks. On October 13th, the areas of deflation changed to inflation and the rate of deformation in the caldera increased. Fumarolic activity was observed by mid-November in the summit cratera, but IG notes that periodic fumarolic activity and small episodes of tremor are common at Fernandina without an eruption.

Source: Instituto Geofisico.

++++++++++

INGV has released a bulletin indicating that around 7 a.m. on November 25th, 2021, a lava overflow was observed on Stromboli (Sicily) in the northern part of the crater terrace. The event is limited to the summit area. Blocks detach from the flow front and roll down along the Sciara del Fuoco. Explosive activity does not appear to have been affected by this event. The tremor keeps medium values and no deformation of the volcanic edifice has been observed.
Source: INGV.

°°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

Volcans islandais : A qui le tour? // Icelandic volcanoes : who’s next?

Bien que l’éruption du Fagradalsfjall ne soit pas officiellement terminée, le volcan est pratiquement inactif en ce moment et il est hautement improbable qu’il entre à nouveau en éruption. Cela signifie qu’il n’y a actuellement aucune éruption en Islande et certains volcanologues se tournent vers d’autres volcans pour faire des prévisions. Selon l’humeur du moment, ils nous parlent du Katla ou du Bardarbunga, ou encore du Krafla.

Ces jours-ci, l’intérêt se porte sur l’Hekla (1491 m) dans le sud du pays où une crise sismique avec plus de 320 événements a été enregistrée à proximité du volcan le 11 novembre 2021. Le séisme le plus puissant avait une magnitude de M 5,2. Sa source a été localisée dans les montagnes Vatnafjöll, à environ 7,5 km au sud de l’Hekla. Il a été largement ressenti dans le sud de l’Islande, ainsi que dans la région de Reykjavik.
Selon le Met Office islandais, il n’y a aucune raison de penser que cette activité sismique annonce une éruption de l’Hekla. En effet, la sismicité a été enregistrée dans la partie orientale de la zone de fracture de 70 km de long qui parcourt le sud de l’Islande.

Depuis l’an 2000, date de la dernière éruption de l’Hekla, on observe une inflation constante du volcan .En 2006, elle atteignait le niveau d’avant l’éruption de 2000, mais aucune éruption n’a eu lieu. De nombreux volcanologues islandais pensent aujourd’hui que le volcan est prêt à se manifester
Le problème avec l’Hekla, c’est qu’il n’y a pas vraiment de signes précurseurs avant une éruption, ce qui rend le volcan particulièrement dangereux.
Il semble que la pression qui provoque l’inflation provienne d’une profondeur de 15 à 20 km, là où le magma semble s’accumuler. D’après les mesures de déformation, c’est là que se trouve la source des éruptions. .
Certains volcanologues pensent que l’Hekla entre en éruption selon un cycle, même si la notion de cycle éruptif n’a jamais été clairement prouvée en volcanologie. L’Hekla avait pour habitude de se manifester deux fois par siècle. Une grande éruption s’est produite en 1947, suivie d’une éruption surprise en 1970. Par la suite, le volcan est entré en éruption en 1980, 1991 et 2000, ce qui a donné naissance à l’idée d’un cycle éruptif pour ce volcan. Cependant, quand on regarde la fréquence des éruptions du passé, il y a des ratés et la notion de cycle disparaît. Les dernières éruptions étaient relativement mineures, mais les scientifiques expliquent que plus une pause entre les éruptions est longue, plus l’éruption est importante. Là encore, l’histoire des volcans montre qu’il existe des exceptions.
La dernière fois que l’Hekla est entré en éruption, il n’a prévenu que 79 minutes avant l’événement. En 1980, le préavis a été seulement de 23 minutes. Les personnes les plus à risque sont celles qui font de la randonnée en montagne, car il peut être difficile de fuir en cas de colère du volcan. C’est la raison pour laquelle il est déconseillé aux touristes d’escalader le volcan ; seuls les scientifiques qui ont un besoin urgent de collecter des données devraient pouvoir gravir la montagne. Un autre problème pourrait concerner les avions qui survolent le volcan, mais les autorités islandaises pensent qu’il n’y a pas de mesures particulières à prendre concernant les survols de l’Islande au regard des risques d’éruptions. Il ne faudrait quand même pas oublier celle de l’Eyfjallajökull en 2010… !
Source : Iceland Monitor.

——————————————————-

Although the Fagradalsfjall eruption is not officially over, the volcano is nearly inactive and it is highly unlikely that it will erupt again. This means yhere is currently no eruption in Iceland and some volcanologists are turning to other volcanoes to make predictions. Depending on their moods, they tell us about Katla or Bardarbunga, or else Krafla.

This time the interest is focused on Hekla (1491 m) in the south of the country where a seismic crisis with more than 320 events was recorded in the vicinity of the volcano on November 11th, 2021, The largest earthquake was of magnitude M 5.2. Its source was by Vatnafjöll mountains, about 7.5 km south of Hekla. It was widely felt in South Iceland, as well as in the capital area.

According to the Icelandic Met Office, there is no reason to think there is a connection between the seismic activity and a potential eruption in Hekla. Indeed, the earthquakes occurred on the easternmost side of the 70-km-long South Iceland fracture zone,

Since the year 2000, when Hekla last erupted, inflation has steadily increased in the mountain In 2006, the inflation was as extensive as it had been before the 2000 eruption. Many Icelandic volcanologists think the volcano is ready for an eruption.

The problem with Hekla is that there are no real precursors before an eruption, which makes it very dangerous.

It looks as if the pressure that causes the inflation originates at a depth of 15-20 km where magma appears to accumulate. According to deformation measurements, it is the source of the eruptions. .

Some volcanologists think Hekla erupts according to a cycle, even though the notion of eruptive cycle has never been clearly proved in volcanology. Hekla used to erupt twice a century. A large eruption occurred in 1947, followed by a surprise eruption in 1970. Subsequently, it erupted in 1980, 1991 and 2000, which gave borth to the idea of an eruptive cycle for this volcano. However, when one looks at the frequency of other past eruptions, the notion of cycle disappears. The last eruptions were fairly small, but scientists say that the longer a break between eruptions, the larger the eruption, Here again, the history of volcanoes shows that there are exceptions.

The last time Hekla erupted, it gave only a 79 minute notice. In 1980, the notice was no more than 23 minutes. Those at the greatest risk are people who are hiking in the mountain, because escaping could be difficult. This is the reason why tourists are advised not tp climb the volcano; only those who urgently need to collect data should hike up the mountain. Another problem might concern the planes who fly over the volcano, but Icelandait authorities think that no change needs to be made regarding flights over Iceland with regard to the risk of eruptions…without mentioning forgetting Eyfjallajökull, of course!

Source: Iceland Monitor.

Crédit photo: Wikipedia

Eruption du Fagradalsfjall (Islande): l’une des plus longues // One of the longest

Le 18 septembre 2021 est le dernier jour où l’on a vu la lave sortir des fractures dans la Geldingadalir. Depuis cette date, aucune nouvelle activité n’a été observée sur le volcan. Le tremor éruptif montre actuellement des valeurs faibles. Malgré cela, les scientifiques n’ont toujours pas déclaré que l’éruption était officiellement terminée. Elle a connu une interruption dans le passé, mais il faut bien reconnaître qu’elle n’a pas duré aussi longtemps qu’aujourd’hui. De plus, la sismicité enregistrée dans la région de la montagne de Keilir a diminué. Une nouvelle éruption serait vraiment une grosse surprise.
Les géologues islandais ont remarqué que depuis le début du 20ème siècle, seules trois éruptions ont duré plus longtemps que celle du Fagradalsfjall dans leur pays.
Le début de la dernière éruption a été observé pour la première fois dans la soirée du vendredi 19 mars par le responsable des services de secours de Grindavík qui a remarqué une « lueur jaune » émanant de derrière les montagnes. La lueur ne pouvait pas être attribuée aux lumières de Vogar, une ville voisine. C’était bien le début d’une nouvelle éruption.
L’éruption du Fagradalsfjall (183 jours) a été relativement longue par rapport aux autres éruptions des 20ème et 21ème siècles. Seules trois autres éruptions depuis 1900 ont duré plus longtemps : l’éruption de l’Hekla entre 1947 et 1948 (390 jours), l’éruption de Surtsey entre 1963 et 1967 (1290 jours), et l’éruption du Krafla entre 1975 et 1984 (3180 jours).
Il y a des discussions entre les scientifiques islandais pour savoir laquelle de ces éruptions a réellement été la plus longue.
En ce qui concerne l’éruption du Hekla entre 1980 et 1981, elle a été plus longue, mais elle s’est en fait répartie en deux phasess courtes (respectivement trois et sept jours), avec une interruption de sept mois entre elles.
L’éruption du Krafla a consisté en une série d’éruptions mineures séparées par des périodes d’inactivité. Cela voudrait dire que seule l’éruption de l’Hekla entre 1947 et 1948 et l’éruption de Surtsey entre 1963 et 1967 ont duré plus longtemps que celle du Fagradalsfjall
L’éruption du Fagradalsfjall peut être divisée en quatre phases. La première phase a duré environ deux semaines et s’est caractérisée par une coulée de lave assez régulière avec un débit moyen de 6 m3/s. La deuxième phase a également duré deux semaines et a été marquée par l’ouverture de nouvelles fissures, avec un débit de lave variable, compris entre 5 et 8 m3/s. La troisième phase a duré deux mois et demi; l’activité volcanique est restée confinée à un seul cratère, avec des coulées qui se sont déversées dans les vallées Geldingadalir, Meradalir ou Nátthagi, avec un débit d’environ 12 m3/s. La phase finale a débuté fin juin avec une coulée de lave sporadique d’un débit oscillant entre 8 et 11 m3/s.
Source : Iceland Review.

°°°°°°°°°°

Bien qu’aucune activité visible n’ait été officiellement signalée sur le site du Fagradalsfjall depuis près d’un mois maintenant, certaines personnes affirment avoir remarqué une via la webcam du Département de protection civile et de gestion des risques. Ces personnes expliquent avoir vu le champ de lave briller de temps en temps au milieu de la nuit. Les scientifiques islandais affirment qu’il ne s’agissait pas d’une nouvelle activité éruptive. Le phénomène a pu être causé par de la lave encore incandescente, même s’il n’y avait pas de coulée active. De plus la webcam de la protection civile, qui est pointée sur le champ de lave qui mène à la vallée de Nátthagi, est hypersensible à la chaleur.

Les graphiques ci-dessous, publiés le 1er octobre 2021 par l’Institut des sciences de la Terre de l’Université d’Islande, montrent les changements intervenus dans le champ de lave, le volume de lave, le débit de lave, la géochimie et les émissions de gaz depuis le début de l’éruption du 19 mars 2021.
Source : Iceland Monitor.

————————————-

The last time lava was seen issuing forth from fissures in Geldingadalir was September 18th, 2021. Since that time, no new activity has been observed at the volcano. The eruptive tremor is currently keeping low values. Scientists have, however, yet to declare the eruption as formally over. It has seen a hiatus in the past but never as long as now. Moreover, the seismicity recorded in the Keilir mountain area has declined. A new eruption would really come as a surprise.

Icelandic geologists have noticed that since the beginning of the 20th century, only three volcanic eruptions in Iceland have lasted longer than the one in Geldingadalir.

It seems the start of the last eruptionn was foirst observed onthe evening of Friday, March 19th by the head of the Grindavík search-and-rescue chapter.who noticed a “yellow glow” emanating from behind the mountains. The glow could not be attributed to the lights from Vogar, a neighbouring town. It was indeed the start of a new eruption.

The eruption in Geldingadalir w as comparatively long when compared to other eruptions in the 20th and 21st centuries. Only three other eruptions since 1900 have lasted longer than the one in Geldingadalir (183 days): the Hekla eruption between 1947 and 1948 (390 days), the Surtsey eruption between 1963 and 1967 (1290 days), and the Krafla eruption between 1975 and 1984 (3180 days).

There hare talks among Icelandic scientists to know which eruption was really the longest event.

As far as the Hekla eruption between 1980 and 1981 is concerned, it was longer, but it actually consisted of two short eruptions (three and seven days respectively), with a seven-month hiatus between them.

The Krafla eruption was actually a series of smaller eruptions separated with periods of inactivity, suggesting that only the Hekla eruption between 1947 and 1948 and the Surtsey eruption between 1963 and 1967 lasted longer than the one in Geldingadalir.

The eruption in Geldingadalir can be divided into four phases. The first phase lasted approximately two weeks and was characterized by a rather steady lava flow with an average of 6 m3/s. The second phase also lasted two weeks and was marked by the emergence of new fissures, with a variable lava flow, between 5 and 8 m3/s. The third phase lasted for two and a half months, with the volcanic activity confined to a single crater and flowing into Geldingadalir, Meradalir, or Nátthagi at a rate of approximately 12 m3/s. The final phase began at the end of June and was characterized by a sporadic lava flow oscillating between 8 and 11 m3/s.

Source: Iceland Review.

°°°°°°°°°°

Although no visible activity has been officially reported at Fagradalsfjall for nearly a ùonth now, some people claim they have noticed volcanic activity through the webcam of the Department of Civil Protection and Emergency Management. These persons say they have seen the lava field now and then glowing in the middle of the night. Icelandic scientists affirm that this was not the sign of any new activity. It could have been caused by embers underneath, although there is no lava flow. Secondly, the mentioned webcam which is pointed at the lava field that leads into Nátthagi valley, is supersensitive to embers.

The graphs below, published on October 1st by the University of Iceland Institute of Earth Sciences, show changes in the lava area, lava volume, lava discharge, geochemistry and gas release since the beginning of the eruption on March 19th, 23021.

Source: Iceland Monitor.

Source : University of Iceland Institute of Earth Sciences

Pour mieux comprendre les noms islandais… // To better understand Icelandic names…

On peut lire sur le site web Iceland Monitor un article intéressant qui explique la signification des noms de certains lieux et volcans d’Islande.

Le mont Hekla (1491m) est l’un des volcans les plus connus et les plus actifs d’Islande. Ses éruptions sont fréquentes et commencent en général par des explosions accompagnées de panaches de cendre, suivies par des fontaines et de grandes coulées de lave. Les dernières éruptions ont eu lieu en 1980, 1981, 1991 et 2000.
Le mot Hekla fait référence à un manteau ou une cape. L’origine du nom tient peut-être au fait que l’Hekla se couvre d’un manteau de neige plus tôt que la plupart des montagnes islandaises, avant de s’en débarrasser au printemps lorsque le temps le permet.

Lakagígar est une fissure éruptive longue de 27 km jalonnée de 130 cratères au sud-ouest du Vatnajökull. Une éruption de 8 mois, entre juin 1783 et février 1784, a tué 50% à 80% du bétail et 25% de la population islandaise.
L’origine du mot Lakagígar est assez surprenante. Il désigne les cratères du Laki, la montagne en leur centre. Le mot Laki désigne, quant à lui, le feuillet*, l’un des compartiments de l’estomac d’un ruminant. On pense que le nom vient du fait que la forme de la montagne rappelait aux gens celle du feuillet.

* Ceux qui, comme moi, ont passé le certificat d’études primaires, se souviennent que la vache et plus généralement les ruminants ont un système digestif composé d’un estomac (la caillette) et de trois pré-estomacs (la panse, le bonnet et le feuillet).

L’Esja est une montagne au sommet plat située à environ 10 kilomètres de Reykjavík. En fait, ce n’est pas vraiment une montagne ; c’est davantage une chaîne volcanique dont le plus haut sommet culmine à 914 mètres. L’origine du nom est intéressante. Il existe de vieilles histoires sur une femme irlandaise appelée Esja, qui vivait à Esjuberg. C’est pourquoi certaines personnes sont persuadées que le nom est irlandais. Cependant, il s’agit plus probablement d’un prénom féminin scandinave, comme il en existe dans toute la Scandinavie. Il signifie à la fois l’âtre et un type de roche de couleur claire que l’on trouve sur la montagne.

Fnjóskadalur est une vallée du nord de l’Islande; c’est aussi le site de la forêt de Vaglaskógur. Le nom est composé des mots fnjóskur qui désigne un morceau de bois sec, et dalur, qui signifie ‘vallée’. Des découvertes archéologiques dans la vallée montrent qu’il y a très longtemps, on fabriquait du charbon à partir du bois sec de la forêt.

Eyjafjallajökull est le célèbre volcan qui est entré en éruption en 2010, menntant des voyageurs en détresse et bloquant des aéroports dans de nombreuses régions du monde. La prononciation du nom a posé bien des problèmes aux étrangers, alors qu’il est assez facile de le comprendre. Le mot est dérivé de deux mots: Eyjafjöll et jökull. ‘Jökull’ signifie glacier et ‘Eyjafjöll’ les montagnes de l‘île. L’Eyjafjöll est la montagne sous la calotte glaciaire de l’Eyjafjallajökull. Les îles en question sont peut-être les îles Vestmann, au sud, ou Landeyjar, la région située à l’ouest des montagnes.

—————————————————-

One can read on the website Iceland Monitor an interesting article that explains the meaning of the names of some of Iceland’s places and volcanoes.

Mount Hekla (1491m) is one of Iceland’s best known and most active volcanoes. It has frequent eruptions that start with explosions producing eruption plumes, and followed by lava fountains and large lava flows. The last eruptions occurred in 1980, 1981, 1991 and 2000.

The word Hekla can mean coat or outer garment. The origin of the name may have to do with the fact that Hekla puts on a coat of snow earlier than most mountains, only to throw it off in spring when weather allows.

Lakagígar is a 27-km long eruptive fissure consisting of 130 giant craters on the southwest side of Vatnajökull. An 8-month long eruption, which lasted from June 1783 until February 1784 killed 50%- 80% of the livestock and 25% of the Icelandic population died.

The origin of the word Lakagígar  comes as a surprise. It means the craters of Laki, which is the mountain at their center. Laki is the word for one of the compartments of a ruminant’s stomach, more precisely the omasum. The name is believed to stem from the fact that the shape of the mountain reminded people of that of an omasum.

 

Esja, is a flat-topped mountain about 10 kilometres from Reykjavík. Actually, it is not a true mountain in itself, but a volcanic range, the highest peak of which reaches 914 metres tall. It has an interesting name. Old stories exist of an Irish woman by the name of Esja, who lived in Esjuberg. Therefore, some believe the name is Irish. More likely, though, it is a Scandinavian female name, as it exists all over Scandinavia, meaning both fireplace and a type of rock. It may refer to a light-colored rock type, found in the mountain.

 

Fnjóskadalur is a valley in North Iceland; it is also the site of Vaglaskógur forest. The name is made from the words fnjóskur, meaning a dry piece of wood, and dalur, meaning valley. Archaeological finds in the valley suggest that ages ago, coal was made from dry wood in the forest.

 

Eyjafjallajökull is the volcano which famously erupted in 2010, stranding passengers and blocking airports in many parts of the world. Pronouncing the word proved difficult for many foreigners, whereas understanding it is quite easy. The word is derived from two words: Eyjafjöll and jökull. Jökull means glacier and Eyjafjöll means island mountains. Eyjafjöll is the name of the mountain under the Eyjafjallajökull ice cap. The islands referred to may be Vestmannaeyjar islands, to the south, or Landeyjar, the area to the west of the mountains.

Vue de l’Hekla (Crédit photo: Wikipedia)

Lakagigar (Photo: C. Grandpey)

Eruption de l’Eyjafjallajökull en 2010 (Crédit photo: Wikipedia)