Eruption islandaise : un gros succès populaire, mais c’est fini! // Icelandic eruption : A very popular event which is over!

Il ne fait aucun doute que l’éruption du Fagradalsfjall a attiré des foules de touristes en Islande. Les derniers chiffres révèlent que près de trois fois plus de touristes étrangers ont visité l’Islande via l’aéroport international de Keflavík au cours de l’été 2021, par rapport à l’été 2020. La plupart d’entre eux sont venus des États-Unis (43%), suivis de l’Allemagne (9%). la Pologne (7 %), le Royaume-Uni et la France (5 % chacun).
Cependant, cette tendance va probablement décliner dans les prochains mois car l’éruption est terminée. Même si les volcanologues islandais refusent toujours de l’admettre définitivement, plus aucune activité n’est observée dans la Geldingadalir, la Meradalir ou la Nattaghi, et la sismicité a cessé dans la région de Keilir. D’ailleurs, le niveau d’alerte volcanique vient d’être abaissé à ‘Uncertainty’ qu demande de rester vigilant. Personne ne saura jamais si les derniers séismes ont été causés par une migration de magma ou s’ils avaient une origine tectonique.
Avant même qu’elle ne débute, la dernière éruption a été la source de nombreuses questions et hypothèses. Dès janvier 2020, des essaims sismiques ont été enregistrés au NE de Grindavik. Puis une inflation du sol a été observée autour du Mt Thorbjorn. Personne n’était en mesure de dire si ces événements avaient une origine volcanique ou tectonique. De nouveaux essaims sismiques ont été enregistrés sur la péninsule de Reykjanes au cours des mois suivants avec la même incertitude quant à leur origine. Plusieurs fissures se sont finalement ouvertes et la lave a apporté une réponse en perçant la surface dans la Geldingadalur le 19 mars 2020. Selon des scientifiques islandais, l’éruption était partie pour durer très longtemps, des mois, voire des années. Certains d’entre eux ont même dit qu’avec le temps, un volcan bouclier allait être édifié et qu’il dominerait la région. Les agences de voyages avaient déjà prévu des voyages en Islande pendant l’hiver pour admirer l’éruption avec les aurores boréales en toile de fond. Malheureusement, pour tous ces gens, l’éruption a lentement diminué au cours de l’été 2021 et aujourd’hui plus aucune activité n’est observée au niveau du cratère principal, à l’exception de quelques fumerolles….

Les autorités islandaises avertissent que le site de l’éruption est toujours dangereux, et il est conseillé aux visiteurs de ne pas marcher sur la lave récemment émise ou de s’approcher du cratère. Cependant, je ne suis pas sûr, comme l’a déclaré une scientifique islandaise, que « même s’il n’y a pas de nouvelle lave, il y a toujours de la lave qui coule sous le champ de lave noir ». La lave sous la croûte est peut-être encore rougeoyante, mais elle ne coule plus depuis longtemps! Le plus grand danger réside probablement dans les gaz volcaniques encore émis par le cratère.

————————————–

There is little doubt that the Fagradalsfjall eruption brought crowds of tourists to Iceland. The latest figures reveal that nearly three times as many foreign tourists visited Iceland via Keflavík International Airport in the summer 2021, compared with the summer of 2020. Most of them came from the US (43 percent), followed by Germany (9 percent), Poland (7 percent), the UK and France (5 percent each).

However, the trend is likely to decline in the coming months because the eruption has come to an end. Even if Icelandic volcanologists still refuse to admit it definitely, no more activity is observed in Geldingadalir, Meradalir or Nattaghi, and seismicity has stopped in the Keilir area. The alert level has just been lowered to ‘Uncertainty’. Nobody will ever know whether the latest earthquakes were caused by some magma migrration or if it had a tectonic origin.

Even before it started, the last eruption was the source of many questions and hypotheses. As soon as January 2020, seismic swarms were recorded to the NE of Grindavik. Then an inflation of the ground was observed around Mt Thorbjorn. Nobody was able to say whether these phenomena had a volcanic or tectonic origin. More seismic swarms were recorded on the Reykjanes Peninsula during the following months with the same uncertainty about their origin. Several fissures finally opened and lava pierced the surface in Geldingadalur on March 19th, 2020. According to Icelandic scientists, it looked as if the eruption was going to last a long time, months ans even years. Some of them even said that with time, a shield volcano would be built that would tower over the area. Travel agencies had already planned winter trips to Iceland to admire the eruption with northern lights in the background. Unfortunately, for these people, the eruption slowly declined during the summer 2021 and today no more activity is observed at the main crater, except a few fumaroles….

Icelandic authorities warn that the site of the eruption is still dangerous, and visitors are advised not to step on the fresh lava or approach the crater. However, I am not sure, as an Icelandic scientist declared, that « even though there’s no new lava, there’s still flowing lava underneath the black lava field. » The lava beneath the crust may still be red-hot, but it is certainly not flowing. The greatest danger probably lies with the volcanic gases still emitted by the crater.

A cause de la Covid-19, seuls les Islandais ont pu profiter des premières semaines de l’éruption, probablement les plus belles (capture écran webcam)

Eruption du Fagradalsfjall (Islande): l’une des plus longues // One of the longest

Le 18 septembre 2021 est le dernier jour où l’on a vu la lave sortir des fractures dans la Geldingadalir. Depuis cette date, aucune nouvelle activité n’a été observée sur le volcan. Le tremor éruptif montre actuellement des valeurs faibles. Malgré cela, les scientifiques n’ont toujours pas déclaré que l’éruption était officiellement terminée. Elle a connu une interruption dans le passé, mais il faut bien reconnaître qu’elle n’a pas duré aussi longtemps qu’aujourd’hui. De plus, la sismicité enregistrée dans la région de la montagne de Keilir a diminué. Une nouvelle éruption serait vraiment une grosse surprise.
Les géologues islandais ont remarqué que depuis le début du 20ème siècle, seules trois éruptions ont duré plus longtemps que celle du Fagradalsfjall dans leur pays.
Le début de la dernière éruption a été observé pour la première fois dans la soirée du vendredi 19 mars par le responsable des services de secours de Grindavík qui a remarqué une « lueur jaune » émanant de derrière les montagnes. La lueur ne pouvait pas être attribuée aux lumières de Vogar, une ville voisine. C’était bien le début d’une nouvelle éruption.
L’éruption du Fagradalsfjall (183 jours) a été relativement longue par rapport aux autres éruptions des 20ème et 21ème siècles. Seules trois autres éruptions depuis 1900 ont duré plus longtemps : l’éruption de l’Hekla entre 1947 et 1948 (390 jours), l’éruption de Surtsey entre 1963 et 1967 (1290 jours), et l’éruption du Krafla entre 1975 et 1984 (3180 jours).
Il y a des discussions entre les scientifiques islandais pour savoir laquelle de ces éruptions a réellement été la plus longue.
En ce qui concerne l’éruption du Hekla entre 1980 et 1981, elle a été plus longue, mais elle s’est en fait répartie en deux phasess courtes (respectivement trois et sept jours), avec une interruption de sept mois entre elles.
L’éruption du Krafla a consisté en une série d’éruptions mineures séparées par des périodes d’inactivité. Cela voudrait dire que seule l’éruption de l’Hekla entre 1947 et 1948 et l’éruption de Surtsey entre 1963 et 1967 ont duré plus longtemps que celle du Fagradalsfjall
L’éruption du Fagradalsfjall peut être divisée en quatre phases. La première phase a duré environ deux semaines et s’est caractérisée par une coulée de lave assez régulière avec un débit moyen de 6 m3/s. La deuxième phase a également duré deux semaines et a été marquée par l’ouverture de nouvelles fissures, avec un débit de lave variable, compris entre 5 et 8 m3/s. La troisième phase a duré deux mois et demi; l’activité volcanique est restée confinée à un seul cratère, avec des coulées qui se sont déversées dans les vallées Geldingadalir, Meradalir ou Nátthagi, avec un débit d’environ 12 m3/s. La phase finale a débuté fin juin avec une coulée de lave sporadique d’un débit oscillant entre 8 et 11 m3/s.
Source : Iceland Review.

°°°°°°°°°°

Bien qu’aucune activité visible n’ait été officiellement signalée sur le site du Fagradalsfjall depuis près d’un mois maintenant, certaines personnes affirment avoir remarqué une via la webcam du Département de protection civile et de gestion des risques. Ces personnes expliquent avoir vu le champ de lave briller de temps en temps au milieu de la nuit. Les scientifiques islandais affirment qu’il ne s’agissait pas d’une nouvelle activité éruptive. Le phénomène a pu être causé par de la lave encore incandescente, même s’il n’y avait pas de coulée active. De plus la webcam de la protection civile, qui est pointée sur le champ de lave qui mène à la vallée de Nátthagi, est hypersensible à la chaleur.

Les graphiques ci-dessous, publiés le 1er octobre 2021 par l’Institut des sciences de la Terre de l’Université d’Islande, montrent les changements intervenus dans le champ de lave, le volume de lave, le débit de lave, la géochimie et les émissions de gaz depuis le début de l’éruption du 19 mars 2021.
Source : Iceland Monitor.

————————————-

The last time lava was seen issuing forth from fissures in Geldingadalir was September 18th, 2021. Since that time, no new activity has been observed at the volcano. The eruptive tremor is currently keeping low values. Scientists have, however, yet to declare the eruption as formally over. It has seen a hiatus in the past but never as long as now. Moreover, the seismicity recorded in the Keilir mountain area has declined. A new eruption would really come as a surprise.

Icelandic geologists have noticed that since the beginning of the 20th century, only three volcanic eruptions in Iceland have lasted longer than the one in Geldingadalir.

It seems the start of the last eruptionn was foirst observed onthe evening of Friday, March 19th by the head of the Grindavík search-and-rescue chapter.who noticed a “yellow glow” emanating from behind the mountains. The glow could not be attributed to the lights from Vogar, a neighbouring town. It was indeed the start of a new eruption.

The eruption in Geldingadalir w as comparatively long when compared to other eruptions in the 20th and 21st centuries. Only three other eruptions since 1900 have lasted longer than the one in Geldingadalir (183 days): the Hekla eruption between 1947 and 1948 (390 days), the Surtsey eruption between 1963 and 1967 (1290 days), and the Krafla eruption between 1975 and 1984 (3180 days).

There hare talks among Icelandic scientists to know which eruption was really the longest event.

As far as the Hekla eruption between 1980 and 1981 is concerned, it was longer, but it actually consisted of two short eruptions (three and seven days respectively), with a seven-month hiatus between them.

The Krafla eruption was actually a series of smaller eruptions separated with periods of inactivity, suggesting that only the Hekla eruption between 1947 and 1948 and the Surtsey eruption between 1963 and 1967 lasted longer than the one in Geldingadalir.

The eruption in Geldingadalir can be divided into four phases. The first phase lasted approximately two weeks and was characterized by a rather steady lava flow with an average of 6 m3/s. The second phase also lasted two weeks and was marked by the emergence of new fissures, with a variable lava flow, between 5 and 8 m3/s. The third phase lasted for two and a half months, with the volcanic activity confined to a single crater and flowing into Geldingadalir, Meradalir, or Nátthagi at a rate of approximately 12 m3/s. The final phase began at the end of June and was characterized by a sporadic lava flow oscillating between 8 and 11 m3/s.

Source: Iceland Review.

°°°°°°°°°°

Although no visible activity has been officially reported at Fagradalsfjall for nearly a ùonth now, some people claim they have noticed volcanic activity through the webcam of the Department of Civil Protection and Emergency Management. These persons say they have seen the lava field now and then glowing in the middle of the night. Icelandic scientists affirm that this was not the sign of any new activity. It could have been caused by embers underneath, although there is no lava flow. Secondly, the mentioned webcam which is pointed at the lava field that leads into Nátthagi valley, is supersensitive to embers.

The graphs below, published on October 1st by the University of Iceland Institute of Earth Sciences, show changes in the lava area, lava volume, lava discharge, geochemistry and gas release since the beginning of the eruption on March 19th, 23021.

Source: Iceland Monitor.

Source : University of Iceland Institute of Earth Sciences

De la Geldingadalir (Islande) à la planète Mars // From Geldingadalir (Iceland) to Mars

Pour les scientifiques, l’Islande est un excellent terrain d’entraînement dans le domaine de la conquête spatiale. Aujourd’hui, ce pays sert de banc d’essai pour expérimenter des drones qui pourraient un jour être utilisés dans des missions martiennes.
Dans le cadre d’un tel projet, les scientifiques équipent les drones d’une gamme de dispositifs allant du Lidar capable de déterminer l’épaisseur et le volume de lave, aux caméras d’imagerie thermique et aux foreuses capables de prélever des échantillons. Les paysages islandais sont très semblables à ceux de Mars, ce qui en fait un lieu idéal pour tester différents types de technologies de drones.
Voici une vidéo tournée à Geldingadalir (Islande) dans laquelle le volcanologue Christopher Hamilton (Université d’Arizona) explique toutes les possibilités offertes par les drones :.

https://www.bbc.com/news/av/technology-58104819

Le 19 mars 2021, une éruption a commencé sur la péninsule de Reykjanes. C’était la première fois en 800 ans qu’un tel événement se produisait dans cette partie de l’Islande. À seulement 35 kilomètres de Reykjavik, la facilité d’accès a permis aux scientifiques de collecter des données qui sont souvent impossibles à rassembler lors d’éruptions plus dangereuses ou plus difficiles d’accès.
Christopher Hamilton est professeur de sciences planétaires à l’Université de l’Arizona. Il est également professeur adjoint à l’Université d’Islande. Il se trouvait en Islande lorsque le volcan est entré en éruption. Contrairement à certains autres scientifiques présents dans la Geldingadalir qui essayaient de percer les secrets de la Terre, Hamilton avait en tête des idées allant bien au-delà de notre planète.
Dans la vidéo ci-dessus, il explique vouloir se servir de cette éruption comme d’une fenêtre pour étudier d’autres planètes. Le paysage islandais relativement aride ressemble beaucoup à l’environnement martien
Hamilton a reçu une subvention de trois millions de dollars de la NASA pour mettre au point un drone capable de voler sur Mars. Il s’appelle RAVEN, acronyme de Rover Aerial Vehicle Exploration Network. (voir ma note du 19 janvier 2021 à propos de ce drone). Hamilton explique que les instruments utilisés dans l’espace doivent être testés dans différents environnements. L’Islande constitue un substitut parfait pour le paysage volcanique accidenté de la planète Mars. Avec ses étendues de glace stériles, ses immenses champs de lave et son activité volcanique constante, l’Islande est l’environnement parfait pour tester le projet de drone.
Dans le cadre de la mission Mars 2020 de la NASA, l’hélicoptère Ingenuity a permis de tester avec succès au mois d’avril 2021 un vol motorisé sur Mars. Cet hélicoptère était équipé de deux caméras, une pour la navigation et l’autre pour les images. Il a accompagné le rover (robot d’exploration) Perseverance de sorte que les deux véhicules ont prouvé que les hélicoptères et les rovers peuvent fonctionner ensemble sur Mars. Hamilton dit qu’il s’agit d’une technologie véritablement transformatrice ; la mission islandaise permettra de tester la prochaine génération de systèmes d’exploration spatiale.
Le drone RAVEN sera utilisé avec un rover et volera devant lui et en envoyant des données pour générer des cartes 3D. Il explorera des zones auparavant inaccessibles sur Mars et disposera d’une griffe capable de récupérer des échantillons de roches martiennes et de les apporter au rover.
Hamilton est convaincu que « le drone a révolutionné notre façon de travailler sur le terrain. Si on pouvait envoyer un drone équipé d’une griffe ou une perceuse pour pouvoir acquérir un échantillon et le ramener à un rover, cela fournirait un paradigme radicalement nouveau pour explorer les parties vraiment accidentées et encore inaccessibles de Mars. »

RAVEN est un projet prévu pour s’étaler sur trois années. L’équipe de Christopher Hamilton espère tester un prototype d’ici 2022, et fournir des recommandations technologiques à la NASA d’ici 2023.
Source : BBC News.

——————————————-

Scientists are using Iceland as a testbed for deploying drone technology that they hope may one day feature on missions exploring Mars.

The project equips drones with a range of devices from Lidar which can help inform the thickness and volume of lava, to thermal imaging cameras and drills capable of taking core samples. The characteristics of Iceland’s environment are very similar to Mars making it an ideal test place for different types of drone technology.

Here is a video shot in Geldingadalir (Iceland) in which volcanologist Christopher Hamilton (University of Arizona) explains all the possibilities offered by the drones:.

https://www.bbc.com/news/av/technology-58104819

On March 19th, 2021, a new eruption started on the Reykjanes Peninsula. It was the first time in 800 years a volcanic eruption had occurred on that part of the country. Only 35 kilometres from Reykjavik, the ease of access provided an opportunity for scientists to collect data that is often lost at more hazardous or remote volcanic eruptions.

Christopher Hamilton is an associate professor of planetary sciences at the University of Arizona. He is also an adjunct professor at the University of Iceland. He happened to be in Iceland when the volcano erupted. Unlike some of the other scientists in Geldingadalir trying to unlock the secrets of the Earth, Hamilton’s interests went far beyond this planet.

In the video, he says that he wanted to be able to use this eruption as a window to study other planets. The landscape in Iceland, with relatively barren vegetation, is very similar to the Martian environment

Hamilton received a three-million-dollar grant from NASA to develop a drone that will fly on Mars. It is called RAVEN, which stands for Rover Aerial Vehicle Exploration Network. (see my post of January 19th, 2021 about this drone). Hamilton explained that instruments used in space need to be tested in different environments. Iceland is the perfect substitute for the rugged volcanic landscape found on Mars. With its barren icefields, huge lava fields, and constant volcanic activity, Iceland is the perfect test environment for the drone project.

Part of NASA’s Mars 2020 Mission, the Ingenuity helicopter successfully tested powered flight on Mars for the first time in April. This helicopter was equipped with two cameras, one for navigation and one for imaging. It accompanied the rover Perseverance, and together the crafts tested how helicopters and rovers can work together on Mars. Hamilton says this is a truly transformative technology; what they are testing in Iceland is the next generation of explorationsystems.

The RAVEN drone will work with a rover by flying ahead of it and sending back data to generate 3D maps. It will explore previously inaccessible areas on Mars, and have a claw that can retrieve Martian rocks and deliver them to the rover.

Hamilton is convinced that « the drone has completely revolutionized the way that we do fieldwork, If you could send a drone with a claw or a drill to be able to acquire a sample and bring it back to a rover, that provides a radically new paradigm for being able to explore the really rugged parts of Mars that we haven’t been able to get to on the ground. »

RAVEN is scheduled to be a three-year project. Christopher Hamilton’s team hopes to test a prototype by 2022, and to publish technological recommendations for NASA by 2023.

Source: BBC News.

Le désert de l’Odadahraun a déjà servi de terrain d’entraînement aux missions lunaires (Photo: C. Grandpey)

Eruption de Fagradalsfjall (Islande) : longue mais pas la plus longue ! // Fagradalsfjall eruption (Iceland) : long, but not the longest !

L’éruption dans la Geldingadalir sur la péninsule de Reykjanes a débuté le 19 mars 2021. Elle est sur le point de célébrer son 6ème mois d’activité. Cela signifie qu’elle a maintenant dépassé en temps l’éruption dans l’ Holuhraun (2014) et devient l’éruption d’Islande la plus longue au 21ème siècle. Cependant, elle est encore loin d’être l’éruption la plus longue de tous les temps. L’éruption de Surtsey détient ce record. Elle a duré de novembre 1963 à juin 1967 et a formé l’île du même nom.

—————————————

The Geldingadalir eruption began on the Reykjanes Peninsula on March 19th, 2021. It is about to celebrate its 6-month anniversary. That means it has now overtaken the 2014 Holuhraun eruption to become Iceland’s longest-lasting eruption of the 21st century. However, it is still far from becoming Iceland’s longest-lasting eruption of all time. The Surtsey eruption is considered the longest eruption in Iceland’s history, lasting from November 1963 until June 1967 and forming the island of the same name.

Premiers jours de l’éruption dans la Geldingadalur….