Un glacier s’effondre et provoque une catastrophe dans l’Himalaya // A glacier collapses and causes a disaster in the Himalayas

Le 7 février 2021, au moins 9 personnes ont été tuées et au moins 150 autres sont portées disparues après l’effondrement d’un glacier himalayen sur un barrage. Cet événement a provoqué une énorme inondation dans l’État de l’Uttarakhand, dans le nord de l’Inde. Les autorités ont également déclaré qu’au moins 16 autres personnes avaient été piégées é l’intérieur un tunnel. L’énorme déversement d’eau a endommagé deux barrages et plusieurs maisons. Des équipes de secours ont été envoyées sur place.

Il est à craindre que les ouvriers qui travaillaient sur un projet hydroélectrique voisin aient été emportés par l’énorme vague, ainsi que d’autres villageois qui se trouvaient près de la rivière au moment de la catastrophe. Les vidéos diffusées par les médias montrent que le barrage était dans l’incapacité de résister au poids de la déferlante :

https://actu.orange.fr/societe/videos/himalaya-la-rupture-d-un-glacier-provoque-de-fortes-crues-au-moins-trois-morts-et-150-disparus-CNT000001wYagt.html

Une vaste opération de secours est actuellement en cours dans la région pour tenter de retrouver des survivants. Des milliers d’habitants ont déjà été évacués, mais l’ampleur des dégâts ne pourra être évaluée qu’une fois que la crue aura pris fin.

La presse indienne a expliqué qu’une partie du glacier de Nanda Devi s’était tétachée dimanche matin, deux jours après qu’une avalanche se soit déclenchée sur le même glacier. Lorsque le glacier s’est effondré, il a libéré de l’eau, de la boue et d’autres débris qui étaient retenus en amont. Cette masse de matériaux s’est à son tour écrasée dans d’autres plans d’eau, provoquant un effet d’accumulation et une crue gigantesque de la rivière.

En raison du changement climatique et du réchauffement de la planète l’État d’Uttarakhand dans la région de l’Himalaya est sujet à de fortes inondations. En juin 2013, des précipitations record ont provoqué des inondations dévastatrices qui ont fait près de 6 000 morts.

Source: Indian Express.

———————————————

At least 9 people have been killed and at least 150 are missing after a Himalayan glacier crashed into a dam o February 7th, 2021 and triggered a huge flood in the northern state of Uttarakhand. Authorities also said that more than 16 people were trapped inside a tunnel.

Several rescue teams were sent in after the sudden barrage of water damaged two dams and several homes.

It is feared that workers from a nearby hydropower project were swept away by the flood as well as other villagers who were near the river at the time.

The videos shared on news media showed how the dam was unable to hold back the sheer weight of water.

https://actu.orange.fr/societe/videos/himalaya-la-rupture-d-un-glacier-provoque-de-fortes-crues-au-moins-trois-morts-et-150-disparus-CNT000001wYagt.html

A huge operation is now underway in the region to try to find those missing. Thousands of residents have already been evacuated but experts say it will only be clear how extensive the damage is once the floodwaters recede.

The Indian press said that part of the Nanda Devi glacier broke off on Sunday morning, two days after an avalanche was triggered on the same glacier. When the glacier broke off, it released water, mud and other debris that had been trapped behind it. These in turn crashed into other bodies of water causing a knock-on effect further down the river.

Due to climate change and global warming, the Uttarakhand state in the mountainous Himalayas region is prone to heavy flooding. In June 2013, record-breaking rainfall led to devastating floods that left almost 6,000 people dead.

Source : The Indian Express.

Glaciers himalayens vus depuis l’espace (Source : NASA)

Venise : le système Mose enfin opérationnel // Venice : Mose system operational, at last

C’est un projet que les Vénitiens n’attendaient plus. Le système Mose (« Moïse » en italien), un vaste ensemble de digues mobiles, a été activé pour la première fois le week-end dernier à Venise. Il a permis d’éviter que la ville et sa célèbre place Saint-Marc soient inondées par l’acqua alta, phénomène de crue rapide qui se produit en cas de fortes intempéries.

L’activation des digues mobiles a eu lieu à 8 h 35 et s’est achevé à 9 h 52. Le résultat de l’opération a été parfaitement visible sur la Place Saint-Marc, qui est restée sèche alors que l’eau de la mer atteignait les 125 centimètres prévus par le Centre des Marées. La montée de la mer vers la lagune a été interrompue avec succès. Ainsi, à Punta della Salute, le niveau de la marée est resté stable entre 70 et 75 centimètres. Autrement dit, l’activation des digues a permis de gagner une cinquantaine de 50 centimètres. Normalement, l’eau serait arrivée à hauteur des genoux sur la Place Saint Marc.

Conçu en 1984 par l’Italien Alberto Scotti, le projet Mose n’a été lancé officiellement qu’en 2003 suite à retards de chantier, des défauts de conception et un scandale de pots-de-vin impliquant le maire de Venise. Surnommé le « barrage maudit », le système a finalement été livré avec dix ans de retard, et un coût total de 5,5 milliards d’euros, soit trois fois plus que le budget initialement prévu.

Ses 58 parois mobiles, réparties sur quatre immenses barrières, doivent permettre de résister à une crue maximale de trois mètres. L’acqua alta est de plus en plus sévère à Venise avec l’accélération du réchauffement climatique et la hausse du niveau des océans. D’après ses concepteurs, le barrage devrait tenir 100 ans s’il est entretenu correctement.

Source : France Info et la presse italienne.

—————————————-

It is a project that the Venetians no longer expected. The Mose system (« Moses » in Italian), a large set of movable dikes, was first activated last weekend in Venice. It made it possible to prevent the city and its famous Saint Mark’s Square from being flooded by the acqua alta, a phenomenon of rapid flooding which occurs in the event of severe weather.
The activation of the mobile dikes took place at 8:35 am and was completed at 9:52 am The result of the operation was perfectly visible in St. Mark’s Square, which remained dry while the water from the sea reached the 125 centimetres predicted by the Tide Center. The rise of the sea towards the lagoon was successfully interrupted. Thus, in Punta della Salute, the tidal level has remained stable between 70 and 75 centimetres. In other words, the activation of the dikes made it possible to gain about 50 centimetres. Normally, the water would have reached knee height in St. Mark’s Square.
Designed in 1984 by Italian Alberto Scotti, the Mose project was not officially launched until 2003 following construction delays, design flaws and a bribe scandal involving the mayor of Venice. Dubbed the « damn dam », the system was finally delivered ten years late, and a total cost of 5.5 billion euros, three times the budget initially planned.
Its 58 movable walls, spread over four huge barriers, are supposed to be able to withstand a maximum flood of three metres. Acqua alta is getting more and more severe in Venice because of global warming and the rising level of oceans. According to its designers, the dam is expected to last 100 years if maintained properly.
Source: France Info and the Italian press.

Le système Mose et son principe de fonctionnement (Source ; Wikipedia)

Islande : Vers la fin de la crue glaciaire // Iceland : Toward the end of the glacial outburst

Dans ma dernière mise à jour sur l’Islande, j’indiquais que la crue glaciaire de la rivière Múlakvísl diminuait lentement. La conductivité de l’eau était tombée à 330 μS / cm. Aucun événement significatif n’est survenu depuis. Le niveau de la rivière retourne lentement à la normale et aucun autre séisme n’a été enregistré.

————————————–

In my latest note about Iceland, I indicated that the glacial flood of the Múlakvísl River was slowly declining. Water conductivity had dropped to 330µS/cm. No significant event has occurred since that time. The level of the Múlakvísl River is slowly going back to normal and no other earthquakes have been recorded.

Mise au point du Met Office islandais à propos du Katla // Icelandic Met Office’s clarification about Katla volcano

drapeau-francaisComme je l’ai écrit dans une note précédente, l’activité sismique du Katla est en hausse depuis la mi-juin, ce qui a provoqué la crainte de l’imminence d’une éruption. Le Met Office islandais n’est pas de cet avis et vient de publier une mise au point.
Depuis le 1er juin 2016, plus de 100 séismes superficiels ont été détectés dans la caldeira du Katla, ce qui représente près de quatre fois la moyenne mensuelle par rapport aux années précédentes. Ces séismes ont eu lieu sous forme de séquences de quelques minutes à quelques heures, souvent avec 20 événements ou plus. Leur magnitude maximale était M 3.2. Cette hausse de l’activité sismique pendant l’été est fréquente sur le Katla et l’activité de cette année est semblable à celle observée en 2012 et 2014. Elle se produit souvent en relation avec une vidange des eaux de fonte de plusieurs chaudrons de glace bien connus formés par l’activité hydrothermale.
Depuis la fin juin 2016, on a observé trois petites crues de la rivière Múlakvísl qui sort du Mýrdalsjökull, le glacier qui recouvre le Katla. Le niveau de l’eau et les mesures de conductivité électrique effectuées au niveau du pont sur la Múlakvísl révèlent une augmentation d’écoulement de l’eau de fonte en provenance du Mýrdalsjökull.
Dans le secteur du Katla proprement dit, aucune déformation significative du sol et aucun épisode de tremor n’a été enregistré. Cela signifie qu’il n’y a pas de mouvements de magma en profondeur.

L’intérêt des médias pour les volcans islandais reste très fort depuis l’éruption de l’Eyjafjallajökull en 2010.

Ce bulletin d’activité émanant d’une source officielle a pour but d’éviter les interprétations erronées et autres digressions au niveau des organes de presse.

Source: Icelandic Met Office.

————————————–

drapeau-anglaisAs I put it in a previous post, earthquake activity at Katla volcano has increased since mid-June, which has caused fear that an eruption might be imminent. The Iceland Met Office does not think so and has issued a report explaining why.

Since June 1st 2016, more than 100 shallow earthquakes have been detected in Katla caldera, which is almost four times the monthly average compared to previous years. Earthquakes occurred mainly in bursts ranging from minutes to hours, often with 20 events or more. Their largest magnitude was M 3.2. Such summertime increases in seismicity are common at Katla and this year’s activity is similar to summertime unrest observed in 2012 and 2014. It often occurs in association with drainage of meltwater from several known ice-cauldrons, formed by hydrothermal activity.

Since late June 2016 there have been three small floods in the Múlakvísl river, an outlet from Mýrdalsjökull, the ice-cap overlying Katla. Water level and electrical conductivity measurements at the bridge over Múlakvísl show increased drainage of geothermal meltwater from Mýrdalsjökull.

Around Katla, no signs of increased ground deformation or bursts of seismic tremor have been recorded. Had they been observed, they might have indicated movement of magma.   Media interest in Iceland’s volcanoes has remained high since the 2010 Eyjafjallajökull. The current activity summary is intended as an official monitoring statement, in case of diverging media reports.

Source: Icelandic Met Office.

Myrdalsjokull

Vue du glacier Myrdalsjökull qui recouvre le volcan Katla.

(Crédit photo: Wikipedia)