Angoisse à Volcano (Hawaii) // Anxiety in Volcano village (Hawaii)

Ceux qui ont visité le Parc National des Volcans d’Hawaï sont probablement passés par Volcano, un village situé sur la Highway 11, à quelques kilomètres de l’entrée du parc. Personnellement, j’adore cet endroit et j’ai eu l’occasion de séjourner dans un très joli B & B au coeur d’une forêt de fougères arborescentes. Aujourd’hui, un tel séjour serait moins agréable qu’il y a quelques mois. En effet, en raison de l’éruption du Kilauea et de l’effondrement du cratère de l’Halema’uma’u, toute la zone sommitale connaît une sismicité élevée, avec de nombreux événements ressentis par la population.
Les habitants de Volcano sont capables de définir la magnitude des séismes en fonction de leurs effets sur leurs maisons. Ainsi, si les lustres oscillent, c’est une magnitude de 3. Si l’eau déborde du bassin de récupération des eaux pluviales, c’est une magnitude de 5. Ils sont aussi capables de dire quels sont les événements inoffensifs et ceux auxquels il faut porter une plus grande attention.

Le problème est que personne ne sait quand l’éruption va s’arrêter. Comme l’a dit un géologue du HVO: «Nous ne savons pas si c’est le début, le milieu, ou si nous approchons de la fin.» Comme je l’ai déjà précisé, la sismicité peut continuer même après la fin de l’éruption, le temps pour la caldeira sommitale de se stabiliser.
Pendant plusieurs semaines, les affaissements enregistrés dans la caldeira sommitale suite à la disparition du lac de lave ont fait augmenter le volume du cratère d’environ 10 millions de mètres cubes par jour. Cette subsidence s’accompagne d’explosions provoquées par la libération de la pression lors de l’évacuation des gaz. Elles sont plus ou moins régulières  et s’accompagnent de vibrations qui ressemblent à des séismes d’une magnitude pouvant atteindre M 5,4. Les explosions se produisent à peu près une fois par jour. Après une explosion, l’activité sismique diminue pendant un certain temps, mais reprend de la vigueur par la suite jusqu’à ce qu’une nouvelle explosion secoue le volcan.

Ce cycle constant est particulièrement éprouvant pour les habitants du village. Certains d’entre eux préfèrent rester dehors tout le temps parce qu’ils ne supportent pas de sentir leur maison trembler. D’autres disent que les secousses à répétition causent des dégâts, avec l’ouverture de fissures sur les murs et les plafonds.
Un habitant de Volcano a déclaré que des fractures sont apparues à la surface de Piimauna Drive, la seule route d’accès à sa subdivision. Bien que la route soit toujours praticable, des fractures sont apparues à sa surface et se sont élargies depuis le début de l’activité sismique. Il se demande maintenant si sa maison pourra toujours disposer d’une voie d’accès.

Au cours d’une récente réunion qui s’est tenue à Volcano, un ranger du Parc des Volcans a déclaré qu’il était confiant quant à la réouverture du Parc qui se modifie à vue d’œil. Le cratère qui ne cesse de s’agrandir a déjà avalé un parking, et le Musée Jaggar est susceptible de connaître le même sort.  Cependant, les représentants du HVO ont rassuré les habitants en leur indiquant que l’effondrement de la caldeira ne devrait pas se propager loin du sommet. Les fractures sur les routes autour de Volcano sont causées par des contraintes répétées ; ce  ne sont pas des fractures volcaniques ou des affaissements de terrain.

La population de Volcano reste inquiète. Il y a beaucoup moins de visiteurs à l’heure actuelle étant donné que le Parc des Volcans est fermé. Les habitants et les propriétaires d’entreprises commerciales sont impatients de voir la situation redevenir normale.
Adapté d’un article du Hawaii Tribune Herald.

———————————————–

Those who have visited Hawaiian Volcanoes National Park probably drove along Volcano, a village located on Highway 11, a few miles before the park entrance. Personally, I love the place and I happened to stay in a very nice B&B amid a forest of tree ferns. However, today, such a stay would be less pleasant than a few months ago. Indeed, because of the current Kilauea eruption and the collapse of Halema’uma’u Crater, the whole summit area is going through elevated seismicity, with many events that can be felt by the population.

People in Volcano are able to define the magnitude of the quakes according to their effects in their homes. If the lights by the window shake, it’s a magnitude 3. If the water sloshes out of the catchment tank, it’s a magnitude 5. Thus, they can determine which quakes are nothing to worry about and which ones might be something more.

The problem is that nobody knows when it will stop. As one HVO geologist put it: “We don’t know if this is the beginning, the middle or if we’re getting close to the end.”  As I put it before, seismicity may continue even after the end of the eruption, time for the summit caldera to stabilise.

For several weeks, ground subsidence around the summit caldera following the recession of the lava reservoir has caused the volume of the crater to expand by approximately 10 million cubic metres per day. This subsidence is accompanied by semi-regular pressure explosions, and tremblors which register as earthquakes with magnitudes up to M 5.4. The explosions happen roughly once per day. Following an explosion, seismic activity lessens for a time, but additional tremors of increasing intensity occur throughout the day until another explosion shakes the volcano.

This constant cycle is nerve-wracking for the village’s inhabitants. Some residents had rather stay outside all the time because they can’t stand listening to their houses shake. Others say the repeated quakes are causing damage to their homes with the opening of fissures on the walls and the ceiling.

A Volcano resident said cracks have appeared at the surface of Piimauna Drive, the only road in or out of her subdivision. While the road is still passable, cracks in the surface have developed and expanded since the quakes began, leading her to worry that eventually she might have no way out.

During a recent meeting held in the village, a ranger for Hawaii Volcanoes National Park said he was confident that the park will reopen eventually, although the park will be drastically changed when it does. The ever-widening crater already has swallowed a parking lot, with Jaggar Museum likely to follow. However, HVO representatives reassured residents that the caldera collapse is not expected to spread far from the summit. Cracks in Volcano road surfaces are entirely caused by repeated stress rather than volcanic fissures or sinking land.

Residents remain uneasy though, and with far fewer visitors to Volcano now that the park is closed, residents and business owners are eager to see the situation  return to normal.

Adapted from an article in the Hawaii Tribune Herald.

Crédit photo: USGS

La sismicité au sommet du Kilauea (Hawaii) // Seismicity in the summit area of Kilauea (Hawaii)

Comme je l’ai écrit à maintes reprises, l’éruption du Kilauea et la sismicité qui l’accompagne causent des dégâts considérables sur la zone sommitale du volcan. En s’agrandissant, le cratère de l’Halema’uma’u a fait disparaître le parking de l’ancienne plateforme d’observation et la sismicité pourrait rendre le Jaggar Museum inutilisable.
S’agissant du musée, le personnel a observé des fractures sur la terrasse ainsi qu’à l’intérieur du bâtiment. Par prudence, les artefacts ont été retirés et transférés vers un endroit plus sûr il y a quelques jours. On craint que le bâtiment, qui abrite également l’Observatoire des Volcans d’Hawaï (le HVO) disparaisse dans la caldeira si l’activité sismique continue avec la même intensité. Même si un tel événement ne se produit pas, il ne sera peut-être pas très prudent de réutiliser le musée quand le Parc National rouvrira, à cause de la proximité de la falaise devenue très instable.
Cependant, pour l’instant, les géologues affirment qu’il n’y a pas de signes que le site a commencé à bouger. Il y a certes quelques fissures sur le parking du HVO et à côté du bâtiment, mais elles ne présentent que quelques mètres de longueur. Quoi qu’il en soit, même s’il ne semble pas y avoir de danger imminent, les retombées de cendre intermittentes et les secousses sismiques, ainsi que les dégâts lents mais continus subis par les bâtiments du HVO, montrent qu’il faudra être vigilant tant que l’activité continuera. Il est encore trop tôt pour savoir ce qu’il adviendra des bâtiments à plus long terme.
Le Jaggar Museum a été construit en 1927 et il offrait jusqu’à présent une vue magnifique sur le lac de lave à l’intérieur de l’Halema’uma’u. Ce n’est plus le cas depuis que le lac a disparu après l’évacuation du magma vers la Lower East Rift Zone.
Selon l’USGS, le cratère a presque doublé en largeur et atteint 300 mètres de profondeur en certains endroits. Le Parc National est fermé depuis six semaines à cause du danger et le personnel de l’USGS a été transféré vers l’Université d’Hawaï sur le campus de Hilo.
Les séismes ont également ouvert des fissures sur la Highway 11 près de l’entrée du Parc. On ne connaît pas l’ampleur des dégâts à la Volcano House. Depuis la fermeture du Parc National, plus de 100 employés de la Volcano House se retrouvent momentanément au chômage.

 Dans sa dernière mise à jour, le HVO indique que la sismicité reste très élevée dans la zone sommitale. Le 22 juin, après environ 25 heures de sismicité significative, une explosion s’est produite au sommet avec un panache de vapeur et de cendre qui s’est élevé à 150 mètres au-dessus du plancher du cratère. L’énergie libérée par l’événement était équivalente à un séisme de magnitude M 5.3. Quelques heures plus tard, la sismicité a diminué avant d’augmenter à nouveau, avec une trentaine de secousses par heure. Ce type d’évolution sismique est observé depuis le début de l’éruption au mois de mai. Dans le même temps, l’affaissement de la lèvre et des parois de l’Halema’uma’u continue.
Source: USGS, Parc National.

————————————————-

As I put it several times before, the eruption of Kilauea and the accompanying seismicity are causing considerable damage over the summit area of the volcano. The ever-growing Halema‘uma‘u crater has already destroyed the Overlook parking lot and it might make the Jaggar Museum unusable.

As far as the museum is concerned, the staff has witnessed cracks across the viewing deck as well as inside the museum. As a caution, artifacts were being removed and taken to a safer place a few days ago. There is concern the building, which also houses USGS’s Hawaiian Volcano Observatory (HVO), could slide into the caldera if this activity continues. But even if it doesn’t, it might not be safe to reuse once the park can reopen because of the proximity to a very unstable cliff.

However, for the moment, geologists say there is no evidence yet the whole site is starting to slip.There are some ground cracks through the HVO parking lot and adjacent to the building, but these are small, a few metres long. Even though there does not seem to be an imminent danger, the intermittent ashfalls and the earthquake shaking, plus the slow but continuing damage to the HVO buildings means that it is not a viable place for as long as this activity continues. It is still too early to know the longer term status of the buildings.

The Jaggar Museum was built in 1927 and previously offered views of the lava lake inside Halema‘uma‘u. This is no longer the case since the lake disappeared as magma withdrew from the summit in response to the lower East Rift Zone eruption.

The crater has nearly doubled in width, according to USGS, and is 300 metres deep in some places. The National Park has been closed for six weeks because of the danger and USGS staff was relocated to the University of Hawaii at Hilo campus.

Earthquakes also have caused cracks on Highway 11 near the park entrance. It is not known how much damage, if any, the Volcano House has sustained after more than a month of repeated earthquakes. Since the National Park’s closure, Volcano House’s more than 100 employees have been designated “temporarily unemployed.”

In its latest update, HVO indicates that seismicity remains elevated in the summit area. On June 22nd, after approximately 25 hours of elevated seismicity, a collapse explosion occurred at the summit producing a steam and ash plume that rose 150 metres above the crater floor. The energy released by the event was equivalent to an M 5.3 earthquake. A few hours later, seismicity decreased before increasing again, reaching about 30 earthquakes per hour. This kind of seismic evolution has been observed since the beginning of the eruption in early May. Meantime, inward slumping of the rim and walls of Halema’uma’u continues.

Source; USGS, National Park.

Crédit photo: USGS

Kilauea (Hawaii): Les fractures du désespoir // The fissures of despair

Comme je l’ai écrit à maintes reprises, l’éruption le long de la Lower East Rift Zone a ouvert une vingtaine de fractures qui émettent des projections et des coulées de lave. Une cinquantaine de maisons et autres bâtiments ont été détruits par la lave. Toutes les fractures ne vomissent pas de la lave, mais elles peuvent causer des dégâts importants.
Ainsi, lorsqu’un couple a retrouvé sa maison dans les Leilani Estates, l’homme et la femme ont découvert une fracture de 3 mètres de large et 150 mètres de long qui cisaillait leur terrain et se prolongeait jusque sous leur maison. Le couple avait hérité de la maison que le mari avait construite avec son père en 1990. Le couple envisageait de la transmettre à leurs enfants, âgés aujourd’hui de 11 et 12 ans mais, de toute évidence, cela ne sera pas possible.
Quand le couple a quitté la maison en toute hâte il y a quelques semaines, il n’a pris que les photos et les documents les plus importants. L’homme et la femme ont tout laissé derrière eux. Les déformations du sol ont déplacé la maison d’au moins 1,20 mètre et elle penche maintenant d’un côté. Tous leurs effets personnels restés dans la maison sont  rendus inutilisables par le dioxyde de soufre.
La maison de leur voisin, achetée pour 335 000 dollars en avril 2017, est toujours debout, même s’il ne peut plus vivre à l’intérieur. La fracture traverse sa propriété et se prolonge dans celle du couple et de l’autre côté de la rue. L’homme savait que sa propriété avait été recouverte par la lave il y a plusieurs siècles, mais il ne s’attendait pas à ce que cela se reproduise un an après l’achat de sa maison.
Voici une photo de la maison avec la fracture qui passe dessous. Il y a aussi une vidéo de l’endroit mais je n’indiquerai pas le lien. Je ne supporte pas de voir des badauds venir prendre des photos d’un endroit où les gens connaissent une grande détresse après avoir tout perdu. C’est du pur voyeurisme. Soit dit en passant, j’avais lu que la subdivision des Leilani Estates était fermée au public par peur du vandalisme, avec des points de contrôle sur toutes les routes d’accès … Quelqu’un peut-il m’expliquer la présence des gens en train de prendre des photos sur la propriété que l’on voit dans la vidéo? ?
Source: Honolulu Star Advertiser.

———————————————

As I put it many times before, the eruption along the Lower East Rift Zone opened about 20 fissures that produced spatter and lava flows. About fifty houses and other structures have been destroyed by lava. However, all the fissures do not produce lava, but they can cause major damage.

When a family returned to thei home in Leilani Estates, they found a 3-metre wide crack running over a length of 150 metres through their backyard and beneath their house. The family inherited the house the husband built with his father in 1990. The couple had envisioned eventually passing their home on to their children, now aged 11 and 12, but it will probably be impossible.

When the family scrambled to evacuate a couple of weeks ago, they only took their photographs and most important documents. They left everything else behind. The house has shifted at least 1.20 metres and is now leaning to one side. All of their remaining belongings are ruined by the sulphur dioxide.

The home of her neighbour is still standing, though he can no longer live in the house he bought for $335,000 in April 2017. The crack runs from his backyard into the couple’s property and across the street. The man knew his poperty was covered by lava hundreds of years ago, but he did not expect it to happen a year after he bought his house.

Here is a photo of the house with the crack running under it. There is also a video of the place but I won’t indicate the link. I can’t bear seeing people flocking and taking photos of a place where people are in great distress for having lost everything. This is sheer voyeurism. By the way, I had read that the subdivision of the Leilani Estates was closed to the public for fear of vandalism, with checkpoints on all the access roads… Can someone explain me what the people taking photos are doing on the property shown in the video?

Source: Honolulu Star Advertiser.

La Nature est puissante et impitoyable (Crédit photo; Presse hawaienne)

Le coût du réchauffement climatique en Alaska // The cost of global warming in Alaska

drapeau-francaisUne étude réalisée par l’Environmental Protection Agency et qui vient d’être publiée par la National Academy of Sciences a estimé le coût des dégâts aux routes et infrastructures publiques induits par le réchauffement climatique en Alaska. L’étude, réalisée à la fin du mandat présidentiel de Barack Obama, met en avant la responsabilité des hommes dans le réchauffement climatique, mais aussi leur aptitude à le ralentir. Au train où vont les choses et si rien n’est fait, les dégâts causés par les précipitations excessives, les inondations, la fonte du permafrost et l’érosion littorale coûteront 5,5 milliards de dollars en 2099. Ce chiffre inclut les réparations à effectuer, entre autres, dans les aéroports, sur les oléoducs, les voies ferrées, les routes et les bâtiments publics. En revanche, si des efforts sont accomplis pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au niveau recommandé par la COP 21 de Paris en 2015 (élévation des températures limitée à 2 degrés maximum), ce chiffre pourrait s’abaisser à 4,2 milliards de dollars.

En Alaska, ce sont les routes qui souffrent le plus du réchauffement climatique et de la fonte du permafrost qui provoque leur dégradation rapide. Les dégâts subis, pour la même raison, par les bâtiments viennent en deuxième position.

Pour des raisons de concentration de population évidentes, ce sont les parties méridionale et le centrale de l’Alaska qui pâtiront le plus du réchauffement climatique. Le coût sera négligeable pour la Chaîne des Aléoutiennes.

—————————————

drapeau-anglaisA study by the Environmental Protection Agency that has just been published by the National Academy of Sciences has estimated the cost of damage to roads and public infrastructure caused by global warming in Alaska. The study, carried out at the end of Barack Obama’s presidential term, highlights the responsibility of men in global warming, but also their ability to slow it down. From the way things are going, if nothing is done, the damage caused by excessive rainfall, flooding, permafrost melting and coastal erosion will cost $ 5.5 billion in 2099. This includes; among others, the damage caused to airports, pipelines, railways, roads and public buildings. However, if efforts are made to reduce greenhouse gas emissions to the level recommended by Paris’s COP 21 in 2015 (temperature rise limited to a maximum of 2 degrees), this figure could drop to 4.2 billion dollars.
In Alaska, it is the roads that suffer the most from global warming and the melting of permafrost which causes their rapid degradation. The damage suffered, for the same reason, by the buildings comes second.
For obvious population concentration reasons, the southern and central parts of Alaska will suffer the most from global warming. The cost will be negligible for Aleutians.

pergel-01

pergel-02

La fonte du permafrost (ou pergélisol) concerne tout le nord du continent nord-américain. On en a un exemple ici à Dawson City dans le Yukon canadien. (Photos: C. Grandpey)

Puissant séisme en Nouvelle Zélande // Powerful earthquake in New Zealand

drapeau-francaisUn séisme de magnitude 7,5 a frappé l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande à 12 h 02, non loin de Hanmer Springs, dans le nord de la province de Canterbury. Des répliques sont toujours enregistrées, avec plus de 100 événements en ce moment. Au moins deux personnes ont été tuées. Une victime a subi une crise cardiaque tandis qu’ une autre a été tuée dans une résidence historique à Canterbury. Les habitants ont fui leurs maisons à la suite d’une menace de tsunami. Kaikoura et d’autres villes de l’île du Sud ont été coupées du reste du pays. La célèbre route SH1 et des tunnels ferroviaires ont été bloqués par des glissements de terrain. La ville de Wellington est également très touchée, avec des dégâts aux bâtiments et aux routes. Le coût du séisme devrait être de plusieurs centaines de millions de dollars. Entre le North Canterbury et Wellington, les écoles ont été fermées jusqu’à ce que les dégâts puissent être évalués.
A l’heure où j’écris, les alertes tsunami pour l’ensemble de la côte est de la Nouvelle-Zélande ont été levées, mais il est demandé aux habitants de la côte de rester loin des plages et du rivage. L’évaluation des dégâts et des victimes est en cours. Il n’y a plus d’électricité dans de nombreux secteurs
Source: New Zealand Herald.

—————————————-

drapeau-anglaisAn M 7.5 quake struck New Zealand South Island at 12.02am, not far from Hanmer Springs in North Canterbury. Aftershocks are still recorded, with more than 100 events so far. At least two people have been killed.One victim suffered a heart attack, another was killed in a historic homestead in Canterbury. Residents fled their homes in the wake of a tsunami threat. Kaikoura and other South Island towns have been essentially cut off, with the famous SH1 road and rail tunnels blocked by slips. Wellington is also badly hit, with damage to buildings and roads.The cost of the quake is expected to be hundreds of millions of dollars. Schools from North Canterbury to Wellington were told to remain shut until damage can be assessed
Tsunami warnings for the entire east coast of New Zealand have been lifted but people living on the coast are being warned to stay away from beaches and shoreline. Full assessment of damage, casualties still being conducted. Power is out in many areas
Source: New Zealand Herald.

Violent séisme en Italie // Powerful earthquake in Italy

drapeau-francaisUn violent séisme enregistré par le Centre Sismologique Euro-Med (CSEM) avec une magnitude de M 6.2 a frappé le centre de l’Italie à 01h36 UTC le 24 août 2016. Le CSEM fait état d’une profondeur de 4 km tandis que, selon l’USGS, le séisme a une magnitude de M 6.2 pour une profondeur de 10 km. Les secousses ont duré pendant une trentaine de secondes. De nombreuses répliques secouent encore la région. Le CSEM en enregistrait 64 (M 1,6à M 5,5) à 5:31 UTC.
Selon le CSEM, l’épicentre était situé à 14 km à l’E de Maltignano, 43 km au N de L’Aquila, et 109 km au NE de Rome.
L’USGS a émis un niveau d’alerte Orange pour le nombre de victimes lié au séisme. Les pertes humaines seront probablement importantes. Un niveau d’alerte Rouge a été émis pour les pertes économiques. Des dégâts importants sont probables sur une zone relativement importante.
Dans l’ensemble, la population dans cette région réside dans les structures vulnérables pour les unes, ou parasismiques pour les autres.

Les villes les plus endommagées sont Accumoli, Amatrice, Posta et Arquata del Trontoi.
Le maire d’Amatrice parle d’importants dégâts. La ville a été coupée du reste du pays en raison des dégâts causés aux routes et à un pont. Le maire indique que des personnes sont prisonnières des décombres et il a appelé les services d’urgence pour aider à dégager les routes.
Le maire d’Accumoli indique que de nombreux bâtiments ont été gravement endommagés et que, là aussi, des personnes sont prisonnières des décombres.

Au moment où j’écris ces lignes, le bilan est d’au moins 73 morts (24 août à 16 heures – heure locale). A 20 heures, il est fait état d’au moins 120 morts.

Le dernier séisme majeur en Italie a frappé la ville de L’Aquila en 2009, tuant plus de 300 personnes. 65 000 autres se sont retrouvées sans abri. On se souvient qu’à l’issue de ce séisme 6 scientifiques italiens avaient été condamnés en octobre 2012,  pour « homicide par imprudence », à six ans de prison pour avoir sous-estimé les risques avant le séisme. Ils ont finalement été acquittés en novembre 2011 car la cour a estimé que les faits ne constituaient finalement pas un délit. Seule exception à l’acquittement général, le sous-directeur de la protection civile, Bernardo De Bernardinis, a été condamné à deux ans de prison pour « homicide involontaire et négligence » envers certaines victimes, tout en étant acquitté pour la mort d’autres victimes.

Source : Presse italienne.

—————————————

drapeau-anglaisA powerful earthquake registered by the Euro-Med Seismological Centre (EMSC) as M 6.2 struck central Italy at 01:36 UTC on August 24th, 2016. EMSC is reporting a depth of 4 km whereas USGS is reporting M 6.2 at a depth of 10 km. The tremors lasted for about 20-30 seconds. Numerous aftershocks are shaking the region. EMSC registered 64 aftershocks (M 1.6 – M 5.5) by 05:31 UTC.

According to the EMSC, the epicenter was located 14 km E of Maltignano, 43 km N of L’Aquila, and 109 km NE of Rome.

USGS issued an Orange alert level for shaking-related fatalities. Significant casualties are likely. A Red alert level was issued for economic losses. Extensive damage is probable and the disaster is likely widespread.

Overall, the population in this region resides in structures that are a mix of vulnerable and earthquake resistant construction.

The worst hit towns were believed to be Accumoli, Amatrice, Posta and Arquata del Trontoi.

The mayor of the small town of Amatrice reported extensive damage. The town has been cut off because of damage to roads and a bridge. The mayor said people had been stuck in the rubble and called emergency services to help clear roads.

The mayor of Accumoli said a number of buildings had been badly damaged. A family of four has been located under the debris of a collapsed building but there are no signs of life.

The current toll is at least 73 fatalities (August 24th – 16:00, local time). At 20:00, the death toll has increased to at least 120.

The last major earthquake to hit Italy struck the central city of L’Aquila in 2009, killing more than 300 people. 65,000 people were left homeless. One can remember that after the earthquake in L’Aquila six Italian scientists were convicted in October 2012 – for « reckless homicide » – to six years in prison for having underestimated the risks before the earthquake. They were eventually acquitted in November 2011 because the court found that the facts were ultimately not a crime. An exception to the general acquittal, the deputy director of the Italian Civil Defense, Bernardo De Bernardinis, was sentenced to two years in prison for « involuntary homicide and negligence » towards some victims, while being acquitted of the death of other victims.

Source : Italian newspapers.

Séisme_modifié-1

Séismes au Japon: Le bilan s’alourdit et éruption de l’Aso? // Earthquakes in Japan: A heavier death toll and eruption of Mt Aso?

drapeau-francaisLe séisme de M 7.3 (ou M 7.0, selon l’USGS) qui a frappé la préfecture de Kumamoto en début de journée ce samedi a tué au moins 19 autres personnes, ce qui porte le bilan depuis jeudi soir à 28 morts. La chaîne de télévision NHK a indiqué que 760 personnes ont été blessées et de nombreux bâtiments ont été endommagés ou totalement détruits. Des personnes restent prisonnières de bâtiments effondrés et il est fait état d’incendies et de pannes de courant. Le réseau de transports de la région a subi des dégâts considérables: un tunnel s’est effondré, un pont routier a été endommagé, des routes ont été bloquées par des glissements de terrain et les trains sont à l’arrêt. L’aéroport de Kumamoto a également été fermé.
Un énorme glissement de terrain a balayé des maisons et coupé une route nationale à Minamiaso. Contrairement au séisme précédent qui avait surtout détruit de vieilles maisons, celui de samedi a endommagé des constructions récentes et certains bâtiments ont été carrément renversés à Kumamoto, site de l’épicentre des séismes. Les fortes pluies prévues pour les prochains jours pourraient provoquer d’autres glissements de terrain et affecter les structures déjà endommagées.
Les médias japonais font état d’une éruption du mont Aso. Cependant, cette information demande à être vérifiée. Il se dit qu’un panache s’élèverait à une centaine de mètres au-dessus du volcan (ce qui en soi n’a rien d’extraordinaire, comme le montre la photo ci-dessous), mais il n’est fait état d’aucun dégât. .
Source: The Japan Times.

Voici une vidéo montrant les dégâts dans la région de Kumamoto:

http://abcnews.go.com/International/video/dramatic-landslide-earthquake-japan-38434756

————————————-

drapeau-anglaisThe M 7.3 (or M 7.0, according to USGS) earthquake that struck Kumamoto Prefecture early Saturday killed at least 19 more people, bringing the total number of deaths since Thursday evening to 28. The NHK TV channel indicated that 760 people have been injured and many buildings have been damaged or totally destroyed. There are reports of people trapped in collapsed buildings, fires and power outages. The region’s transport network suffered considerable damage: one tunnel caved in, a highway bridge was damaged, roads were blocked by landslides and train services halted. Kumamoto airport was also closed

The powerful quake triggered a huge landslide that swept away homes and cut off a national highway in Minamiaso, and unlike the earlier quake which mostly affected old houses, on Saturday newer buildings were damaged and some were toppled across Kumamoto, the epicentre of the quakes. Heavy rain forecast for the coming days could lead to more landslides and affect already damaged structures.

The region’s transport network suffered considerable damage: one tunnel caved in, a highway bridge was damaged, roads were blocked by landslides and train services halted. Kumamoto airport was also closed.

Japanese media are reporting the eruption of Mount Aso. However, this piece of news needs to be confirmed. A plume is said to be rising about 100 metres in the air (which is not extraordinary, as can be seen on the photo below), but no damage has been reported.

Source: The Japan Times.

Here is a video showing the damage in the Kumamoto area:

http://abcnews.go.com/International/video/dramatic-landslide-earthquake-japan-38434756

Japon_modifié-3

Glissement de terrain provoqué par le séisme du 15 avril

(Crédit photo: Ministère de la Défense japonais)

Aso Gueffier

En 2015, le volcan Aso émettait déjà un panache de gaz et de vapeur d’eau.

Crédit photo: Franck Greffier que je remercie pour ses précieuses informations.