Les Etats Unis viennent de recevoir une sacrée gifle! // The U.S. has just received a good slap in the face!

Avec les dégâts causés par l’ouragan Ida en Louisiane, au Mississipi et à New York, avec les immenses feux de forêt qui ont ravagé et ravagent encore l’ouest des États-Unis et surtout la Californie, les Américains auront-ils compris que le réchauffement climatique est quelque chose de grave et surtout pas le canular imaginé par leur ancien président?
En Louisiane et dans le Mississippi, près d’un million de personnes manquent d’électricité et d’eau potable après que l’ouragan Ida a détruit les lignes électriques. En Californie, un incendie gigantesque menace le lac Tahoe, obligeant des dizaines de milliers de personnes à fuir. Dans le Tennessee, des crues soudaines ont tué au moins 20 personnes; des centaines d’autres ont péri pendant une vague de chaleur qui a accablé le nord-ouest. Et à New York, 17 centimètres de pluie sont tombés en quelques heures, noyant les gens dans leurs sous-sols.
Les catastrophes qui se sont abattues sur l’ensemble des Etats Unis cet été ont révélé une dure réalité : les États-Unis ne sont pas prêts pour affronter les conditions météorologiques extrêmes qui deviennent maintenant fréquentes en raison du changement et du réchauffement climatiques. Comme l’a dit le président Biden : « Nous devons faire quelque chose et être mieux préparés. Nous devons agir. »
Selon les climatologues, le pays est confronté à deux problèmes à la fois distincts et liés.
En premier lieu, les gouvernements n’ont pas dépensé suffisamment de temps et d’argent pour affronter les chocs climatiques qui étaient pourtant prévus depuis longtemps. Ensuite, il y a des limites à la capacité d’adaptation. Si les pays ne font pas plus d’efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre qui sont à l’origine du changement climatique, ils vont bientôt se heurter aux limites de la résilience. Avant l’arrivée d’Ida à New York, les responsables de la ville et de l’État avaient activé des plans pour y faire face, mais ils se sont révélés totalement inadaptés.
La répartition des dégâts causés par Ida reflète également la relation entre l’exposition aux aléas climatiques et les inégalités raciales : les impacts ont été plus marqués dans les communautés de couleur à faible revenu, qui, en raison d’inégalités historiques, sont plus sujettes aux inondations et reçoivent moins d’entretien de la part des services municipaux.
Dans toute la zone continentale des États-Unis, les précipitations violentes sont devenues plus fréquentes et plus sévères. Le nord-est a enregistré 50 % de précipitations supplémentaires au cours des tempêtes les plus violentes par rapport à la première moitié du 20ème siècle. La ville de New York est particulièrement vulnérable aux inondations. Les trois quarts de la ville sont recouverts de surfaces imperméables comme l’asphalte, ce qui signifie que les eaux de ruissellement sont canalisées dans les rues et les égouts au lieu d’être absorbées par le sol. De plus, le métro vétuste n’a pas été conçu pour faire face au réchauffement climatique.
La Metropolitan Transportation Authority a investi 2,6 milliards de dollars dans des projets de résilience depuis que l’ouragan Sandy a inondé le métro new-yorkais en 2012, mais es dernières crues éclair ont montré que le système reste vulnérable.
L’une des raisons de la dernière catastrophe est que les autorités locales et fédérales se sont concentrées sur la protection contre les tempêtes côtières suite au passage de l’ouragan Sandy. Le problème, c’est que les infrastructures qui protègent contre les tempêtes océaniques ne sont pas les mêmes que celles qui protègent contre les précipitations extrêmes.
Les États-Unis ont les moyens financiers de s’adapter au changement climatique. Prendre les bonnes décisions et mettre en œuvre les bonnes mesures est une question de volonté politique.
Source : Médias d’information américains.

——————————————-

With the impact of Hurricane Ida in Louisiana, Mississipi and New York, with the huge wildfires that are ravaging western US and above all California, will American prople realise that global warming is something serious and not the hoax suggested by their former president?

In Louisiana and Mississippi, nearly 1 million people lack electricity and drinking water after Hurrican Ida obliterated power lines. In California, a wildfire menaces Lake Tahoe, forcing tens of thousands to flee. In Tennessee, flash floods killed at least 20; hundreds more perished in a heat wave in the Northwest. And in New York City, 17 centimetres of rain fell in just hours, drowning people in their basements.

Disasters cascading across the country this summer have exposed a harsh reality: The United States is not ready for the extreme weather that is now becoming frequent as a result of climate change and global warming. As President Biden said: “We need to do — be better prepared. We need to act.”

According to climate experts, the country faces two separate but interlaced problems.

First, governments have not spent enough time and money to brace for climate shocks that have long been predicted. Then, there are limits to how much the country, and the world, can adapt. And if nations don’t do more to cut greenhouse gas emissions that are driving climate change, they may soon run up against the outer edges of resilience. Before the arrival of Ida in New York, city and state officials activated preparation plans, but they proved inefficient.

The pattern of damage also reflects the relationship between climate exposure and racial inequality: Impacts were more apparent in low-income communities of color, which, because of historic inequalities, are more prone to flooding and receive less maintenance from city services.

Across the continental United States, the heaviest downpours have become more frequent and severe. The Northeast has seen 50% more rainfall during the heaviest storms compared with the first half of the 20th century. New York City is particularly vulnerable to flooding. Three-fourths of the city is covered by impervious surfaces like asphalt, which means runoff is channeled into streets and sewers rather than being absorbed by the ground. And the city’s century-old subway system was not designed for a warming climate.

The Metropolitan Transportation Authority has invested $2.6 billion in resiliency projects since Hurricane Sandy inundated the city’s subways in 2012, Still, the latest flash floods showed that the system remains vulnerable.

One reason for the last disaster is that city and federal officials focused on protecting against the kind of coastal storm surge that Sandy wrought, But in the case of Hurricane Ida, the main threat was rainwater flowing downhill, not storm surge pushing in from the coast. The investments that protect against storm surge differ from those that guard against extreme rain.

The US has the financial means to adapt to climate change. Taking the right decisions ans implementing the right measures is a matter of political will.

Source: US News media.

Source: ESA

Et si on en parlait un peu !

Que ferions nous sans la Covid-19 ? Le virus a envahi la télévision et la radio et il a quasiment occulté ce qui se passe ailleurs dans le monde, y compris les pires catastrophes naturelles.

Les médias effleurent le sujet de temps en temps. C’est pourtant actuellement le défilé des ouragans et des typhons. Ils sont tellement nombreux que les climatologues se sont retrouvés à court de noms pour les baptiser.

Le réchauffement climatique et la montée en température des eaux de surface des océans contribuent à l’intensification de ces phénomènes naturels.

L’ouragan Iota qui se dirigeait dangereusement vers les côtes d’Amérique Centrale a atteint la Catégorie 5 avec des vents atteignant 260 km/h le 16 novembre 2020, alors qu’il passait au-dessus de l’archipel colombien de San Andrés, Providencia et Santa Catalina. C’est l’événement le plus puissant de la saison des ouragans dans l’Atlantique en 2020 et le plus dévastateur en Colombie.

Iota s’est affaibli en catégorie 4 en frappant le Nicaragua. Là aussi, c’est l’ouragan le plus puissant jamais observé dans ce pays d’Amérique Centrale.

Selon les autorités colombiennes, 98% des infrastructures de l’île de Providencia (5 011 habitants) ont été endommagées ou détruites, y compris l’hôpital local, qui a été complètement anéanti. La communication avec l’île a été temporairement impossible. Une évaluation préliminaire fait état d’au moins 2 morts, alors que le nombre total de personnes touchées n’est pas encore connu. L’île voisine de San Andres (43 000 habitants) a également subi des dommages à ses infrastructures.

En outre, de fortes pluies associées à une vague tropicale et à Iota ont causé d’importants dégâts en Colombie continentale, faisant au moins 7 morts et 11 disparus. Dans la région de Mohán à Dabeiba, des glissements de terrain ont tué trois personnes, en ont blessé 20 et ont fait 8 autres disparus.

Aux Philippines, l’île de Luzon dans son ensemble a été placée en état de catastrophe naturelle à compter du 18 novembre 2020, à la suite des ravages causés par les typhons Goni et Vamco. Ce dernier a provoqué les pires inondations de l’histoire dans la vallée de Cagayan. Les deux événements ont causé d’énormes dégâts, des centaines de milliers de maisons et de bâtiments ont été submergés et on déplore au moins 98 morts. Le président Rodrigo Duterte a proclamé l’état de catastrophe naturelle. Cela permet aux unités gouvernementales locales d’accéder plus facilement aux fonds prévus en cas de catastrophe, en sachant qu’ils ont été largement utilisés pour faire face à la pandémie de COVID-19.

Le super typhon « Goni » a tout détruit, en particulier dans la région de Bicol. Au total, 139 122 familles, soit 504 807 personnes, ont été évacuées de manière préventive. Selon le NDRRMC, la tempête a fait au moins 25 morts, 399 blessés, 6 disparus et 170 773 maisons ont été endommagées. Les dommages aux infrastructures sont estimés à 265 millions de dollars, tandis que les dommages à l’agriculture sont d’environ 103 millions de dollars.

Le typhon Goni a frappé les Philippines le 31 octobre avec des vents atteignant 225 km/h, avec des rafales à 280 km/h, ce qui en fait la tempête la plus puissante au monde cette année et le cyclone tropical le plus sévère jamais enregistré dans le pays.

Le typhon «Vamco» est arrivé le 11 novembre avec des vents de155 km/h et des rafales à 205 km/h. Il a provoqué des inondations catastrophiques dans diverses parties de Luzon, notamment Isabela, Rizal, Marikina et Cagayan,

Source : The Watchers et presse philippine.

Image infrarouge du typhon Goni ‘Source : NASA)

Les aérosols atmosphériques vus par la NASA // Atmospheric aerosols seen by NASA

Les vagues de chaleur, les ouragans et autres phénomènes météorologiques extrêmes sont la face visible du changement climatique, mais ils n’en sont pas les seuls signes. Une nouvelle image virtuelle diffusée par la NASA montre un autre problème causé indirectement par le réchauffement climatique: les particules et gouttelettes en suspension dans l’air. Sur l’image qui montre la situation le 23 août 2018, ces «aérosols» proviennent de la poussière, des cendres volcaniques et d’autres sources. Ils sont particulièrement denses cette année en raison des incendies en Californie, en Colombie-Britannique et dans le sud de l’Afrique.
La NASA indique que les aérosols présentés sur l’image ne sont « pas une représentation directe des données satellitaires ». Pour créer la carte, les scientifiques ont réuni les données du modèle GEOS FP [Goddard Earth Observing System Forward Processing] avec d’autres données et images satellitaires. Les particules de carbone noir sont indiquées en rouge, les aérosols de sel de mer soulevés par les tempêtes sont en bleu, tandis que la poussière est représentée en violet.
Les chercheurs ont également superposé les données de lumière nocturne fournies par le Visible Infrared Imaging Radiometer Suite (VIIRS), radiomètre à imagerie infrarouge visible installé sur le satellite Suomi NPP, ce qui permet de voir les villes et les villages. Les couleurs et les lumières se mélangent pour former une image en forme de tourbillon à la fois fascinante et inquiétante.
La NASA remarque que « certains événements qui apparaissent que l’image virtuelle posaient de sérieux problèmes au sol ». En effet, les cyclones tropicaux Soulik et Cimaron étaient sur le point de frapper la Corée du Sud et le Japon, tandis que Hawaii se préparait à affronter les pluies diluviennes et les inondations provoquées par l’ouragan Lane. La fumée provenait en grande partie de la Californie et de la Colombie-Britannique. Au plus fort des incendies en Colombie-Britannique, l’indice de la qualité de l’air à Prince George dépassait tous les niveaux et il faisait nuit noire alors que l’on était le matin.
Les scientifiques expliquent que les ouragans, les cyclones, les vagues de chaleur extrême et les incendies de forêt sont tous exacerbés par le réchauffement climatique. Jusqu’à présent en 2018, 118 records de chaleur ont été enregistrés à travers le monde. Les incendies de forêt ont dévasté l’Amérique du Nord, mais aussi la Grèce et d’autres régions. Tout cela crée un cycle permanent qui s’auto-entretient. Les températures plus élevées de l’Arctique libèrent le CO2 du pergélisol, des glaciers et des lacs, tandis que les aérosols provenant des feux de forêt renforcent l’effet de serre et font monter les températures.
Source: NASA.

—————————————————

Heatwaves, hurricanes and other extreme weather are the visible face of climate change, but they are not the only signs. A grim new visualization from NASA shows another problem caused indirectly by global warming: airborne particles and droplets. These « aerosols, » shown on a single day on August 23rd, 2018, come from dust, volcanic ash and other sources. They are particularly brutal this year because of fires in California, British Columbia and the southern part of Africa.

NASA notes that the aerosols shown are « not a direct representation of satellite data. » To create the map, scientists married data from the Goddard Earth Observing System Forward Processing (GEOS FP) model with other satellite data and images. Black carbon particles are shown in red, sea spray salt aerosol lofted by storms are blue, while dust is shown in purple.

Researchers also superimposed night light data from the Visible Infrared Imaging Radiometer Suite (VIIRS) on the Suomi NPP satellite showing towns and cities. The colours and lights mix to form a swirl-like image that is at once dazzling and alarming.

NASA notes that « some of the events that appear in the visualization were causing pretty serious problems on the ground. » Namely, tropical cyclones Soulik and Cimaron were about to hit South Korea and Japan, while Hawaii braced for floods and rains caused by Hurricane Lane taht eventually became a tropical storm. The smoke came largely from California and Canada’s British Columbia. At the peak of the BC fires, the air quality index in Prince George was literally off the charts, and it looked like nighttime when it was actually morning.

Scientists say that hurricanes, cyclones, extreme heat and wildfires are all exacerbated by global warming. So far this year, 118 all-time heat records have fallen across the globe, and forest fires have devastated not just North America but Greece and other regions. All of that creates a self-perpetuating cycle, as warmer Arctic temperatures release CO2 from permafrost, glaciers and lakes, while aerosols from forest fires enhance the greenhouse effect, boosting temperatures.

Source: NASA.

Source: NASA

Kilauea (Hawaii): Pas d’effet de l’ouragan Lane sur le volcan // No effect of Hurricale Lane on the volcano

La tempête tropicale Lane s’est éloignée vers l’ouest, loin de la Grande Ile d’Hawaï où les inondations ont été sévères. Comme on pouvait s’y attendre, l’ouragan a eu peu d’effet sur l’éruption, à l’exception de quelques chutes de pierres au sommet et d’une augmentation des émissions de vapeur au niveau des bouches actives du Pu’uO’o et sur la Lower East Rift Zone (LERZ). Cependant, le HVO a perdu la communication avec plusieurs stations de surveillance dans la partie est de l’île, mais la capacité de l’observatoire à évaluer les conditions volcaniques n’a été que faiblement affectée..
La sismicité et la déformation du sol sont négligeables au sommet du Kilauea. Dans la LERZ, on aperçoit parfois une petite accumulation de lave au fond de la Fracture n° 8. On observe encore quelques petites entrées de lave dans l’océan et quelques petits panaches de brume volcanique. Les émissions de SO2 au sommet et sur la LERZ sont très faibles, avec une quantité totale inférieure à ce qu’elle était )à la fin de l’année 2007. Les émissions de SO2 de la LERZ sont trop faibles pour pouvoir être mesurées.
Source: USGS / HVO.

—————————————

Tropical Storm Lane is moving to the west away from the Island of Hawaii where flooding remains a problem. As could be predicted, the hurricane has had little effect on the eruption aside from minor rockfalls at the summit and increased steaming from Pu’uO’o and LERZ vents. However, HVO lost communication with several monitoring stations on the east side of the island, but the losses only slightly reduced the Observatory’s ability to assess volcanic conditions.
Seismicity and ground deformation are negligible at the summit of Kilauea. On the Lower East Rift Zone (LERZ), a small lava pond can occasionally be seen deep within the fissure 8 cone. A few ocean entries are still oozing lava and laze plumes are minimal. SO2 emission rates at both the summit and LERZ are drastically reduced; the combined rate is lower than at any time since late 2007. The SO2 emissions from the LERZ are too low to measure.
Source: USGS / HVO.

Encore un peu d’incandescence au fond de la Fracture n° 8 (Crédit photo: USGS / HVO)