Nouvelles du Kilauea (Hawaii) // News of Kilauea volcano (Hawaii)

drapeau-francaisDepuis le 2 décembre, le Kilauea connaît un épisode de déflation particulièrement prononcé. Comme d’habitude, la lave dans le cratère de l’Halema’uma’u réagit à ce comportement du volcan et son niveau a tellement chuté que la lave n’est plus visible depuis la terrasse du Jaggar Museuam. Il se peut que cet événement ne soit que temporaire, mais cela faisait pas mal de temps qu’il ne s’était pas produit.

Dans le même temps, la lave continue à entrer dans la mer dans la partie orientale du site de Kamokuna. Les conditions d’observation ne sont pas optimales car la lave voyage à l’intérieur des tunnels et elle entre en contact avec l’océan à l’extrémité du vaste delta qui s’étend au pied de la falaise littorale. Comme je l’ai déjà indiqué, cette plateforme est fracturée et des effondrements accompagnés de dangereuses explosions peuvent se produire à tout moment.

A noter que la lave de la coulée 61g a percé la surface sur le versant SE du Pu’uO’o et a parcouru plusieurs centaines de mètres. Elle ne présente toutefois pas de danger pour les zones habitées.

Source : HVO.

A côté de cela, les conditions météorologiques ne sont pas bonnes et de fortes pluies étaient annoncées pour ce week-end, avec risques d’inondations soudaines. La neige recouvre les sommets du Mauna Loa et du Mauna Kea.

——————————–

drapeau-anglaisSince December 2nd, Kilauea volcano is going through a significant deflation episode. As usual, lava within Halema’uma’u Crater responds to this behaviour of the volcano and its level has dropped so much that it is no longer visible from the terrace of the Jaggar Museuam. This may be a temporary event, but it had not been for quite a long time.
At the same time, the lava continues to enter the ocean in the eastern part of the Kamokuna site. The observation conditions are not optimal because lava travels inside tunnels and it comes into contact with the ocean at the end of the vast delta that extends at the foot of the coastal cliff. As I have already indicated, this platform is fractured and collapses accompanied by dangerous explosions can occur at any time.
Lava from the 61g flow has pierced the surface on the SE flank of Pu’uO’o and traveled several hundred meters. However, it does not pose any danger to populated areas.
Source: HVO.
The current weather conditions are not good and heavy rains were announced for this weekend, with risks of flash floods. The snow covers the peaks of Mauna Loa and Mauna Kea.

kil

Source: HVO.

Donald Trump est dans la lune… // Donald Trump has his head in the clouds…

drapeau-francaisSelon un article du très sérieux quotidien anglais The Guardian, Donald Trump va mettre un terme à toutes les recherches de la NASA liées au changement climatique. L’article cite Bob Walker, un conseiller du président élu, qui a déclaré que cette mesure ferait partie d’une campagne contre la «science politisée».
La décision pourrait sonner le glas de l’important réseau de satellites qui fournissent de précieuses informations météorologiques et climatiques. Le budget actuel de la NASA prévoyait d’augmenter de près de 2 milliards de dollars en 2017 les dépenses destinées à la recherche sur les sciences de la Terre.
À la place de la collecte d’informations sur le climat de la Terre, l’administration Trump redonnerait la priorité à la recherche spatiale. Cela représenterait un changement d’orientation considérable pour la NASA qui a diminué ses dépenses globales d’exploration spatiale, tout en s’associant à des sociétés commerciales comme SpaceX et Virgin Galactic. La NASA a prévu de consacrer 2,8 milliards de dollars à l’exploration spatiale en 2017.
Trump a toujours soutenu le développement de l’exploration spatiale à travers la NASA. Lors d’un meeting à Daytona Beach, en Floride, le 3 août dernier, il a regretté que le programme spatial des États-Unis ait été « décimé » et soit devenu « le programme d’une nation du tiers monde».
La position de Donald Trump sur le changement climatique n’est pas une surprise; il a toujours critiqué ce concept, allant jusqu’à affirmer que le réchauffement global était un « canular » mis au point par les Chinois pour nuire à l’industrie américaine.
Les propos de Trump contredisent ceux de la plupart des scientifiques qui constatent que le climat de la Terre se réchauffe sans équivoque et que l’effet de réchauffement est causé au moins en partie par les activités humaines.
Le vice-ministre chinois des Affaires Etrangères Liu Zhenmin a publié une note à l’attention de Donald Trump après son élection, en faisant remarquer que ce sont deux présidents républicains – Ronald Reagan et George Bush – qui, les premiers, ont tenu des propos sur le changement climatique à l’échelle mondiale. Trump n’a pas répondu à Zhenmin, mais a tempéré sa position sur le changement climatique. Lors d’une réunion avec des journalistes du New York Times, il a déclaré qu’il pensait qu’il y avait une «certaine» connectivité entre l’activité humaine et le réchauffement planétaire », mais il n’avait pas idée de son impact réel. Au cours de cette réunion, Trump a promis de garder un «esprit ouvert» au sujet du changement climatique, mais si l’article de The Guardian est fidèle à la réalité, il semblerait que sa politique soit déjà décidée dans ce domaine.

Source: The Guardian.

 ———————————

drapeau-anglaisAccording to an article in The Guardian, Donald Trump will eliminate all climate change related research conducted by NASA. The article cites Bob Walker, a senior advisor to President-elect, who said the move would be part of a crackdown on “politicized science.”

The decision could spell an end to NASA’s massive network of satellites that provide significant amounts of data regarding weather and climate. According to the agency’s budget estimates, it expects to increase its spending on earth science research to nearly $2 billion in 2017.

In place of the information gathering on the earth’s climate, the Trump administration would shift the focus of NASA back to space. This would represent a considerable change of emphasis for NASA, which has decreased its overall spending on space exploration while partnering with commercial companies like SpaceX and Virgin Galactic. NASA is estimated to spend $2.8 billion on space exploration next year.

Trump has been an active voice in supporting more space exploration through NASA. At a rally in Daytona Beach, Florida, on August 3rd, Trump suggested the U.S. space program had been decimated and said it was like the program of “a third-world nation. »

Ditching research in regard to climate change perhaps shouldn’t be a surprise, either; Trump has been a vocal critic of the concept, suggesting at one point that global warming was a “hoax” perpetrated by the Chinese to harm American manufacturing.

Trump’s conclusion flies in the face of scientific consensus, which finds the Earth’s climate is unequivocally warming, and that the warming effect is caused at least in part by humans.

Chinese Vice Foreign Minister Liu Zhenmin issued a correction for Trump following his election, noting that it was two republican presidents—Ronald Reagan and George H.W. Bush—who first brought the conversation about climate change to the global stage.

Trump hasn’t responded to Zhenmin, but has softened on his critique of climate change. In a meeting with the New York Times, Trump told reporters and editors at the paper that he thinks there is “some” connectivity between human activity and global warming, but wasn’t sure how big of an impact it truly had.

In the interview with the Times Trump promised to keep an “open mind” regarding climate change, but if The Guardian report is correct it would seem his mind might already be made up.

Source: The Guardian.

blog-04

Pendant ce temps, les glaciers fondent… (Photo: C. Grandpey)