Le Nicaragua voit vert // Nicaragua sees green

drapeau francaisLe Nicaragua ne produit pas de pétrole, mais c’est une terre où le vent souffle fort, où brille le soleil tropical et où se dressent 19 volcans actifs. Certains d’entre eux comme le Telica, le Cerro Negro, le San Cristobal ou le Concepción se réveillent de temps en temps et les autorités nicaraguayennes ont compris quel profit elles pouvaient tirer de toute cette énergie naturelle. Dans quelques années, la majeure partie de l’électricité du Nicaragua sera produite par les barrages hydroélectriques, les centrales géothermiques et les éoliennes.
Le plus grand parc éolien se trouve sur les rives du lac Nicaragua qui étale ses eaux au milieu du pays et jouit vents très réguliers qui font tourner les pales de dizaines d’éoliennes sur la rive occidentale du lac.
Il y a quelques années, le Nicaragua était presque totalement dépendant du pétrole nécessaire à la production de son électricité. De plus, le pays n’avait pas suffisamment de centrales thermiques pour subvenir à ses besoins. De fréquentes coupures de courant de 12 heures entravaient l’économie et pénalisaient la vie quotidienne. En 2005, le gouvernement a décidé de tirer parti de toute son énergie naturelle. Un ensemble de politiques a été mis en place afin de développer des projets d’énergie renouvelable au Nicaragua.
Une entreprise, Ram Power dont la maison mère se trouve dans le Nevada, a investi plus de 400 millions de dollars dans la centrale géothermique Polaris située à côté du volcan Telica. Le principe de fonctionnement est relativement simple : La roche chaude se trouve à environ 5-7 kilomètres de profondeur. Elle chauffe l’eau souterraine qui est ensuite remontée à la surface. La vapeur produite est injectée dans des turbines qui produisent de l’électricité. Outre la réduction des émissions de carbone, l’énergie géothermique permet au Nicaragua de moins dépendre du pétrole étranger.
Les énergies renouvelables génèrent aujourd’hui près de la moitié de l’électricité du Nicaragua, un chiffre qui, selon les responsables gouvernementaux, pourrait atteindre 80 pour cent d’ici quelques années, contre seulement 13 pour cent aux États-Unis. Et ce n’est peut être qu’un début. Il y a tellement d’énergie inexploitée au Nicaragua que le gouvernement envisage d’exporter l’électricité vers ses voisins d’Amérique centrale.
Source: Presse nicaraguayenne .

 ———————————————–

drapeau anglaisNicaragua produces no oil, but is a land of fierce winds, tropical sun and 19 active volcanoes. Some of them like Telica, Cerro Negro, San Cristobal or Concepción come to life from time to time and Nicaraguan authorities have understood they can tap all this natural energy. Within a few years the vast majority of Nicaragua’s electricity will come from hydroelectric dams, geothermal plants and wind farms.

Nicaragua’s largest wind farm lies on the shores of Lake Nicaragua, which stretches halfway across the country and enjoys nearly constant winds that rotate the dozens of wind turbines that rise up from the western shore of the lake.

Just a few years ago, Nicaragua was almost totally dependent on imported fuel oil to generate power. The country also lacked thermal plants to turn that fuel oil into electricity. The result was frequent 12-hour blackouts that damaged the economy and made daily life a real mess. In 2005, the government set out to harness all that natural energy. A set of policies was put in place that would allow renewable energy projects to be developed in Nicaragua.

One firm, Nevada-based Ram Power, has sunk more than $400 million into the Polaris geothermal plant located next to Telíca volcano. The hot rock resource is usually about 5 to 7 kilometres below the earth’s crust. It heats underground water which then is brought to the surface. The resulting steam is fed into turbines to produce electricity. Besides reducing carbon emissions, geothermal power has made Nicaragua less dependent on foreign oil.

Renewables now generate nearly half of Nicaragua’s electricity, a figure that government officials predict could rise to 80 percent within a few years. That compares to just 13 percent in the United States. And it may be just the beginning. There is so much untapped energy in Nicaragua that it’s planning to export electricity to its Central American neighbours.

Source : Nicaragua news media.

Cerro-Negro

Le Cerro Negro, l’un des 19 volcans actifs du Nicaragua  (Crédit photo:  Wikipedia)

Une réflexion au sujet de « Le Nicaragua voit vert // Nicaragua sees green »

  1. Bonjour Claude,
    J’ai attendu avec impatience ton article sur le Nicaragua… « Le Nicaragua voit vert » ne pouvait provenir que de la presse locale nicaraguayenne, car en fait ils font voir rouge au reste des pays centraméricains.
    Etant déjà l’avant dernier pays en 2014 à produire de l’électricité avec de l’énergie renouvelable dite verte malgré l’énorme potentiel géothermique.
    En 2014, les énergies renouvelables représentent en pourcentage :
    88,2% au Costa Rica, 68,6% au Guatemala, 60% au Salvador, 58,2% au Panama, 50,4% au Nicaragua, 41,3% au Honduras.
    Le Nicaragua aura visiblement beaucoup de mal à combler son retard sur ses voisins et exporter prochainement de l’électricité verte semble pour l’instant une utopie.
    Par exemple le 19 mars dernier, la compagnie d’électricité gérée par l’État du Costa Rica annonce avoir produit la totalité de ses volumes d’électricité uniquement grâce à des ressources renouvelables pendant une période de 75 jours. le Costa Rica est devenu le premier pays à se passer si longtemps de combustibles fossiles pour répondre à ses besoins en énergie électrique. Il y a fort à parier que le Costa Rica deviendra le premier pays neutre en carbone au monde.
    https://www.lenergieenquestions.fr/tag/electricite/

    De plus, le gouvernement du Nicaragua a entrepris une série de projets à contre courant du bon sens et de l’écologie régionale. Le plus insensé et dangereux est l’énorme chantier du canal Interocéanique qui a débuté le 20 décembre 2014 pour concurrencer le canal de Panama. Une catastrophe écologique dénoncée par toute la communauté scientifique… http://www.courrierinternational.com/article/2014/12/18/canal-du-nicaragua-un-projet-megalo-et-dangereux http://www.courrierinternational.com/article/2014/12/22/le-canal-du-nicaragua-inquiete-les-scientifiques http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20141222.AFP3917/le-nicaragua-lance-les-travaux-de-son-canal-controverse.html

    J'aime

    1. Salut Tanguy,
      Je suis ravi d’avoir un contact avec toi via le Nicaragua. Un grand merci pour cette mise au point qui, je pense, est plus fiable que l’ article de la presse nicaraguayenne qui n’est surement pas dénué d’un certain chauvinisme. Il est intéressant de voir la politique des pays d’Amérique Centrale par rapport aux énergies renouvelables alors que plusieurs pays de l’Union Européenne en train de faire machine arrière dans ce domaine. Je rentre d’Espagne où les centrales solaires et les éoliennes fleurissent partout mais ont coûté très cher à l’état espagnol par les subventions qui les ont accompagnées. Beaucoup de particuliers se sont endettés et se retrouvent en grande difficulté aujourd’hui. C’est un peu la même chose en Allemagne où l’on est en train de se rendre compte que l’électricité solaire n’est pas stable sur le réseau électrique du pays et le gouvernement allemand a mis lui aussi les subventions en berne. En France (au moins en Limousin), dès que l’on parle d’installer une éolienne, c’est une levée de boucliers des riverains qui ont peur des nuisances alors que les paysans en veulent car ils voient l’argent que l’installation sur leurs terres va leur rapporter! La messe est dite!
      Bien à toi.
      Claude

      J'aime

  2. Bonjour,
    A signaler aussi un très bon article sur les « dégâts annoncés du futur canal du Nicaragua » dans le magazine « la recherche » d’avril 2015 : 4 pages qui prennent le temps d’approfondir les craintes sur l’eau, la biodiversité, la pollution du lac par les sédiments et le sel etc….Et le prix à payer pour les populations locales.
    Bonne journée malgré tout!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.