Alaska: Sortie précoce d’hibernation pour les ours // Bears are already out of hibernation

drapeau francaisL’hiver a été très doux dans la partie centrale et méridionale de l’Alaska qui connaît également un printemps précoce. Il n’est donc pas surprenant que des ours soient déjà sortis de l’hibernation avec environ un mois d’avance. D’autres feront de même très bientôt, ce qui a incité l’Alaska Department of Fish and Game à lancer une mise en garde invitant la population à être vigilante.

Les ours errent régulièrement autour de leurs tanières à la sortie de l’hibernation mais ils ne tardent généralement pas à s’en éloigner pour chercher de la nourriture. L’hibernation, ça creuse ! Les graines pour oiseaux, mais aussi les aliments pour les chiens et le bétail sont riches en éléments nutritifs et sont susceptibles d’attirer les ours sur de longues distances. Les ours noirs surtout n’hésitent pas à s’approcher des maisons et à venir se promener jusque sur les balcons. Ils sont attirés par les mangeoires d’oiseaux dans lesquelles les graines sont riches en protéines. Les ordures ménagères, la volaille, les chèvres et les petits animaux attirent aussi des ours affamés. La loi interdit de nourrir les ours, intentionnellement ou non.
En conséquence, il est grand temps que les Alaskiens rentrent les ordures à l’intérieur des garages ou dans un abri solide et qu’ils remettent en route les clôtures électriques autour de leur bétail. C’est aussi le bon moment pour nettoyer le barbecue afin de ne pas être réveillé un matin par un ours venu lécher la graisse qui s’y trouve. Les habitants doivent également s’assurer que les congélateurs sont inaccessibles de manière que les ours ne puissent pas les atteindre. Certains ours qui ont réussi à ouvrir des congélateurs savent à quoi ils ressemblent ; ils connaissent leur contenu et n’hésitent pas à s’aventurer dans les garages laissés ouverts pour venir casser la croûte. Les ours qui font preuve d’une telle audace sont généralement abattus. Vous trouverez une histoire illustrant cette situation dans le livre Dans les pas de l’Ours (Editions Séquoia).

 —————————————-

drapeau anglaisWinter has been very mild in Southcentral Alaska which is also facing an early spring and some bears are already out of hibernation about one month in advance. Others will be out soon, which has the Alaska Department of Fish and Game warning that it’s time to be bear aware.

Bears regularly roam around their dens after first emerging from hibernation but it usually isn’t long after leaving them that they start to range widely in search of food. Bird seed and dog and livestock feed are nutrient-rich foods that can attract bears from long distances and lure them into people’s yards and even onto their decks. Bears are known to show up close to the houses looking for protein-rich bird feeders. Trash, poultry, goats and small livestock also attract hungry bears. Feeding bears, even unintentionally, is illegal and can result in fines

As a consequence, it is high time for Alaskans to move garbage inside the garage or into a sturdy, bear-proof shed and energize electric fences around livestock. Now is also a good time to clean the barbecue to avoid waking some morning to a bear trying to lick the grease off it. Residents should also make sure freezers are secured so bears can’t get at them. Some bears, having once gotten into freezers, know what they look like, understand what they contain and will even venture into open garages to try to grab a snack. Bears that bold usually end up getting shot and killed. You’ll find such a story in the book Dans les pas de l’ours (Sequoia Editions).

Ourse-blog

Les ours noirs sont les plus audacieux et n’hésitent pas à s’approcher très près des maisons…

(Photo:  C.  Grandpey)

Bientôt le « selfie » du moribond?

J’ai écrit le mot selfie entre guillemets car je déteste le franglais. Pourquoi ne pas utiliser notre belle langue et parler d’auto portrait ? Il est amusant – et peut-être un peu inquiétant – de voir autant de personnes sombrer dans le narcissisme et le besoin de se prendre en photo dans le seul but de mettre celle-ci en ligne sur des réseaux sociaux. J’entendais récemment à la radio que les « selfies » allaient être interdits lors du prochain festival de Cannes. Catastrophe ! On ne pourra plus envoyer sa binette à ses proches à côté de celle d’une de ces « people » – pardon, célébrités – qui font régulièrement la une des magazines à sensations.

Il y a quelques jours, lors de mon séjour en Andalousie, je me suis amusé à photographier quelques amateurs d’auto portraits. Les jeunes Asiatiques sur le cliché ci-dessous ne sont pas en train de taquiner le poisson dans un bassin de l’Alcazar de Cordoue, mais d’immortaliser un grand moment de leur vie en maintenant leur téléphone intelligent (smartphone ? Berk !) au bout d’une perche… A noter que cette dernière est en passe d’être interdite dans la plupart des musées. Ma tendance à la taquinerie me pousse parfois à passer derrière les personnes se tirant l’auto portrait et à faire quelques grimaces susceptibles de bonifier le cliché.

Si l’on pousse le ridicule jusqu’au bout, j’imagine assez une personne sur son lit de mort en train de demander à ses proches de lui apporter un smartphone  téléphone  intelligent pour qu’elle se tire un ultime selfie auto portrait avant de passer dans l’au-delà.

Je sais, je vais passer pour un vieux dinosaure en écrivant ces lignes. Peu importe. Je n’ai pas de téléphone intelligent mais je possède plusieurs appareils photo, un téléphone portable (sans Internet) et un ordinateur portable (avec Internet) un GPS de randonnée et un autre dans mon véhicule, même si je préfère les bonnes vieilles cartes en papier. J’arrive à vivre parfaitement sans tripoter en permanence l’écran d’un appareil censé favoriser la communication. Quand je vois des gens le regard rivé sur leurs écrans avec un oubli total de ce qui se passe autour d’eux, je me demande si ce but est réellement atteint.

smartphone-blog

Photo:  C.  Grandpey