L’éruption de l’Etna: Journée du 16 décembre 2013

Lundi 16 décembre (8 heures) : L’épisode éruptif qui a débuté le 14 décembre se poursuit ce matin. Le tremor et la sismicité restent relativement élevés. Les images fournies par la caméra thermique de la Montagnola montrent que le NCSE  est toujours animé par une petite activité strombolienne. La visibilité est meilleure ce matin mais de jour, il est impossible de voir la trajectoire des coulées qui, selon le dernier bulletin de l’INGV,  se dirigent toujours vers la Valle del Bove. Le panache éruptif se dirige en ce moment vers le sud.

A noter que l’éruption a entraîné la fermeture de l’aéroport de Catane. 22 vols programmés au départ ont été annulés et 26 vols prévus à l’arrivée ont été dirigés vers d’autres destinations. L’aéroport de Comiso, situé dans la même région, a également été fermé. La compagnie Sac, qui gère l’aéroport, a expliqué dans un communiqué que « la direction et l’intensité du vent » montraient que les cendres présentaient un risque pour les vols et qu’elle avait pour cette raison fermé son espace aérien. La compagnie a indiqué qu’elle ferait une nouvelle analyse de la situation ce lundi.

Etna-14-dec

12h30 : L’activité continue sur le Nouveau Cratère Se (NCSE), même si la sismicité a tendance a baisser un peu. Le tremor est chaotique, alternant les montées et les descentes. L’aéroport de Catane est resté fermé toute la matinée, ainsi que tout l’espace aérien du SE de la Sicile. La sac, qui gère l’aéroport a demandé aux autorités l’obtention d’une dérogation pour l’aéroport de Comiso – fermé lui aussi- afin de pouvoir gérer les situations d’urgence.

On peut lire dans le journal local La Sicilia de ce matin un article où il est écrit que « ces derniers jours les experts ont commencé à parler d’une possible trêve des phénomènes éruptifs », suite à la période de pause des deux dernières semaines. L’Etna en a décidé autrement !

Etna-14-dec

19h30 : La situation est plus calme ce soir mais le tremor et la sismicité sont encore à des niveaux trop élevés pour affirmer que la crise éruptive est en passe de se terminer. Le tremor joue au yo-yo et on a connu une pause semblable le 15 décembre avant la reprise d’activité dans la soirée. Il faut donc attendre et voir comment va se comporter le NCSE au cours des prochaines heures. Une petite activité strombolienne persiste ce soir, comme on peut le voir sur cette capture d’écran de la webcam de Mascali.

Etna-14-dec

22h30: Rien de très nouveau, si ce n’est la présence d’une petite coulée –  déjà visible sur la capture d’écran précédente – sur le versant oriental du NCSE.

Etna-14-dec

Mont Gambier (Australie)

drapeau francaisL’Australie est plus connue pour ses kangourous que pour ses volcans. Pourtant, ces derniers sont bien présents dans la grande Newer Volcanics Province qui couvre 15 000 kilomètres carrés dans le SE du pays, avec près de 400 petits volcans boucliers et des bouches explosives actives entre l’ère tertiaire et l’Holocène. Les dernières éruptions datées ont eu lieu au Mont Schank et au Mont Gambier il y a environ 5000 ans, époque pendant laquelle l’activité explosive a donné naissance à plusieurs maars et à des coulées de lave.
Il y a quelques semaines, des chercheurs de l’Université Monash ont évalué l’ampleur d’une éruption volcanique au Mont Gambier. Ils ont utilisé pour cela la modélisation informatique géométrique 3D et la thermodynamique.
Leur conclusion est que l’éruption a été semblable à celle de l’Eyjafjöll en Islande en 2010, avec un panache de cendres montant jusqu’à 10 kilomètres de hauteur qui provoquerait aujourd’hui la même pagaille qu’en Europe dans le trafic aérien. Poussée par les vents d’ouest, la cendre retomberait un peu partout dans l’est de l’Australie, ce qui veut dire que Melbourne, Canberra et Sydney seraient probablement affectées, et peut-être aussi la Nouvelle-Zélande .
La Newer Volcanics Province, qui s’étend entre le Mont Gambier et Melbourne, ne doit pas être négligée car elle est potentiellement active. Les chercheurs insistent sur le fait qu’une autre éruption pourrait conduire à des dommages significatifs, avec des cultures et du bétail touchés jusqu’à 100 kilomètres de distance.

Source : ABC News + Global Volcanism Network.

drapeau anglaisAustralia is little known as a volcanic country. However, volcanoes are present in the large Newer Volcanics Province which covers 15,000 square kilometres in the SE of the country with nearly 400 small shield volcanoes and explosive vents of Tertiary-to-Holocene age. The youngest dated eruptions took place at Mount Schank and Mount Gambier about 5,000 years ago, when explosive activity formed several maars and associated lava flows.

A few weeks ago, Monash University researchers determined the magnitude of a volcanic eruption at Mount Gambier. They used 3D geometrical computer modelling and thermodynamics.

Their conclusion was that the eruption would have been similar to that of Eyjafjöll in Iceland in 2010, with an ash plume up to 10 kilometres high which would cause the same air traffic chaos seen in Europe. Pushed by the westerly winds, the ash could be dispersed all over eastern Australia, so definitely Melbourne, Canberra and Sydney would be affected, possibly also New Zealand.

The Newer Volcanics province, which lies between Mount Gambier and Melbourne should not be neglected as it is potentially active. The researchers insist that another eruption could lead to widespread damage, with crops and livestock affected up to a100 kilometres away.

Source : ABC News + Global Volcanism Network.

Mont-Gambier

Vue du Blue Lake, l’un des maars du Mont Gambier  (Crédit photo:  Wikipedia)