Le Mont St Helens: 32 années en 44 secondes!

Ayant eu l’occasion de visiter la région du Mont St Helens à trois reprises à plusieurs années d’intervalle, j’ai pu me rendre compte à quelle vitesse la Nature reprenait ses droits sur la zone anéantie par l’éruption du 18 mai 1980. Cette recolonisation rapide est confirmée par les images des satellites LANDSAT mises en ligne par la NASA. En cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez un petit diaporama qui résume 32 années du St Helens en 44 secondes.

On remarque que les photos prises par les satellites Landsat 2 et 3 entre 1980 et 1983 montrent la végétation en rouge. Les couleurs naturelles n’apparaissent qu’en 1984 avec le lancement du Landsat 5.

Les trois premières secondes du diaporama montrent le volcan avant l’éruption du 18 mai 1980. On discerne la forme conique du volcan avec un glacier à son sommet.

Après l’éruption cataclysmale, les scientifiques pensaient que la vie réapparaîtrait par étapes, comme cela se produit habituellement après une catastrophe naturelle. Ils pensaient aussi que dans certains secteurs recouverts de ponce et autres matériaux vomis par le volcan aucune vie ne pourrait jamais renaître. Ils se trompaient ! En effet, l’heure et la saison auxquelles s’est produite l’éruption a permis à certains animaux aux mœurs nocturnes de rester bien à l’abri au fond de leurs terriers. D’autres n’étaient pas encore arrivés dans la région au terme de leur migration. Des plantes en sommeil hivernal dans le sol (l’éruption s’est produite en mai, en altitude) étaient elles aussi protégées.

L’éruption du Mont St Helens a donc permis aux scientifiques d’étudier comment la vie pouvait réapparaître dans un environnement durement affecté par une catastrophe naturelle. Une opportunité semblable avait été offerte à leurs collègues de Yellowstone après le gigantesque incendie de 1988. Craignant le pire pour la végétation du Parc, ils se sont rendus compte que la combustion des arbres avait permis à des graines de germer et donner naissance à des plantes dont ils ignoraient l’existence jusqu’alors.

Il ne faudrait pas que ce verdissement rapide du Mont St Helens fasse oublier l’éruption de 1980 et que d’autres volcans de la Chaîne des Cascades – le Mont Rainier par exemple – sont capable de provoquer des dégâts encore plus considérables à des zones habitées.

http://www.nasa.gov/mission_pages/landsat/news/40th-top10-st-helens.html

mont st helens,volcans,nature

Le Spirit Lake et les troncs d’arbres catapultés sur le lac par le souffle de l’éruption.

(Photo: C. Grandpey)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.