Réchauffement climatique : l’eau source de conflits // Climate change : water might cause conflicts

Suite à la vague de chaleur et de sécheresse qui frappe la France, la quasi-totalité du pays – 90 départements sur 96 – est désormais en état d’alerte sécheresse. Dans de nombreuses régions, seuls les prélèvements d’eau permettant d’assurer les usages prioritaires sont autorisés. Cette pénurie est bien sûr la conséquence du réchauffement climatique. Le phénomène s’accélérant, elle risque de s’étendre dans les années à venir et devenir source de conflits, voire de guerres.

En 2009, le vice-président de la Banque Mondiale déclarait : « Les guerres du 21ème siècle seront provoquées par l’eau, à moins que nous ne changions notre façon de la gérer. » Le risque de conflit est facile à comprendre. La population mondiale augmente et la demande en eau fait de même. Dans le même temps, l’approvisionnement en eau douce se tarit à cause du réchauffement climatique et du développement économique. Les zones qui souffrent le plus du stress hydrique sont souvent celles qui ont connu une croissance démographique rapide. Par exemple, la population du Tchad est passée de 3,6 millions en 1970 à 16,4 millions aujourd’hui. Au cours de la même période, le lac Tchad s’est presque asséché. C’est une catastrophe pour les quelque 30 millions de personnes au Tchad et dans les pays voisins qui dépendent du lac pour leur approvisionnement en eau douce. Les agriculteurs locaux ont vu leurs moyens de subsistance réduits à néant. De nombreux analystes établissent un lien direct entre l’augmentation de la pénurie d’eau dans la région et la montée de Boko Haram, le groupe islamiste qui a terrorisé une grande partie du nord du Nigeria et des environs
L’instabilité dans la région sahélienne de l’Afrique, en grande partie liée à la désertification, est désormais devenue un casse-tête en matière de sécurité, avec des ramifications qui s’étendent jusqu’en Europe. La France mène une guerre infructueuse contre les militants islamistes au Sahel depuis 2013. Si une partie de la population juge la vie de plus en plus insoutenable au Sahel mais reste sur place, une autre partie entreprend le voyage vers le nord et tente de traverser l’Europe. L’immigration clandestine d’Afrique et du Moyen-Orient vers l’Europe est désormais devenue le fer de lance de l’extrême droite en France, en Italie et en Espagne.
De semblables tensions sont en train de naître entre la Chine et l’Inde au sujet des droits à l’eau et de la construction de barrages. Comme je l’ai écrit dans des notes précédents, presque tous les grands fleuves d’Asie prennent leur source sur le Plateau Tibétain, et la Chine érige des infrastructures hydroélectriques à grande échelle pour pouvoir contrôler l’eau en amont. Ce qui inquiète l’ Inde, c’est que la Chine puisse chercher à utiliser l’accès à l’eau comme moyen de pression sur le pays. L’Inde elle-même est une source d’inquiétude pour le Bangladesh voisin qui s’inquiète de la capacité de ce pays à accéder aux eaux des rivières qui prennent leur source en Inde. La situation du Bangladesh met en évidence l’un des paradoxes de l’approvisionnement en eau et de la géopolitique. Le pays s’inquiète à la fois du trop peu et du trop d’eau. La pénurie d’eau douce constitue une menace pour l’approvisionnement alimentaire dans l’un des pays les plus densément peuplés au monde. A côté de cela, l’élévation du niveau de la mer causée par le réchauffement climatique menace de rendre de grandes parties du pays inhabitables dans les décennies à venir.
L’élévation du niveau de la mer est en effet susceptible de devenir une nouvelle source de conflits géopolitiques car elle entraînera des mouvements massifs de personnes à mesure que les zones fortement peuplées deviendront inhabitables. L’Asie du Sud-Est risque de perdre en trente ans quatre zones habitables. On s’attend à ce que 90 % du Vietnam soit inondé une fois par an par l’eau de mer. Une inondation d’eau de mer dans le delta du Mékong signifiera la fin de la production de riz dans un pays qui figure parmi les plus grands producteurs au monde.
Dans l’Ouest américain, les conséquences du réchauffement climatique sont désastreuses. Les impacts potentiels sur des États comme la Californie, le Nevada et l’Arizona ne sont pas encore connus, mais le niveau critique de l’eau dans le lac Powell et le lac Mead inquiète au plus haut point les autorités.
Dans le nord-ouest du Pacifique, les climatologues prédisent l’un des étés les plus secs jamais enregistrés. Près de 71% de la zone composée de l’Oregon, de l’Etat de Washington et de l’Idaho est en sécheresse et près d’un quart connaît déjà une sécheresse extrême.
Les responsables du système d’irrigation qui approvisionne plus de 1 000 agriculteurs et éleveurs à la frontière entre la Californie et l’Oregon ont annoncé qu’une partie seulement de l’eau serait allouée cette année en raison de la sécheresse. C’est la troisième année consécutive qu’une grave sécheresse touche une région où il n’y a pas assez d’eau pour satisfaire la demande.
Les services d’irrigation qui fournissent de l’eau aux agriculteurs le long du Rio Grande dans le sud du Nouveau-Mexique et le long du Pecos à l’est annoncent également des restrictions.
Pour résoudre la crise de l’eau dans l’ouest des États-Unis, il a été question de détourner ou de pomper l’eau du Mississippi, mais l’idée a été abandonnée car elle serait trop coûteuse. Il semblerait plus raisonnable – bien que coûteux aussi – de construire des usines de dessalement dont l’énergie électrique pourrait être fournie par des parcs éoliens et des champs de panneaux solaires.
Source : D’après un article paru dans le Financial Times.

—————————————–

Following the heat wave and drought that hit our country, almost all of metropolitan France, 90 out of 96 departments, is now on drought alert. In many regions, only water withdrawals to ensure the exercise of priority uses are authorized. This water shortage is of course the consequence of global warming. As the phenomenon is accelerating, it risks spreading in the years to come and becoming a source of conflict, even war.

In 2009, the vice-president of the World Bank declared: “The wars of the twenty-first century will be about water, unless we change the way we manage water.” The risk ofwar is easy to understand. The world’s population is growing and so is the demand for water. Meanwhile, the supply of fresh water is being depleted by global warming and economic development. The areas that are most water-stressed are often those that have experienced some of the fastest population growth. For instance, the population of Chad has grown from 3.6 million in 1970 to 16.4 million today. Over the same period, Lake Chad has nearly dried up. The results have been devastating for the some 30 million people of Chad and neighbouring countries who relied on the lake for freshwater supplies. Local farmers have seen their livelihoods destroyed. Many analysts draw a direct link between the increase in water scarcity in the area and the rise of Boko Haram, the Islamist militant group, which has terrorised much of northern Nigeria and the surrounding area.

The instability in the Sahel region of Africa, much of it linked to desertification, has now become a security headache, whose ramifications reach all the way into Europe. France has waged an unsuccessful war against Islamist militants in the Sahel since 2013. If people find life increasingly unsustainable in the Sahel, many more will make the journey north and attempt to cross into Europe. Illegal immigration from Africa and the Middle East into Europe has now become the hot-button issue for the far-right in France, Italy and Spain.
There are similar bubbling tensions between China and India over water rights and the construction of dams. As I put it in previous posts, almost all of Asia’s major rivers originate on the Tibetan Plateau, and China is erecting an expansive hydro-infrastructure to make itself the upstream water controller. The concern in India is that China might seek to use access to water as a chokehold over India. But India itself is a source of concern for neighbouring Bangladesh, which worries about its ability to access the waters of rivers that originate in India. The situation of Bangladesh, however, highlights one of the paradoxes about water supply and geopolitics. The country is simultaneously concerned about too little and too much water. A scarcity of fresh water poses a threat to food supplies in one of the most densely populated countries in the world. But rising sea levels caused by climate change threaten to make large parts of the country uninhabitable in the coming decades.

Rising sea levels are indeed likely to become a new source of geopolitical conflict, since they will force the mass movement of people across borders as heavily populated areas become uninhabitable. South-east Asia is at risk in just thirty years of losing four liveable areas. 90 per cent of Vietnam is now expected to be flooded once a year by seawater. One flooding with seawater of the Mekong Delta will mean it is no longer in rice production and it is one of the biggest rice-producing countries in the world.

In Western US, the consequences of global warming are disastrous. The potential impacts to states like California, Nevada and Arizona are not yet known. But the cricical levels of Lake Powell and Lake Mead deeply worry the authorities. .

In the Pacific Northwest, experts are predicting one of the driest summers on record, noting that nearly 71% of the region made up of Oregon, Washington and Idaho is in drought and nearly one-quarter is already experiencing extreme drought.

An irrigation district that supplies more than 1,000 farmers and ranchers on the California-Oregon border announced earlier this week that they would get a fraction of their normal water allocation this year due to drought. It is the third consecutive year that severe drought has impacted a region where there is not enough water to satisfy competing demands.

Irrigation districts that supply water to farmers along the Rio Grande in southern New Mexico and along the Pecos in the east also are promising short seasons.

To solve the water crisis in Western US, there have been talks of diverting or pumping water from the Mississippi River, but the idea was abandoned because it would be too costly. It would seem more reasonable – although costly too – to build desalination plants whose electric power could be provided by windfarms and fields of solar panels.

Source: After an article in The Financial Times.

La sécheresse et la pénurie d’eau aux Etats Unis auront un impact sur l’économie (Photos: C. Grandpey)

Les événements extrêmes s’enchaînent mais le monde s’en fiche! // Extreme events are accumulating but the world does not care !

Au cours des dernières semaines, il y a eu une accumulation d’événements extrêmes probablement causés par le réchauffement climatique.
On peut citer, entre autres, des ouragans comme Irma qui ont dévasté le Texas, la Floride, Porto Rico, St Barth et St Martin. La mauvaise nouvelle, c’est que les climatologues affirment que les conditions météorologiques sévères observées cette année ne sont probablement que le début d’une longue série.
Les pires inondations jamais vues depuis des années frappent actuellement le Vietnam, avec un nombre de morts qui s’élève actuellement à 54 ; 39 personnes sont portées disparues, et une autre tempête menace le pays. Le pays souffre d’un nombre incroyable d’événements météorologiques défavorables. Au début de l’année 2016, en quelques mois, le Vietnam est passé de l’hiver le plus froid de son histoire dans le nord à la plus grave sécheresse dans les régions du centre et du sud. Ensuite, les intempéries ont provoqué de graves inondations dans de nombreuses régions, les provinces centrales et la côte étant les plus touchées. Le changement climatique a été tenu pour responsable de ces événements extrêmes et les climatologues pensent qu’ils vont devenir de plus en plus fréquents
Le réchauffement de la planète est également tenu pour responsable des incendies dévastateurs dans le nord de la Californie. Une longue sécheresse et un été record ont créé les conditions favorables aux feux de forêts.
Ces incendies ont ravagé la région viticole de la Californie du Nord, détruisant au moins 3.500 habitations et autres structures. Des dizaines de personnes sont mortes et des centaines sont portées disparues. Au moins 400 personnes sont portées disparues dans le seul comté de Sonoma où un incendie a détruit des milliers de maisons à Santa Rosa, une ville d’environ 175 000 habitants à environ 80 km au nord-ouest de San Francisco.
La cause des incendies fait l’objet d’enquêtes. Certains médias locaux ont évoqué la possibilité de la chute de lignes électriques. Indépendamment des causes, il y a de fortes chances que le changement climatique ait facilité la propagation de ces incendies. Le facteur le plus évident est la hausse des températures. L’air plus chaud fait remonter l’humidité des plantes, des arbres et du sol, en créant des conditions parfaites pour alimenter les feux de forêt. D’autres facteurs climatiques peuvent également entrer en jeu, y compris la diminution des précipitations et l’amincissement du manteau neigeux en montagne.
Malgré tous ces événements extrêmes qui ont frappé les États-Unis, peu de progrès ont été réalisés jusqu’à présent pour réduire l’impact du changement climatique. Scott Pruitt vient d’annuler le Clean Power Plan du président Obama et Donald Trump refuse de prendre en compte les décisions de la COP 21 de Paris. Les régions de l’Arctique et de l’Antarctique fondent, tout comme les glaciers. Le niveau des océans va continuer à augmenter. On s’en moque !

—————————————–

In the past weeks, there has been an accumulation of extreme events most likely caused by climate change and global warming.

Among others, hurricanes like Irma have devastated Texas, Florida, Puerto Rico, St Barts and St Martin. The bad news is that climatologists affirm that the severe weather conditions seen this year may just be the beginning of a gloomy future.

The worst floods in years are currently striking Vietnam, with a death toll that rises to 54, with 39 people missing, as another storm approaches. The country is suffering from even more adverse weather events than ever before. Early in 2016, within months, the country went from the coldest winter in history in the north, to the most severe drought in a century in the central and southern regions. Then came consecutive downpours that caused severe floods in many parts of the country, with central provinces along the coast hit the hardest. Climate change has been blamed for these extraordinary events and many warn that they can become more common, or even become the norm.

Global warming is also held responsible for the devastating wildfires in northern California. A long drought and a record hot summer set the conditions for a brutal wildfire season.

The Fires have ravaged Northern California’s wine country, destroying at least 3,500 structures. Tens of people have died and hundreds are missing. At least 400 people are reported missing in Sonoma County alone, where a fire wiped out thousands of homes in Santa Rosa, a city of about 175,000 people roughly 80 km northwest of San Francisco.

The cause of the fires remains under investigation, but some local media reports raised the possibility that downed power lines may have played a role. Regardless of what produced the initial sparks, however, there is a good chance that climate change made it easier for those fires to spread. The most obvious factor of global warming that increases wildfire risk is higher temperatures. Warmer air draws moisture from plants, trees, and soil, increasing fuel aridity. This provides the dry fuel and conditions that feed wildfires. Other climatic factors can also contribute, including decreased rainfall and reduced or earlier-melting mountain snowpack.

Despite all these extreme events that have hit the U.S., little has been done so far to reduce the impact of climate change. Scott Pruitt has just cancelled President Obama’s Clean Power Plan and Donald trump refuses to take into account the decisions of the Paris Climate agreement. The Artic and Antarctic regions are melting, so are the glaciers. Oceans will keep rising. Who cares?

Les glaciers (ici en Alaska): De précieux témoins du réchauffement climatique

(Photo: C. Grandpey)

 

Des tunnels de lave au Vietnam // Lava tubes in Vietnam

drapeau-francaisSi vous voulez visiter un tunnel de lave, vous pouvez maintenant prévoir de passer vos vacances au Vietnam! Le plus long réseau de tunnels de lave du sud-est asiatique, situé dans les montagnes centrales du Vietnam, ouvrira aux touristes l’année prochaine sous la forme d’un parc géologique. Les agences de tourisme de la province de Dak Nong sont en train de mettre sur pied un projet visant à créer ce géoparc le long de la rivière Serepok dans le district de Krong No où les géologues ont découvert un réseau de tunnels à la fin de l’année dernière, après sept années de recherche. Le réseau s’étend sur environ 25 kilomètres sous la forme de 12 grottes tubulaires.

Une agence de voyage basée à Ho Chi Minh Ville a commencé à proposer des visites à deux des grottes en avril dernier. Le réseau de tunnels est le vestige d’une éruption volcanique qui a eu lieu il y a des millions d’années. La découverte de moulages de troncs d’arbres laisse supposer que la région était recouverte de forêts qui ont été balayées par cette éruption.
Des tunnels de lave peuvent être visités dans plusieurs zones volcaniques de la planète, comme sur l’Etna en Italie, sur l’île de la Réunion (France) ou à Hawaï, où le tunnel de lave Kazumura (65 km) est le plus long dans le monde.
Source: Thanh Nien News.

————————————————-

drapeau-anglaisIf you want to visit a lava tube, you may now plan your holidays in Vietnam! Southeast Asia’s longest lava cave system in Vietnam’s Central Highlands will open to tourists next year in form of a geological park. The tourism agencies of the Dak Nong Province are initiating a project to set up the geopark along the Serepok River in Krong No District where geologists discovered the tube system late last year after seven years of research. The system stretches about 25 kilometres through 12 tube-shape caves

A Ho Chi Minh City-based travel firm started offering tours to two of the caves last April. It is a vestige of a volcanic eruption that took place millions of years ago. The discovery of lava molds of trees in the system suggested that the area was forest which was wiped away by a volcano eruption.

Lava tubes can be visited in several volcanic areas of our planet, like Mount Etna in Italy, on Reunion Island (France) or in Hawaii where the Kazumura lava tube (65 km) is the longest in the world.

Source: Thanh Nien News.

Grottes Etna 04

Grotta dei Lamponi (Etna) [Photo: C. Grandpey]