Drame à la Solfatara (Italie) // Drama at the Solfatara (Italy)

Un jeune garçon et ses parents sont morts après avoir chuté dans bouche volcanique active à la Solfatara, près de Naples. Le drame s’est déroulé alors que la famille italienne effectuait un voyage à la fin des vacances scolaires. Le garçon de 11 ans a franchi une barrière délimitant une zone interdite. Quand ses parents ont essayé de le sortir de la bouche, une partie du cratère s’est effondrée et ils sont tombés dans le trou de trois mètres de profondeur. On pense que tous trois ont été asphyxiés par les gaz toxiques et qu’ils ont perdu conscience. Leur fils de sept ans n’est pas entré dans la zone interdite et a survécu. Il a été conduit dans un bar près de l’entrée de la Solfatara où les gens ont essayé de le calmer, car il était évidemment très choqué. Il a demandé à plusieurs reprises où se trouvait le reste de sa famille. Il a ensuite été pris en charge par des travailleurs sociaux et un psychologue. Il devait par la suite retrouver ses grands-parents.
La Solfatara de Pozzuoli est l’un des nombreux sites volcaniques à l’ouest de Naples et il est très fréquenté par les touristes. Il s’agit d’un volcan en sommeil qui est entré en éruption en 1198. Son cratère peu profond est connu pour ses gaz sulfurés et ses émissions de vapeur.
Les pompiers ont réussi à récupérer les trois corps et le maire de Pozzuoli a déclaré qu’il n’avait jamais vu une telle tragédie sur le site depuis 40 ans.
Source: La Repubblica.

Mon expérience des volcans me conduit à dire que ce type d’accident n’est pas vraiment une surprise. Que ce soit en Islande dans la région de Namaskard, ou près des sources chaudes en Nouvelle-Zélande, j’ai personnellement vu des gens entrer dans les zones interdites. Les traces de pas confirment que ce comportement n’est pas exceptionnel. Je connais les gens (je tairai leurs noms) qui ont fini à l’hôpital après que leurs pieds aient été sévèrement brûlés sur des sites similaires quand la croûte au-dessus des mares de boue – aussi appelées marmites du diable – s’est rompue sous leur poids! Je n’arrive pas à comprendre pourquoi les gens se sentent obligés d’entrer dans ces zones au péril de leur vie !

————————————–

A boy and his parents have died after falling into a volcanic crater at Solfatara near Naples. The drama unfolded during a family trip at the end of the Italian school holidays, when the 11-year-old walked past a barrier into a prohibited area. When his parents tried to pull him to safety, part of the crater collapsed and they fell 3 metres down into a hole. It is thought all three were overcome by toxic fumes. All three are thought to have become trapped and lost consciousness. Their seven-year-old son did not enter the crater and survived. He was taken to a bar close to the entrance, where people tried to calm him down, as he was obviously very shocked. He was repeatedly asking for the rest of his family. He was later looked after by social workers and a psychologist. He was due to be reunited with his grandparents.

Solfatara of Pozzuoli is one of a number of volcanoes to the west of Naples and is popular with tourists. A dormant volcano that last erupted in 1198, it has a shallow crater and is known for its sulphurous fumes and emissions of steam.

Firefighters managed to recover the three bodies and Pozzuoli mayor said he had never come across such a tragedy at the site in 40 years.

Source: La Repubblica.

My experience of volcanoes leads me to say that this kind of accident does not come as a surprise. Whether in Iceland in the Namaskard area, or close to hot springs in New Zealand, I have personally seen people walking into the prohibited areas. The traces of footsteps confirm that this behaviour is no exception. I know people (I won’t give their names) who ended up in hospital after their feet got severely burnt when the earth’s crust broke under their weight on similar sites! Knowing the danger, I fail to understand why people feel obliged to get into these zones at the risk of their lives.

Sites de Namaskard et Leirhnjukur (Islande) où il est préférables de respecter les zones interdites. (Photos: C. Grandpey)

 

Publicités

Champs Phlégréens / Campi Flegrei (Campanie / Italie)

drapeau francais   Situés à quelques encablures de Naples dans une région très peuplée, les Champs Phlégréens font l’objet d’une surveillance constante car le secteur est considéré comme volcaniquement active. La dernière éruption de 1538 ne fut pas très importante ; elle ne dura que quelques jours et donna naissance à un petit cône de cendre, le Monte Nuovo, à proximité de Pouzzoles. De nos jours, la région est occupée par plusieurs centaines de milliers d’habitants et on imagine facilement les effets dévastateurs qu’engendrerait une éruption majeure des Campi Flegrei.
Depuis des lustres, la région de Pouzzoles est sujette à des accès de bradyséisme, autrement dit des périodes de soulèvement et d’abaissement du sol, parfaitement visibles sur les colonnes du temple de Sérapis qui trône au coeur de cette ville.
Les derniers rapports de l’INGV de Naples (voir le lien ci-dessous) indiquent que la déformation du sol s’est accélérée au cours des derniers mois, avec un maximum d’environ 9 centimètres en un an à proximité de Pouzzoles. Le soulèvement le plus significatif a eu lieu pendant les mois de juillet et août 2012. Toutefois, on observe un certain ralentissement depuis quelques semaines.
Ces déformations périodiques du sol des Champs Phlégérens sont attribuées à des variations de pression et de température à l’intérieur du vaste système hydrothermal qui se trouve sous la caldeira. Contrairement aux soulèvements du sol souvent observés sur les volcans avant une éruption, le gonflement observé dans les Champs Phlégérens n’annonce pas forcément un phénomène éruptif.
En plus de ces déformations, les scientifiques de l’INGV ont enregistré une augmentation des microséismes, petits événements dont la magnitude ne dépasse guère M 0,2. Ils ont aussi observé une augmentation de la température des fumerolles de la Solfatara, avec une quantité plus importante de gaz magmatiques (voir les schémas sur le site Internet). Dans la mesure où le système hydrothermal est en relation avec la chambre magmatique qui sommeille sous les Champs Phlégréens, il se pourrait que des mouvements de magma en profondeur soient responsables de ces différentes évolutions. Le conditionnel est de rigueur car rien n’indique actuellement que le volcan représente une menace pour les populations.
http://www.ov.ingv.it/ov/it/stato-attuale-campi-flrgrei.html

 

   Lying near Naples in a heavily populated region, the Campi Flegrei are closely monitored because the area is considered as volcanically active. The last eruption of 1538 was minor and lasted only a few days with the building of a small cinder cone, Monte Nuovo, near Pozzuoli. Today, hundreds of thousands of people are living in the region and it is easy to imagine the devastating effects a major eruption would produce.
Time out of mind, the area around Pozzuoli has been shaken by bradyseismic events, uplifts of the ground whose evidence can clearly be seen on the columns of the temple of Serapis in the town centre.
The latest reports released by INGV in Naples (see link below) indicate that ground deformation has been accelerating during the past months, with a maximum uplit of about 9 centimetres near Pozzuoli. The most significant uplift occurred in July and August 2012. However, the phenomenon slightly decreased during the past weeks.
These periodical ground deformations of the Campi Flegrei are usually attributed to pressure and temperature variations within the huge hydrothermal system that lies beneath the caldeira. Contrary to the uplift frequently observed on volcanoes before an eruption, the uplift of the Campi Flegrei does not necessarily announce an eruptive event.
Beside the deformation, INGV scientists also recorded an increase in the number of micro earthquakes (maximum M 0.2), a rise of the fumarole temperatures in the Solfatara as well as a larger quantity of magmatic gases (see graphs on the website). In so far as the hydrothermal system is closely connected with the underlying magma chamber, new magma movements might in fact be responsible for the observed changes. We have to use the conditional as there are currently no indications that the volcano is a threat to the populations.
http://www.ov.ingv.it/ov/it/stato-attuale-campi-flrgrei.html

Temple-Serapis

Incrustations de coquillages dans cette colonne du temple de Sérapis à Pouzzoles.  (Photo:  C. Grandpey)