Hawaii: Pas d’éruption, mais encore des problèmes pour les habitants de Puna // Hawaii: No eruption but more problems for Puna residents

Cela fait quatre mois que la dernière éruption du  Kilauea est terminée dans le district de Puna et la Federal Emergency Management Agency (FEMA) qui gère les situations d’urgence n’accepte plus de nouvelles demandes d’aide en cas de problèmes liés à l’éruption. Pourtant, les habitants de la région subissent encore les conséquences de l’éruption, même s’il n’y a plus de nouveau magma dans le sous-sol.

Dans le secteur des Leilani Estates, des fractures qui émettent de la vapeur continuent à s’ouvrir sous les habitations. Les arbres meurent car leurs racines sont carrément cuites par la chaleur. Les fractures ont contraint les habitants du lotissement à quitter au moins trois maisons jusqu’à présent, et plusieurs autres sont menacées. La température de la vapeur qui sort des fractures atteint plus de 65°C et est parfois proche du point d’ébullition de l’eau. Certaines fractures ont continué à se propager dans la forêt et sur certaines propriétés, avec augmentation de leur température.
Les personnes victimes de ces problèmes ont tenté d’entrer en contact avec le HVO, mais ont entendu un message préenregistré en raison du shutdown. Il indiquait que « tout employé avait l’interdiction d’exercer ses fonctions, y compris de répondre aux appels téléphoniques et aux courriels, jusqu’à nouvel ordre». Cependant, il existe un numéro de téléphone pour les appels d’urgence. Malgré le shutdown, le HVO surveille la situation dans les Leilani Estates et a déclaré qu’il n’avait décelé «aucun signe de magma approchant de la surface dans le secteur. La zone de fractures continue de s’ajuster et l’apparition de nouvelles fractures n’est pas trop surprenante.»
La FEMA est également victime du shutdown, mais elle «continue de traiter les dossiers» liés à l’éruption. L’article cite l’exemple de résidents qui se sont vus offrir un prêt de 47 000 dollars sur 30 ans, mais ils ont calculé que le remboursement des intérêts sur cette période coûterait 160 000 dollars, sans aucune garantie que Madame Pele leur permette de garder ou même vendre leur maison. Comme beaucoup de rescapés de la dernière éruption, ils ont des démêlés avec la compagnie d’assurance Lloyd’s de Londres. La Lloyd’s a envoyé un ingénieur examiner leur maison, mais ils n’ont reçu aucun dédommagement pour le moment.
D’autres habitants ne sont pas assurés. Ils avaient acheté le terrain parce qu’il était bon marché et les maisons ont été édifiées sans respecter les codes légaux  de construction. C’était un rêve qui pourrait bien ne jamais se réaliser avec les nouvelles fractures dans le sol…
Source: Honolulu Civil Beat.

———————————————————-

Four months after the end of Kilauea’s latest eruption in Lower Puna, and the refusal of the Federal Emergency Management Agency to accept new registrations for eruption-related disaster aid, residents are still facing the consequences of the eruption, although there is no sign of new magma in the ground. .

In the Leilani Estates area, steaming cracks are still opening up under people’s houses. Trees are dying, cooked from the roots up. The cracks have forced neighbourhood residents to leave at least three homes so far, and several more are threatened. Temperatures of the steam coming out of the cracks have been measured more than 65°C and sometimes near the boiling point of water. Cracks have spread from the original steam vent, creeping through the forest and onto residents’ properties, and the temperatures in those cracks have been rising.

The persons suffering from these problems tried to get in touch with HVO but received a pre-recorded message because of the shutdown. It said any employee was “prohibited from conducting work as a Federal employee, including returning phone calls and emails, until further notice.” However, there is a phone number for emergency calls. Despite the shutdown, HVO is monitoring the situation in the Leilani Estates and said there was “certainly no sign of magma nearing the surface there. The rift zone is still adjusting and cracking isn’t too surprising.”

The Federal Emergency Management Agency (FEMA) is also a victim of the shutdown but is “still working the cases” related to the eruption. The article gives the example of residents who were offered a $47,000, 30-year loan, but they calculated that repaying it with interest over that time would cost $160,000, with no guarantee that Madame Pele would let them keep the house or even sell it.  Like many survivors of the last eruption, they are also involved in a fight with Lloyd’s of London to get action on their insurance claims. Lloyd’s sent an engineer to examine their home, but they have yet to see any payment.

Other residents are not insured. They bought the land because it was cheap and it did not meet Hawaii’s building codes. It was a dream that may never come true with the new fissures…

Source : Honolulu Civil Beat.

Fractures avec émissions de vapeur à Hawaii (Photos: C. Grandpey)

Fogo (Iles du Cap Vert): La détresse des victimes de l’éruption

drapeau francaisJe viens de recevoir un message de deux amis volcanophiles qui se trouvaient vers la mi-décembre sur l’île de Fogo et, plus précisément dans le Lheu de Losna. Ils confirment la diminution de l’activité explosive au niveau de la fissure éruptive. Lors de leur séjour, le front des coulées continuait à avancer en détruisant des maisons et de beaux jardins. L’éruption a toutefois diminué d’intensité depuis cette époque

Mes amis avaient deux guides dont les familles ont tout perdu pendant l’éruption. Ils leur ont parlé de leur caldeira avec beaucoup d’amour et n’imaginaient pas habiter ailleurs. Leur colère n’était pas envers le volcan, mais envers les autorités qui ne les ont pas beaucoup aidés, bien trop contentes de les voir s’enfuir d’un endroit juste toléré à la construction. En revanche, ils étaient très contents de voir des visiteurs qui étaient leur seul moyen de parler de leur vie sur le volcan et d’assurer quelques revenus, car toute l’aide qui arrive au Cap Vert n’est distribuée qu’avec parcimonie au niveau des habitants qui en ont un cruel besoin.  Comme je l’ai indiqué dans une note le 28 décembre, les autorités locales s’efforcent maintenant de reloger les victimes de l’éruption en réhabilitant des maisons inutilisées en 1995. http://volcans.blogs-de-voyage.fr/2014/12/24/nouvelles-du-fogo-et-dhawaii/).
Les guides de Chã das Caldeiras ont créé une association  dont le but est de développer un tourisme responsable à Fogo et dans tout le Cap Vert. Voici leur adresse: caminhodeterra@gmail.com

Une fois encore, on ne peut que regretter le mutisme honteux des médias français par rapport à cette éruption catastrophique.

Voici une vidéo tournée à partir d’un drone et qui montre les villages de Portela et Bangarea ensevelis sous la lave.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=lkVsxc-0ue0

 —————————————-

drapeau anglaisI have just received a message from two friends who were in mid- December on Fogo Island, specifically in the Islet of Losna. They confirm the decrease in explosive activity at the eruptive fissure. During their stay, the front of the lava flow kept moving forward and destroying houses and beautiful gardens.However, the intensity of the eruption has decreased since that time.

My friends had two guides whose families have lost everything during the eruption. They talked about their caldera with lots of love and could not imagine living anywhere else. Their anger was not towards the volcano, but towards the authorities who have not much helped them, too happy to see them leave a place that was barely tolerated for construction. However, they are very happy to see visitors who are their only way to talk about their lives on the volcano and provide some income, since all the help that arrives in Cape Verde is distributed sparingly to the residents whoare in dire need. As I put it in my note of December 28th, local authorities are now trying to provide new housing to the victims of the eruption by renovating houses that had not been used in 1995. http://volcans.blogs-de-voyage.fr/2014/12/24/nouvelles-du-fogo-et-dhawaii/).

The guides of Chã das Caldeira have set up an association whose aim is to develop responsible tourism in Fogo and throughout Cape Verde. Here is their address: caminhodeterra@gmail.com

Once again, we can only regret the silence of the French media as concerns this disastrous eruption.

Here is a video shot from a drone that shows the villages of Portela and Bangarea which were destroyed by lava.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=lkVsxc-0ue0