Appel pour la sauvegarde de l’oeuvre d’Haroun Tazieff

Le patrimoine scientifique et culturel laissé en héritage par quarante années d’expéditions conduites par Haroun Tazieff sur les volcans actifs ou en éruption a failli disparaître du fait de l’oubli d’une signature sur un testament. Seules les bobines tournées lors des expéditions depuis 1948 ont pu échapper à la dispersion et à la destruction. Afin de les préserver, Frédéric Lavachery, fils du célèbre volcanologue, a créé en 2005 une association des amis d’Haroun Tazieff, puis en juillet 2008 le Centre Haroun Tazieff pour les Sciences de la Terre.

Aujourd’hui, en avril 2016, les conditions d’une sauvegarde du patrimoine laissé par Haroun Tazieff, sont réalisées à environ 80 %.

Pour préserver les 20% restant (protection et le traitement de ces archives particulièrement précieuses, ainsi que la transmission des contenus « Tazieff »), un investissement immobilier est en voie de finalisation, pour ouvrir un lieu d’accueil à l’ensemble du projet. 194.000 euros, prix de vente du bien, sont trouvés. Il manque encore 20.000 euros pour réaliser l’achat d’une ancienne ferme située sur la commune de Jaunac, dans la vallée de l’Eyrieux, sous l’emblématique Rocher de Brion. Ces 20.000 euros doivent couvrir les frais de notaire et l’achat du mobilier. Un appel à financement participatif beaucoup plus important sera lancé prochainement, et internationalement, pour assurer la sauvegarde et le traitement des archives qui comprennent 5 mètres cubes de bobines filmées depuis 1948, trésor inestimable pour l’histoire des sciences de la Terre et qu’il faudrait numériser.

L’étude de faisabilité du projet prévoit le remboursement en trois ans des prêts reçus pour les frais de notaire et l’achat du mobilier.

Le Centre Haroun Tazieff pour les Sciences de la Terre remercie vivement celles et ceux qui lui ont apporté aide et soutien et particulièrement celles et ceux qui lui permettront de mettre ces archives précieuses à la disposition de tous.

Les chèques, dons ou prêts, peuvent être envoyés, à l’ordre du CHT, à l’adresse suivante :

Les Ouches, 43430 Chaudeyrolles.

Contact : 04 71 66 98 02 / 06 67 11 38 80. frederic.lavachery@tazieff.fr

Tazieff 03

L’Ol Doinyo Lengai (Tanzanie) bientôt un Géoparc de l’UNESCO // Ol Doinyo Lengai (Tanzania) set to be a UNESCO Geopark

drapeau francaisDepuis son lancement officiel en 2004, le réseau mondial des Géoparcs s’est agrandi et compte actuellement 100 membres dans 30 pays.

La Tanzanie est en passe de s’ajouter à cette liste car l’UNESCO vient de proposer que l’Ol Doinyo Lengai – la troisième plus haute montagne du pays après le Kilimandjaro et le Mont Meru – fasse partie du patrimoine géologique mondial. En tant que Géoparc, le volcan prendra plus de valeur dans les domaines du tourisme, de la conservation et de la géologie. Sa proximité avec le Parc du Ngorongoro sera un atout car ce dernier (déjà au patrimoine mondial de l’UNESCO) pourra aider les localités situées au pied du Lengai – Enkare Sero par exemple – à mettre davantage en valeur les abords de la « Montagne de Dieu ».

En tant que « géoparc », le Lengai attirera l’attention du monde sur le mode de gestion des catastrophes au sein des communautés locales. Elles pourront ainsi prendre en compte les changements climatiques du passé et servir d’indicateurs sur les modifications climatiques actuelles ; elles pourront aussi adopter la meilleure approche possible en matière d’énergies renouvelables et de tourisme vert.

Dans le cadre du « géoparc », le développement du tourisme se fera de manière équitable, ce qui contribuera à améliorer le caractère géographique de la montagne et donnera un nouvel élan au Circuit Nord de la Tanzanie (N’Gorongoro, Serengereti, Manyara, etc) qui reçoit déjà 90% des touristes qui visitent ce pays.

Source: Presse tanzanienne.

 ——————————————

drapeau anglaisSince its official launch in 2004, the Global Geoparks Network has expanded and currently includes 100 members in 30 countries.
Tanzania is poised to add to this list. Indeed, UNESCO has suggested that Ol Donyo Lengai – the third highest mountain in the country after Kilimanjaro and Mount Meru – should be part of the global geological heritage. As a Geopark, the volcano will get a higher value in the fields of tourism, conservation and geology. Its proximity to Ngorongoro be an asset as Ngorongoro (already UNESCO World Heritage) will help localities close to Lengai – Enkare Sero, for instance – to better manage the area around the « Mountain of God. »
As a « Geopark »,  Lengai will attract the world’s attention on disaster mitigation in local communities. These will have the opportunity to take into account the climate change of the past and serve as indicators of current climate changes ; they may also adopt the best possible approach to renewable energy sources and tourism.
The « Geopark » encourages the development of sustainable tourism, which will help to improve the geographical character of Ol Doinyo Lengai and give a new impetus to the Northern Circuit of Tanzania (Ngorongoro, Serengereti, Manyara, etc. ) which already gets 90% of tourists visiting the country.

Source: Tanzanian newspapers.

Voici le sommet du volcan lors de ma visite en décembre 2002 – janvier 2003. Il a beaucoup changé depuis!

Lengai-blog

Les belles coulées de carbonatite ont disparu et le sommet est percé par un gouffre béant.

Lengai-blog-02

Un séjour au Lengai permet aussi le parcourir le Rift…

Lengai-blog-03

 …et d’aller visiter le cratère du Ngorongoro, pas très loin de là.

Lengai-blog-04

(Photos:  C.  Grandpey)

L’Etna au patrimoine mondial de l’UNESCO

drapeau francaisL’Etna, l’un des volcans le plus actifs de la planète, vient d’être inscrit le 21 juin 2013 sur la Liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO au cours d’une réunion annuelle qui avait lieu cette année au Cambodge.

L’Etna partage cet honneur avec les Montagnes du Pamir, El Pinacate, le Grand Désert de l’Altaret, depuis hier, le Mont Fuji au Japon.

Sont inscrits sur cette Liste les sites « d’une beauté exceptionnelle », ceux qui mettent en évidence les restes de cultures anciennes ou disparues ou, comme pour l’Etna, «  d’importants processus géologiques en cours ».

Cette accumulation de sites au Patrimoine Mondial de l’UNESCO me laisse un peu perplexe. Comme me l’écrivait un ami: « Si ça continue comme ça, bientôt les points les plus intéressants seront ceux qui ne seront pas inscrits au patrimoine de l’UNESCO »…

 

drapeau anglaisSicily’s Mount Etna, one of the most active volcanoes on the planet, has been inscribed as a UNESCO World Heritage Site, the committee that makes the selections announced today (June 21st) from their annual meeting, taking place this year in Cambodia.

Mount Etna and the Mountains of Pamir inscribed on World Heritage List alongside El Pinacate, Gran Desierto de Altar and, since yesterday, Mount Fuji.

The criteria for inclusion on the list include a range of factors, such as being an area of « exceptional natural beauty, » a valuable relic of an ancient or still-existent culture, or, like Etna, an example of « significant on-going geological processes. »

This accumulation of sites at the UNESCO World Heritage leaves me a bit disconcerted. As a friend told me: « At this rate, very soon, the most interesting sites will be those that will not appear on the World Heritage List »….

Etna-ecran

(Photo: C. Grandpey)