Fuego (Guatemala): Les lahars compliquent les recherches // Lahars make rescue operations difficult

Un nouveau lahar – coulée de boue où se mêlent eau et matériaux pyroclastiques – a dévalé les pentes du Fuego le 9 juin 2018, près d’une semaine après l’éruption qui a fait au moins 110 morts et environ 200 disparus. L’INSIVUMEH a déclaré que le lahar était provoqué par les pluies ; il a arraché les arbres qui se trouvaient sur son passage dans sa course folle le long des ravines. L’Institut a ajouté que les risques volcaniques ne sont pas terminés même si l’activité du Fuego a diminué. Lors de la dernière éruption, il a fallu attendre deux semaines et demie pour que le volcan se calme complètement.
Les opérations de recherche officielles ont été suspendues pour la troisième journée consécutive le 9 juin car les conditions étaient trop dangereuses sur le terrain. Cependant, dans des localités comme San Miguel Los Lotes familles et bénévoles ont continué la recherche à l’aide de moyens rudimentaites.
Plus de 4 000 personnes se sont réfugiées dans des abris après l’éruption de dimanche dernier. L’aide a commencé à arriver, mais beaucoup se sont plaints dont la façon dont elle est distribuée. Une manifestation a été organisée samedi après-midi à Guatemala City par des personnes mécontentes des opérations de secours et la gestion des aides.
Source: Fox News.

————————————————-

Fuego Volcano released a new lahar – a flow of mud, water and pyroclastic debris – on June 9th, 2018, almost a week after its initial eruption left at least 110 people dead and about 200 missing. INSIVUMEH said the lahar was fed by rains and tore down trees as it swept through ravines and gullies. The Institute added that the risks from the volcano are not over even though its activity has been decreasing. The last time it erupted, it took two and a half weeks for the volcano to return to normal.

Official search efforts for the missing were suspended for the third straight day on June 9th because the conditions were too dangerous. However, in places like San Miguel Los Lotes families and volunteers continued the search.

More than 4,000 people remain in shelters after last Sunday’s eruption. Aid has begun arriving along with complaints about how it is being distributed. A protest was called for Saturday afternoon in Guatemala City by people frustrated with rescue efforts and the management of aid.

Source: Fox News.

Crédit photo: CONRED

Fogo (Iles du Cap vert): L’aide s’organise mais la lave reste menaçante // Aid is being organised but lava is still a threat

8 heures: La municipalité de Santa Catarina, sur l’île de Fogo, prévoit de construire un nouveau village pour les personnes victimes de l’éruption dans Chã das Caldeiras ; il se trouverait à « Somada », entre Achada Furna et Monte Largo. L’information a été annoncée lors d’une visite du Président Jorge Carlos Fonseca. La ville offre des possibilités de construction de nouveaux logements et des conditions naturelles favorables aux éleveurs. La région possède une très grande zone pentue bien adaptée aux animaux de pâturage et répondant aux désirs des jeunes de Chã das Caldeiras qui travaillent depuis longtemps dans les secteurs du pastoralisme et de l’agriculture.
Cependant, les habitants de Portela ne sont pas enthousiastes à l’idée de ce projet. Ils préféreraient que le nouveau village soit construit dans la région de Monte Velho car, selon eux, elle dispose de meilleures conditions pour l’agriculture et le pastoralisme.

20 heures: Selon la presse locale, la lave se fait à nouveau menaçante à Portela. Après un répit de quelques jours, il semble que trois fronts soient redevenus actifs le 6 décembre et la lave aurait détruit plusieurs structures. Selon certains habitants, la situation était calme jusque vers huit heures du matin avec juste une coulée qui se déplaçait très lentement. Cependant, à partir de huit heures, un second front de lave à proximité des églises et des maisons s’est réactivé et a commencé à avancer à une vitesse d’un mètre toutes les deux minutes.
La lave aurait recouvert la troisième route d’accès qui conditionnait l’accès à Portela.
La police nationale a reçu l’ordre d’interdire à quiconque d’entrer à Portela et de rester hors de la zone de danger.

Source : Ocean Press.

 ——————————————–

8 a.m.: The municipality of Santa Catarina, on Fogo Island, plans to build a new village for the displaced from Chã das Caldeiras in « Somada », between Achada Furna and Monte Largo. The information was released during a visit of President Jorge Carlos Fonseca. The town has strong housing and natural conditions, favourable to livestock farmers. The area has a wide slope that facilitates grazing animals and thus meeting the desires of the young people from Chã das Caldeiras, who have been working in the fields of pastoralism and agriculture for a long time.

However, the inhabitants of Portela are not enthusiastic about this project, as they would prefer the new village to be built in the region of Monte Velho, justifying that it has better conditions for agriculture and pastoralism.

8 p.m.: According to local news media, lava is again threatening Portela. After a few days’ respite, it seems three lava fronts became active on December 6th and lava consumed several structures. According to some residents, the situation was calm until around eight o’clock in the morning with only just a stream of lava moving very slowly. However, from eight o’clock, the second front of lava close to churches and houses reactivated and began to move at a speed of one metre every two minutes.

Lava is said to have invaded the third access road, conditioning the access to Portela.

The national police has been ordered not to let anyone get in Portela. Everybody should keep out of the danger area.

Source: Ocean Press.

Fogo-blog

Vue de Chã das Caldeiras avec les villages de Portela et Bangaeira, toujours sous la menace de la lave.

L’Indonésie est-elle prête à affronter une catastrophe volcanique? // Is Indonesia ready to face a volcanic disaster?

drapeau francaisAlors que l’Indonésie doit faire face aux conséquences des deux éruptions du Sinabung et du Kelud, les experts scientifiques se demandent si le pays est bien équipé pour affronter les menaces que représentent tous les volcans de l’archipel.
Au moins 24 personnes ont été tuées au cours des deux dernières éruptions. 17 personnes sont mortes lorsque le Sinabung s’est manifesté et l’éruption du Kelud a fait 7 victimes supplémentaires. Plus de 130 000 personnes ont été déplacées à la suite des deux catastrophes.
Chaque province indonésienne possède sa propre agence de gestion des catastrophes, mais les niveaux varient. Dans l’est de Java, où se dresse le Kelud, le niveau de gestion des risques est acceptable. Beaucoup de vies ont été sauvées au cours des dernières éruptions, en sachant que la zone située autour du volcan est habitée par des centaines de milliers de personnes.
Dans le cas du Sinabung, la plupart des gens ne connaissaient pas le comportement du volcan qui était resté en sommeil pendant des siècles.
L’Agence nationale de gestion des catastrophes (BNPB) a travaillé avec les organismes locaux et les ONG sur des programmes visant à préparer les populations à de tels événements. Il s’agit notamment d’identifier les menaces, former des responsables locaux et effectuer des simulations et des exercices, tout en établissant une cartographie des risques et une quantification des populations susceptibles d’être touchées.
Cependant, les gouvernements locaux ne consacrent qu’une petite partie de leurs budgets à la gestion des catastrophes, bien que les choses aient tendance à s’améliorer.
Les récentes éruptions peuvent être considérés comme des événements mineurs. L’Agence nationale de gestion des catastrophes se demande comment le pays réagirait si une éruption majeure comme celle du Krakatau en 1883 avait eu lieu aujourd’hui. Comme l’a déclaré un responsable : « Le plus grand aéroport du pays serait paralysé. Si l’éruption devait durer des mois, l’économie serait réduite à néant. L’Indonésie doit encourager la modélisation scientifique, y compris les simulations, pour estimer les pertes et les coûts humains dans le cas d’une éruption majeure comme celle du Krakatau ».
Les systèmes de surveillance sont corrects, avec des capteurs installés sur la plupart des volcans du pays, mais les autorités doivent inclure ces données de surveillance dans leurs programmes d’évaluation des risques, y compris les scénarios d’éruptions, et mettre sur pied des plans de reconstruction.
Selon la BNPB, au moins 197 personnes ont été tuées pendant les dernières catastrophes qui ont pris la forme d’inondations, glissements de terrain, éruptions volcaniques à travers tout le pays depuis Janvier 2014.

Source : The Jakarta Globe.

La plupart de mes sources sur ce qui se passe en Indonésie proviennent de journaux locaux ou nationaux. Il faut être prudent avec le contenu de ces articles car ces médias cautionnent souvent la politique du gouvernement.
Voici un lien vers un article (en anglais) qui donne une vision différente de l’aide fournie aux populations après l’éruption du mont Kelud :
http://dissidentvoice.org/2014/02/kelud-volcano-tears-washing-ash-away/

Voici quelques extraits :
L’une des victimes de l’éruption du Kelud raconte : « Je suis tombée malade avant l’éruption du Kelud. L’éruption était énorme et spectaculaire. Ensuite, rien ne s’est passé pendant deux nuits, rien en termes d’opérations de sauvetage ou d’aide substantielle du gouvernement ou de l’armée. La cendre était partout ; le toit et même les murs de ma maison ont été endommagés. Et toujours rien, presque rien du gouvernement ! Il n’y avait pas d’ambulances et de camions militaires. Regardez autour de ce village – il n’y a rien ici « .
Voici une autre partie du texte :
« Plusieurs antennes médicales mises en place par l’armée indonésienne juste en face du complexe de gouvernement à Wates (une ville près de Kediri et à une vingtaine de kilomètres de Sugihwaras) sont propres et, selon les normes locales, bien équipées. Le seul problème semble être qu’elles sont vides. Pas totalement vides, bien sûr. Sur les lits, il y a plusieurs médecins civils et militaires en train de dormir. D’autres sont inoccupés et discutent. En voyant mes deux appareils photo professionnels, certains font tout juste l’effort de se lever, mais cela semble être trop pénible ; ils se remettent vite sur le dos et couvrent leurs visages avec leurs bérets.
Les bottes des médecins militaires sont impeccables. Il est évident qu’ils n’ont pas marché dans la cendre, le sable ou la poussière au cours de la journée.
Derrière les tentes, on peut voir des dizaines de gros camions militaires sans personne à bord. Des centaines de véhicules – camions, motos et 4 × 4 d’intervention – sont dispersés autour de la zone.
Non loin de ces tentes médicales, un groupe de sauveteurs erre sans but précis. Ces gens portent des blousons jaunes. Des masques à gaz sont placés soigneusement sur leurs visages. Il va sans dire que les masques ne sont guère utiles ici car les fortes pluies ont emporté cendre et sable dans cette partie de la régence de Kediri il y a plusieurs heures « .
Plus loin dans l’article, on peut lire à propos de la visite du président indonésien dans les camps :
« Presque tous les réfugiés sont rentrés chez eux … pour réparer les toits et pour nourrir les animaux. Mais quand SBY (le Président) a annoncé son arrivée, les militaires ont commencé le ramassage et à les ramener vers les camps à l’aide de camions. Le gouvernement local a également insisté pour que les réfugiés retournent dans ces abris, afin de créer une atmosphère montrant qu’il y a des gens, beaucoup de gens, auxquels ont est venu en aide … Les élections sont proches et le gouvernement est loin d’être populaire. C’est une publicité gratuite pour ceux qui sont au pouvoir ici, et à Jakarta « .

 —————————————————

drapeau anglaisAs Indonesia deals with the aftermath of the two eruptions of Mt Sinabung and Mt Kelud , experts question whether the country is well-equipped to face the threats from all the volcanoes that dot the archipelago.

At least 24 people have been killed in the two eruptions. 17 people died when Mount Sinabung erupted and Mount Kelud killed 7 more. More than 130,000 people were displaced as a result of the two disasters.

Each Indonesian province has its own disaster management agency and but levels of preparedness vary. In East Java, where Mount Kelud is, the level of preparedness is good. Many lives were saved in the latest eruptions even though the area around the volcano is inhabited by hundreds of thousands of people.

In the case of Sinabung, most people were unfamiliar with the habits of the volcano which had been dormant for hundreds of years.

The National Disaster Mitigation Agency (BNPB) has worked with local agencies and NGOs on preparedness programs at community level. These include identifying threats, providing training to local officials and conducting simulations and drills, risk mapping and quantifying populations likely to be affected.

However, local governments only spend tiny portions of their budgets on disaster management, but things are improving.

The recent eruptions can be considered as small-scale events. The National Disaster Mitigation Agency wonders how the country would react if a major eruption like that of Krakatau in 1883 occurred today. Said one official: “The country’s biggest airport would be paralyzed. If the eruption were to last for months, the economy would shut down. Indonesia needs to boost scientific modelling, including simulations, to estimate casualties and human costs in the event of a major eruption such as Krakatau”.

Monitoring systems are adequate, with sensor equipment installed at volcanoes nationwide, but authorities needed to actually use this monitoring data in their risk and hazard assessment programs, including eruption scenarios, and in formulating reconstruction plans.

According to the BNPB, at least 197 people have been killed in disasters, including flooding, landslides, and volcanic eruptions nationwide since January 2014.

Source: The Jakarta Globe.

Most of my sources about what happens in Indonesia are the local or national newspapers. One needs to be careful when dealing with these articles as these media are often approving the government’s policy.

Here is a link to an article (in English) that gives a different view of the help provided to the populations after the eruption of Mt Kelud:

http://dissidentvoice.org/2014/02/kelud-volcano-tears-washing-ash-away/

Here are some excerpts, with the testimonies of some victims of the eruption :

“I got sick before Mount Kelud exploded. The eruption was enormous, and it was spectacular. Then, nothing happened for two nights; nothing in terms of rescue operations or some substantial help from the government or the military (TNI). Ash was everywhere, the roof and even the walls of my house got damaged. And still nothing, almost nothing from the government! There were no ambulances and no military trucks. Look around this village – there is nothing here.”

Here is another part of the text:

“Several mobile medical tents set up by the Indonesian military (TNI) right in front of the government complex in Wates (a town near the city of Kediri and some 20 kilometers from Sugihwaras), are clean and by local standards, well equipped. The only problem appears to be that they are empty. Not totally empty, of course. On the cots, there are several TNI medics and doctors, sleeping. Others are aimlessly chatting. Seeing my two professional cameras, some make a feeble attempt to get up, but that appears to be too taxing, and they soon fall back onto their backs, and cover their faces with berets.

The boots of the military medics are shining. It is obvious that they had not encountered any ash, sand, or dust, in the course of the day.

Behind the tents, dozens of heavy military trucks stand in absolute idleness. Hundreds of vehicles: trucks, motorbikes and rescue 4×4’s are scattered around the area.

Not far from those medical tents, a group of rescue workers hang around aimlessly. People are wearing yellow windbreakers. Gasmasks are firmly placed over their faces. It goes without saying that there is not much need for gasmasks here, as heavy rain washed away most of the ash and sand from this part of Kediri Regency, several hours ago.”

Further down in the article, about the Indonesian President’s visit to the camps:

“Almost all the refugees went home… to fix their roofs, and to feed their animals. But when SBY announced his arrival, the military began collecting them, bringing them back, using trucks. The local government also put pressure on the refugees to return back to these shelters, to create an atmosphere that people, many people, are being helped here…Elections are nearing and the government is far from popular. This is all free advertisement for those in power here, and in Jakarta.”