Eruption du Shinmoedake (Japon)

Les webcams (http://kirishima-live.jpn.org/) montrent en ce moment qu’un important épisode éruptif est en cours sur le Shinmoedake, sur l’île de Kyushu. Le volcan est en éruption, mais de manière moins violente, depuis le 1er mars 2018, date où son accès a été restreint. (voir mes notes du mois d’octobre 2017)
Les webcams montrent des projections de lave et des nuages de cendre qui montent à plus de 3 500 mètres au-dessus du volcan que l’on peut voir dans le film de 1967 « On ne vit que deux fois » avec James Bond.

C’est l’éruption la plus violente du Shinmoedake en sept ans. Quelque 65 vols ont été annulés.

Dans la ville de Kirishima au pied du volcan, certains piétons utilisent des masques chirurgicaux ou des serviettes pour se protéger contre la cendre tandis que d’autres ont recours à des parapluies. Les voitures sont recouvertes d’une couche de cendre. On ne déplore no dégâts ni blessés. La JMA indique que l’éruption va probablement continuer; l’agence conseille à la population d’être vigilante et de se méfier des projections volcaniques et des coulées pyroclastiques.
Source: Channel News Asia.

———————————-

Webcams (http://kirishima-live.jpn.org/) are currently showing that a significant eruptive episode is underway at Shinmoedake, on Japan’s island of Kyushu. The volcano has been erupting on a smaller scale since March 1st, 2018, when access was restricted. (see my posts of Octover 2017)

The webcams show lava, and ash clouds billowing more than 3,500 metres into the sky above the volcano which featured in the 1967 James Bond movie « You Only Live Twice ».

It is the strongest eruption of Shinmoedake in seven years. Some 65 flights have currently been cancelled.

In Kirishima city at the foot of the volcano, pedestrians wore surgical masks or covered their noses with hand towels, while others used umbrellas to protect from falling ash. Cars had layers of ash on their roofs. There were no reports of injuries or damage from the eruption. The Japan Meteorological Agency indicates that the volcanic activity is expected to continue and cautions residents against the possibility of flying rocks and pyroclastic flows.

Source: Channel News Asia.

Vue du Shinmoedake (Crédit photo: Wikipedia)

L’éruption reste intense (capture d’image de la webcam)

 

Publicités

Grande confusion en Papouasie-Nouvelle-Guinée // Great confusion in Papua-New-Guinea

Il y a en ce moment une grande confusion en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Comme je l’ai écrit précédemment, un séisme de magnitude M 7,5 a secoué la province des Southern Highlands le 25 février 2018. Il a été suivi d’une réplique de magnitude M 6.0 le 4 mars. C’est le quatrième événement supérieur ou égal à M6.0 dans la région. Un bilan non officiel fait état d’au moins 156 morts.
Dans le même temps, des rumeurs se sont répandues, en particulier sur lesréseaux sociaux, selon lesquelles le Mont Bosavi présentait des signes significatifs de réveil et que des gens avaient vu de la fumée sortir du cratère. Suite à ces rumeurs, beaucoup d’habitants ont fui la région autour du volcan et sont allés se réfugier dans les vallées loin de la montagne.
Des scientifiques ont été héliportés pour étudier le Bosavi. Ils ont déclaré qu’il n’y avait pas de danger d’éruption et ont parlé aux gens dans les villages.
Les agences d’aide humanitaire sont inquiètes pour deux raisons. D’une part, il y a un réel danger d’inondation dans les vallées en ce moment. D’autre part, les hélicoptères apportent de la nourriture, de l’eau et des médicaments dans les villages ; si les gens quittent les villages, ils ne pourront pas avoir accès à tous ces biens. Il est donc demandé aux gens de rester près de leur village afin qu’on puisse les repérer. .
Source: The Watchers.

—————————————

There is a great confusion in Papua New Guinea at the moment. As I put it before, an M 7.5 earthquake shook the Southern Highlands province on February 25th, 2018. It was followed by an M 6.0 aftershock on March 4th.  This was the fourth event above in M6.0 in the region. Unofficial reports received March 3 mention at least 156 deaths.

In the meantime, there have been rumours, mostly on social media, that Mount Bosavi was showing significant signs of unrest and that people had seen smoke coming out of the crater. As a consequence of these rumours, many people have fled the area around the volcano and have gone to the valleys away from the mountain.

Scientists have been helicoptered to study the volcano. They have declared that there is no danger of an eruption and have spoken to people in the villages.

Aid agencies are worried for two reasons. First, there is a great danger of flooding in the valleys right now. Secondly, helicopters are bringing food, water and medical aid to the villages and if people leave the villages, they will miss all these goods. All aid agencies are requesting people to stay near their village so they can be found.

Source: The Watchers.

Baisse du niveau d’alerte du Mayon (Philippines) // Alert level lowered on Mayon Volcano (Philippines)

Le mardi 6 mars 2018, l’Institut philippin de volcanologie et de séismologie (PHIVOLCS) a réduit le niveau d’alerte du Mayon de 4 à 3. En effet, l’Institut indique que l’activité volcanique la semaine dernière a été marquée par « une sismicité et un dégazage modérés, une déflation de l’édifice et une diminution de l’activité éruptive ».
Entre le 5 et le 6 mars, le réseau sismique a seulement relevé 4 séismes d’origine volcanique et 44 éboulements. De plus, on observe une déflation de l’édifice après une période d’inflation continue qui a débuté en octobre-novembre 2017. La déflation actuelle révèle une diminution de la recharge de la chambre magmatique. Cependant, le volcan reste gonflé par rapport au mois de janvier 2010.
Les émissions de dioxyde de soufre pendant l’éruption ont varié d’un maximum de 4 270 tonnes / jour le 21 février à 1 400 tonnes / jour le 3 mars. Elles sont bien inférieures à celles mesurées lors des éruptions passées qui atteignaient  par exemple 8 000 tonnes / jour en 2009.
Le PHIVOLCS fait toutefois remarquer que le volcan pourrait encore connaître des explosions soudaines, des effondrements, des coulées pyroclastiques et des retombées de cendre qui pourraient affecter les pentes supérieures ou moyennes. Cependant, « s’il y a une tendance à la baisse des paramètres de surveillance, le niveau d’alerte sera abaissé à 2. »
Le PHIVOLCS demande au public d’être vigilant et de s’abstenir d’entrer dans la zone de danger permanent de six kilomètres et dans la zone préventive de sept kilomètres dans les secteurs sud-sud-ouest et est-nord-est. Il demande également d’être très vigilant par rapport aux lahars dans les secteurs sud et est, en particulier pendant les périodes de fortes pluies.
Il est aussi conseillé aux pilotes d’éviter de voler à proximité du sommet du Mayon car les nuages de cendre et les projections provenant d’explosions soudaines et de coulées pyroclastiques peuvent présenter un danger pour les aéronefs.
Sources: PHIVOLCS et Manila Bulletin.

——————————————-

The Philippine Institute of Volcanology and Seismology (PHIVOLCS) on Tuesday, March 6th, 2018 lowered Mayon Volcano’s alert status from 4 to 3. The Institute said Mayon Volcano’s condition last week has been characterized by a general decline of activity reflected by moderate seismicity and degassing, deflation of the edifice and a decrease in eruptive activity.

Between March 5th and 6th, only four volcanic earthquakes and 44 rockfall events were recorded by the seismic network. In addition, there is a downtrend in ground deformation following a period of continuous inflation that began in October-November 2017 and indicates a decrease in magma recharge from deep to shallow levels of the edifice. However, the volcano is still inflated relative to January 2010 baselines.

Mayon Volcano’s sulfur dioxide flux throughout the eruption has varied from a maximum of 4,270 tons/day on February 21 to 1,400 tons/day on March 3, but they are significantly lower than those measured in past eruptions, such as the up to 8,000 tons/day in 2009.

PHIVOLCS noted however that the volcano could still generate sudden explosions, lava collapses, pyroclastic flows and ashfall, which could affect the upper to middle slopes of the volcano. However, “should there be a persistent downtrend in monitoring parameters, then the alert level will be further lowered to 2.”

Phivolcs asked the public to be vigilant and refrain from entering the six-kilometer permanent danger zone and the seven-kilometer precautionary extended danger zone in the south-southwest to east-northeast sector. It also asked for increased vigilance against lahar flows in the southern and eastern sectors, especially during periods of heavy and prolonged rainfall.

Civil aviation authorities were asked to advise pilots to avoid flying close to the volcano’s summit as airborne ash and ballistic fragments from sudden explosions and pyroclastic flows can be hazardous to aircraft.
Sources: PHIVOLCS & Manila Bulletin.

Crédit photo: Wikipedia

Cartes à risques du Mayon (Source: PHIVOLCS)

Les glaciers à Tonneins (Lot-et-Garonne) !

Je présenterai le mardi 13 mars 2018 une conférence intitulée « Glaciers en péril – Les effets du changement climatique » dans le cadre du Cercle Féminin de Tonneins (Lot-et-Garonne). Elle aura lieu à 15 heures au Centre Culturel François Mitterrand.

Tempêtes, glissements de terrain et autres catastrophes naturelles se multiplient. Elles sont la conséquence du changement climatique.   Lors de mes voyages à travers le monde pour étudier les phénomènes volcaniques, j’ai eu l’occasion de parcourir des terres nordiques – en particulier l’Islande, le Canada et l’Alaska – et de me rendre compte de l’impact du réchauffement climatique sur les glaciers. L’approche terrestre et les survols ne laissent pas le moindre doute sur leur recul. Plus près de nous, dans les Alpes, les glaciers sont en passe de devenir une espèce en voie de disparition.
Aucun continent ne semble épargné, pas plus l’Afrique et les neiges du Kilimandjaro que l’Asie avec la chaîne himalayenne. Une prise de conscience est urgente, faute de quoi notre société sera confrontée à de graves problèmes.
Cette nouvelle conférence a pour but de sensibiliser la population à une catastrophe annoncée. Elle s’accompagne d’un diaporama en fondu-enchaîné sonorisé illustrant la situation glaciaire en Alaska.

A l’issue de la séance, les spectateurs pourront se procurer les ouvrages Terres de Feu, Mémoires Volcaniques, Dans les Pas de l’Ours, ainsi que des CD d’images. Pour rappel, Volcanecdotes et Killer Volcanoes sont épuisés.

Glacier Sawyer – Alaska – (Photo: C. Grandpey)