Halema’uma’u & Pu’uO’o (Hawaii / Etats Unis)

Contrairement à ce qu’indiquait un site d’informations volcaniques il y a quelques semaines, les réseaux d’alimentation magmatique du sommet du Kilauea et de l’East Rift Zone restent connectés et ne fonctionnent pas indépendamment l’un de l’autre.

Dans le passé, on a pu se rendre compte qu’une éruption au niveau de l’East Rift Zone entraînait une vidange totale ou partielle de la chambre magmatique sommitale. Il est toutefois difficile de mesurer en parallèle le comportement de ces deux zones car le niveau de la lave n’est que rarement accessible en même temps. Pourtant, au cours des dernières années, l’activité simultanée de l’Halema’uma’u au sommet et du Pu’uO’o sur l’East Rift Zone a permis d’effectuer des mesures très révélatrices de la connexion entre les deux systèmes d’alimentation.   

Entre 2011 et aujourd’hui, les scientifiques du HVO ont pu observer le comportement de ces deux zones, tout en prenant en compte l’éruption sur le site de Kamoamoa en mars 2011, la vidange du Pu’uO’o en août 2011 et l’ouverture de nouvelles fractures au SE du Pu’uO’o en septembre 2011. Au final, les volcanologues ont remarqué que les deux zones réagissaient de la même façon, avec les mêmes pics et les mêmes creux d’activité, ces derniers se produisant au moment des événements éruptifs qui entraînent inévitablement une dépressurisation du système magmatique. Il existe donc une bonne connexion « hydraulique » entre les deux bouches actives.

Même si l’Halema’uma’u et le Pu’uO’o montrent les mêmes fluctuations, on remarque que le niveau de la lave dans l’Halema’uma’u est en général plus haut (en moyenne 80 mètres) que dans le Pu’uO’o. Les scientifiques pensent que cela est dû à une dissipation de l’énergie causée par les frottements de la lave dans le réseau d’alimentation.

L’étude du niveau de la lave au sommet du Kilauea et sur l’East Rift Zone permet d’anticiper l’activité éruptive du volcan. On sait, par exemple, que lorsque le niveau de la lave est élevé dans le système, sa pression va probablement provoquer des changements dans l’éruption sur l’East Rift Zone, avec l’ouverture de nouvelles fractures.  

De plus, comme il existe une connexion « hydraulique » entre le sommet et le Pu’uO’o, les modifications d’activité sont perceptibles sur les deux sites. Ainsi, en août 2011, quand on a assisté à la vidange du Pu’uO’o, le lac de lave de l’Halema’uma’u a baissé brusquement.

L’étude de la connexion entre les deux systèmes est également importante au niveau de la prévention des risques. Ainsi, si le niveau de la lave baisse brusquement au sommet suite à une modification de l’activité éruptive sur l’East Rift Zone, on sait qu’il y a un risque d’explosion sommitale car une vidange trop grande du lac de lave peut permettre à l’eau du sous-sol de s’infiltrer dans le système magmatique.   

Source : HVO.  

Voici un exemple récent du comportement parallèle du sommet du Kilauea (en vert) et du Pu’uO’o (en bleu):

kilauea,volcans,volcanoes

A noter que la phase de dégonflement intervenue entre le 7 et le 9 juillet a très nettement ralenti la progression de la lave sur la plaine côtière. Le front des coulées se situait hier soir à plus de 1,5 km du rivage, contre 700 mètres précédemment.

Halema'uma'u-blog.jpg

Le cratère de l’Halema’uma’u au sommet du Kilauea.

PuuOoo-mars-2011.jpg

Le cratère du Pu’uO’o sur l’East Rift Zone.

(Photos: C. Grandpey)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.