Mont Redoubt (Alaska / Etats Unis)

1475806114.41.jpgL’éruption se poursuit tranquillement. Le dernier bulletin de l’AVO indique que la sismicité reste faible, tout en étant à un niveau supérieur à la normale. De temps en temps, des blocs se détachent des pentes abruptes du dôme en générant des nuages de cendre dans la zone sommitale.

On peut conclure de ces observations que la situation est normale pour un volcan de ce type. Il ne fait aucun doute que la pression est en train de s’accumuler sous le dôme (même si une partie s’échappe avec les gaz). Il n’est pas impossible qu’un jour ou l’autre une explosion se produise, avec un nuage de cendre et de possibles retombées dans les zones situées sous le vent. Ainsi va la vie du volcan….

 

993348610.46.jpgThe eruption continues. AVO’s latest report indicates that seismicity remains low, but is above background levels. Occasional rockfalls down the steep sides of the lava dome are also continuing, often generating ash clouds at the summit.

This means that the situation is quite normal on a volcano of this type. No doubt pressure is accumulating under the dome (although some of it is released through the gases). Some day or other, an explosion might occur with an ash cloud and possible ashfall in downwind areas.

2057663654.5.jpg
Morphologie actuelle du dôme (Avec l’aimable autorisation de l’AVO).

Agitation volcanique en Arabie Saoudite?

1475806114.54.jpgLes autorités saoudiennes ont évacué 800 personnes de plusieurs villages lundi, après que des secousses sismiques aient été ressenties dans la région volcanique d’Al-Ais (province de Madinah) située à l’ouest du pays. Cette région se trouve sur une ligne de fractures et un risque d’éruption n’est pas à écarter.

Selon le Bureau de recherches géologiques saoudien, un séisme de M 4,68 (suivi d’un autre de M 4,4) a été enregistré dimanche. Au cours des derniers jours, la presse locale affirmait que le magma – dont la profondeur est estimée à 8 km – était remonté à 4 km sous la surface. D’autres évacuations sont en passe d’avoir lieu, car le Saudi Geological Survey redoute des secousses plus fortes (M 6,5 ?) que celle de dimanche dernier. La zone à risques a été élargie et a actuellement un rayon de 40 km à partir du volcan de Al-Ais, au lieu de 20 km précédemment.

Quoi qu’il en soit, nous pouvons dormir sur nos deux oreilles : la région en question ne se situe pas à proximité des installations pétrolières… !

Source : Agence Reuters.

 

993348610.40.jpgSaudi authorities evacuated 800 people from several western villages on Monday after tremors hit the volcanic region of Al-Ais (Madinah province) lying on a fault line in the past weeks, raising concerns of possible eruptions.

According to the Saudi Geological Survey (SGS), a M 4.68 earthquake (followed by another M 4.4 event) hit the region on Sunday. Local newspapers reported that in the past few days magma levels had risen to 4km below the surface from 8km.

More evacuations are about to take place as the Saudi Geological Survey fears more violent (M 6.5?) earthquakes. The emergency zone has been enlarged with a radius of 40 km around the Al-Ais volcano, instead of 20 km before.

Anyway, the world should not worry. Indeed, this region is not close to the oil facilities…!

Source : Reuters press agency.

Stromboli (Sicile / Italie)

1475806114.49.jpgSuite à l’observation du volcan entre le 13 et le 18 mai 2009,  l’INGV indique que l’acticité se situe essentiellement au niveau de 2 bouches dans la partie nord du cratère et de 2 autres dans la partie sud. Les bouches nord ont un comportement explosif avec expulsion de matériaux pouvant monter à plus de 180 mètres de hauteur. En particulier, la bouche la plus septentrionale peut connaître des épisodes de fontaines de lave d’une durée de 20-25 secondes, avec des retombées abondantes sur le versant nord du volcan. Des traînées incandescentes sont visibles sur la Sciara del Fuoco plusieurs minutes après les explosions.   

Dans la partie sud d’une cratère, l’une des bouches expulse brièvement des matériaux incandescents tandis que sa voisine se contente de rejeter des matériaux non incandescents de taille moyenne à fine pouvant tout de même monter à 180 m de hauteur.

Je ne dispose d’aucune information supplémentaire sur l’accès au sommet avec les guides, mais on peut supposer que, au vu de l’activité actuelle,  l’interdiction est maintenue.

 

993348610.39.jpgINGV observed the volcano between May 13th and 18th. Activity is concentrated on two vents in the northern part of the crater and two vents in the southern part. The northern vents have an explosive behaviour and may eject material up to 180 metres high. The northernmost vent sometimes displays lava fountains that can last 20 – 25 seconds, with profuse falls of materials on the northern slope of the volcano, especially the Sciara del Fuoco.

In the southern part of the crater, one of the vents briefly ejects incandescent material whereas its neighbour ejects mid-sized or fine material that may go up to 180 m high.

I don’t have more information about the access to the summit of the volcano with the guides. Judging from the current activity, I imagine the interdiction is still enforced.   

Mont St Helens (Etat de Washington / Etats Unis)

1475806114.40.jpgLes scientifiques américains ont offert un beau cadeau au Mont St Helens pour le 29ème anniversaire de la grande éruption de 1980. Ils viennent d’installer un nouvel équipement pour surveiller encore plus efficacement le volcan. Les nouveaux appareils sont surnommés « araignées » par les scientifiques car ils possèdent des pattes permettant de les stabiliser. Ils peuvent être mis en place par hélicoptère sur des endroits dangereux la montagne. Un réseau de 16 appareils a ainsi été installé et sera testé le mois prochain. Ils sont capables d’enregistrer les séismes, la déformation du sol, les variations de pression de l’air ambiant et ils transmettent  ces informations. Un système GPS peut localiser chaque emplacement avec une marge d’erreur inférieure à 2 centimètres.

Chaque « araignée » coûte environ 3000 dollars.  

 

993348610.41.jpgAmerican scientists offered Mount St Helens a nice present for the twenty-ninth anniversary of its major eruption in 1980. They have just installed new equipment to better monitor the volcano. The scientists call the new devices « spiders » because of their stabilizing legs .They can be lowered onto dangerous places on the mountain by helicopter. A network of 16 of the machines will be tested next month. They record earthquakes, ground deformation and air pressure waves and transmit the information. A Global Positioning System can locate each site to within 2 centimetres. .

Each « spider » costs about $3,000.  

Pubs coquines pour le Ruapehu (Nouvelle Zélande)

1475806114.53.jpgSi vous comprenez l’anglais, vous allez sourire en découvrant les publicités coquines  réalisées par la station de ski sur les pentes du Ruapehu en Nouvelle Zélande. Elles font allusion aux problèmes d’érection, aux orgasmes, à la taille du pénis, dans le but d’attirer les touristes australiens. (Il faut savoir qu’une rivalité permanente – en rugby en particulier – existe entre ces deux pays).

Les publicités (accessibles via le lien ci-dessous), diffusées en ligne et dans la presse des états du Queensland et des Nouvelles Galles du Sud jusqu’au 24 mai prochain, font la promotion des vacances de ski sur le volcan Ruapehu qui, selon les pubs est le coin le plus sexy de la Nouvelle Zélande pour «  a quickie », mot quasiment intraduisible qui peut faire référence – entre autres – à une relation sexuelle rapide,  une petite plaisanterie, voire une petite descente à ski. A vous de choisir… !)

Espérons simplement que ces jeux de mots ne mettront pas le volcan en colère ! Ayant pu constater la laideur de la station de ski de Whakapapa (où il n’y a même pas de pompe à essence !), je ne serais pourtant pas choqué si le Ruapehu la faisait disparaître !

http://www.mtruapehu.com/winter/aussie/

 

993348610.45.jpgThe Ruapehu ski resort in New Zealand has mounted a cheeky promotion with advertising filled with suggestive quips about erectile dysfunction, orgasms and penis size to attract Australian tourists. (You should know that constant rivalry exists between the two nations, especially in rugby).

The advertisements (just click on the link here below to see them!) running online and in newspapers in Queensland and New South Wales until May 24th promote winter ski holidays at Ruapehu volcano – claimed to be New Zealand‘s « sexiest ski area for a quickie. »

Let’s hope these ads will not anger the volcano! I could see in February how ugly the Whakapapa ski resort was (with no petrol station!) and I would not be sad if Mount Ruapehu made it disappear!

http://www.mtruapehu.com/winter/aussie/

Il y a 29 ans, le Mont St Helens… (Etat de Washington / Etats Unis)

1475806114.53.jpgIl n’y a rien de vraiment nouveau dans l’activité volcanique sur la planète. Cela donne l’occasion de nous rappeler que le 18 mai 1980, une éruption cataclysmale du Mont St Helens tuait 57 personnes et dévastait une zone de 370 km2.

Ce jour-là, à 8h32, un séisme de 5,1 sur l’échelle de Richter déclencha un glissement de terrain sur le versant nord du volcan. Ce glissement de terrain provoqua une dépressurisation et une explosion dont l’énergie libérée était équivalente à 500 bombes atomiques. Un panache de cendre gigantesque s’éleva dans le ciel tandis que le blast (souffle latéral) détruisait tout sur son passage.

Selon l’USGS, la température de la cendre expulsée pendant l’éruption dépassait 315°C et se déplaçait à près de 500 km/h, transformant définitivement la morphologie de la région.

Aujourd’hui, le cratère béant en forme de fer à cheval et les arbres brisés par le souffle sont les témoins de cette éruption. Toutefois, la Nature panse rapidement ses blessures. Lors de ma dernière visite en juillet 2008, le paysage était plus verdoyant qu’en 2001, année où je l’avais observé précédemment. Espérons que l’homme n’oubliera pas cet événement et qu’il servira de leçon aux futures générations.   

993348610.55.jpgThere is nothing really new about volcanic activity in the world. This leaves us the opportunity to remember that on May 18th, 1980, a massive volcanic eruption of Mount St. Helens killed 57 people and devastated a 370-square-kilometre area.

On that day, at 8:32 a.m., an earthquake measuring 5.1 on the Richter scale triggered a massive landslide on the mountain’s north side. The landslide caused the volcano to depressurize and explode with a force equal in power to 500 atom bombs. A gigantic ash plume shot into the sky and pieces of the mountain blasted sideways, destroying everything in its path.
According to the USGS, the ash and rock reached more than 315°C and travelled at nearly 500 km per hour, devastating 370 square kilometres and permanently transforming the area’s landscape.  

Today, the open horseshoe-shaped crater and the broken trees are testimonies of the event but Nature is recovering from its wounds. During my last visit in July 2008, the landscape was far more verdant than in 2001 when I saw before. Let’s hope humans will never forget this event and that it will be a lesson for the next generations. 

890180361.gif
Le Mont St Helens en juillet 2008 (Photo: C. Grandpey)

 

 

 

 

Chaitén (Chili)

1475806114.52.jpgLe volcan est toujours très actif et le niveau d’alerte est maintenu au Rouge, le maximum. Début mai, des nuages de gaz et de cendre montaient jusqu’à 2 km au-dessus du sommet. Le dôme de lave est instable et des avalanches de blocs et de cendre se détachent périodiquement de ses flancs. La surface du dôme est très irrégulière et on peut y observer plusieurs aiguilles d’une centaine de mètres de hauteur. La sismicité reste élevée.

Source : Global Volcanism Network.  

 

993348610.38.jpgThe volcano is still active and the alert level remains at Red (the maximum). Early in May, gas and ash plumes were rising up to 2 km above the summit. Collapses originating from unstable slopes generated block-and-ash flows. The surface of the lava dome is very irregular and one can observe several 100-metre-high spines. Seismicity is still high.

Source : Global Volcanism Network