Séisme en Islande

1475806114.8.jpgUn puissant séisme d’une magnirude de 6,5 selon le ReNaSS a frappé hier après-midi le sud de l’Islande. L’épicentre a été localisé à 42 km à l’est de Reykjavik et 5 km à l’est de Hveragerdi. Selon l’USGS, le séisme s’est produit à 15h46 GMT à une profondeur de 10 km.
Dans la ville de Selfoss, proche de l’épicentre, des bâtiments ont été endommagés et une vingtaine de personnes ont dû recevoir des soins pour des blessures sans gravité.
Dans la capitale, les habitants on ressenti la secousse et des répliques ont eu lieu dans le SO de l’île.
La route entre Reykjavik et Selfoss a été endommagée et a été fermée à la circulation.
Les autorités ont conseillé aux habitants de la région touchée de quitter leurs habitations par crainte des répliques.
L’Islande est une île volcanique géologiquement instable, mais des séismes aussi violents sont relativement rares.
En cliquant sur le lien ci-dessous, vous aurez accès à une petite vidéo de la BBC montrant les dégâts causés par le séisme.
http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/7426885.stm

993348610.8.jpgA strong earthquake measuring 6.5 according to ReNaSS hit southern Iceland yesterday afternoon. The epicentre was located 42 km to the E of Reykjavik and 5 km to the E of Hveragerdi.
The US Geological Survey said the earthquake struck at 1546 GMT at a shallow 10 km.
In the town of Selfoss, near the epicentre, buildings were damaged and up to 20 people needed treatment for minor injuries.
Residents in the capital felt buildings shake and aftershocks were felt in the south-west of the country.
The road between Reykjavik and Selfoss had been closed due to damage
Authorities have advised residents in the area to leave their homes because of the possibility of aftershocks.
Iceland is a geologically unstable volcanic island, but such powerful earthquakes not not occur very often.
http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/7426885.stm

Publicités

Cerro Azul (Iles Galapagos / Equateur)

1475806114.6.jpgLe volcan est entré en éruption jeudi, mais la lave ne menace pas les tortues géantes centenaires qui vivent autour du cratère, comme on l’avait craint au début de l’éruption.
Le volcan, d’une altitude de 1690 m, situé sur l’île Isabela, la plus grande de l’archipel, a commencé à émettre des coulées de lave jeudi, après une période de repos de 10 ans.
Selon les autorités du Parc des Galapagos, les personnes et les tortues ne sont pas menacées, car « la lave s’écoule dans la direction opposée ».
Au cours de la dernière éruption de 1998, des tortues géantes avaient été évacuées par hélicoptère ; malgré tout, plusieurs d’entre elles avaient péri carbonisées.

993348610.7.jpgThe volcano has been erupting since Thursday but lava is not a threat to 100-year-old giant tortoises living around the crater, as was thought at the beginning of the eruption.
The 1,690-metre-high Cerro Azul volcano started spewing lava on Thursday after 10 years of inactivity on Isabela Island, the largest of the Galapagos archipelago.
According to the Galapagos Park authorities, there is no threat to the local human population nor to the tortoise population because “lava is flowing in the opposite direction”.
In the last eruption in 1998, rare tortoises were airlifted from around the crater on helicopters to escape the lava, but several massive turtles were burned.

Chaitén (Chili)

1475806114.13.jpgLa dernière mise à jour du GVN confirme un déclin, entre le 23 et le 26 mai, du nombre et de l’intensité des événements sismiques. Les explosions étaient également moins violentes et produisaient moins de matériaux. Le 25 mai, la zone à risques de 50 km a été ramenée à 24 km, suite à cette baisse de l’activité. Les habitants ont été autorisés à pénétrer dans la zone à risques pour récupérer leurs biens et leurs animaux.
Toutefois, le Chaiten est encore très actif. Un survol effectué le 24 mai a révélé que le dôme de lave avait légèrement augmenté de volume et dominait maintenant l’ancien dôme. Un cratère de 200 m de diamètre au sud du nouveau dôme émettait des gaz et de la cendre. Beaucoup de rivières charriaient de la cendre et de la ponce. Les lahars qui empruntent le lit de la rivière Chaitén continuent à affecter la ville du même nom. Les panaches de cendre émis par le volcan atteignaient environ 4,6 km d’altitude. Les explosions projetaient des colonnes de gaz et de cendre jusqu’à 6,1 km d’altitude.

993348610.16.jpgThe latest GVN update confirms that between May 23rd and 26th, the number and intensity of seismic events decreased, and explosions were less powerful and produced smaller volumes of material. On May 25th, the 50-km high-risk zone was reduced to 24 km due to the decrease in activity. Residents were permitted to retrieve property and animals from within the high-risk zone.
However, Chaiten is still very active. An overflight conducted on May 24th revealed that the lava dome had grown slightly and was just above the top of the old dome. A crater about 200 m in diameter south of the new dome emitted ash and gas. Many of the rivers were gray with ash and pumice. Lahars along the Chaitén river continued to affect Chaitén town. Ash plumes rose to an approximate altitude of 4.6 km a.s.l.; explosions occasionally propelled the gas-and-ash column to an altitude of 6.1 km a.s.l.

Volcan de boue (Ile de Java / Indonésie)

1475806114.16.jpgLe ‘volcan de boue’ indonésien, baptisé « Lusi » qui ne cesse d’émettre sa fange depuis le mois de mai 2006 est en train de s’affaisser sous son propre poids, ne faisant qu’aggraver un désastre écologique qui a chassé au moins 36 000 habitants et ruiné l’économie de toute une région. Des affaissements soudains atteignant parfois 3 mètres ont été observés dans la partie centrale du ‘volcan’ et pourraient être le début de la formation d’une caldeira qui, selon les scientifiques, pourrait avoir une profondeur de 146 mètres. Cette caldeira est en train de se former sous l’effet du poids de la boue et, comme pour les volcans, par effondrement des couches de roches suite à l’évacuation de la boue qui se trouvait sous la surface.
A noter que le vendredi 6 juin, une séquence de l’émission Thalassa sur FR3 sera consacrée à la « mer de boue à Java ».

993348610.6.jpgThe Indonesian ‘mud volcano’, known as « Lusi », which has been releasing its dirt since May 2006 is collapsing under its own weight and worsening an environmental disaster that has displaced at least 36,000 people and ruined the economy of a whole region. Sudden collapses up to three metres have been recorded at the centre of the ‘volcano’ and could mean the beginning of a caldeira which could be as deep as 146 metres, according to scientists. This subsidence is due to the weight of the mud and the collapse of rock strata due to the excavation of mud from beneath the surface.
On June 6th, Thalassa on the French TV channel FR3 will include a sequence entitled “Sea of mud in Java”.

Etna (Sicile / Italie)

1475806114.8.jpgLe dernier bulletin de l’INGV confirme que l’éruption continue tranquillement. La lave s’échappe de la bouche située à 2800 m d’altitude ; elle avance ensuite le long de la paroi occidentale de la Valle del Bove dans un chenal de scories avec quelques débordements sur son parcours qui se termine à 2250m d’altitude où s’est immobilisé le front de coulée. La webcam n°3 Etna Trekking permet de voir à nouveau la source de l’éruption, tandis que la webcam de l’INGV postée dans le secteur de Milo permet d’apercevoir le rougeoiement de la coulée.

993348610.6.jpgINGV’s latest update confirms the eruption is going on at a slow pace. Lava is coming out of the vent at 2800m a.s.l.. It then travels down along the western wall of the Valle del Bove in a channel where it sometimes overflows. It then stops at 2250 m. a.s.l. The EtnaTrekking webcam allows again to see the source of the eruption while the INGV webcam in Milo allows to peer at the incandescence of the lava flow.

Images de l’Etna (Sicile / Italie)

L’éruption se poursuit calmement. En cliquant sur le lien ci-dessous, puis sur l’onglet « immagini », vous aurez accès (colonne de gauche) à des photos prises entre le 10 et le 14 mai et des petites vidéos tournées le 14 et le 18 mai derniers :
http://www.ct.ingv.it/Etna2007/Main.htm
L’intérêt de ces images est avant tout informatif, car la qualité n’est pas au rendez-vous. Il faut absolument que les vidéastes pensent à utiliser un pied pour filmer, surtout quand ils utilisent des focales élevées en zoomant (technique d’ailleurs non recommandée ; il faut zoomer AVANT de filmer et non pendant; des plans fixes successifs donnent de bien meilleurs résultats). Il existe dans le commerce des pieds télescopiques légers qui se glissent facilement dans un fourre-tout ou un sac à dos. A titre indicatif, j’utilise en photo un mini-pied télescopique Biloret 495 (on le trouve, entre autres, à la FNAC pour une quarantaine d’euros). Il mesure 22 cm replié et pèse 590 g. Une fois déplié, il mesure un mètre environ, mais il est préférable de ne pas dépasser 50 ou 60 cm pour une meilleure stabilité.

Turrialba (Costa Rica)

1475806114.12.jpgLes scientifiques de l’ Observatorio Vulcanológico y Sismológico de Costa Rica (Ovsicori) et la Comisión Nacional de Emergencias (CNE) surveillent étroitement le volcan depuis que les habitants de la région ont affirmé que les émissions gazeuses se faisaient de plus en plus fortes chaque jour. Des déformations et des fractures ont été observées, ainsi que des dégâts causés à la végétation par les gaz et les pluies acides. L’impact de la corrosion est également visible sur les toits des habitations et d’autres structures proches du volcan.
La CNE a fortement incité la population à évacuer la région et 60% des habitants ont, semble-t-il, suivi cette recommandation.
Les gaz ont atteint le site d’observation du volcan ; en conséquence, les autorités du parc n’accueillent que des petits groupes qui ne peuvent pas rester plus de 20 minutes.

993348610.14.jpgExperts of the Observatorio Vulcanológico y Sismológico de Costa Rica (Ovsicori) and the Comisión Nacional de Emergencias (CNE) are monitoring closely the volcano as residents report feeling the gas emissions emanating from the volcano getting stronger each day.
Experts have reported deformation and cracking as well as damage caused by gases and acid rain to the vegetation. The sharp impact of corrosion is also visible in the deterioration of some roofs and other structures close to the volcano.
The CNE has strongly advised area residents to evacuate the area and at least 60% of the people have opted to evacuate.
Gases from the crater are reaching the observation post so that park officials have limited visitors to small groups and a stay only 20 minutes at most.