Stromboli (Sicile / Italie)

1475806114.9.jpgSelon le journal La Sicilia, toutes les excursions au sommet du volcan sont annulées jusqu’à nouvel ordre depuis hier. La décision a été prise par les guides, suite à une augmentation du tremor éruptif. Les sismos révèlent également une plus grande fréquence des événements explosifs.

993348610.8.jpgAccording to the local paper La Sicilia, all trips to the summit of the volcano have been cancelled since yesterday. The decision was taken by the guides, following an increase in the eruptive tremor. Seismographs also reveal a greater frequency of explosive events.

1324033767.gif

Etna (Sicile / Italie)

1475806114.10.jpgL’éruption qui a commencé hier – après des séquences sismiques très marquées – se poursuit à l’heure actuelle. Selon les derniers communiqués de l’INGV, un survol en hélicoptère ce matin a permis d’observer une première fracture orientée nord-sud à 3000 m d’altitude, juste à l’est des cratères sommitaux. En début d’après-midi, la lave avait cessé de s’écouler à partir de cette fracture. Une deuxième fracture orientée plus ou moins est-ouest s’est ouverte entre 2900 et 2500 m d’altitude (entre le Cratère SE et le Monte Rittmann) le long de la paroi occidentale de la Valle del Bove. La coulée qui en sort était bien alimentée au moment du survol. [Elle est toujours très active si l’on se réfère aux images de la webcam Etnatrekking]. Au cours de sa descente dans la Valle del Bove, la coulée se divise en deux bras. Le front du premier se situait en début d’après-midi à une altitude d’environ 1300 m. L’autre front, plus actif, se situait à environ 1450 m d’altitude, à environ 1 km du Monte Calanna. La longueur maximale de la coulée a été estimée à un peu plus de 5 km.
A noter par ailleurs que l’activité strombolienne au niveau des «boutonnières» qui s’étaient formées le long de la coulée était en perte de vitesse aujourd’hui. Il semble que l’éruption soit stabilisée, comme le montre aujourd’hui la régularité du tremor éruptif.

993348610.10.jpgThe eruption which started yesterday – with impressive seismic swarms – is going on today. According to INGV’s latest updates, a first fissure (north-south) can be observed to the east of the summit craters at about 3000 m a.s.l. early in the afternoon, no lava was seen coming out of this fracture. Another fissure (east-west) could be seen along the western wall of the Valle del Bove. It was quite active during the INGV overflight. [It is still very active, judging from the Etnatrekking webcam]. The lava flow divided in two branches further down in the Valle del Bove. The first front was about 1300 m a.s.l. The other front (far more active) was located about 1 km from Monte Calanna. The total length of the lava flow was about 5 km.
Today, the strombolian activity along the eruptive fissure was less intense than yesterday. It looks as if the eruption has now stabilised. This is confirmed by the eruptive tremor which has become quite regular.

Chaitén (Chili)

1475806114.7.jpgSelon la plupart des scientifiques sur place, la cendre qui ne cesse de tomber sur la région va probablement entraîner des dégâts à long terme sur l’environnement, et affecter la santé des personnes et des animaux en Patagonie. Cette cendre, provoquée par la pulvérisation des roches, contient toutes sortes de minéraux. Elle a pollué les lacs et les rivières, recouvert les plantes et modifié l’habitat des animaux qui essayent péniblement de survivre.
Bien qu’il soit encore trop tôt pour connaître ces effets à long terme, les écologistes affirment que la vie a définitivement changé dans la région célèbre pour ses forêts de pins et de cyprès qui hébergent les pumas et une espèce rare de cervidés.
Les autorités affirment que la cendre émise par le volcan n’est pas toxique. Pourtant, les habitants des provinces proches du Chaitén au Chili et en Argentine se sont plaints de brûlures des yeux, de troubles respiratoires et de l’eau polluée. Les aéroports sont fermés à cause de la mauvaise visibilité et du risque que représente la cendre pour les moteurs des avions.
Comme je l’ai indiqué précédemment, une crainte des scientifiques est que la colonne éruptive vienne à s’effondrer. Le pire des scenarii est que la cendre et les roches retombent brutalement, enfouissent la ville de Chaitén (située à une dizaine de kilomètres du volcan) et détruisent définitivement toute forme de vie dans cette région.

993348610.10.jpgAccording to most scientists, volcanic ash raining down from the volcano may cause long-term environmental damage and harm the health of people and animals in Patagonia. Indeed, this ash is made up of pulverised rock containing all kinds of minerals. It has spoiled lakes and rivers, coated plants, and altered the sensitive habitat of animals now struggling to survive.
Though it is too early to say what the long-term effects will be, ecologists say life has permanently changed in the region’s pine and cypress forests, inhabited by pumas and a rare species of deer.
Government officials have insisted the ash is not toxic, though people in the nearby provinces of Chile and Argentina have complained of burning eyes, breathing trouble and tainted water.
Nearby airports have closed because of poor visibility and worries the rocky ash could damage jet engines.
As I put it before, the greatest fear is that the ash column might collapse. In a worst-case scenario, ash and molten rock would drop quickly and engulf the town of Chaiten, just 10 kilometres from the volcano, killing everything in its path.