Etna (Sicile / Italie)

ec929769d66b6ca0585971922865ab2b.jpgCe soir, la webcam haute définition du site « Etna trekking » montre nettement une incandescence (et probablement une petite activité strombolienne) à partir d’un orifice sue le versant est du Cratère SE, au niveau de la dépression mentionnée précédemment. La situation est à surveiller, car les tracés sismiques ne sont plus aussi insignifiants qu’avant et on décèle maintenant l’apparition d’un léger tremor.
Tout cela confirme le dernier rapport de l’INGV qui indique que la dépression est le siège d’une activité strombolienne plus ou moins intense, accompagnée de la formation d’un petit cône de scories.

534c3b95f77cef73b5cc0c55d40719a4.jpgTonight, Etnatrekking’s HD webcam is showing some incandescence (most likely with strombolian activity) from a vent on the eastern flank of the SE Crater. The situation should be taken into account as the seismographs are not as flat as before and a slight tremor has now appeared.
This confirms INGV’s latest report that says the depression is the seat of more or less intense strombolian activity, together with the building of a small cone of scoriae.

Publicités

Soufriere Hills (Ile de Montserrat)

9519bdf3785f2c017250a414178d6469.jpgDes physiciens écossais de l’Université de St Andrews ont reçu une subvention de 400 000 livres (environ 590 000 euros) pour mettre au point un système de prévention volcanique. Ils vont le tester à Montserrat où les deux tiers de l’île ont été dévastés par l’éruption de Soufriere Hills en 1995. Les fonds ont été attribués par le Natural Environment Research Council.
L’appareil de contrôle utilise des ondes millimétriques pour mesurer la taille, la forme et la température du dôme de lave pendant sa croissance, quelles que soient les conditions météorologiques. Baptisé AVTIS (All-weather Volcano Topography Imaging Sensor), c’est le premier instrument à ondes millimétriques à être utilisé sur un volcan, prouvant par là même que le concept d’un radar alimenté par une petite batterie pourrait être utilisé pour cartographier un dôme de lave depuis une distance pouvant aller jusqu’à 6 kilomètres. L’AVTIS est capable d’évaluer la forme du dôme en 3D, tout en collectant des images thermiques à travers d’épais nuages. C’est cette capacité à fonctionner par tous les temps qui rend l’appareil exceptionnel. Il permet donc de contrôler le volcan en permanence tout en étant en sécurité.
Une fois opérationnel, le système devrait permettre au Montserrat Volcano Observatory de contrôler l’activité volcanique 24 heures sur 24.
Source : BBC News.

ebabb29fd8917f2a0b10a2784416e6c6.jpgScottish physicists from St Andrews University have been awarded £400,000 to create a system to warn of volcano eruptions. They will trial the system in Montserrat where two thirds of the island was devastated by the 1995 eruption. The funding has been granted by the Natural Environment Research Council.
The monitoring instrument uses millimetre waves to measure the size, shape and temperature of the growing lava dome in all conditions. Named ‘AVTIS’ (All-weather Volcano Topography Imaging Sensor), it is the first millimetre wave instrument to ever be used on a volcano, proving the concept that a small battery powered radar could be used to map the lava dome from distances of up to six kilometres. AVTIS measures the 3D shape of the lava dome, as well as gathering thermal images of the dome through thick cloud. It is the all-weather capability that sets this technology apart, allowing to monitor the volcano from a safe distance all of the time.
Once operational, the system should provide the Montserrat Volcano Observatory with a round-the-clock coverage of volcanic activity.
Source : BBC News.

Ile Isabella (Archipel des Galapagos / Equateur)

a8104967736b0ea030a0896dfd5d1a56.jpg6 heures: Selon l’Institut Géophysique de l’Equateur, une éruption a commencé mardi à 16h50 dans le secteur Beagle de l’Ile Isabella, sur le versant occidental du volcan Darwin. L’éruption a été précédée d’une secousse de 5,2 sur l’échelle de Richter. Un survol de l’île est prévu pour voir si l’origine de l’éruption se situe dans le cratère ou si une fracture s’est ouverte.
12 heures : L’Institut Géophysique de l’Equateur vient d’indiquer qu’aucune éruption n’a eu lieu sur l’Ile Isabella. La secousse de 5,2 a provoqué des effondrements et de volumineux nuages de poussières que les gardes du parc ont attribué à une éruption. En fait, aucune émission de lave n’a été observée.

2aee5399293b42558fcf973b3fa83cda.jpg6:00: According to Ecuador’s Geophysics Institute, an eruption began at 4:50 p.m. on Tuesday following a 5.2-degree Richter scale earthquake in the Beagle sector of Isabella island on the western flank of the Darwin volcano. The authorities planned a flight over the island to see if the eruption is a crack or comes from the crater.
12:00: Ecuador’s Geophysics Institute has just announced that no eruption occurred on Isabella island. The 5.2 earthquake generated land collapses and voluminous dust clouds that were related to an eruption by the guards of the park. Actually, no lava effusion was observed.

Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

c4e05ddf5fa4536c727f758aa75a9d6d.jpgLa lave continue à avancer lentement depuis sa source dans la Fracture D. Cependant, aucune zone habitée n’est menacée par cette activité qui, rappelons le, a débuté le 21 juillet dernier. La coulée a’a active se fraye un chemin en chenal dans la réserve naturelle de Wao Kele O Puna, avec des débordements un peu dans toutes les directions sauf l’ouest. La lave fait parfois brûler la forêt sur son passage.
Samedi, les alizés ont faibli et les gaz du Pu’u O’o se sont dirigés vers le nord et l’est, ce qui a provoqué la formation de ‘vog’ (contraction de ‘volcano fog’) à l’intérieur du Parc de Volcans et autour. Dimanche, malgré le vent toujours faible, la situation s’est améliorée. Il arrive que le Parc soit fermé quand la concentration de SO2 est trop élevée.
A mon avis, les habitants de la région ne devraient pas trop s’inquiéter devant l’éruption actuelle. Le débit de la lave n’est pas très important, de sorte que les coulées avancent lentement, avec de nombreux débordements ou accumulations, essentiellement de lave a’a. De plus, la pente n’est pas très forte dans ce secteur de l’île, comme le montrent les courbes de niveau sur les cartes. La situation est très différente de celle de Kalapana en 1990.
Il y aurait un réel danger si de nouvelles fractures venaient à s’ouvrir plus en aval dans la partie inférieure de l’East Rift Zone, mais les sismos – du moins pour le moment – n’annoncent pas un tel scénario.
Il est certes angoissant, le soir, de voir la couleur orangée du ciel au-dessus du volcan depuis son pas de porte, mais la lave a encore un très long chemin à parcourir avant d’atteindre des zones habitées comme Ka’ohe ou Pahoa.
Attention! La zone éruptive est interdite d’accès et étroitement surveillée par les rangers.
Source : Kilauea Observatory.

2b012ce034cff5a8ce0c830a9a7e81e1.jpgSlowly moving ‘a’a lava continues to advance from Fissure D. However, no property is currently threatened by the latest eruptive activity that started on July 21. The active a’a flow is creeping its way forward in Wao Kele O Puna Natural Area Reserve, with channel overflows dispersing lava in all directions except west. Lava is still burning a little bit of forest. Slacking trade winds redirected the fume from the Pu’u ‘O’o vent to the north and east on Saturday, which also caused heavy vog in and around the park. The winds in the park were still light on Sunday, but the air quality had improved significantly. The Park may close when sulphur dioxide levels are getting too high.
To my mind, local residents should not worry about the current eruption. The lava output is not very high, so that the flows cannot move very fast, with frequent overflows or accumulations, mainly of a’a lava. Besides, the slope is not very steep in that part of the island, as shown by the contour lines on the maps. The situation is very different from what happened in Kalapana in 1990.
The real danger would come from the opening of other fissures downslope along the lower East Rift Zone, but seismographs – at least for the moment – don’t give signs of such a scenario.
It’s normal people should be anxious at night when they see the orange glow above the volcano from their doorsteps, but lava still has a very long way to go before reaching inhabited areas like Ka’ohe or Pahoa.
Warning: The access to the eruptive zone is forbidden and closely controlled by the rangers.
Source : Kilauea Observatory.

Eruption dans le nord-est de l’Inde?

0c95e1afc4c061f2089931db8140b32f.jpgLes autorités de l’Arunachal Pradesh dans le nord-est de l’Inde viennent d’émettre un bulletin d’alerte après avoir vu de la lave ( ?) et des gaz à haute température sortir d’un flanc de colline près du village de Kimin, à 75 km d’Itanagar, la capitale.
Les habitants ont d’abord vu « un feu » sur la colline, suivi d’une émission de cendres et de débris sur la pente. L’événement a eu lieu le 21 août, dans cette région peu peuplée. L’habitation la plus proche se trouve à environ un kilomètre. Selon les témoins, les débris sont de couleur noire, verte ou marron ; certains ont l’aspect du verre, ou de briques et de roches brûlées. La chaleur était tellement intense au moment de l’événement qu’un pylône électrique situé à proximité a fondu, entraînant une panne de courant.
Actuellement, il n’y a plus d’activité éruptive, mais il y a toujours des émissions de gaz et de fumée, avec le sol qui reste très chaud. Des scientifiques du Geological Survey of India ont prélevé des échantillons qui sont en cours d’analyse en laboratoire.
Cette partie nord-est de l’Inde, pas très loin de la Chine, est l’une des plus sensibles au monde sur le plan sismique. On a relevé des signes d’éruptions ayant eu lieu il y a plusieurs millions d’années dans le village de Lichi, à une quinzaine de kilomètres de l’éruption actuelle, mais on ne connaît aucune trace d’éruption historique dans la région.
Source : New Delhi News.
Avis personnel: Avant même le résultat des analyses, on peut penser qu’il s’agit de la libération brutale et soudaine d’une poche de gaz (probablement du méthane) qui s’était accumulé sous la surface, plutôt que d’une éruption volcanique. N’oublions pas que cette région est soumise à de très fortes contraintes dues à la collision de plaques tectoniques. L’hypothèse d’une poche de méthane sous pression est justifiée par le « feu » sur la colline observé par des témoins. La très forte pression a probablement fait s’enflammer le gaz comme un chalumeau, avec une température très élevée qui a fait fondre le pylône électrique à proximité. Cette haute température justifierait également l’aspect carbonisé des matériaux dispersés autour de l’orifice.
Source : New Delhi News.

f2380dbb08635db89213a8e982eb76ed.jpgAuthorities in Arunachal Pradesh in north-east India have sounded an alert after lava (?) and hot gas clouds began erupting from the side of a hill near Kimin village, about 75 km north of state capital Itanagar.
Residents first witnessed a fire in the hill and afterwards it began spewing ash and sending debris down its slopes.
The phenomenon was first reported Aug 21 from the area where there was no human habitation. The nearest human settlement is located about a kilometre from the hill slope.
According to witnesses, the debris was of different colours like black, green and brown. Some of the substances also appear like glass, besides burnt bricks and rocks. Such was the intensity of the heat from the flying debris that a high tension power pole near the site of the occurrence melted, resulting in power disruption.
The site is currently lying dormant but not extinct, as the area continues to emit smoke and gas and also the nearby earth was found to be very hot. Experts from the Geological Survey of India (GSI) have visited the area and collected samples for laboratory tests.
India’s northeastern region is considered by seismologists as one of the most quake prone belt in the world. Evidence of volcanic eruptions some millions of years back has been found in a village named Lichi, about 15 km from the present eruption site. However, there are no historical remains of any volcanic mountain in the region.
Source : New Delhi News.
Personal explanation: Before the results of the analyses, we may think this event corresponds with the release of a pocket of gas (probably methane) that accumulated under the surface, rather than a volcanic eruption. Don’t forget this part of the world has to undergo very high constraints due to the collision of tectonic plates. The hypothesis of a pocket of methane is justified by the “fire” on the hill that was observed by witnesses. The very high pressure probably set fire to the gas in the same way as a blowpipe, with a very high temperature that melted the high tension power pole nearby. This very high temperature would also account for the burnt aspect of the materials around the hole.

Etna (Sicile / Italie)

b95f8f81de5e17622f2c286e25f033bd.jpgAprès la webcam haute définition du Mt St Helens, voici celles de l’Etna (Cam1 et Cam3) , mises en place par le groupe Etnatrekking et accessibles à l’adresse suivante :
http://www2.etnatrekking.com/webcam_b1/index.phpCes caméras permettent actuellement de voir parfaitement les nuages de cendres et de poussières qui s’échappent de la dépression creusée sur le versant est du Cratère SE par l’éruption de 2002. Comme indiqué précédemment, ces nuages sont essentiellement dus à la libération des gaz qui se sont accumulés sous le fond du cratère. On observe même parfois des projections de blocs incandescents. Ces phénomènes ne sont pas sans rappeler le comportement du Cratère NE en 1999 (voir la petite vidéo « le cœur de l’Etna » dans la colonne de gauche du blog).

0d07ac97cb05cc076efd8f02f721de41.jpgAfter the HD webcam on Mount St helens, two more HD webcams (Cam 1 and Cam 3) have been set up on Mount Etna by the Etnatrekking group at the following address:
http://www2.etnatrekking.com/webcam_b1/index.phpThese webcams currently allow to see the ash and dust clouds that come out of the depression that was cut on the eastern flank of the SE Crater by the 2002 eruption. As I put it in a previous note, these clouds are mainly due to the release of gases that have accumulated under the crater floor. They are quite similar to the behaviour of the NE Crater in 1999 (see the short video “le coeur de l’Etna” in the left column of the weblog).

Pavlof (Alaska / Etats Unis)

f8b4770b8616eff383c49f0207867b05.jpgL’activité sismique reste élevée et même en hausse (comparer le relevé sismique d’hier avec celui de la note précédente). Les explosions sont maintenant plus violentes. On note toujours des anomalies thermiques sur les images satellites.
Les nuages qui enveloppent le volcan empêchent de faire de bonnes observations et ne permettent pas de connaître la hauteur des nuages de cendres. En se référant à l’activité sismique et aux rapports antérieurs, on peut penser qu’ils atteignent 6 km d’altitude.
Si l’activité continue à croître, ces nuages de cendres pourraient perturber le trafic aérien. S’agissant des habitations au sol, elles sont surtout exposées aux retombées de cendres. Au vu des images satellites, des données sismiques et des témoignages, il semble que le versant SE du volcan soit le plus exposé aux coulées de laves et aux avalanches pyroclastiques.
Source : Alaska Volcano Observatory.

65a16b1eb51e91fa23abd7a7f7c80b1e.jpgEarthquake activity remains well above normal and even increasing (compare yesterday’s webicorder with the previous one). Explosions have become more energetic. Thermal anomalies continue to be apparent in satellite data.
Clouds that shroud the volcano prevent direct observation of activity and how high the plume is reaching. Based on reports from previous days and continued increasing seismic activity, the plume may occasionally be reaching 6 km a.s.l.
If activity continues to increase in intensity, larger ash clouds that could affect higher-flying aircraft may be produced. The most immediate ground hazard in the vicinity of the volcano includes light ash fall on nearby communities. Satellite and seismic data and eyewitness observations suggest most of the surface lava activity is occurring on the southeast sector of the volcano; this means that the Pacific Ocean side is at most risk from avalanching hot debris.
Source : Alaska Volcano Observatory.

fc81a6cb68dffac0ea988b2f38447c61.png