Popularité de l’éruption islandaise : des craintes pour la Nature et la Santé // Popularity of the Icelandic eruption : fears for Nature and Health

Bien que pratiquement aucun étranger n’assiste à l’éruption, on peut voir des foules de gens chaque jour dans la Geldingadalur. Selon l’Office islandais du tourisme, plus de 18 000 personnes avaient déjà visité l’éruption le 30 mars 2021. On estime que ce nombre doublerait et atteindrait 30 000 à 40 000 personnes si des touristes étrangers étaient présents en Islande. Un record a été établi le dimanche 28 mars avec 5 630 visiteurs. À l’approche du week-end de Pâques, les chiffres ne devraient pas baisser. Alors qu’une navette de bus et même un camion de restauration rapide sont apparus sur le site, les autorités islandaises disent qu’elles doivent tirer les leçons des erreurs du passé sur d’autres sites touristiques et mettre rapidement en place des infrastructures sur le site de  l’éruption.

Que l’éruption se poursuive ou non, la vallée où coule la lave en ce moment pourrait devenir le site touristique le plus visité d’Islande dans les années à venir. Il est proche à la fois de Reykjavik et de l’aéroport international de Keflavik où la plupart des voyageurs entrent dans le pays. Il est également très proche du célèbre Blue Lagoon.

Le site est surveillé par des secouristes depuis le début de l’éruption afin d’assurer la sécurité des visiteurs. Les secouristes ont également balisé le chemin le plus court et le plus sûr à partir de la route la plus proche.

Les autorités islandaises s’inquiètent également de l’impact du grand nombre de visiteurs sur l’environnement. Comme je l’ai indiqué précédemment, l’éruption se trouve sur des terres privées. L’un de ses propriétaires a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de faire payer l’entrée aux visiteurs [ce qui signifie qu’il y a pensé! Imaginez un instant une éruption identique dans notre Chaîne des Puys. Un droit d’entrée aurait déjà été imposé aux visiteurs depuis plusieurs jours !!]. Ce propriétaire est inquiet à cause des dégâts qu’un aussi grand nombre de touristes peuvent causer à l’environnement. L’éruption se trouve sur une terre vierge jusque là et qui sera dégradée ; la mousse et d’autres plantes mettront des décennies à se rétablir.

Les autorités islandaises estiment que la mise en place d’infrastructures sur certains sites du pays a été trop lente, ce qui les a rendus vulnérables. L’exemple le plus frappant est le canyon de Fjaðrárgljúfur, qui a connu une très forte hausse de fréquentation après que Justin Bieber ait publié un clip vidéo filmé sur le site en 2015. Le canyon a dû être fermé à plusieurs reprises aux visiteurs les années suivantes, car l’afflux de visiteurs endommageait sa végétation sensible.

Une autre préoccupation concerne les personnes qui enfreignent les règles de quarantaine et viennent visiter l’éruption dans la Geldingadalur. La police contrôle désormais étroitement les arrivées à l’aéroport de Keflavík et sur le site de l’éruption. Toutes les personnes qui arrivent en Islande (à l’exception de celles qui ont été vaccinées ou qui ont contracté la Covid-19) doivent subir deux tests PCR et rester en quarantaine pendant cinq à six jours entre les tests. Cependant, certaines personnes censées être en quarantaine ont visité le site de l’éruption.

—————————————–

In spite of the fact that hardly any foreigner has come to visit the eruption, crowds of people can dbe seen everyday in Geldingadalur. According to the Icelandic Tourist Board, over 18,000 people had already visited the eruption on March 30th, 2021. It is estimated that the number would at least double and maybe reach 30,000-40,000 people if foreign tourists were present in Iceland. A daily record was set on Sunday March 28th when 5,630 persons visited the site. With Easter weekend around the corner, the numbers are not likely to drop. While a bus shuttle and even a food truck have popped up at the site, authorities say they need to learn from past mistakes at other tourist sites and act quickly to build up infrastructure by the eruption.

Whether or not the eruption continues, the valley where lava is currently flowing could become Iceland’s most-visited tourist site in the coming years. It is close both Reykjavik and Keflavik International Airport where most travellers enter the country. It is also very close to the popular Blue Lagoon.

The eruption site has been monitored by Search and Rescue volunteers since the start of the eruption to ensure the safety of visitors. They have also marked the shortest, safest path to the site from the nearest road.

Icelandic authorities also worry about the impact of the popularity of the eruption on the environment. The eruption is located on private land. One of its owners said that he does not intend to charge visitors admission [which means he is thinking about it!], but is concerned about the damage such large numbers of tourists could cause to the land. It was an untouched land that will be wrecked, with moss and other things that take decades to recover. [Personal note: Just imagine a similar eruption occurring in the French Chaîne des Puys, an admission fee would already have been imposed on visitors for several days!!]

Icelandic authorities think thay have been too slow to build up infrastructure at some sites across the country, leaving them vulnerable. One example is Fjaðrárgljúfur canyon, which exploded in popularity after musician Justin Bieber released a music video filmed at the site in 2015. The canyon was repeatedly closed to visitors in the following years as heavy foot traffic damaged its sensitive vegetation.  .

Another concern is the people who break the quarantine regulations in order to visit the Geldingadalsgos eruption. Police are now more closely supervising arrivals to Keflavík International Airport and the eruption site. .

According to the quarantine regulations, everyone who arrives in Iceland (except the persons who have been vaccinated or who have already had Covid-19) must undergo two PCR tests and stay in quarantine for five to six days between them. However, some persons were supposed to be in quarantine but visited the eruption site.

Islande, une nature fragile (Photo : C. Grandpey)

Yellowstone victime de son succès ? // Will Yellowstone be the victim of its success ?

drapeau-francaisComme je l’ai écrit précédemment, les parcs nationaux américains sont devenus de plus en plus populaires. Par exemple, chaque année des dizaines de milliers de personnes visitent le parc national de Yellowstone et celui des volcans d’Hawaï. Pourtant, Yellowstone n’a jamais autant ressenti la pression du tourisme qu’en 2016. Pendant plusieurs jours, on a observé des files de véhicules sur plusieurs kilomètres à l’entrée ouest du parc, à West Yellowstone, qui est la plus fréquentée. Une fois que les automobilistes ont franchi cette porte du parc, ils sont confrontés à de nouveaux bouchons pour se rendre sur le site du Vieux Fidèle, souvent à cause de la présence d’animaux sauvages sur la route ou à proximité. Chaque fois qu’il y a un wapiti, un  grizzly, ou un bison, les gens sortent des voitures pour prendre des photos. Enfin, après avoir atteint le célèbre geyser, ils se retrouvent dans un parking grand comme un stade, mais qui est souvent plein comme un oeuf. La situation peut même être pire au parking du Grand Prismatic qui est bien trop petit pour accueillir tant de voitures.
En 2015, pour la première fois de son histoire, Yellowstone a reçu plus de 4 millions de visiteurs (j’en faisais partie!). Ce chiffre sera probablement largement dépassé en 2016, année du centenaire du National Park Service. Derrière toutes ces voitures et tous ces autocars se profile une question fondamentale: Cette popularité croissante est-elle bonne ou mauvaise pour Yellowstone, et, à plus grande échelle, pour les parcs nationaux dans leur ensemble?
En 2016, le nombre de visiteurs à Yellowstone devrait atteindre environ 315 millions, soit l’équivalent de toute la population des États-Unis. Plus de 307 millions de personnes se sont rendues dans les parcs américains en 2015, 25 millions de plus qu’il y a seulement trois ans. Alors que les parcs ont toujours été un lieu de vacances très prisé des familles américaines, la provenance d’un grand nombre de visiteurs est en train de changer. Il y a plus d’étrangers que dans le passé et le tourisme asiatique, en particulier, est en plein essor. Il y a quelques années, 300 000 visas étaient accordés aux Chinois. Cette année, il y en a plus de 500 000. En juillet 2016, pour la première fois dans son histoire, Yellowstone a embauché trois rangers parlant le mandarin. Le nombre de visiteurs asiatiques à Yellowstone et dans le parc du Grand Teton est maintenant supérieur au nombre d’Américains qui ne sont pas de race blanche.
Ces foules de visiteurs représentent le principal problème auquel doivent faire face les parcs nationaux américains. Les autorités du parc national des Arches dans l’Utah le ferment de temps en temps pour contrôler le nombre de visiteurs. Pas très loin de là, le parc national de Zion a mis en place un service de navettes pour soulager la circulation, ce qui provoque de longues files d’attente pour prendre ces bus. Un ranger de Yellowstone avec lequel je parlais l’année dernière m’a dit que les autorités du parc envisageaient la mise en place de quotas de visiteurs car le parc arrivait maintenant à saturation.
Le parc national de Yellowstone est sans aucun doute l’endroit où la pression humaine se fait le plus sentir. Les rangers sont souvent dépassés car ils sont confrontés à un nombre croissant de délits de la part des touristes. En 2015, ils ont distribué 52 036 avertissements pour des infractions comme la pénétration non autorisée dans des zones géothermales fragiles, ou l’approche trop serrée de la faune. J’ai mentionné plusieurs incidents de ce type dans mon blog il y a quelques semaines. Des lettres ont été envoyées à 85 entreprises de bus touristiques, leur demandant de dire à leurs clients de respecter les règlements du parc. Les autorités du parc de Yellowstone ont appris que certains conducteurs de bus s’arrêtaient sur le bord de la route, distribuaient aux passagers des rouleaux de papier toilette et leur conseillaient d’utiliser les bois en guise de sanitaires.

Personnellement, je n’aime pas les foules, encore moins quand les gens sont bruyants et ne respectent pas les règlements d’un parc national. Les journaux hawaïens ont écrit que plusieurs centaines de personnes sont venues voir la lave entrer dans l’océan, ce qui est confirmé par les photos qui ont été mises en ligne. En voyant tous ces gens, je n’ai qu’une envie : visiter des contrées plus tranquilles!
Source: National Park Service.

 ————————————

drapeau-anglaisAs I put it previously, American National Parks have become increasingly popular. For instance, every year tens of thousands of people visit Yellowstone National Park and Hawaiian Volcanoes National Park. Yet never before has Yellowstone felt the squeeze of so much human adoration as 2016. On many days, traffic stretches for several kilometres outside the park entrance at West Yellowstone. Once motorists pass through the gate, they confront more congestion travelling to Old Faithful, often in the form of “wildlife jams” whenever there is a bull elk, grizzly bear, or buffalo roaming the roadside, with people getting out of their cars to take photos. Finally, upon reaching the famous geyser, the visitors find a Yankee Stadium-sized parking lot that is often full. The situation may even be worse  at the Grand Prismatic car park which is far to small to welcome so many people.

In 2015, Yellowstone hit more than 4 million visits (I was one of them!) for the first time in history. It is poised to significantly surpass those numbers in 2016, the centennial year of the National Park Service. Behind all those cars and tour buses looms a fundamental question: Is such soaring popularity good or bad for Yellowstone, and, more broadly, for the national park system as a whole?

National park visitation in 2016 is expected to approach 315 million people, the equivalent of the entire population of the United States. More than 307 million people travelled to the parks in 2015, up 25 million from just three years ago. While the parks remain a popular vacation spot for families, the national origin of many of them is changing. There are more foreigners than in the past. Asian tourism in particular is booming. A few years ago, 300,000 visas were granted to visitors from mainland China. This year US officials gave out more than 500,000. In July 2016, for the first time in history, Yellowstone hired three Mandarin-speaking rangers. The volume of Asian visitors to Yellowstone and Grand Teton National Park is now believed to be greater than the total number of nonwhite Americans who visit them.

The crush of visitors remains one of the most pressing issues facing U.S. national parks. Already, managers at Arches National Park in Utah have closed the park from time to time to control the number of visitors. At nearby Zion National Park, officials have implemented a bus service to alleviate traffic congestion, which has resulted in long lines to catch the shuttles. A Yellowstone ranger I talked to last year told me that the Park authorities had considered setting up quotas of visitors as the park is now reaching saturation.

Yellowstone National Park is undoubtedly the place where the press of humanity is mostly felt. Rangers are often overwhelmed as they deal with the growing catalog of tourist misdeeds. In 2015, Yellowstone staff issued a record 52,036 resource warnings to visitors, for infractions ranging from walking on delicate geothermal features to getting too close to wildlife. I mentioned several incidents in my blog a few weeks ago. Letters have been sent to 85 bus tour companies, warning them that their clients are expected to abide by park rules. The letters were inspired in part by reports of some bus drivers pulling over alongside the road, handing passengers rolls of toilet paper, and instructing them to use the woods. Personally, I do not like the crowds, all the less when people are noisy and do not respect the park rules. Hawaiian newspapers wrote that several hundred persons came to see lava entering the ocean, which was confirmed by the photos they posted. Seeing all these people, I do feel like visiting quieter areas!

Source: National Park Service.

Yell 01

Quand le Vieux Fidèle se donne en spectacle…

Yell 02

Scène de la vie quotidienne à Yellowstone!

(Photos: C. Grandpey)

Le Parc National des Volcans d’Hawaii: Une belle source de revenus! // Hawaii Volcanoes National park = Big money!

drapeau francaisLe dernier rapport du National Park Service pour 2013 montre que 1 583 209 personnes ont visité le Parc National des Volcans d’Hawaii et ont dépensé 124 937 400 dollars dans les localités situées à proximité du Parc. Ces dépenses ont permis de financer 1 476 emplois dans la région.
Le rapport pour l’année 2013 reflète une augmentation régulière du nombre de visites au Hawaii Volcanoes National Park au cours des cinq dernières années, ainsi qu’une augmentation des dépenses effectuées par les visiteurs auprès des collectivités locales. En 2013, les visites ont augmenté de 6,7% par rapport à 2012 (1 483 928 visiteurs) et les dépenses des touristes ont augmenté de 10,2% (113 376 400 dollars). Le nombre de visites en 2012 avait augmenté de 9,7% par rapport à  2011 (1 352 123 visiteurs) tandis que les dépenses avaient augmenté de 17% par rapport à 2011.
A l’échelle nationale, le rapport fait état de 14,6 milliards de dollars dépensés par 273 600 000 visiteurs dans les localités situées à moins de 100 km d’un parc national aux Etats Unis. Ces dépenses ont permis de maintenir plus de 237 000 emplois à l’échelle nationale, avec plus de 197 000 emplois dans les localités situées à proximité des parcs. L’économie américaine a ainsi gagné 26,5 milliards de dollars.
Selon l’analyse économique pour 2013, la plupart des dépenses des visiteurs sont allées vers l’hébergement (30,3%), suivi par la nourriture et les boissons (27,3%), les carburants (12,1%), les droits d’entrée (10,3%), les souvenirs et autres dépenses (10%).
Source : West Hawaii Today

————————————————

drapeau anglaisA new National Park Service report for 2013 shows that the 1,583,209 visitors to Hawaii Volcanoes National Park spent $124,937,400 in communities near the park. This spending supported 1,476 jobs in the local area.

The 2013 report reflects a consistent trend of increasing visitation to Hawaii Volcanoes National Park over the last five years, as well as higher spending by visitors in local communities. In 2013, visitation increased 6.7 percent over 2012 (1,483,928 visitors), and spending increased by 10.2 percent ($113,376,400). The 2012 visitation to the park was 9.7 percent higher than 2011 (1,352,123 visitors), and 2012 spending was up 17 percent from 2011.

The report shows $14.6 billion of direct spending by 273.6 million park visitors in communities within 60 miles of a national park. This spending supported more than 237,000 jobs nationally, with more than 197,000 jobs found in these gateway communities, and had a cumulative benefit to the U.S. economy of $26.5 billion.

According to the 2013 economic analysis, most visitor spending was for lodging (30.3 percent) followed by food and beverages (27.3 percent), gas and oil (12.1 percent), admissions and fees (10.3 percent) and souvenirs and other expenses (10 percent).

Source : West Hawaii Today.

Halemau-02

(Photo:  C.  Grandpey)

Le Parc des Volcans d’Hawaii: Une belle source de revenus

drapeau francaisEn Octobre 2012, une étude publiée par l’Université de la Géorgie indiquait que les dernières statistiques publiées par le Ministère de l’Intérieur des États-Unis faisaient ressortir une baisse importante de la fréquentation des parcs nationaux. Le nombre de visiteurs atteignait 278 millions en 2012, soit une perte de 10 millions depuis 1998. Selon l’étude, cette baisse était due en grande partie à la crise économique.
Malgré cette baisse de fréquentation, les parcs nationaux représentent toujours une importante source de revenus pour les Etats-Unis. Par exemple, un rapport récent du National Park Service pour l’année 2012 montre que 1 483 928 visiteurs dans le Parc National des Volcans d’Hawaii ont dépensé 113 376 400 dollars dans les localités situées à proximité du parc. Cet argent a permis l’existence de 1 353 emplois dans le secteur.
Contrairement à la plupart des autres parcs nationaux, la Grande Ile d’Hawaii a connu une hausse du nombre de visiteurs au cours des dernières années, en sachant que le Parc des Volcans a largement contribué à cette réussite. Le rapport fait état de 14,7 milliards de dollars de dépenses directes par 283 millions de visiteurs du Parc dans les localités situées dans un rayon de 90 km. Ces dépenses ont généré 201 000 emplois dans ces localités et ont représenté un gain total de plus de 26 milliards de dollars pour l’économie américaine.
Selon le rapport, la plupart des dépenses des visiteurs ont permis de créer ou maintenir des emplois dans les restaurants, les épiceries et les commerces de proximité (39%), les hôtels, motels et B & B (27 %), et d’autres pôles de distractions et de loisirs (20 %).
Source : Hawaii 24/7.

————————————————

drapeau anglaisIn October 2012, a University of Georgia study indicated that recent statistics released by the U.S. Department of Interior noted the significant decrease in national park visitation, with a drop from nearly 10 million since 1998 to 278 million visitors. According to the study, the decline was largely due to a bad economy.

Despite the visitation drop, national parks are still a great source of revenues for the U.S. For instance, a new National Park Service report for 2012 shows that the 1,483,928 visitors to Hawai‘i Volcanoes National Park spent $113,376,400 in communities near the park. That spending supported 1,353 jobs in the local area.

Contrary to most other national parks, Hawai‘i Island has been on an upward trend in arrivals and spending over the past few years, and a major contributor driving this demand is Hawai‘i Volcanoes National Park.  The report shows $14.7 billion of direct spending by 283 million park visitors in communities within 90 km of a national park. This spending supported 201,000 jobs in these gateway communities, and had a cumulative benefit to the U.S. economy of more than 26 billion.

According to the report, most visitor spending supports jobs in restaurants, grocery and convenience stores (39 %), hotels, motels and B&Bs (27 %), and other amusement and recreation (20 %).

Source: Hawaii 24/7.

Kilauea-Iki-01

Le Kilauea Iki, dans le Parc National des Volcans d’Hawaii  (Photo:  C.  Grandpey)