Eruption du Sierra Negra (Ile Isabela / Galapagos)

Une éruption a débuté sur le Sierra Negra (Ile Isabela) vers 13h40 (heure locale) le 26 juin 2018, suite à une sismicité intense et des déformations de l’édifice volcanique ces dernières semaines (voir mes notes des 10 et 14 juin 2018) . L’éruption a généré un panache de gaz et de cendre qui est monté jusqu’à 8 km d’altitude. Il se dit que c’est la plus puissante éruption depuis 1979. Le dernier événement éruptif a commencé le 22 octobre 2005 et s’est terminé le 30 octobre de la même année, avec un VEI de 3.
Des coulées de lave sont observées sur une partie du flanc nord du Sierra Negra ; elles se dirigent vers l’intérieur de la caldeira. D’autres coulées sur une autre partie du flanc nord se dirigent vers Bahía Elízabeth. À l’heure actuelle, il n’y a pas de retombées de cendre à Puerto Villamil, un petit port situé sur la rive sud-est de l’île Isabela, à 24 km au sud-est du Sierra Negra. Sur les 2 200 personnes qui vivent sur l’île Isabela, la majorité vit à Puerto Villamil.
Au moins 50 personnes ont été évacuées après un essaim sismique enregistré le 26 juin.
Source: Instituto Geofisico, The Watchers.

——————————————–

An eruption started at Sierra Negra volcano on Isabela Island at about 13:40 (local time) on June 26th, 2018, following intense seismicity and deformation of the volcanic edifice in recent weeks (see my posts of June 10th and 14th, 2018). The eruption produced an ash and gas plume that rose up to 8 km a.s.l. It is said to be the worst eruption since 1979. The last eruptive event started on October 22nd, 2005, and ended on October 30th of the same year, with a VEI of 3.

Lava flows are being observed on the northern flanks of Sierra Negra, directed toward the interior of the caldera and another part toward its northern flank, in the direction of Bahía Elízabeth. At the moment, there is no ashfall in Puerto Villamil, a small port located on the southeastern edge of Isla Isabela, 24 km SE of Sierra Negra. Of the 2,200 people who live on Isabela, the majority live in Puerto Villamil.

At least 50 people were evacuated after a seismic swarm on June 26th.

Source: Instituto Geofisico, The Watchers.

Image satellite de l’éruption d’octobre 2005 (Crédit photo: NASA)

Sierra Negra (Iles Galapagos) [suite / continued]

Voici quelques informations supplémentaires fournies par l’Instituto Geofisico sur son site web le 8 juin 2018 sur la situation du volcan Sierra Negra dans les Iles Galapagos. Vous trouverez des graphiques illustrant les informations à cette adresse:

http://www.igepn.edu.ec/islas-galapagos-informes/gal-sierra-negra/gal-sn-especiales/gal-sn-e-2018/20867-informe-especial-sierra-negra-n-4/file

Comme je l’ai écrit dans une note précédente sur la Sierra Negra, le nombre et la magnitude des séismes augmentent régulièrement depuis la moitié de l’année 2016. Cette augmentation de la sismicité s’accompagne d’une déformation très significative de l’édifice volcanique qui laisse supposer qu’une nouvelle éruption est possible dans quelques semaines ou quelques mois.
La sismicité est principalement volcano-tectonique, liée à la fracturation interne des roches. Cependant, un nombre important d’événements reflète des mouvements de fluides à l’intérieur du volcan. Depuis janvier 2018, il y a eu 11 séismes de magnitude supérieure ou égale à M 4.0. Les événements se situent principalement sur les bords de la caldeira, à l’exception de la lèvre NE, source des éruptions de 1979 et 2005.
Une importante déformation a été détectée par la station GV04 au centre de la caldeira tandis que la station GV01, située sur le bord extérieur de la caldeira, montre moins de déformation. Les données globales indiquent que la déformation continue sous la caldeira à faible profondeur.
Source: Instituto Geofisico, The Watchers. .

———————————————-

Here is some more information provided by the Instituto Geofisico on its website on June 8th, 2018 about the situation at Sierra Negra Volcano in the Galapagos Islands. You will find graphs illustrating the information at this address:

http://www.igepn.edu.ec/islas-galapagos-informes/gal-sierra-negra/gal-sn-especiales/gal-sn-e-2018/20867-informe-especial-sierra-negra-n-4/file

As I put it in a previous post about Sierra Negra, the number and magnitudes of earthquakes have been steadily increasing since mid-2016. This is happening together with very significant deformation suggesting a new eruption is possible in a matter of weeks or months.

Seismicity is mainly volcano-tectonic, related to internal rock fracturing. However, a significant number of events reflect fluid oscillations and movements inside the volcano. Since January 2018, there have been 11 earthquakes with magnitudes greater than or equal to M 4.0. The events are located mainly on the edges of the caldera, except its NE edge, the source of eruptions in 1979 and 2005.

Very large deformation has been detected at the GV04 station in the centre of the caldera while Station GV01, located on the outer edge of the caldera shows less deformation. The data suggest that deformation continues under the caldera at a shallow depth.

Source : Instituto Geofisico, The Watchers.

Evolution de la sismicité sur le Sierra Negra au cours des derniers mois

(Source: Instituto Geofisico)

Sierra Negra (Iles Galapagos / Galapagos Islands)

Selon le site web d’El Universo, le volcan Sierra Negra dans les îles Galapagos montre une hausse d’activité. La sismicité est en augmentation depuis janvier 2018 avec des événements allant jusqu’à M 4,8. La couleur du niveau d’alerte a été élevée à Jaune, ce qui signifie que l’accès à l’île Isabela est restreint. La persistance d’une sismicité élevée laisse supposer que le magma s’agite à l’intérieur du volcan, ce qui pourrait se solder par une éruption.
Les scientifiques ont installé un réseau sismique temporaire et deux inclinomètres numériques à proximité et à l’intérieur de la caldeira du Sierra Negra.
Le Sierra Negra est l’un des plus grands volcans des Iles Galapagos. Il possède une caldeira de forme ovale qui mesure 9 km d’est en ouest et 7 km du nord au sud. Il a produit au moins 10 éruptions dans l’époque historique, avec une période de repos moyenne de 15 ans entre chaque période éruptive. Ses deux dernières éruptions ont eu lieu en 1979 et 2005.
Source: El Universo.

———————————————–

According to the El Universo website, the Sierra Negra volcano in the Galapagos Islands is showing increased signs of activity. Seismicity has been increasing since January 2018 with events up to M 4.8 and the colour of the alert level has been raised to Yellow, which means that access to areas of Isabela Island is restricted. The persistence of high levels of seismicity suggests that magma is moving inside the Sierra Negra volcano, which could produce an eruption.

Scientists have installed a temporary seismic network and  two digital inclinometers in the surroundings and in the interior of the Sierra Negra volcano caldera.

Sierra Negra is one of the largest volcanoes in the Galapagos Islands and has an oval caldera, which measures 9 km east-west and 7 km north-south. It has produced at least 10 eruptions in the historical epoch, with an average resting period of 15 years between each eruptive period. Its last two eruptions occurred in the years 1979 and 2005.

Source : El Universo.

Image satellite des îles Galápagos en octobre 2005 lors de la dernière éruption du volcan Sierra Negra dont on aperçoit le panache. (Crédit photo : NASA)

Volcans des Galapagos et archipel hawaiien

drapeau francaisDans une note publiée le 6 février 2014, je mentionnais une étude parue le 19 janvier dans la revue Nature Geoscience ; elle nous apprenait que le panache volcanique qui a donné naissance aux Iles Galapagos ne se situe pas là où les scientifiques espéraient le trouver.

Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Rochester permet une meilleure approche du système d’alimentation des volcans des Galapagos, tout en mettant en évidence une différence majeure avec l’archipel hawaiien. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le Journal of Geophysical Research.
Pour effectuer leur travail, les scientifiques ont installé 15 sismomètres autour du Sierra Negra (Ile Isabela), le volcan le plus imposant et le plus actif. Cet équipement a servi à mesurer la vitesse et la direction des ondes générées par les séismes sous ce volcan. Dans la mesure où le comportement des ondes varie selon la température et le type de matériaux qu’elles traversent, les données recueillies ont permis aux chercheurs de construire une image 3D du système d’alimentation qui existe sous le volcan.

Galapagos-graphique

A une profondeur de 5 km se trouve le début d’une grande chambre magmatique située en partie à l’intérieur de l’ancienne croûte océanique qui est enfouie sous plus de 8 km de couches de roches éruptives. La croûte océanique semble reposer sur une épaisse sous-couche de roche qui s’est formée lorsque le magma qui se frayait un chemin vers la surface se retrouva bloqué sous la croûte et se refroidit, processus très similaire à celui observé dans l’archipel hawaiien. Un autre point commun avec Hawaii est la présence d’une vaste chambre remplie d’un magma refroidi contenant des minéraux cristallisés.
Les Iles Galapagos se sont formées à partir d’un point chaud dans la plaque de Nazca, selon un processus très similaire à la création des îles hawaiiennes. Au cours du déplacement de la plaque vers l’ouest, de nouvelles îles sont apparues et ont formé l’archipel des Galapagos tel que nous le connaissons aujourd’hui.
Bien qu’il existe plusieurs similitudes entre Hawaii et les Galapagos, les chercheurs ont découvert une différence majeure. Les volcans plus anciens des îles hawaïennes sont inactifs, voire éteints, parce qu’ils se sont éloignés du point chaud. A l’inverse, aux Galapagos, les volcans sont reliés au même système d’alimentation. En examinant des vues satellitaires des volcans, les scientifiques ont remarqué que lorsque le magma s’enfonçait sous un volcan, il réapparaissait dans un volcan différent, ce qui laisse supposer que certains des volcans les plus jeunes ont des connexions magmatiques, même si ces connexions ne sont que temporaires .
Source : University of Rochester: http://www.rochester.edu/news/show.php?id=8472

 ————————————————

drapeau anglaisIn a note published on February 6th 2014, I mentioned a study released on January 19th in the journal Nature Geoscience that told us that the volcanic plume that gave birth to the Galapagos Islands is not where scientists thought it was.

A new study by University of Rochester scientists is providing a better picture of the subterranean plumbing system that feeds the Galapagos volcanoes, as well as a major difference with the Hawaiian Islands. The findings have been published in the Journal of Geophysical Research.

In order to perform their study, the researchers buried 15 seismometers around Sierra Negra, the largest and most active volcano in the Galapagos. The equipment was used to measure the velocity and direction of different sound waves generated by earthquakes as they traveled under Sierra Negra. Since the behaviour of the waves varies according to the temperature and types of material they’re passing through, the data collected allowed the researchers to construct a 3D image of the plumbing system beneath the volcano.

(see sketch above)

At a depth of 5 kilometres is the beginning of a large magma chamber lying partially within old oceanic crust that had been buried by more than 8 km of eruptive rock layers. The oceanic crust has what seems to be a thick underplating of rock formed when magma that was working its way toward the surface became trapped under the crust and cooled, a process very similar to the one observed under the Hawaiian Islands. Another common point is the presence of a large chamber filled with a cooled magma that includes crystallized minerals.

The Galapagos Islands formed from a hotspot within the Nazca plate in a process very similar to how the Hawaiian Islands were created. As the plate made its way westward, new islands formed, resulting in the present-day Galapagos Archipelago.

While there are several similarities between the two island chains, the researchers uncovered a major difference. The older volcanoes in the Hawaiian Islands are extinct, because they’ve moved away from the hotspot. In the Galápagos, the volcanoes are connected to the same plumbing system. By studying satellite views of the volcanoes, the scientists noticed that, as the magma would sink in one, it would rise in a different volcano, indicating that some of the youngest volcanoes had magma connections, even if those connections were temporary.

Source : The University of Rochester:  http://www.rochester.edu/news/show.php?id=8472

Sierra-negra

L’éruption du Sierra Negra le 22 octobre 2005 vue depuis l’espace  (Crédit photo:  NASA)