Nouvelles d’Islande // News from Iceland

Nouvelle réglementation  d’accès en Islande.

Le Ministère de la Santé a mis à jour les règles de quarantaine destinées aux touristes qui se rendent en Islande. La nouvelle réglementation entre en vigueur le 18 mai 2021. La France fait partie des pays classés à très haut risque.

Cela signifie que les personnes qui n’ont pas été vaccinées doivent présenter un certificat de test PCR négatif à l’aéroport de départ. Elles sont ensuite testées à leur arrivée à la frontière (aéroport de Keflavk, par exemple), puis à nouveau testées 5 ou 6 jours plus tard dans un centre de santé. Les personnes dont le 2ème test est positif doivent s’isoler.

Les passagers qui présentent un certificat de vaccination ou un certificat d’infection antérieure doivent, elles aussi, subir un test PCR à l’arrivée et attendre le résultat du test qui devra être négatif. Les résultats des tests sont envoyés par SMS dans les 24 heures.

°°°°°°°°°°

Détournement de lave.

L’éruption dans la Geldingdalur se poursuit avec une augmentation du débit de lave qui atteint désormais près de 13 mètres cubes par seconde. Les autorités islandaises craignent que la coulée de lave menace la Suðurstrandarvegur, la route côtière entre Grindavík et Þorlákshöfn, qui, en plus d’être une importante voie de circulation, est également très utilisée par les personnes qui se rendent sur le site éruptif. Si la route était recouverte par la lave, cela perturberait le trafic et endommagerait les infrastructures, y compris les câbles à fibres optiques.

C’est la raison pour laquelle l’édification d’un rempart protecteur à proximité de l’éruption a commencé le 14 mai. Les autorités locales espèrent ainsi empêcher la lave de s’écouler dans la vallée de Nátthagi et ensuite de se diriger vers le sud en direction de la Suðurstrandarvegur.

Les autorités prévoient de construire une digue de quatre mètres de haut. À l’intérieur, il y aura probablement une sorte de cavité censée envoyer la lave dans une direction différente. Ce rempart contre la lave a été conçu avant tout pour assurer la sécurité des personnes.

Un gros bulldozer a commencé les travaux qui consistent à remplir deux zones de failles avec des matériaux provenant d’un site prévu à cet effet.

°°°°°°°°°°

Sécurisation du sentier d’accès à l’éruption.

Le sentier d’accès à l’éruption a été temporairement fermé cette semaine mais a rouvert le 12 mai après des travaux destinés à en améliorer la sécurité. Comme je l’ai déjà écrit, plusieurs touristes se sont cassés les chevilles en allant vers le site de l’éruption. Jusqu’à présent, les visiteurs devaient gravir une pente raide sur le sentier A, avec une corde pour aider à grimper la partie la plus pentue du parcours. La corde a maintenant disparu et le sentier serpente sur la colline. Le reste du sentier a également été élargi afin que les ambulances et les secours puissent atteindre plus facilement les personnes blessées. Le sentier présente maintenant des pentes plus douces, ce qui réduit le risque de blessures.

°°°°°°°°°°

Casques conseillés.

La protection civile islandaise met en garde contre des bombes volcaniques dans la Geldingadalur. Les projections de lave atteignent une hauteur de 100 à 300 mètres avant de retomber au sol. En conséquence, il est conseillé aux visiteurs qui s’approchent de l’éruption de porter un casque. De plus, ces bombes encore très chaudes enflamment parfois la mousse et la végétation. La fumée ainsi produite contient beaucoup de monoxyde de carbone, qui est un gaz toxique.

Source: médias d’information islandais.

——————————————

New access rules to Iceland.

The ministry of health has published updated rules regarding the quarantine requirements of tourists visiting Iceland. The new rules start on May 18th, 2021. France is among the countries classified as being very high risk

This means that visitors who have not been vaccinated must show a negative PCR test certificate before flying and are screened for the virus at the border, and then tested yet again 5 or 6 days later at a health center. Those who test positive are required to isolate.

Passengers who present a vaccination certificate or a certificate of previous infection only need to be quarantined until a negative result has been obtained from the test done at the border. They can expect to receive their test results by text message within 24 hours.

°°°°°°°°°°

Lava diversion.

The eruption in Geldingdalur continues with an increase in the lava flow which now reaches 13 cubic metres per second. Icelandic authorities fear the flow of lava from the eruption might threaten Suðurstrandarvegur, a coastal road between Grindavík and Þorlákshöfn, which besides being an important transportation artery has also been widely used by travellers visiting the volcano. It would both disrupt traffic and cause damage to infrastructure, including fibre-optic cables.

This is the reason why the construction of a protective barrier near the Geldingadalur volcano began on May 14th. Local authorities hope to impede the flow of lava into Nátthagi valley, from where it may proceed south toward Suðurstrandarvegur and cause damage to infrastructure.

Authorities are planning a four-metre high barrier. Within it, there will likely be a kind of cavity, which they hope will steer the lava in a different direction. The barrier was designed, first and foremost, with people’s safety in mind.

A large bulldozer has begun work on the barrier. The project will involve, among other things, the filling of two rifts, with rocks from the area being utilized for this purpose. Construction workers hope to fill both the western rift and the eastern rift over the coming days.

°°°°°°°°°°

Access path to the eruption now more secure.

The main hiking trail in Fagradallsfjall to the volcano was temporarily closed this week but reopened on May 12th after construction took place to improve the safety and accessibility of the trail. As I put it before, several visitors broke their ankles while walking to the eruption site.

Before, hikers had to climb up a steep slope on the way to the eruption site on the A-trail, which at one point featured a cable to assist those up the steepest part of the hike. The cable has now been taken down and the trail instead meanders around the hill. The rest of the trail has also been made wider so that ambulances and rescue workers can more easily access injured hikers; the trail now features gentler slopes, lessening the risk for injury.

°°°°°°°°°°

Helmets advised.

Iceland’s Civil Protection warns of lava bombs falling to the ground in Geldingadalur. The lava jets reaching a height up to 100-300 metres cause chunks of lava to fall from 600 metres in the sky. As a consequence, visitors who go close to the eruption are advised to wear a helmet. Besides, the still very hot pieces of lava sometimes ignite the moss and vegetation. The smoke from this phenomenon contains a lot of carbon monoxide, which is toxic to people.

Source: Icelandic news media.

Volcan de boue de Piparo (Trinité & Tobago) // Piparo mud volcano (Trinidad & Tobago)

Le Ministère de la Sécurité Nationale a averti la population que la zone du volcan de boue de Piparo est maintenant interdite d’accès aux véhicules et de piétons. Elle est considérée comme une zone de catastrophe naturelle.  Les habitants sont instamment priés de rester à l’écart de la zone car le volcan peut entrer en éruption à tout moment. La zone a été bouclée avec du ruban de sécurité. Les autorités locales ont également multiplié les patrouilles dans le secteur.
Les géologues ont effectué de nombreuses analyses  sur le site ainsi que des relevés à l’aide de drones pour établir une cartographie 3D du site. La population a également été consultée à propos du regain d’activité du volcan de boue. Une personne a indiqué que des fissures se sont formées sur la route principale de Piparo et que sa maison a été endommagée. Comme je l’ai écrit précédemment, une forte odeur de soufre a envahi la zone du volcan.
Source: Trinidad Daily Express.

———————————————

The Ministry of National Security has warned the population that the Piparo mud volcano is now closed to vehicular and pedestrian traffic. It is considered as a disaster zone. Residents are strongly asked to stay away from the area as the volcano could erupt at any time. The area has been cordoned off with caution tape. Local authorities have also increased patrols in the area.

Geologists have conducted numerous tests at the site as well as drone surveys to produce a 3D mapping of the area. Residents have also been consulted on the increased activity. One person reported cracks forming on the Piparo Main Road which also caused damage to her home. As I put it before, a strong sulphur odour has invaded the area.

Source: Trinidad Daily Express.

On trouve des volcans de boue dans plusieurs régions du monde, comme les Maccalube di Aragona en Sicile. (Photo : C. Grandpey)

La sécurité dans le District de Puna // Security in the Puna District

Le 14 mai, la lave du Kilauea se rapprochait lentement de la Highway 137 qui est l’une des routes d’évacuation possibles pour les secteurs de Kalapana, Opihikao et Kapoho. Les coulées en provenance de la fracture 17 se trouvaient à moins de 2 km de la route côtière, mais en fin d’après-midi, elles n’avaient progressé que de 300 mètres en six heures de temps.

Dans le même temps, les autorités ont annoncé qu’elles allaient injecter de l’eau froide dans trois puits géothermiques actifs de la centrale Puna Geothermal Venture afin de les colmater avec des bouchons en fer. On utilise le poids de l’eau froide pour condamner la vapeur et l’eau chaude dans les puits, puis on installe les bouchons sur les orifices. L’eau froide devra être injectée à plusieurs reprises jusqu’à ce que les bouchons soient installés. La centrale PGV, qui fournit environ 25% de l’énergie de l’île, a été fermée peu de temps après le début de l’éruption dans les Leilani Estates le 3 mai. Les puits géothermiques se trouvent dans la zone où une 19ème fracture s’est ouverte dans les Lanipuna Gardens le 7 mai au matin. La première priorité consiste à assurer la sécurité de cette zone habitée.

Alors que la lave approche maintenant de la Highway 137 et que de nouvelles fractures apparaissent tous les jours, les autorités s’efforcent d’apporter rapidement des améliorations aux itinéraires potentiels d’évacuation. Selon le Ministère des Transports, la réouverture de la Highway 130 est maintenant une priorité absolue. En effet, cette route est le seul itinéraire capable de supporter un trafic important dans et en dehors de la région de Kalapana, car il dessert Kaimu, Opihikao et les subdivisions des Seaview Estates et Black Sand Beach. Les autorités ont déclaré le 7 mai que la Highway 130 serait fermée entre Pahoa et Old Kalapana Road à cause de l’élargissement des fissures dans la chaussée aux bornes kilométriques 14.4 et 14.6. A l’annonce de la fermeture de la Highway 130, les services des Ponts et Chaussées ont répandu du gravier et réparé autant que faire se peut la Highway 137, une route côtière partiellement goudronnée qui pourrait être utilisée en cas d’urgence pour sortir du secteur de Lower Puna.
Le problème est maintenant que la lave de la fracture 17 pourrait venir menacer la Highway 137. Si cette dernière est coupée, il faudra alors se rabattre sur la Highway 130. Dans l’immédiat, des plaques de métal pourraient être installées sur les fractures de la Highway 130, ainsi qu’un système de surveillance utilisant des capteurs ou de caméras afin que la route puisse être fermée rapidement si elle se détériore davantage.
Une autre possibilité consisterait à utiliser des dalles de béton préfabriquées pouvant résister à une chaleur de 1100°C pour construire un pont qui enjamberait les zones dangereuses sur les highways 130 ou 137. On pourrait aussi rouvrir la Chain of Craters Road en direction du Parc National des Volcans.

La Protection Civile a annoncé que des niveaux élevés de dioxyde de soufre ont été détectés le 14 mai dans l’après-midi au niveau des fractures dans la zone sud-est des Lanipuna Gardens, qui fait déjà l’objet d’une évacuation obligatoire. Il y a aussi des nuages de gaz dans les subdivisions d’Opihikao et de Seaview, mais pas à des niveaux suffisamment élevés pour justifier une évacuation.
Le National Weather Service a émis une alerte jusqu’au 14 mai dans la soirée pour les habitants des régions du sud de la Grande Ile qui pourraient être affectés par de légères retombées de cendre en provenance du cratère de l’Halemaumau qui a émis un volumineux panache visible sur les images satellites.
Source: Presse hawaïenne.

———————————————

Lava from Kilauea Volcano on Monday, May 14th was slowly approaching Highway 137 that is one of the last evacuation routes from the Kalapana, Opihikao and Kapoho areas. Lava flows from Fissure 17 reached within 2 km of the coastal highway, but by late afternoon, after six hours, had progressed only 300 metres.

In a related development, authorities announced they are going to inject three active geothermal wells on the Puna Geothermal Venture with cold water and seal them with iron plugs. That involves using the weight of the cold water to suppress steam and hot water in the wells, and then installing plugs into the wells. Until the plugs are installed, cold water will need to be injected repeatedly. The PGV plant, which had supplied an estimated 25 percent of the island’s energy, was shut down soon after the Leilani Estates lava outbreak began on May 3rd. The geothermal wells are in the general area where a 19th fissure opened at Lanipuna Gardens on May 7th in the morning. The first and foremost priority is to ensure that the community is kept safe.

With the lava flow now approaching Highway 137 and new fissures opening daily, the state is also hurrying to make improvements to potential evacuation routes. According to the Department of Transportation, reopening Highway 130 is now a top priority. Indeed, this highway is the highest-­capacity route in and out of the Kalapana area, serving the communities of Kaimu, Opihikao and the Seaview Estates and Black Sand Beach subdivisions. However, state officials announced on May 7th that it was closed between Pahoa and Old Kalapana Road because of widening cracks in the pavement at mile markers 14.4 and 14.6. The closure of Highway 130 prompted state crews to drop gravel and make other improvements to Highway 137, a partially paved coastal road that could serve as another emergency route out of Lower Puna.

The problem now is that lava from Fissure 17 may become a threat to Highway 137. If the highway gets cut off, then the route has got to go back to Highway 130 again. In the near term metal plates might be installed over the cracks in Highway 130 as well as a monitoring system involving sensors or cameras so the road can be closed quickly if it deteriorates further.

Another possibility would be to use prefabricated concrete slabs that can resist heat of up to 1100°C to build a bridge over any hazard that threatens Highways 130 or 137, and there’s also the possibility of reopening Chain of Craters Road leading to Hawai‘i Volcanoes National Park.

Civil Defense officials announced that high levels of sulfur dioxide gas were detected on May 14th in the afternoon from fissures in the southeastern area of Lanipuna Gardens, which is already under a mandatory evacuation. There are also really high levels of volcanic gases in the Opihikao and Seaview subdivision areas, but not at levels high enough to trigger evacuation.

The National Weather Service issued an alert through May 14th in the evening for residents in southern areas of the Big Island who could be affected by “very light ashfall” from Halemaumau Crater which released a plume visible on satellite and web cameras.

Source : Hawaiian press.

Fracture dans la Highway 130 (Crédit photo: USGS / HVO)

Poás et Turrialba (Costa Rica): Dernières nouvelles // Latest news

L’OVSICORI a enregistré une nouvelle éruption du Poás à 8h10 le 15 avril 2017. Elle a duré 10 minutes, mais la hauteur de la colonne éruptive n’a pu être indiquée en raison des mauvaises conditions de visibilité.
Les premiers événements explosifs (voir mes notes précédentes) ont été les plus importants observés depuis 1953-1955. Des blocs avec jusqu’à 30 centimètres de diamètre ont été expulsées par le volcan ; ils ont atteint les infrastructures du Parc National qui a été fermé aux visiteurs. Le volcan est resté actif tout au long de la journée du 14 avril, avec de petites éruptions toutes les 30 à 40 minutes. L’activité sismique reste intense, même si elle est inférieure aux jours précédents.
Pendant ce temps, le Turrialba est resté relativement calme, avec une colonne de gaz s’élevant à environ 300 mètres au-dessus du cratère actif, accompagnée d’une activité sismique basse fréquence.
Les autorités sont inquiètes quand elles voient des groupes de «touristes à risque» qui essayent d’atteindre le Parc National du Poás sans tenir compte du danger. Ces groupes paient même des guides locaux pour être accompagnés dans les zones de Bajos del Toro et Bosque del Niño pour accéder au volcan. Cette situation existe également sur le Turrialba où les visiteurs ignorent les panneaux de sécurité et tentent d’accéder au cratère principal.
Source: The Costa Rica Star.

———————————–

Another eruption by Poás Volcano was registered  by OVSICORI at 8:10 on April 15th in the morning. It lasted 10 minutes, but the altitude reached by the column of gas is unknown due to poor visibility conditions.

The first explosive events (see my previous notes) were the biggest since 1953-1955. Large size rocks, up to 30 centimetres in diameter) were expelled by the volcano as far as infrastructure at the National Park which has been closed to visitors. The volcano continued to show activity all through the day on April 14th, with minor eruptions every 30-40 minutes. Seismic activity continues, although it is lower than on previous days.

Meanwhile, the Turrialba Volcano has remained relatively calm, with a column of gas rising about 300 metres above the active crater, with low frequency seismic activity.

Authorities have shown their concern about groups of tourists known as “risk tourists” that have been trying to reach the National Park disregarding the danger this represents. Reports state that these groups even pay local guides to take them through the areas of Bajos del Toro and Bosque del Niño to gain access to the Volcano. This situation has also happened at the Turrialba Volcano where visitors disregard the security warnings and try to make their way to the main crater.

Source: The Costa Rica Star.

Exemple de séquence éruptive sur le Turrialba (Source: OVSICORI)