La sécurité dans le District de Puna // Security in the Puna District

Le 14 mai, la lave du Kilauea se rapprochait lentement de la Highway 137 qui est l’une des routes d’évacuation possibles pour les secteurs de Kalapana, Opihikao et Kapoho. Les coulées en provenance de la fracture 17 se trouvaient à moins de 2 km de la route côtière, mais en fin d’après-midi, elles n’avaient progressé que de 300 mètres en six heures de temps.

Dans le même temps, les autorités ont annoncé qu’elles allaient injecter de l’eau froide dans trois puits géothermiques actifs de la centrale Puna Geothermal Venture afin de les colmater avec des bouchons en fer. On utilise le poids de l’eau froide pour condamner la vapeur et l’eau chaude dans les puits, puis on installe les bouchons sur les orifices. L’eau froide devra être injectée à plusieurs reprises jusqu’à ce que les bouchons soient installés. La centrale PGV, qui fournit environ 25% de l’énergie de l’île, a été fermée peu de temps après le début de l’éruption dans les Leilani Estates le 3 mai. Les puits géothermiques se trouvent dans la zone où une 19ème fracture s’est ouverte dans les Lanipuna Gardens le 7 mai au matin. La première priorité consiste à assurer la sécurité de cette zone habitée.

Alors que la lave approche maintenant de la Highway 137 et que de nouvelles fractures apparaissent tous les jours, les autorités s’efforcent d’apporter rapidement des améliorations aux itinéraires potentiels d’évacuation. Selon le Ministère des Transports, la réouverture de la Highway 130 est maintenant une priorité absolue. En effet, cette route est le seul itinéraire capable de supporter un trafic important dans et en dehors de la région de Kalapana, car il dessert Kaimu, Opihikao et les subdivisions des Seaview Estates et Black Sand Beach. Les autorités ont déclaré le 7 mai que la Highway 130 serait fermée entre Pahoa et Old Kalapana Road à cause de l’élargissement des fissures dans la chaussée aux bornes kilométriques 14.4 et 14.6. A l’annonce de la fermeture de la Highway 130, les services des Ponts et Chaussées ont répandu du gravier et réparé autant que faire se peut la Highway 137, une route côtière partiellement goudronnée qui pourrait être utilisée en cas d’urgence pour sortir du secteur de Lower Puna.
Le problème est maintenant que la lave de la fracture 17 pourrait venir menacer la Highway 137. Si cette dernière est coupée, il faudra alors se rabattre sur la Highway 130. Dans l’immédiat, des plaques de métal pourraient être installées sur les fractures de la Highway 130, ainsi qu’un système de surveillance utilisant des capteurs ou de caméras afin que la route puisse être fermée rapidement si elle se détériore davantage.
Une autre possibilité consisterait à utiliser des dalles de béton préfabriquées pouvant résister à une chaleur de 1100°C pour construire un pont qui enjamberait les zones dangereuses sur les highways 130 ou 137. On pourrait aussi rouvrir la Chain of Craters Road en direction du Parc National des Volcans.

La Protection Civile a annoncé que des niveaux élevés de dioxyde de soufre ont été détectés le 14 mai dans l’après-midi au niveau des fractures dans la zone sud-est des Lanipuna Gardens, qui fait déjà l’objet d’une évacuation obligatoire. Il y a aussi des nuages de gaz dans les subdivisions d’Opihikao et de Seaview, mais pas à des niveaux suffisamment élevés pour justifier une évacuation.
Le National Weather Service a émis une alerte jusqu’au 14 mai dans la soirée pour les habitants des régions du sud de la Grande Ile qui pourraient être affectés par de légères retombées de cendre en provenance du cratère de l’Halemaumau qui a émis un volumineux panache visible sur les images satellites.
Source: Presse hawaïenne.

———————————————

Lava from Kilauea Volcano on Monday, May 14th was slowly approaching Highway 137 that is one of the last evacuation routes from the Kalapana, Opihikao and Kapoho areas. Lava flows from Fissure 17 reached within 2 km of the coastal highway, but by late afternoon, after six hours, had progressed only 300 metres.

In a related development, authorities announced they are going to inject three active geothermal wells on the Puna Geothermal Venture with cold water and seal them with iron plugs. That involves using the weight of the cold water to suppress steam and hot water in the wells, and then installing plugs into the wells. Until the plugs are installed, cold water will need to be injected repeatedly. The PGV plant, which had supplied an estimated 25 percent of the island’s energy, was shut down soon after the Leilani Estates lava outbreak began on May 3rd. The geothermal wells are in the general area where a 19th fissure opened at Lanipuna Gardens on May 7th in the morning. The first and foremost priority is to ensure that the community is kept safe.

With the lava flow now approaching Highway 137 and new fissures opening daily, the state is also hurrying to make improvements to potential evacuation routes. According to the Department of Transportation, reopening Highway 130 is now a top priority. Indeed, this highway is the highest-­capacity route in and out of the Kalapana area, serving the communities of Kaimu, Opihikao and the Seaview Estates and Black Sand Beach subdivisions. However, state officials announced on May 7th that it was closed between Pahoa and Old Kalapana Road because of widening cracks in the pavement at mile markers 14.4 and 14.6. The closure of Highway 130 prompted state crews to drop gravel and make other improvements to Highway 137, a partially paved coastal road that could serve as another emergency route out of Lower Puna.

The problem now is that lava from Fissure 17 may become a threat to Highway 137. If the highway gets cut off, then the route has got to go back to Highway 130 again. In the near term metal plates might be installed over the cracks in Highway 130 as well as a monitoring system involving sensors or cameras so the road can be closed quickly if it deteriorates further.

Another possibility would be to use prefabricated concrete slabs that can resist heat of up to 1100°C to build a bridge over any hazard that threatens Highways 130 or 137, and there’s also the possibility of reopening Chain of Craters Road leading to Hawai‘i Volcanoes National Park.

Civil Defense officials announced that high levels of sulfur dioxide gas were detected on May 14th in the afternoon from fissures in the southeastern area of Lanipuna Gardens, which is already under a mandatory evacuation. There are also really high levels of volcanic gases in the Opihikao and Seaview subdivision areas, but not at levels high enough to trigger evacuation.

The National Weather Service issued an alert through May 14th in the evening for residents in southern areas of the Big Island who could be affected by “very light ashfall” from Halemaumau Crater which released a plume visible on satellite and web cameras.

Source : Hawaiian press.

Fracture dans la Highway 130 (Crédit photo: USGS / HVO)

Publicités

Poás et Turrialba (Costa Rica): Dernières nouvelles // Latest news

L’OVSICORI a enregistré une nouvelle éruption du Poás à 8h10 le 15 avril 2017. Elle a duré 10 minutes, mais la hauteur de la colonne éruptive n’a pu être indiquée en raison des mauvaises conditions de visibilité.
Les premiers événements explosifs (voir mes notes précédentes) ont été les plus importants observés depuis 1953-1955. Des blocs avec jusqu’à 30 centimètres de diamètre ont été expulsées par le volcan ; ils ont atteint les infrastructures du Parc National qui a été fermé aux visiteurs. Le volcan est resté actif tout au long de la journée du 14 avril, avec de petites éruptions toutes les 30 à 40 minutes. L’activité sismique reste intense, même si elle est inférieure aux jours précédents.
Pendant ce temps, le Turrialba est resté relativement calme, avec une colonne de gaz s’élevant à environ 300 mètres au-dessus du cratère actif, accompagnée d’une activité sismique basse fréquence.
Les autorités sont inquiètes quand elles voient des groupes de «touristes à risque» qui essayent d’atteindre le Parc National du Poás sans tenir compte du danger. Ces groupes paient même des guides locaux pour être accompagnés dans les zones de Bajos del Toro et Bosque del Niño pour accéder au volcan. Cette situation existe également sur le Turrialba où les visiteurs ignorent les panneaux de sécurité et tentent d’accéder au cratère principal.
Source: The Costa Rica Star.

———————————–

Another eruption by Poás Volcano was registered  by OVSICORI at 8:10 on April 15th in the morning. It lasted 10 minutes, but the altitude reached by the column of gas is unknown due to poor visibility conditions.

The first explosive events (see my previous notes) were the biggest since 1953-1955. Large size rocks, up to 30 centimetres in diameter) were expelled by the volcano as far as infrastructure at the National Park which has been closed to visitors. The volcano continued to show activity all through the day on April 14th, with minor eruptions every 30-40 minutes. Seismic activity continues, although it is lower than on previous days.

Meanwhile, the Turrialba Volcano has remained relatively calm, with a column of gas rising about 300 metres above the active crater, with low frequency seismic activity.

Authorities have shown their concern about groups of tourists known as “risk tourists” that have been trying to reach the National Park disregarding the danger this represents. Reports state that these groups even pay local guides to take them through the areas of Bajos del Toro and Bosque del Niño to gain access to the Volcano. This situation has also happened at the Turrialba Volcano where visitors disregard the security warnings and try to make their way to the main crater.

Source: The Costa Rica Star.

Exemple de séquence éruptive sur le Turrialba (Source: OVSICORI)

Des nouvelles inquiétantes pour l’Arctique // Worrying news for the Arctic

drapeau-francaisLa presse française ne n’est pas fait l’écho d’une information qui présente une réelle importance dans le cadre de la protection de l’Arctique et de son environnement.

A l’issue du dernier Sommet de l’Arctique qui réunissait le Président Obama et les dirigeants des pays nordiques, le Président finlandais Sauli Niinistö a déclaré qu’il n’organiserait pas de sommet de l’Arctique dans le cadre de sa présidence du Conseil de l’Arctique. Selon lui, la situation internationale ne le permet pas alors et un tel événement a besoin d’une situation mondiale plus pacifique.
Dans son allocution d’ouverture du Sommet, le 13 mai 2016, le président finlandais a fait référence à une situation sécuritaire de plus en plus tendue en Europe du Nord. «La période est trouble à bien des égards. Les menaces de sécurité abondent. La situation est devenue plus tendue, même dans la région de la mer Baltique et en Europe du Nord. Il est nécessaire de renforcer la sécurité et la stabilité, ce qui suppose un dialogue approprié avec la Russie pour renforcer la transparence et réduire les risques.»
Une déclaration commune à l’issue du sommet souligne que «les États-Unis et les pays nordiques s’inquiètent de la présence militaire grandissante de la Russie dans la région de la mer Baltique, son arrogance nucléaire, ses manœuvres militaires non déclarées, et les actions provocatrices des avions russes et des navires de guerre.»
Source: Alaska Dispatch News.

————————————-

drapeau-anglaisAt the end of the latest summit between President Obama and Nordic Leaders, Finland President Sauli Niinisto has decided to abandon plans for an Arctic summit as part of its chairmanship period. He said the international situation was not appropriate and that such an event would require a more peaceful global situation.

In his opening remarks at the U.S.-Nordic Summit on May 13th 2016, the Finnish President referred to an increasingly tense security situation in Northern Europe. « Times are turbulent in many respects. Security threats abound. The situation has become more tense even in the Baltic Sea region and Northern Europe. Strengthening security and stability there is called for, and this includes appropriate dialogue with Russia to enhance transparency and reduce risk. »

A joint statement from the summit underlines that « the United States and the Nordic countries are concerned by Russia’s growing military presence in the Baltic Sea region, its nuclear posturing, its undeclared exercises, and the provocative actions taken by Russian aircraft and naval vessels. »

Source: Alaska Dispatch News.

Risque d’un puissant séisme en Islande? // Risk of a powerful earthquake in Iceland?

drapeau francaisSelon la Protection Civile, les dernières mesures des mouvements de la croûte terrestre dans le sud-ouest de l’Islande révèlent la présence de tensions tectoniques susceptibles de générer de puissants séismes. Ces dernières semaines ont vu une augmentation de l’activité sismique sur la péninsule de Reykjanes et dans les régions avoisinantes, avec en particulier un événement de M 4.0 à la fin mai qui a été ressenti jusqu’à Reykjavik.
Si un séisme majeur se produisait, la zone affectée pourrait aller du lac Kleifarvatn sur la péninsule de Reykjanes jusqu’à la rivière Ölfus qui traverse Selfoss à l’est. Les données historiques indiquent que les séismes dans cette région peuvent atteindre M 6,5. Plusieurs événements de M 6.0 ont été enregistrés dans le secteur de  Bláfjöll en 1929 et 1968.

En conséquence, la Protection Civile islandaise donne des conseils sur les mesures de sécurité à prendre et sur la façon de réagir en cas de tremblement de terre. Il va fallor que les Islandais aient une bonne mémoire, car la liste est longue !
1) Les mesures de sécurité:
Sécuriser les armoires, les étagères et autres objets lourds au sol ou au mur.
Ne pas garder d’objets lourds sur des étagères ou sur les murs.
Sécuriser les équipements de chauffage et les radiateurs. Se renseigner pour savoir où se trouve le compteur d’eau et le disjoncteur électrique.
Sécuriser cadres et luminaires sur les murs.
Mettre des verrous de sécurité sur les portes des armoires.
Eviter que des objets puissent tomber sur les lits.
S’assurer que les panneaux des plafonds et les planchers flottants sont correctement fixés.
Couvrir les fenêtres pour empêcher les éclats de verre dans le cas où elles se briseraient.
Ne pas placer les lits sous les fenêtres s’il y a risque de tremblement de terre.

2) Les mesures préventives:
Garder à l’esprit 3 choses en cas de séisme: se protéger, se mettre à l’abri, ne pas bouger.
– Ceux qui sont à l’intérieur quand un puissant séisme se produit doivent éviter:
Les meubles qui peuvent se déplacer.
Les objets qui peuvent tomber des étagères et des armoires (en particulier dans les cuisines).
Les radiateurs qui peuvent se déplacer.
Le verre brisé.
Les chutes de matériaux de construction.
– Ceux qui sont à l’extérieur doivent:
Chercher un espace bien dégagé et éviter les bâtiments et les poteaux électriques. Il faut garder une distance de sécurité par rapport aux structures qui sont aussi grandes ou plus grandes qu’un être humain.
Baisser la tête et la protéger à l’aide d’une couverture (ou au moins avec les mains) si on ne peut pas atteindre un espace dégagé.
Éviter les chutes de pierres et les glissements de roches dans les zones montagneuses.
Ceux qui sont au volant doivent arrêter leur véhicule dans un endroit sûr.

3) Après un séisme, il faut:
Porter des chaussures (s’il y a des débris par terre).
Se munir d’une trousse de premiers secours si nécessaire.
Voir si quelqu’un est blessé, et si oui, appeler le 112 (numéro d’urgence en Islande). S’il n’est pas possible d’obtenir de l’aide par téléphone, marquer le lieu de l’accident avec un drapeau.
Couper l’eau si une fuite est ingérable, et couper le circuit électrique principal si le bâtiment est endommagé.
Voir si il y a un incendie et ne pas utiliser de flamme s’il y a risque de départ de feu.
Quitter le bâtiment calmement si le bâtiment n’est plus habitable après un séisme. De nombreux accidents surviennent quand les gens courent à travers les décombres.

Adapter sa tenue vestimentaire aux conditions météorologiques si on quitte le bâtiment. Ne pas oublier que l’automobile est souvent le premier abri chauffé disponible et équipé d’une radio.
Garder à l’esprit l’emplacement des abris d’urgence dans les écoles.
Écouter les annonces de la Protection Civile sur la radio d’Etat
Ne jamais toucher les poteaux électriques endommagés.
S’attendre à des répliques.

Source : Iceland Review.

 ————————————————–

drapeau francaisAccording to the Civil Protection Department, the latest measurements of crustal movements in south-west Iceland suggest the presence of tectonic tension which may cause large earthquakes. Recent weeks have seen increased seismic activity on the Reykjanes peninsula and surrounding areas, including an M 4.0 event at the end of May which was felt as far as Reykjavik.

Should a major earthquake occur, the area affected could stretch from the Kleifarvatn lake on the Reykjanes peninsula all the way east to the Ölfus river flowing through Selfoss. Historical data indicate that earthquakes in this area can reach M 6.5. M 6.0 quakes were recorded in the Bláfjöll area in 1929 and 1968.

The Civil Protection gives pieces of advice on safety measures to take and how to respond in the event of an earthquake.

1) Security measures :

Secure cabinets, shelves and heavy objects to the floor or wall.

Do not keep heavy objects on top of shelves or on walls.

Secure heating equipment and radiators.  Know where the water main and electric circuit breaker are.

Secure picture frames and wall light fixtures.

Put security latches on cabinet doors.

Prevent objects from falling on beds.

Make sure that ceiling panels and raised floors are properly fastened.

Cover windows to prevent flying glass in case they are broken.

Do not place beds under windows if there is a danger of an earthquake.

2) Preventive response

It is good to memorize the words DUCK, COVER, HOLD to remember how to react in the event of an earthquake.

– Those who are indoors when a large earthquake occurs should especially avoid:

Furniture that may move.

Objects that may fall from shelves and cabinets (especially in kitchens).

Radiators that may move.

Broken glass.

Falling building parts.

– Those who are outside should:

Find an open space and avoid buildings and electric poles. Keep a safe distance from
man-made structures that are as tall or taller than you.

Duck and cover head (at least with hands) if you cannot get to an open space.

Avoid falling rocks and gravel slides in mountainous areas.

Those who are driving should stop their automobiles in a safe place.

3) After an earthquake, one should:

Wear shoes (if debris is on the floor).

Obtain a first aid kit if needed.

See if anyone is hurt, and if so, call the Emergency Line.  If it is not possible to get help by telephone, mark the place of the accident with a flag.

Turn off the water and heat if a leak is unmanageable, and shut down the main electrical circuit if the building is damaged.

See if there is a fire and do not use an open flame if there is danger of a fire starting.

Leave calmly if you think the building is uninhabitable after an earthquake. Many accidents occur when people run out through debris after an earthquake.

Dress appropriately for the weather conditions if you leave the building. Remember that the automobile is often the first heated shelter available and it has a radio.

Remember the emergency shelters in schools.

Listen after announcements from the Civil Protection on the State Radio

Never touch damaged electric poles.

Be prepared for aftershocks.

Source : Iceland Review.

Santa-Venerina-02

Effets d’un séisme de M 4,3 sur l’Etna en 2002  (Photo:  C. Grandpey)