Retour de l’expédition MOSAIC // The MOSAIC expedition is back

J’ai consacré plusieurs notes les 12 mai, 4 juin et 22 août 2020 à l’expédition MOSAIC (Multidisciplinary drifting Observatory for the Study of Arctic Climate). A l’époque, cette expédition est restée très discrète dans les médias, mais les résultats des observations leur ont, semble-t-il, fait prendre conscience de la gravité de la situation dans l’Arctique, une situation sur laquelle je ne cesse d’alerter dans ce blog.

L’expédition MOSAIC est la plus importante jamais mise sur pied dans l’Arctique. Le 20 septembre 2019, le brise-glace Polarstern, navire amiral de l’Institut Alfred Wegener, a levé l’ancre dans le port de Tromsø en Norvège, pour rejoindre le cœur de l’Océan Arctique et y faire des mesures scientifiques. La mission impliquait 600 chercheurs de dix-sept pays.

Lors de la conférence de presse organisée le lundi 12 octobre à l’occasion du retour du Polarstern, le chef de l’expédition n’a pas mâché ses mots pour rendre compte de la situation dans l’Arctique. Selon ses propres mots, la banquise d’été est « en train de disparaître. » Ce qu’ont vu les scientifiques n’incite pas à l’optimisme. Le chef de l’expédition a expliqué que « la banquise dans l’Arctique fond à une vitesse spectaculaire. Si le changement climatique se poursuit, dans quelques décennies, nous aurons un Arctique libéré des glaces durant l’été. […] Nous devons tout faire pour préserver la banquise dans l’Arctique pour les générations futures, et nous devons tenter de saisir la petite chance que nous avons encore de pouvoir le faire. ».

Pendant un an, le Polarstern s’est laissé entraîner avec les glaces, selon la dérive polaire. Les scientifiques ont récolté plus de 150 térabits de données ainsi que de nombreux échantillons de glace et d’eau.

Les conclusions de l’expédition MOSAIC sont confortées par des observations satellites. Elles confirment que la banquise d’été a fondu jusqu’à former en 2020 la deuxième plus faible superficie jamais enregistrée, après celle de 2012.

Nos gouvernants tireront-ils des leçons des conclusions de l’expédition MOSAIC ? C’est une autre histoire. Quand on voit la portée quasiment nulle des différentes COP, on peut raisonnablement se le demander !

Source : presse nationale et internationale.

———————————————

 I devoted several posts on May 12th, June 4th and August 22nd, 2020 to the MOSAIC (Multidisciplinary drifting Observatory for the Study of Arctic Climate) expedition. At the time, this expedition remained very discreet in the media, but the results of the observations have, it seems, made them aware of the gravity of the situation in the Arctic, a situation on which I continue to alert in this blog.
The MOSAIC expedition is the largest ever in the Arctic. On September 20th, 2019, the Polarstern icebreaker, flagship of the Alfred Wegener Institute, left the port of Tromsø in Norway, to reach the heart of the Arctic Ocean and take scientific measurements. The mission involved 600 researchers from seventeen countries.

On Monday 12 October, at the press conference on the occasion of the return of the Polarstern, the expedition leader did not mince his words to report on the situation in the Arctic. In his own words, the summer sea ice is « disappearing. » What the scientists have seen does not give cause for optimism. The expedition leader explained that « the sea ice in the Arctic is melting at a spectacular rate. If climate change continues, in a few decades we will have an ice-free Arctic in the summer. […] We must do everything to preserve the ice in the Arctic for future generations, and we must try to seize the small chance we still have of being able to do so. »
For a year, the Polarstern let itself be dragged along with the ice, depending on the polar drift. Scientists collected more than 150 terabits of data as well as numerous samples of ice and water.
The findings of the MOSAIC expedition are confirmed by satellite observations. They confirm that the summer sea ice has melted so fast in 2020 that it has become the second smallest area on record, after that of 2012.
Will our rulers learn from the findings of the MOSAIC expedition? This is an other story. When we see the very limited interest of the different COPs, we can reasonably wonder!
Source: national and international press.

Le Polarstern (Source : Wegener Institute)

Retour des évacués à Ambae (Vanuatu) // Return of the evacuees at Ambae (Vanuatu)

Le gouvernement du Vanuatu a commencé à faire revenir les habitants d’Ambae dans leurs villages car le volcan Manaro Voui semble s’être calmé et l’activité s’est stabilisée.
L’île d’Ambae a été évacuée à la fin du mois dernier lorsque le volcan Manaro Voui a menacé d’entrer en éruption. Les 11 000 habitants de l’île ont été évacués vers des centres d’hébergement provisoires sur les îles voisines. Le processus de rapatriement ne devrait prendre que trois jours. Les premiers rapatriements ont commencé ce samedi et le processus était sous le commandement de la police.
Selon certains, les autorités du Vanuatu auraient réagi de manière excessive en évacuant Ambae. Elles répondent qu’on leur avait conseillé de procéder à une évacuation car le danger d’une éruption majeure imminente était réel.

La même politique d’évacuation a été adoptée par les autorités de Bali où la sismicité sur le Mont Agung a considérablement augmenté à la fin du mois de septembre. Aucune éruption n’a encore eu lieu et 140 000 personnes sont toujours évacuées.
Source: ABC News.

————————————–

The Vanuatu Government has started sending Ambae islanders back to their villages as the manaro Voui volcano appeared to have stabilised.

Ambae Island was evacuated late last month when the Manaro Voui volcano threatened to erupt, with its 11,000 residents taken to shelters on neighbouring islands. The repatriation process is expected to take just three days. The first repatriations started this Saturday and the process was under the command of the police.

There were suggestions that authorities over-reacted in evacuating Ambae. They answer that they had good advice that the danger was real. It seems the precaution principle was adopted in front of the risk of an imminent major eruption. The same behaviour has been used by authorities in Bali where seismicity on Mount Agung increased significantly at the end of September. No eruption has occurred yet and 140,000 people are still evacuated.

Source : ABC News.

Source: GeoHazards

Agung (Indonésie): Certaines personnes évacuées doivent revenir chez elles // Some evacuees are told to return home

La situation est en train de devenir confuse sur l’île de Bali. En raison de la menace d’une éruption du Mt Agung, environ 145 000 personnes ont quitté leurs maisons pour se réfugier dans des endroits plus sûrs, loin du volcan.
Aujourd’hui 30 septembre, plus de la moitié de toutes ces personnes ont été invitées à rentrer chez elles. Les autorités ont déclaré qu’environ 70 000 personnes vivant dans un rayon de 9 km du Mt Agung sont en danger et doivent rester dans les centres d’hébergement temporaires ou avec des proches à l’extérieur de la zone dangereuse. Il n’y a aucune raison que les autres personnes qui vivent en dehors du périmètre de sécurité quittent leurs domiciles. Elles doivent retourner dans leurs villages parce qu’elles constituent un fardeau inutile pour les centres d’hébergement qui sont déjà surpeuplés. Selon un porte-parole de l’agence nationale de gestion des catastrophes, « seules les personnes de 27 villages doivent évacuer. Les autres peuvent rentrer à la maison. Elles peuvent rentrer chez elles indépendamment ou avec l’aide du gouvernement ».

Cette situation risque de créer une grosse confusion. Il est fort à parier que certains villageois vivant dans la zone menacée vont saisir cette opportunité pour regagner leurs fermes eux aussi !
Pendant ce temps, des volontaires essayent de sauver à tout prix des dizaines de milliers d’animaux laissés à la merci du volcan. Ils font des voyages périlleux dans la zone rouge pour les sauver et les déplacer. Les porcs, les poulets, les chiens et les singes sauvages sont parmi les animaux que les secouristes tentent d’évacuer. Les animaux sont transférés dans des refuges où ils sont nourris et soignés et les propriétaires sont encouragés à les visiter le plus souvent possible pour s’occuper d’eux. La plupart des animaux évacués sont du bétail. 10 000 vaches ont déjà été évacuées et 20 000 autres attendent d’être déplacée. Beaucoup agriculteurs ont refusé de partir sans leur bétail. Certains passent la nuit dans les centres d’hébergement mais retournent à la ferme pour s’occuper des animaux pendant la journée.
Source: Médias d’information indonésiens.

————————————-

The situation is getting confused on the island of Bali. Because of the the ttnreat of an eruption of Mt Agung, about 145,000 people have left their homes to take shelter in safer places away from the volcano.

Today September 30th, more than half of all these people have been told to return home. Officials said only about 70,000 people living within 9 km of the active volcano are potentially in danger, and should stay in temporary shelters or with relatives outside the danger zone. There is no reason for other people who live in the safe zone to evacuate. They need to go back to their villages because they will become a burden for the evacuation centres which are already overcrowded. According to a spokesman for the national disaster mitigation agency, « only people from 27 villages must evacuate. The rest can go home. They can either go home independently or with the help of the government. »

This situation is likely to cause considerable confusion. It is a safe bet that some villagers living in the threatened area will seize this opportunity to return to their farms too!

Meanwhile, volunteers are battling to save tens of thousands of animals left to the mercy of the volcano, making perilous trips into the red evacuation zone to save and relocate them. Pigs, chickens, dogs and wild monkeys are among the other animals rescuers are trying to help. The animals have been relocated to shelters where they are fed and cared for and the owners are encouraged to visit them as often as possible to ensure their upkeep. Most of the animals being evacuated are farm animals, including cows. 10,000 have already been evacuated, with another 20,000 in need of being moved. Some farmers have refused to leave without their livestock. Some farmers are sleeping at evacuation centres but returning to tend to their cattle during the day.

Source : Indonesian news media.