Violente éruption du Momotombo (Nicaragua)

drapeau-francaisUne violente éruption du Momotombo a été enregistrée à 4h22 (heure locale) le 3 janvier 2016. Elle a recouvert une grande partie du cône de matériaux incandescents.
Après 110 ans de sommeil, le Momotombo s’était réveillé le matin du 1er décembre 2015. Quatre éruptions avaient alors été enregistrées, avec des panaches de vapeur et de cendre qui sont montés jusqu’à 1 km au-dessus du sommet. L’activité strombolienne accompagnée de coulées de lave qui a accompagné cet événement a cessé quelques jours plus tard.
Dans la matinée du 2 janvier, on a observé de petites émissions de cendre. Des explosions de faible intensité ont été entendues plus tard dans la journée.
L’explosion du 3 janvier aurait déclenché une petite coulée pyroclastique atteignant une hauteur comprise entre 1,5 et 2 km sur le versant nord-est du volcan. Il reste à savoir si la dernière éruption est le signe d’une nouvelle montée de magma qui pourrait aboutir à une période plus intense d’activité, ou s’il s’agit d’un processus plus superficiel comme la libération brutale de la pression des gaz suite à l’accumulation récente de lave au sommet.
L’explosion de ce matin n’a causé aucun dégât majeur, même si on a signalé des incendies dans la végétation sur les flancs du Momotomba.
Source : INETER.
Images de l’éruption à cette adresse:
http://thewatchers.adorraeli.com/2016/01/03/strong-eruption-burns-vegetation-on-the-flanks-of-momotombo-volcano-nicaragua/

———————————–

drapeau-anglaisA strong eruption of Momotombo volcano was recorded at 4:22 (local time) on January 3, 2016 and covered much of the summit cone with incandescent ejecta.
After 110 years of sleep, Momotombo volcano awakened on the morning of December 1st, 2015. Four eruptions were recorded on the occasion, sending steam and ash plumes up to 1 km above the summit.
The continuous strombolian activity accompanied with the lava flow effusion ceased during early December.
On the morning of January 2nd, small ash emissions were observed. Weak explosions occurred later in the day.
The intense explosion of January 3rd might have involved a small pyroclastic flow reaching heights between 1.5 and 2 km on the northeast side of the volcano. It remains unclear whether the newest activity indicates a new batch of magma is arriving at the vent and leading to even more intense period of activity, or if is it caused by more superficial processes such as surface pressure released beneath the recently emplaced lava in the summit.
The morning explosion caused no damage, however it was reported to ignite the vegetation on the flanks of Momotomba volcano.
Source: INETER.
Images of the eruption at this address:
http://thewatchers.adorraeli.com/2016/01/03/strong-eruption-burns-vegetation-on-the-flanks-of-momotombo-volcano-nicaragua/

Volcans en vrac // Miscellaneous

drapeau-francaisEtna (Sicile / Italie) : Tout est redevenu calme sur le volcan sicilien…jusqu’à la prochaine fois !

Fuego (Guatemala) : Le volcan s’est calmé après la crise éruptive de ces derniers jours. On observe essentiellement une activité de dégazage ponctuée de quelques explosions qui génèrent des ondes de choc tandis que les retombées de matériaux entraînent la formation de petites avalanches dans plusieurs ravins. .

Momotombo (Nicaragua) : Le volcan reste actif, avec l’apparition d’une nouvelle bouche sur le flanc E. La sismicité reste relativement stable.

 Kilauea (Hawaii / Etats-Unis) :
L’éruption du Kilauea se poursuit 1) au sommet avec le lac de lave dans le pit crater de l’Halema’uma’u et 2) sur l’East Rift Zone au niveau du Pu’uO’o. Sismicité et déformation se maintiennent à des niveaux normaux. On observe des coulées de lave jusqu’à 6 km en aval du Pu’uO’o. Elles ne représentent aucune menace pour les zones habitées.

Sinabung (Indonésie) : L’éruption se poursuit avec l’extrusion de lave au sommet et des explosions faibles à modérées qui génèrent des panaches de cendre et de petites avalanches incandescentes.

Bromo (Indonésie): Il se pourrait que le Bromo, dont l’activité s’est accrue au début du mois de décembre, soit à la veille d’une puissante éruption après plusieurs semaines d’émissions de cendre jusqu’à 3000 mètres de hauteur. Le niveau d’alerte est maintenu à 3, sur une échelle de 4, avec une zone d’exclusion de deux kilomètres autour du Parc National Bromo-Tengger-Semeru. Les aéroports à proximité sont susceptibles d’être affectés si l’activité éruptive se poursuit. En particulier, l’aéroport de Surabaya, plaque tournante du tourisme en Indonésie, pourrait connaître des problèmes pendant la période de vacances.
Cependant, les Tengger qui vivent dans les villages autour de la caldeira, disent qu’ils ne partiront pas tant que leur prêtre hindou Manku ne l’aura pas ordonné. Un garde du parc national, qui travaille près du Bromo depuis 25 ans, a déclaré : « Manku nous a dit que les dieux du Bromo tousseraient pendant six mois et qu’ils provoqueraient ensuite une grosse éruption. »
Les 90 000 Tengger, répartis dans 30 villages à flanc de colline, vénèrent le Bromo et sont persuadés qu’ils peuvent communiquer avec les dieux de la montagne par l’intermédiaire de Manku. Le garde national a ajouté: « Manku a prédit il y a quelques mois que le Bromo commencerait à tousser comme il le fait maintenant. Il a toujours raison. » L’homme dit qu’il se sent lié au Bromo et aux dieux de la montagne qui vivent dans le cratère.
Le lien spirituel entre les Tengger et le Bromo remonte à une légende du 15ème siècle selon laquelle un mari et sa femme qui ne pouvaient avoir d’enfants ont demandé l’aide des dieux de la montagne. Ces derniers leur ont permis d’avoir 24 enfants, mais ont exigé que le vingt-cinquième, nommé Kesuma, soit être jeté dans le cratère du volcan comme sacrifice humain. La demande a été satisfaite et la communauté Tengger a prospéré.
Aujourd’hui, les Tengger honorent les dieux de la montagne à la cérémonie annuelle du Kesodo qui a lieu le quatorzième jour du 10ème mois du calendrier javanais. Les Tengger se rendent tous au cratère du Bromo pour faire des offrandes au volcan. A cette occasion, on jette dans le cratère du riz, des fruits, des fleurs et on fait des sacrifices de bétail.
Source: Coconuts Jakarta & Mémoires volcaniques..

———————————

drapeau-anglaisEtna (Sicily / Italy): Everything has gone back to normal on the Sicilian volcano … until the next eruption!

Fuego (Guatemala): The volcano has calmed down after the eruptive crisis in recent days. Essentially, there is a degassing activity punctuated with explosions which generate shock waves while the fall of material causes small avalanches in several gullies. .

Momotombo (Nicaragua): The volcano remains active, with a new mouth on the eastern flank. Seismicity remains quite stable.

Kilauea (Hawaii / USA):
The eruption of Kilauea continues 1) at the summit with the lava lake in the pit crater of Halema’uma’u and 2) along the the East Rift Zone at Pu’uO’o crater. Seismicity and deformation remain at normal levels. Lava flows are observed up to 6 km downslope of Pu’uO’o. They pose no threat to inhabited areas.

Sinabung (Indonesia): The eruption continues with lava extrusion at the summit and weak to moderate explosions that generate ash plumes and small incandescent avalanches.

Bromo (Indonesia): Mount Bromo, whose activity increased in early December, might on the verge of a huge eruption after weeks of ash emissions up to 3,000 metres. The alert level is kept at 3, on a scale of 4 with a two-kilometre exclusion zone around Bromo-Tengger-Semeru National Park. Airports in the vicinity are likely to be affected if eruptions continue, with Surabaya’s Airport, a main tourism hub, likely to be affected over the holiday period.
However, the local Tengger tribe who live in surrounding hillside villages say they won’t leave until their Hindu priest Manku tells them to. One National Park Guard who has worked in the shadow of Bromo for 25 years said, “Manku told us the Bromo gods will cough for six months, they will then erupt very big.”
The Tenggerese people, who number about 90,000 in 30 hillside villages, worship Mount Bromo and believe they can communicate with the mountain gods through Manku. Said the national Guard: “Manku predicted Bromo would begin to cough like it is now a few months ago. He’s always right.” The man says he feels connected to Bromo and the mountain gods that live in the crater.
The spiritual connection the Tenggerese have with Bromo dates back to a 15th century legend in which a husband and wife who could not conceive sought help from the mountain gods. The gods granted them 24 children but demanded the 25th child, named Kesuma, must be thrown into the volcano crater as a human sacrifice. The demand was met and Tengger community flourished.
Today, the Tenggerese honor the mountain gods at the annual Yadnya Kasada Ceremony, throwing animal sacrifices into the crater for the gods to feast on.
Source : Coconuts Jakarta & Mémoires volcaniques.

Coulée-Hawaii-web

Photo: C. Grandpey

Eruption du Momotombo (Nicaragua)

drapeau-francaisSelon le SINAPRED, le Momotombo est entré en éruption dans la matinée du 1er décembre. La dernière éruption avait eu lieu il y a 110 ans. Quatre petites explosions ont émis des panaches de cendre et de vapeur jusqu’à 1 km au-dessus du sommet. La dernière a été la plus puissante.
Des retombées de cendre ont été signalées dans les localités d’El Papalonal et dans le dans le secteur de la centrale géothermique située au SO du volcan. Une équipe de scientifiques de l’INETER a parcouru la région et prélevé des échantillons de cendre et de gaz.
C’est la première fois que le volcan montre des signes d’activité éruptive depuis 1905. 16 éruptions seulement ont été enregistrées depuis 1524, avec de petites explosions phréatiques pour la plupart. Les seules éruptions significatives ont été observées en 1605 et 1609, avec de grosses bombes et des blocs expulsés jusqu’à environ 6 km, atteignant la région de la ville de León Viejo, aujourd’hui abandonnée.
La dernière éruption de 1905, a produit une coulée de lave depuis le sommet jusqu’à la base NE du volcan. Un petit panache noir a été observé au-dessus du cratère après un séisme le 10 avril 1996, mais les observations ultérieures n’ont révélé aucun changement significatif dans le cratère.
Selon les scientifiques, les dernières explosions n’ont pas été provoquées par l’augmentation d’activité du Telica tout proche au cours des dernières semaines.

Voici une petite vidéo de l’événement de ce matin:

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=oWgt2fSWS4w

————————————-

drapeau-anglaisAccording to SINAPRED, Momotombo volcano erupted on the morning of December 1st. The last eruption was 110 years ago. Four small explosions produced steam and ash plumes rising up to 1 km. The last of the eruptions was the largest.
Ashfall was reported in the communities of El Papalonal and in the vicinity of the Momotombo geothermal plant situated SW of the volcano. An INETER team of scientists surveyed the area and took samples of ash and gasses.
This is the first time the volcano has shown signs of eruptive activity since 1905, and only 16 eruptions have been recorded since 1524, most of which have been small explosions of phreatic nature. The only two larger eruptions were observed in 1605 and 1609 when large bombs and blocks were expelled to distances of approximately 6 km in the area of the nowadays abandoned town of León Viejo.
The latest eruption, in 1905, produced a lava flow that traveled from the summit to the lower NE base. A small black plume was seen above the crater after an April 10th 1996 earthquake, but later observations noted no significant changes in the crater.
According to the scientists, the explosions have not been triggered by the increased activity of nearby Telica volcano over the last few weeks.

Here is a short video of today’s event:

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=oWgt2fSWS4w

Nicaragua: Pas de risque éruptif? // Nicaragua: No eruptive risk?

drapeau francaisAprès la série de séismes qui a frappé le Nicaragua au cours de la semaine passée et les craintes que certains volcans puissent se réveiller, les autorités nicaraguayennes ont déclaré qu’ »il n’y a aucune preuve scientifique » d’une éruption imminente du Momotombo et de l’Apoyeque malgré l’activité sismique récente enregistrée le long des lignes de failles.
Dans un rapport publié par la Sécurité Civile du Nicaragua ( SINAPRED ), une équipe d’experts nationaux et étrangers a indiqué que l’activité sismique actuelle « pourrait conduire à des scénarios futurs d’activité volcanique » au nord de Managua, mais qu’il n’y avait aucune preuve d’une éruption immédiate.
Les scientifiques font remarquer qu’il n’y a pas de modification de la qualité de l’eau dans les cratères des volcans et dans les puits à proximité. On ne relève pas non plus d’émissions de dioxyde de soufre, et pas de changement dans la morphologie des volcans, ce qui signifie qu’une éruption est peu probable à court terme.
Cependant, le rapport indique que l’augmentation spectaculaire de l’activité sismique de la semaine dernière ressemble fortement aux « centaines de séismes » qui ont précédé l’éruption du volcan Cerro Negro en 1999.
Le rapport du SINAPRED indique que l’activité sismique entre le Momotombo et l’Apoyeque semble diminuer, mais les autorités n’excluent pas la possibilité de nouvelles répliques avec des magnitudes entre M 5 et M 6.
Les scientifiques ont déclaré que l’activité sismique avait eu lieu le long d’une ligne de failles de 20 km au nord de Managua, entre Nagarote et Mateare, région qui a subi le plus gros des dégâts du tremblement de terre de M 6,2 le 10 Avril dernier.
Les scientifiques ont également pris en compte la récente « déformation » de la berge du lac de Managua, qui a fait reculer l’eau dans le lac. Ils disent continuent à étudier la situation mais pensent que c’est « un aspect secondaire de l’importante activité sismique dans la région. » Le rapport indique que les températures moyennes de l’eau du lac sont considérées comme normales et que la hausse des températures évoquée précédemment pourrait être due à la présence de sources chaudes dans différentes parties du lac.
Le rapport recommande de maintenir le Nicaragua en état d’alerte et recommande à l’Institut Nicaraguayen d’Etudes Territoriales (INETER) d’ »intensifier le travail de recherche pour aboutir à une meilleure connaissance des risques sismiques. »

Source : Nicaragua Dispatch.

 ————————————————-

drapeau anglaisAfter the series of earthquakes around Nicaragua over the past week and the fears that some of the volcanoes in the country might erupt, Nicaraguan authorities said “there’s no scientific evidence” of a pending eruption of Momotombo and Apoyeque volcanoes despite recent earthquake activity along nearby fault lines.

In a report released by Nicaragua’s Disaster Response Agency (SINAPRED), a team of national and foreign experts say the current seismic activity “could lead to future scenarios of volcanic activity” north of Managua, but there’s no evidence of an immediate eruption.

The scientists say there’s no variation to the water quality in the volcanic craters and nearby wells, no emission of sulfur dioxide, and no change to the structure of volcanoes, which means an eruption is unlikely to occur in the short term.

However, the report says the dramatic increase in seismic activity over the past week is similar to the “hundreds of earthquakes” that preceded the 1999 eruption of Cerro Negro volcano.

The SINAPRED report says seismic activity between Momotombo and Apoyeque appears to be diminishing, but authorities are not ruling out the possibility of additional aftershocks with magnitudes between M 5 and M 6.

Scientists said the current earthquake activity has occurred along a 20-km fault line north of Managua, between Nagarote and Mateare, which suffered the brunt of the damage from the M 6.2 quake on April 10th.

Scientists also note the recent “deformation” of the coastline of Lake Managua, which caused the water to recede in the lake. They say they’re investigating the matter, but think it’s “secondary to the high amount of seismic activity in the region.” The report says the overall water temperatures in the lake are considered normal, and said earlier claims of rising temperatures could be due to natural hot springs found in different parts of the lake.

The report recommends that Nicaragua remain on high alert and is calling on the Nicaraguan Institute of Territorial Studies (INETER) to “significantly increase their investigations to generate better knowledge of the seismic risks.”

Source : Nicaragua Dispatch.

Momotombo-blog

Le Momotombo et le lac de Managua (Crédit photo: Wikipedia)