Kawah Ijen (Ile de Java / Indonésie)

D’après un article paru dans le Seattle Times, une trentaine de personnes ont dû recevoir des soins suite à l’émission d’un nuage de gaz par le volcan Kawah Ijen dans la soirée du 21 mars 2018. Plus de 170 villageois ont été contraints de quitter leurs demeures. Certains d’entre eux souffraient de problèmes respiratoires et étaient pris de vomissements. Le sommet du Kawah Ijen a été momentanément fermé, mais le niveau d’alerte volcanique reste inchangé à « Normal ».

———————————————-

According to the Seattle Times, thirty people were treated for sulphur gas poisoning after Kawah Ijen belched toxic fumes from its crater on March 21st, 2018 in the evening. More than 170 residents of several villages on the volcano’s slopes had to flee. Some of them suffered from shortness of breath and vomiting. Kawah Ijen’s summit is now temporarily off limits to activities but the volcano’s alert level remains normal.

Photo: C. Grandpey

Quand l’image traduit l’émotion….

Au mois de décembre 2017, le magazine Chasseur d’Images a sorti son n°400, événement tout à fait remarquable au moment où la presse et l’édition connaissent pas mal de difficultés. La rédaction avait décidé de consacrer dans ce numéro un chapitre aux photos qui avaient marqué ses lecteurs photographes. J’avais proposé l’une des miennes montrant un porteur de soufre sur le volcan Kawah Ijen sur l’île de Java en Indonésie. J’ai eu le plaisir de constater qu’elle a été retenue pour publication, même si mon nom a été écorché !

Le cliché remonte aux années 1990, époque où le volcan n’était pas encore assailli par des hordes de touristes. Il a été réalisé avec un film argentique Fuji Velvia 50. C’est une diapositive que j’ai scannée par la suite afin de la sauvegarder et la conserver plus longtemps. Le regard du porteur de soufre a séduit plusieurs organisateurs de concours et j’ai raconté l’histoire de cette photo dans mon livre Volcanecdotes (Ed. Un Autre Regard) aujourd’hui épuisé. Je vous en livre ici un extrait…

     Une fois les mesures [de températures des évents de soufre] terminées et prélevé un échantillon d’eau du lac, je décidai de commencer à gravir seul le sentier qui permet de rejoindre la lèvre du cratère. En procédant de la sorte, je pourrais choisir des endroits adéquats pour fixer sur la pellicule quelques uns des « forçats du soufre ».  C’est ainsi que j’emboîtai le pas à un porteur dont les pieds étaient enrubannés de chiffons en guise de chaussures. Au bout de quelques dizaines de mètres d’ascension, je perçus le souffle rauque de sa respiration. Il n’était point besoin de stéthoscope pour se rendre compte que ses poumons étaient brûlés par les gaz où se mélangent acides chlorhydrique et sulfurique. Lui aussi allait disparaître jeune, comme la plupart de ces ouvriers dont le confortable salaire a pour  contrepartie une mort précoce.

      Je laissai cet homme poursuivre l’ascension qu’il ponctuait de pauses fréquentes afin de reprendre son souffle. Je choisis un premier poste de prises de vue dans l’un des nombreux lacets du sentier. J’avais le cratère et le lac d’acide couleur turquoise en arrière-plan. Avec le bleu du ciel et une bonne lumière, je pus réaliser plusieurs clichés intéressants. Au bout de quelques minutes de prises de vues, je décidai de continuer à grimper et j’optai pour un endroit où la lumière était plus douce et l’arrière-plan plus neutre, avec en prime des volutes de nuages de gaz ; un endroit idéal pour faire des portraits. Je fixai deux ou trois porteurs sur la pellicule, leur tendant ensuite la kretek (cigarette locale) qu’ils m’avaient demandée. Comment des hommes qui travaillent dans un univers aussi nocif peuvent-ils éprouver du plaisir à s’encrasser davantage les poumons avec des cigarettes, aussi parfumées soient-elles ? 

      C’est alors qu’il apparut. Il avançait d’un pas lent, fatigué par la lourde charge qu’il tenait en équilibre sur son épaule. Il fit quelques pas sur le sentier, parallèlement au lac, puis aborda la boucle qui le ferait se diriger vers moi. A ce moment-là, il s’arrêta et me regarda, surpris semble-t-il de trouver quelqu’un à cet endroit, de surcroît un photographe. J’avais préparé l’angle et les paramètres de prise de vue depuis plusieurs secondes et je n’eus qu’à appuyer sur le déclencheur lorsqu’il cessa d’avancer. J’avais choisi un cadrage assez serré qui laisserait apparaître le buste et, cela va de soi, les paniers remplis de soufre.  La seule vue de son regard à travers le viseur m’indiqua que la photo ne serait pas banale. En appuyant sur le déclencheur, j’ai senti la richesse des sentiments qui émanaient de ses yeux : à la fois la fatigue, voire la douleur, engendrée par le travail, et l’obligation d’effectuer ce rude labeur probablement pour nourrir plusieurs bouches à la maison. J’avais l’impression que cet homme avait envie de me faire comprendre qu’il portait toute la misère du monde sur ses épaules. Une communication sans paroles, mais bien réelle… 

 Le porteur de soufre se trouve à la page 93 de la revue…

Projet de téléphérique sur le Kawah Ijen (Indonésie) !! // A cable car soon on Kawah Ijen (Indonesia)?

Si l’information avait été diffusée le 1er avril, elle me ferait rire. Malheureusement, l’article a été publié par le Jakarta Post le 8 juin 2017. Nous y apprenons qu’un projet visant à améliorer l’infrastructure touristique du Kawah Ijen, avec l’implantation d’un téléphérique dans le secteur, est à l’ordre du jour au Ministère du Tourisme, car cette destination populaire dans l’est de l’île de Java a été incluse dans le plan national de développement du tourisme. Le responsable du tourisme pour le district de Bondowoso, là où se trouve le Kawah Ijen, indique que le développement du tourisme dans la région inclurait d’autres entités comme le Ministère de l’Environnement et des Forêts ainsi que des investisseurs privés. Il a déclaré: « Le site touristique du Kawah Ijen est en passe de devenir une destination internationale équipée d’un téléphérique entre Paluding et le cratère. Les visiteurs pourront ainsi dominer le cratère et la zone naturelle environnante grâce au téléphérique. »
Bien que situé entre Bondowoso et Banyuwangi, le Kawah Ijen était géré par l’Agence de conservation des ressources naturelles de Jember avant que le gouvernement répertorie le site dans son plan national de développement du tourisme.
Source: The Jakarta Post.

——————————————-

If the information had been published on April 1st, I would laugh. Unfortunately, the article was released by the Jakarta Post on June 8th 2017. We learn that plans to upgrade tourism facilities at Kawah Ijen crater, complete with a cable car across the area, are currently being discussed at the Tourism Ministry, as this popular destination in East Java has been included in the national strategic tourism plan. The head of Bondowoso Tourism says the development would include other related parties, including the Environment and Forestry Ministry and private investors. He said: « The Ijen crater tourist site is set to be an international destination that would be equipped with a cable car from Paluding to the crater. Visitors would also be able to enjoy the crater and the surrounding natural tourist area from above in the cable car. »

Although located between Bondowoso and Banyuwangi, the Ijen crater was managed by the Jember Natural Resource Conservation Agency (BKSDA) before the central government listed the site in its national plan.

Source: The Jakarta Post.

Photo: C. Grandpey

 

Des volcans et des dents // Of volcanoes and teeth

drapeau-francaisVoici deux approches très différentes des effets de l’eau sur la dentition des populations vivant à proximité de volcans. Le premier article est paru en mai 2011 et le deuxième en avril 2016.

1) En mai 2011, une étude très sérieuse réalisée par des chercheurs américains a montré que la population d’Ambrym au Vanuatu est exposée à la fluorose qui, comme son nom l’indique, est due à un excès de fluor dans l’organisme. Cette pathologie se manifeste particulièrement au niveau des dents qui prennent une couleur marron. Selon les scientifiques, la fluorose dentaire à Ambrym est liée au dégazage permanent du volcan dont les composés fluorés contaminent l’eau de pluie consommée par les habitants de la région.

L’étude a été effectuée auprès de 835 jeunes personnes âgées de 6 à 18 ans en utilisant la classification de Dean (voir ma note du 29 mai 2011) qui définit les différents degrés de fluorose. Les résultats montrent que 96% des cas se situent dans la partie occidentale d’Ambrym, 71% au nord et 61% au sud-est de l’île.

Cette étude n’est pas vraiment une surprise. Des observations similaires ont déjà été faites dans d’autres régions volcaniques comme celle du Kawah Ijen en Indonésie où le trop-plein du lac devient une petite rivière qui irrigue ensuite les cultures, par exemple de riz et de canne à sucre. Cette eau d’un pH de 3 à 4,5 et trop riche en fluorure est nocive pour la santé. On a remarqué que les populations autour du Kawah Ijen avaient les dents plus noires qu’ailleurs en Indonésie à cause de l’eau rejetée par le volcan.

°°°°°°°°°°

2) Un article paru en avril 2016 nous apprend que des recherches effectuées sur les os des victimes de l’éruption du Vésuve en 79 montrent que le volcan a permis aux habitants de Pompéi d’avoir une excellente santé dentaire. Selon les chercheurs, c’est grâce au fluor contenu dans le sol et l’eau environnante, un composant qui n’est guère différent de celui utilisé aujourd’hui pour la fluoration de l’eau potable.
Cependant, l’eau fluorée n’est pas la seule raison pour laquelle les habitants de Pompéi avaient des dents très saines. Avant le développement de l’agriculture et des régimes alimentaires riches en hydrates de carbone, nos dents étaient en bien meilleure santé. Le passage du gibier chassé et des fruits cueillis aux grains et céréales domestiques nous a apporté beaucoup plus de calories, mais cela a également nui à notre dentition. Par ailleurs, l’alimentation des Romains était également pauvre en sucre qui était encore une denrée rare à l’époque (le sucre granulé que nous connaissons aujourd’hui a été importé d’Inde au 5ème siècle); en revanche, elle était riche en fruits et légumes.
Source: UK contre la fluoration: http://ukagainstfluoride.blogspot.fr/

°°°°°°°°°°

De ces études, il ressort que la concentration en fluor de l’eau joue un rôle essentiel sur l’aspect des dents. En quantités très faibles, le fluor a un effet bénéfique sur notre dentition, ce qui explique la présence de dentifrices au fluor sur le marché. Par contre, un excès de fluor semble avoir un effet extrêmement nocif. Si un dentiste lit ces lignes, ses remarques avisées seront les bienvenues! La chaîne de télévision France 5 a diffusé le mardi 26 avril une émission intitulée « Fluor, un ami qui vous veut du mal » qui apporte des éléments très intéressants sur ce sujet.

——————————————–

drapeau-anglaisHere are two very different approaches to the effects of water on the teeth of people living near volcanoes. The first article was published in May 2011 and the second in April 2016.

1) New research on the bones of the victims of the eruption of Mount Vesuvius in 79 A.D. shows that the volcano bestowed great dental health upon the Pompeii residents. It came in the form of fluorine in the ground and surrounding water, not unlike the fluoride we add to our drinking water today.
However, fluoridated water isn’t the only reason why Pompeians had fantastic teeth. Before the development of agriculture and diets rich in carbohydrates, our teeth were much cleaner. Switching from hunted meat and gathered fruits to domesticated grains and cereals gave us a lot more calories, but it also rotted our teeth. Besides, the Romans’diets also contained no sugar, which was still rare at the time (granulated sugar we known today was developed in 5th century India); instead, they ate a diet that was high in fruit and vegetables.

Source: UK against fluoridation: http://ukagainstfluoride.blogspot.fr/

°°°°°°°°°°

2) In May 2011, a very serious study by US researchers showed that the population of Ambrym in Vanuatu is exposed to fluorosis which, as the name suggests, is due to an excess of fluoride in the body. This condition can clearly be seen as the teeth take a brown colour. According to scientists, dental fluorosis at Ambrym is related to the continuous degassing of the volcano whose fluorinated compounds contaminate the rainwater consumed by the locals.
The study was conducted among 835 young people aged 6 to 18, using the classification of Dean (see my note of 29 May 2011) which defines the different degree of fluorosis. The results show that 96% of cases of fluorosis are in the western part of Ambrym, 71% and 61% in the north and southeast of the island, respectively.
This study is not really a surprise. Similar observations have been made in other volcanic regions like Kawah Ijen (Indonesia) where the overflow of the lake is a small river which then irrigates the crops, for example rice and sugar cane. This water with a pH of 3 to 4.5 and too rich in fluoride is harmful to the health. One can notice that people around Kawah Ijen have darker teeth than elsewhere in Indonesia because of the water discharged by the volcano.

°°°°°°°°°°

From these studies, it appears that the fluoride concentration of the water plays a vital role on the appearance of the teeth. In very small quantities, fluorine has a beneficial effect on our teeth, which explains the presence of fluoride toothpastes on the market. However, an excess of fluorine seems to have an extremely harmful effect. If a dentist reads these lines, his comments will be welcome!

Pompei-2-blog_modifié-1

Porteur soufre concours dents

Photos: C. Grandpey

La chèvre du Kawah Ijen (Indonésie) // Kawah Ijen’s goat (Indonesia)

drapeau francaisEn cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez une galerie de photos montrant un rituel qui a eu lieu le 17 décembre 2013 sur le Kawah Ijen. Chaque année, les mineurs de soufre sacrifient une chèvre dont ils enterrent la tête dans le cratère du volcan. Le but de ce sacrifice est d’éloigner pendant une année les dangers qui les menacent. Les conditions de travail très difficiles de ces ouvriers ont été décrites à maintes reprises.

http://darkroom.baltimoresun.com/2013/12/indonesian-sulfer-miners-make-offering-volcano-protect-disaster/#15

Les offrandes sont fréquentes sur les volcans indonésiens. L’une des cérémonies les plus connues a lieu en août sur le Mont Bromo. Des centaines d’habitants du Tengger (enclave hindouiste) se rassemblent chaque année sur la lèvre du cratère actif où ils jettent à l’attention du dieu de la Montagne des offrandes faites de riz, fruits, légumes, fleurs et volailles. C’est la cérémonie du Kesodo née d’une légende que vous pourrez lire à cette adresse :

http://volcans.blogs-de-voyage.fr/2010/11/27/bromo-ile-de-java-indonesie-4/

drapeau anglaisBy clicking on the link below, you will see a photo gallery showing a ritual is performed on December 17th 2013 by the sulphur miners of Kawah Ijen who slaughter a goat and then bury the head in the crater of the volcano. The sacrifice is performed to ward off potential disasters for the next year. The very hard working conditions of the miners have been described a lot of times.   

http://darkroom.baltimoresun.com/2013/12/indonesian-sulfer-miners-make-offering-volcano-protect-disaster/#15

Offerings are frequent on Indonesian volcanoes. One of the best known takes place in August on Mount Bromo when hundreds of thousands Tenggerese gather at the active crater to present offerings of rice, fruit, vegetables, flowers, poultry and other local produce to the God of the Mountain in a ceremony called the Kesodo Ceremony. More details about the legend at this address:

http://volcans.blogs-de-voyage.fr/2010/11/27/bromo-ile-de-java-indonesie-4/

Offrande-Bromo

Offrande au Bromo  (Photo:  C. Grandpey)

Kawah Ijen (Indonésie)

kawah Ijen,volcans,volcanoes,volcano newsComme je l’indiquais cet été, l’alerte du Kawah Ijen est au niveau 3 (Siaga) depuis le 24 juillet 2012. On pouvait lire plusieurs articles de presse indiquant que l’accès au volcan était interdit, sans plus de précisions, en particulier à propos des mineurs de soufre.

Un membre de l’ACTIV (Association pour la Connaissance et la Transmission de l’Information en Volcanologie) [http://www.activolcans.info], s’est rendu récemment sur le Kawah Ijen. Il explique que l’accès au volcan depuis Banyuwangi est difficile et impose un changement de véhicule à cause d’une zone de travaux. Au départ du chemin menant au cratère, un panneau précise que l’accès est interdit. Au sommet, un garde arrête tous les touristes avant la descente à l’intérieur du cratère. En réponse à la question que je me posais, la note d’ACTIV indique que les porteurs de soufre sont autorisés à travailler. Les accès au cratère ne sont pas contrôlés la nuit. Il semblerait – ce n’est pas vraiment une surprise ! – que des touristes en profitent pour descendre malgré tout vers la zone active du Kawah Ijen en empruntant le sentier qui est pentu, étroit, non balisé. Ce parcours difficile a déjà été fatal à plusieurs touristes par le passé.

kawah Ijen,volcans,volcanoes,volcano newsAs I put it in this blog during the summer, the alert level of Kawah Ijen has been at 3 (Siaga) since July 24th, 2012.  One could then read several newspaper articles indicating that all access to the volcano was forbidden but there were no details, especially about the sulphur miners.

A member of ACTIV ((Association pour la Connaissance et la Transmission de l’Information en Volcanologie) [http://www.activolcans.info] recently visited Kawah Ijen. He explains that access from Banyuwangi is difficult because of roadwork and forces to change vehicles. At the start of the footpath leading to the crater, a panel indicates that its access is forbidden. At the summit, a guard stops the tourists from walking down into the crater. As an answer to the question I was asking, ACTIV reports that the miners are allowed to work. The access to the crater is not controlled at night. It seems some tourists take advantage of this to go down toward the active zone despite the steep and poorly indicated footpath. This dangerous descent was fatal to several tourists in the past.

kawah ijen,volcans,volcanoes,volcano news

(Photo: C. Grandpey)