Activité volcanique en Islande // Volcanic activity in Iceland

L’éruption de Fagradalsfjall continue sur la Péninsule de Reykjanes, même si son intensité a bien diminué – quasiment de moitié, selon les volcanologues islandais – depuis sa phase initiale. En ce moment, le cratère actif alterne les périodes de calme et celles où la lave s’agite à l’intérieur. La lave se dirige vers l’est mais semble peu visible car elle s’écoule majoritairement en tunnels. Le tremor éruptif confirme cette irrégularité de comportement du volcan (voir ci-dessous). Il y a quelques jours, les volcanologues islandais pensaient que l’éruption était entrée dans sa phase terminale. A voir… Force est de reconnaître que depuis la crise sismique qui a précédé l’éruption, ils n’ont pas brillé dans leurs prévisions !

(Source: Icelandic Met Office)

Ces derniers jours, trois séismes de magnitude M 3.1 et M 3,2 ont été enregistrés sur le Katla. On ne peut pas pour autant parler de crise éruptive car ces événements sont isolés. De plus, ils se sont produits à une centaine de mètres de profondeur. Cela signifie qu’ils sont dus probablement à des mouvements, voire des fracturations, à l’intérieur du Myrdalsjökull, ou à des phénomènes hydrothermaux,comme cela est observé régulièrement dans les volcans islandais qui se cachent sous des calottes glaciaires.

(Photo: C. Grandpey)

A noter, comme je l’indiquais précédemment, que le Myrfalsjökull fond très rapidement à cause du réchauffement climatique. On s’en rend compte en visitant le Solheimajökull, l’une des branches du glacier.

Deux séismes de M 3,9 et M 4,5 ont également été enregistrés ces derniers jours au niveau du Bardarbunga, sous le Vatanjökull, probablement avec les mêmes causes que ceux au niveau du Katla. Le géophysicien Páll Einarsson pense qu’ils sont peut-être en mettre à relation avec l’augmentation de volume du volcan, à cause de l’accumulation de magma depuis l’éruption de 2014-2015. Selon les scientifique, une éruption du Bardarbunga n’est toutefois pas à l’ordre du jour.

(Source: IMO)

——————————————

The Fagradalsfjall eruption continues on the Reykjanes Peninsula, although its intensity has decreased – almost by half, according to Icelandic volcanologists – since its initial phase. At the moment, the active crater alternates periods of calm and those when lava is bubbling inside. The lava is heading east but is generally invisible because it mainly flows in tunnels. The eruptive tremor confirms this irregularity in the behaviour of the volcano (see above). A few days ago, Icelandic volcanologists believed the eruption had entered its terminal phase. Not so sure… We have to admit that since the seismic crisis which preceded the eruption, they have not been good forecasters !

In recent days, three earthquakes with magnitudes M 3.1 and M 3.2 have been recorded on- Katla volcano. However, this was not an eruptive crisis because these events were isolated. In addition, they occurred at a depth of a hundred meters. This means that they were probably due to movements, or even fracturing, within Myrdalsjökull, or to hydrothermal phenomena which are regularly observed on Icelandic volcanoes under ice caps.
As I indicated previously, Myrfalsjökull is melting very quickly due to global warming. one can see this when visiting Solheimajökull, one of the branches of the glacier.

Two earthquakes with magnitudes M 3.9 and M 4.5 have also been recorded in recent days at Bardarbunga, under Vatanjökull, probably with the same causes as those at Katla. Geophysicist Páll Einarsson thinks they may be related to the increase in volume of the volcano, due to the accumulation of magma since the 2014-2015 eruption. According to scientists, an eruption of Bardarbunga is not on the agenda, however.

Le poids des volcans hawaiiens // The weight of Hawaiian volcanoes

L’État d’Hawaii est l’un des endroits les plus exposés aux séismes aux États-Unis. Contrairement à d’autres Etats comme la Californie où les secousses sont liées au mouvement des plaques tectoniques, la sismicité à Hawaii est à mettre directement en relation avec les volcans.

La sismicité à Hawaii est due à trois causes principales : 1) le mouvement du magma sous les volcans actifs ; 2) le glissement des flancs des volcans le long de la zone entre l’ancienne croûte océanique et les volcans sus-jacents ; 3) la flexion de la croûte terrestre et du manteau supérieur sous le poids des volcans.

Un séisme de M 5.2 lié à la troisième cause s’est produit le 5 juillet 2021 à 5 km au large de la côte nord de Big Island, à 27 kilomètres sous le niveau de la mer. Deux jours plus tard, un événement de M 4.2 a été enregistré sur le côté ouest de la Grande Ile. Les deux séismes étaient probablement liés aux contraintes exercées par le poids énorme des volcans– en particulier le Mauna Loa et le Mauna Kea – sur la croûte et le manteau.

Les contraintes générées par le poids des volcans sont faciles à comprendre. Au fur et à mesure que les volcans hawaiiens entrent en éruption et prennent du volume, ils ajoutent de plus en plus de poids à la surface de la Terre. Cela provoque un fléchissement de la plaque Pacifique, un peu comme le poids des livres fait fléchir une étagère. Un certain poids peut simplement faire fléchir l’étagère, mais un excès de poids peut provoquer sa rupture. Une telle rupture peut se produire si les plaques tectoniques plient et n’arrivent plus à supporter le poids qui les surmonte.

Les séismes causés par ce phénomène peuvent être assez importants ; certains peuvent avoir une magnitude supérieure à M 6.0. Parmi les séismes de flexion de plaque tectonique à Hawaï, on notera le séisme de M 6,8 à Lanai le 19 février 1871, un événement de M 6,8 à Maui le 22 janvier 1938 ou un séisme de M 5,2 à Oahu le 28 juin 1948. Ces séismes sont profonds, généralement entre 25 et 40 km, dans le manteau supérieur sous les volcans et la croûte océanique.

Pour analyser ces séismes, les scientifiques du HVO utilisent généralement les données GPS qui permettent de calculer comment un point spécifique à la surface de la Terre se déplace dans le temps. Le HVO exploite un réseau de plus de 65 stations GPS sur l’île d’Hawaii. Elles permettent de surveiller et suivre des mouvements extrêmement faibles à la surface de la Terre, y compris certains déplacements liés à la contrainte de flexion des plaques.

Pour améliorer la compréhension scientifique de la flexion des plaques dans l’archipel hawaiien, 7 nouveaux sites GPS sont en cours d’équipement sur les îles d’Hawaï, Molokai et Lanai. Ces nouveaux sites ont été choisis dans le but d’analyser les mouvements associés à la flexion des plaques, mais aussi pour se rendre compte si certains mouvements résultent de la flexion des plaques ou de la dynamique de systèmes magmatiques profonds sous les volcans.

Source : USGS/HVO.

On notera que cette flexion de l’écorce terrestre sous le poids des volcans est l’inverse du rebond isostatique observé dans les régions où la fonte des glaciers fait chuter leur masse et entraîne un soulèvement de l’écorce terrestre, comme en Islande, par exemple.

————————————–

The State of Hawaii is one of the most seismically active locations in the United States. Unlike some other earthquake-prone places in the US, like California, where the earthquakes are related to tectonic plates sliding past each other, seismicity in Hawaii is related to volcanoes.

There are three main causes for earthquakes in Hawaii are: 1) the movement of magma under active volcanoes; 2) the sliding of volcanoes’ flanks along the surface that separates the ancient oceanic crust and overlying volcanoes; 3) the bending or flexing of the Earth’s crust and upper mantle in response to the weight of the overlying volcanoes.

An M 5.2 earthquake related to the third cause occurred on July 5th, 2021 5 km off the north shore of Big Island at 27 kilometres below sea level. Two days later, an M 4.2 event occurred on the west side of the Island of Hawaii. Both earthquakes were likely related to stress caused by the enormous weight of the Hawaiian volcanoes – especially Mauna Loa and Mauna Kea – on the underlying crust and mantle.

The stress caused by the weight of the volcanoes is easy to understand. As Hawaiian volcanoes erupt and grow, they add more and more weight to the Earth’s surface. This causes the Pacific Plate to flex downward, much like the bending caused by heaving books on an overloaded bookshelf. Some weight may just make the shelf bow, but a lot of weight may cause the shelf to start to splinter or break. Those breaks are similar to what happens in tectonic plates if they bend too. Earthquakes caused by this flexure can be quite large ; some can be greater than M 6.0.

Some additional past Hawaiian flexure earthquakes include the M 6.8 Lanai earthquake on February 19th, 1871, an M 6.8 event in Maui on January 22nd, 1938, or an M 5.2 quake in Oahu on June 28th, 1948.

These earthquakes are deep, typically 25–40 km, within the uppermost mantle underneath volcanoes and oceanic crust. To measure these quakes, HVO scientists typically use GPS data. GPS instruments allow to calculate how a specific point on the Earth’s surface moves throughout time. HVO operates a network of over 65 GPS stations on the Island of Hawaii. They are used to monitor and track extremely small movements at the Earth’s surface, including some displacements related to plate flexure stress.

To improve the scientific understanding of plate bending in the Hawaiian Islands, 7 new GPS sites are being equipped on the islands of Hawaii, Molokai, and Lanai. These new sites are strategically placed to capture movement associated with plate bending and to test whether certain motions result from ongoing plate bending or from the dynamics of very deep magmatic systems beneath the volcanoes.

Source : USGS / HVO.

It should be noted that this bending of the Earth’s crust under the weight of volcanoes is the reverse of the isostatic rebound observed in regions where the melting of glaciers causes their mass to drop and the Earth’s crust to rise, as in Iceland, for instance.

Le Mauna Loa (à gauche) et le Mauna Kea (à droite) exercent un pression considérable sur l’écorce terrestre (Photo : C. Grandpey)

COVID-19 en Islande : ça se complique // COVID-19 in Iceland : the situation is getting more tricky

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) devrait placer l’Islande sur la liste rouge de la COVID-19 à partir du 29 juillet 2021 en raison de l’augmentation actuelle des cas dans le pays. En effet, le taux d’incidence a récemment dépassé 200 cas pour 100 000 habitants.
L’ECDC met à jour son rapport sur le taux d’incidence en fonction des données communiquées sur les deux dernières semaines écoulées. Cela signifie que même si les nouvelles mesures récemment mises en place ont ralenti la vague d’infections, l’Islande restera probablement sur la liste rouge pendant au moins deux semaines.
Le taux d’incidence de la Covid-19 en Islande est passé du « rouge » au « jaune » en novembre 2020 et est passé au « vert » en janvier dernier.
Une fois sur la liste rouge, les Islandais vont inévitablement rencontrer des difficultés pour se rendre dans d’autres pays, tout comme les visiteurs étrangers qui ont séjourné sur l’île. Par exemple, les autorités britanniques autorisent uniquement les ressortissants britanniques ou irlandais ou ceux qui ont des droits de séjour au Royaume-Uni à voyager depuis un pays de la liste rouge. De plus, le Royaume-Uni exige que les personnes venant d’un pays figurant sur la liste rouge se mettent en quarantaine pendant 10 jours dans un hôtel à cet effet.

Dernière minute : Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a finalement attribué à l’Islande la couleur « Orange » dans son dernier rapport sur la situation épidémiologique mondiale de Covid-19. La couleur Oange signifie que les Islandais voyageant à l’étranger et les personnes revenant dans leur pays d’origine après un voyage en Islande seront confrontés à moins de restrictions que si l’Islande avait été inscrite sur la liste rouge. Par exemple, la France exige que les personnes qui entrent dans le pays depuis une destination Orange doivent présenter la preuve qu’elles sont entièrement vaccinés, ou  prouvent qu’elles voyagent  pour des raisons impérieuses; elles doivent se mettre en quarantaine pendant 7 jours à l’arrivée.
Source : Iceland Monitor.

—————————————

The European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) is expected to put Iceland on the COVID-19 red list on July 29th, 2021 due to the current surge in cases in the country, as the case notification rate recently exceeded 200 per 100.000 inhabitants.

The ECDC updates its report on the incidence rate in the two weeks prior. This means that even if the new measures recently introduced to slow the current wave of infections turn out to be successful, Iceland is likely to remain red-listed for at least two weeks.

Iceland‘s Covid-19 notification rate went from « red » to « yellow » in November of 2020 and was moved to « green » last January.

Once on the red list Icelanders can expect to have a harder time visiting other countries as can foreign visitors who have spent any time on the island. For instance authorities in the UK allow only British or Irish nationals or those who have residence rights in the UK to travel from a red list country. In addition the UK requires those coming from a red list country to quarantine for 10 full days in a managed quarantine hotel.

°°°°°°°°°°

Last minute: The European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) has finally labelled Iceland as “Orange” in its latest report of the global Covid-19 epidemiological situation. The orange classification means that Icelanders travelling abroad and visitors returning to their home countries from a trip to Iceland will face fewer restrictions than they would have had if Iceland had been put on the red list.

For instance, France requires that those entering the country from an Orange destination either show proof of being fully vaccinated, or otherwise travel only for essential reasons and quarantine for 7 days on arrival.

Source : Iceland Monitor.

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde:

Une forte éruption a été observée sur le Sinabung (Indonésie) le 28 juillet 2021 à 13h20 (heure locale). La couleur de l’alerte aérienne est passée au Rouge. L’éruption a duré une douzaine de minutes. Deux nuages de cendres se sont élevés à des altitudes de 7  km et 5,5  km. Une coulée pyroclastique a été observée sur le versant est-sud-est ; elle a atteint une distance d’environ 1 km du sommet.

Le niveau d’alerte volcanique reste à 3 (sur une échelle de 1 à 4). En cas de retombées de cendres, il est conseillé aux habitants de porter des masques. Ceux qui vivent près des rivières qui prennent leur source sur le Sinabung sont invités à se méfier des lahars.

Source : CVGHM.

Source : CVGHM

++++++++++

L’éruption se poursuit tranquillement sur la péninsule de Reykjanes (Islande). Au cours des derniers jours, le cratère actif se contentait de dégazer et la lave ne s’agitait plus à l’intérieur de la bouche, mais elle bouillonnait à nouveau le 28 juillet dans l’après-midi. Les géologues islandais pensent que la lave s’évacue dans la vallée de Meradalir à l’est, mais principalement en tunnels de sorte que l’activité de surface est rarement visible, semble-t-il. Le tremor éruptif reste très irrégulier. Comme je l’ai écrit précédemment, les scientifiques locaux pensent que l’éruption touche peut-être à sa fin.

++++++++++

Une image satellite obtenue le 22 juillet 2021 a révélé une zone de soulèvement de 50 mètres de diamètre au centre du cratère du Great Sitkin (Aléoutiennes / Alaska) laissant supposer que du magma s’approchait de la surface. En conséquence, l’AVO a élevé la couleur de l’alerte aérienne à ORANGE et le niveau d’alerte volcanique à WATCH (Vigilance)..
Il est difficile de faire une prévision sur l’activité éruptive du Great Sitkin. Il se peut que le dôme de lave continue de croître, que de nouveaux événements explosifs se produisent, ou que l’on observe un retour au calme.
Source : AVO.

Localisation du Great Sitkin dans la chaîne des Aléoutiennes

++++++++++

L’activité volcanique vient de s’intensifier à White Island (Nouvelle-Zélande) avec une hausse de la température et des modifications des gaz volcaniques. En conséquence, le niveau d’alerte volcanique a été élevé à 2 et la couleur de l’alerte aérienne est passée au Jaune. Il s’agit d’une situation relativement fréquente à White Island.
La lueur rouge présente la nuit au-dessus du cratère est le signe que le cratère émet des gaz à très haute température, avec la présence probable de magma à faible profondeur. Les mesures effectuées lors d’un survol ont révélé des températures comprises entre 498°C et 654°C.
Le tremor et la sismicité d’origine volcanique restent à un bas niveau et la déformation du sol montre un schéma global d’affaissement.
Source : GeoNet.

t

Photo: C. Grandpey

++++++++++

Entre le 19 et le 25 juillet 2021, la sismicité a gardé un niveau modéré sur le Sabancaya (Pérou), généralement associée à des mouvements de fluides à l’intérieur du volcan. On enregistre une soixantaine d’explosions pas jour, avec des émissions de gaz et de cendre de 2 – 3 km de hauteur. On n’observe pas de déformation significative du volcan, sauf une légère inflation dans le secteur nord.

Le Sabancaya reste en alerte volcanique de couleur Jaune.

Source : IGP.

Episode éruptif typique sur le Sabancaya (Webcam IGP)

++++++++++

L’Etna (Sicile) est resté calme ces derniers jours, sans nouvelle crise éruptive. A noter toutefois une reprise de l’activité strombolienne dans la Cratère SE dans la matinée du 28 juillet 2021.

Crise éruptive sur l’Etna en avril 2021 (webcam GuidEtna)

+++++++++

L’INGV indique qu’une forte éruption explosive a eu lieu sur le Stromboli (Sicile) à 16h47 (heure locale) le 28 juillet 2021 dans la partie Centre-Sud de la terrasse cratèrique. Des matériaux ont été projetés partout sur la terrasse cratèrique, avec également des retombées sur la Sciara del Fuoco. D’un point de vue sismique, l’événement a été détecté par toutes les stations sismiques de Stromboli. La situation est redevenue normale vers 18h05 (heure locale).

Terrasse cratèrique du Stromboli avec les zones Centre-Sud (CS) et Nord (N) [Source : INGV]

°°°°°°°°°°

Ces informations ne sont pas exhaustives. Vous en trouverez d’autres (en anglais) en lisant le bulletin hebdomadaire de la Smithsonian Institution :
https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm

————————————–

Here is some news of volcanic activity around the world :

A strong eruption was observed at Sinabung (Indonesia) on July 28th, 2021 at 13:20 (local time). The Aviation Color Code was raised to Red.

The eruption lasted about 12 minutes.Two ash clouds rose to 7 km and 5.5 km above sea level. A pyroclastic flow was observed on the east-southeast slope, reaching a distance of about 1 km from the summit.

The Volcanic Alert Level remains at 3 (on a scale of 1 – 4). In the event of ashfall, people are advised to wear masks. Those who live near rivers that originate at Mount Sinabung are advised to stay alert to the dangers of lahars.

Source : CVGHM.

++++++++++

The low level eruption continues on the Reykjanes Peninsula (Iceland). In the last days, one could only see degassing at the active crater, but it was again bubbling in the afternoon of July 28th. Icelandic geologists think lava is travelling down the Meradalir valley to the east, but mostly in tunnels so that surface activity are rarely seen. The eruptive tremor is very irregular. As I put it before, local scientists think the eruption may be living its final stages.

++++++++++

A satellite radar image released on July 22nd, 2021showed a small 50-metre diameter area of uplift in the center of the crater at Great Sitkin (Aleutians / Alaska) suggestig magma was rising near the surface. As a result, AVO raised the the Aviation Colour Code to ORANGE and the Volcano Alert Level to WATCH.
The prognosis for eruptive activity at Great Sitkin is uncertain. Continued growth of the lava dome, additional explosive events, or a return to non-eruptive behaviour are all possible.

Source : AVO.

++++++++++

Volcanic activity has just increased at White Island (New Zealand) with higher temperature ans changes in volcanic gases. As a consequence, the Volcanic Alert Level has been raised to 2 and the Aviation Colour Code to Yellow. This corresponds to frequent situations at White island.

Persistent night glow is the sign the crater is emitting very high temperature gases, with the likely.presence of magma at shallow depth.. The measurements performed during a flights revealed temperatures between 498°C and 654 °C.

The tremor and volcanic seismicity have remained low and ground deformation shows an overall pattern of subsidence.

Source : GeoNet.

++++++++++

Between July 19th and 25th, 2021, seismicity remained at a moderate levels on Sabancaya (Peru), generally associated with movements of fluids insiup to 2 – 3 km high. No significant deformation of the volcano, except a slight inflation in the northern sector.

Sabancaya’s alert level remains Yellow.

Source: IGP.

++++++++++

Mt Etna (Sicily) has benn quiet in the past days, with no new eruptive crisis. However, strombolian activity was again observed on July 28th in the morning at the SE Crater.

++++++++++

INGV indicates that a strong explosive eruption took place at Stromboli (Sicily) at 16:47 (local time) on July 28th, 2021 in the Centre-South part of the crater terrace. Volcanic material was radially dispersed in the crater area with fallout along the Sciara del Fuoco.

From a seismic point of view, the explosive event was well visible at all seismic stations in Stromboli.

The situation went back to normal by 18:05 (local time).

°°°°°°°°°°

This information is not exhaustive. You can find more by reading the Smithsonian Institution’s weekly report:

https://volcano.si.edu/reports_weekly.cfm