Quand l’Etna se donne en spectacle… // When Mt Etna puts on a show …

Après la coulée de lave mentionnée dans ma dernière note à propos du volcan sicilien, l’Etna s’est vraiment donné en spectacle dans la soirée du18 janvier 2021, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous. Une intense activité strombolienne a débuté sur le Cratère Sud-Est (CSE), accompagnée de fontaines et coulées de lave. Les images des caméras de surveillance de l’INGV ont montré à partir de 20h15, un nouveau débordement de lave en direction de la Valle del Bove. Le front de coulée a atteint une altitude d’environ 2900 m. Comme précédemment,  les données GPS ne montrent pas de déformation significative de l’édifice volcanique. L’événement n’a duré que quelques heures et le tremor a maintenant retrouvé une valeur normale.

A noter que dans l’après-midi du 18 janvier, un débordement de lave est également apparu sur le Stromboli, mais les scientifiques ont toujours expliqué que les deux systèmes magmatiques ne sont pas connectés l’un à l’autre.

https://youtu.be/q61m_hZu52s

——————————————–

After the lava flow mentioned in my last post about the Sicilian volcano, Mt Etna really put on a show on the evening of January 18th, 2021, as can be seen in the video below. Intense Strombolian activity began at the Southeast Crater, accompanied by lava fountains and lava flows. The images from INGV’s surveillance cameras showed from 8:15 p.m. a new lava overflow towards the Valle del Bove. The flow front reached an altitude of about 2900 m. As before, the GPS data does not show any significant deformation of the volcanic edifice. The event only lasted a few hours and the tremor has now returned to normal.

It should be noted that on the afternoon of January 18th, a lava overflow was also observed on Stromboli, but scientists have always explained that the two magmatic systems are not connected to each other.

https://youtu.be/q61m_hZu52s

Capture d’écran de la vidéo ci-dessus

La planète Mars en Islande //Mars in Iceland

Dans les années 1960, la NASA a débarqué en Islande afin de tester des équipements pour les missions lunaires. Plusieurs fois, des astronautes se sont entraînés dans le désert de ponce de l’Odadahraun pour préparer l’alunissage de 1969. L’environnement de ce désert présente en effet de nombreux points communs avec la Lune.

En 2019, la NASA est retournée en Islande pour tester le rover Sand-E, qui est destiné à chercher des signes d’ancienne vie microbienne sur Mars.

Dans quelques jours, une équipe internationale de scientifiques se rendra sur le champ de lave de l’Holuhraun pour tester un «concept d’exploration de Mars de nouvelle génération». Le projet d’un million de dollars a été baptisé RAVEN.

Situé au nord du glacier Vatnajökull, dans les hauts plateaux du centre de l’Islande, le champ de lave de l’Holuhraun a été formé par une éruption de plusieurs mois qui a commencé en août 2014 et s’est terminée en février 2015. Ce qui intéresse particulièrement la NASA, c’est que la lave de l’Holuhraun s’est mise en place sur une zone sableuse très semblable à certains terrains martiens.

Le projet RAVEN implique une équipe de plus de 20 scientifiques et ingénieurs et présente une nouvelle approche de l’exploration spatiale. Les missions robotiques précédentes étaient essentiellement destinées à collecter des données. Elles ont été suivies d’une sonde spatiale placée en orbite, puis d’un « lander » (robot au sol) qui étudiait la surface de la planète à un endroit précis. Après cela, on a envoyé sur Mars un « rover » conçu pour se déplacer à la surface de la planète.

Le concept RAVEN est orienté vers l’élaboration de nouvelles technologies et procédures permettant à deux robots de fonctionner ensemble sur un corps extraterrestre. Les scientifiques vont étudier dans quelle mesure un rover et un drone peuvent collaborer pour améliorer au maximum le résultat scientifique d’une telle mission. La plupart des terrains volcaniques de Mars sont trop difficiles pour permettre à un rover de les parcourir. Le projet RAVEN espère surmonter cet obstacle à l’aide d’un drone. En volant devant le rover, le drone sera en mesure de guider le rover en repérant des trajectoires possibles. Il pourra aussi prélever des échantillons dans des endroits que le rover ne sera pas capable d’atteindre.

Source: Iceland Review.

Voici une excellente vidéo résumant parfaitement la mission RAVEN :

——————————————-

In the 1960s, NASA visited Iceland in order to test equipment for le lunar missions. Several times, astronauts trained to prepare for the 1969 moon landing in the Odadahraun pumice desert whose environment has many common points with the Moon. In 2019, NASA returned to Iceland to test the Sand-E space rover, which will search for signs of ancient microbial life on Mars.

In a few days, an international team of scientists will use the Holuhraun lava field to test a “next-generation Mars exploration concept.” The one-million-dollar project is named RAVEN.

Located north of Vatnajökull glacier, in Iceland’s Central Highland, the Holuhraun lava field was formed by a months-long eruption that began in August 2014 and ended in February 2015. What makes Holuhraun especially interesting to NASA is that the lava was emplaced in a sandy area, which is very similar to what some Martian terrains look like.

The RAVEN project involves a team of over 20 scientists and engineers and presents a novel approach to space exploration. Previous robotic missions have consisted in flyby passes to collect data, followed by a space probe placed in orbit, then a lander which studied the surface in one place, and finally a rover built to move around the surface.

The RAVEN concept is geared towards building new technology and procedures for two robots to work together on an extraterrestrial body. Scientists are going to look at how a rover and a drone can work together to maximize the scientific output of such a mission.

Many of the young, volcanic terrains on Mars are too rough for a rover to traverse. RAVEN intends to overcome this obstacle with the help of a drone. By flying ahead of the rover, the drone will be able to scout possible paths for the rover as well as retrieve samples that the rover itself cannot reach.

Source : Iceland Review.

See above a video perfectly summarizing the RAVEN mission.

L’Odadahraun a servi de terrain d’entraînement pour les missions lunaires (Photo : C. Grandpey)