Chaîne des Cascades (Etats Unis): Le Mont Rainier // Cascade Range (United States): Mount Rainier

drapeau-francaisVoici quelques photos du Mont Rainier prises au cours de l’été 2015. Le volcan est calme et il n’y a aucun signe d’une éruption imminente. Un réveil du volcan ferait naître des inquiétudes dans la ville de Seattle où se trouvent les sièges de fleurons de l’industrie américaine, comme Boeing ou Microsoft.

Rainier 2015 00

Rainier 2015 01

Rainier 2015 02

En ce qui concerne les éruptions passées, une douzaine d’événements majeurs ont été recensés au cours des 2600 dernières années, avec le plus importent il y a environ 2200 ans. Il a affecté les zones proches du Sunrise Visitor Center, ainsi que Burroughs Mountain. Des lahars se sont engouffrés dans les vallées des rivières White, Cowlitz et Nisqually, avec des sédiments qui se sont accumulés sur plusieurs mètres d’épaisseur.
Il y a environ 500 ans, une avalanche déclenchée par l’altération hydrothermale de la roche sur le flanc ouest du Mont Rainier a provoqué un lahar connu sous le nom de Electron Mudflow. Il a balayé la vallée de la Puyallup, au moins jusqu’à Sumner. Il n’existe pas d’indices pour prouver qu’une éruption ou un autre événement a déclenché cette coulée de boue.
Il se dit qu’une éruption a eu lieu en 1894, mais il n’y a pas de documents fiables pour le prouver. Le 24 décembre 1894, les membres d’une expédition ont déclaré avoir vu de petits panaches de vapeur blanche et un panache plus sombre monter lentement au-dessus du sommet du Mont Rainier, mais une bonne photographie du volcan prise depuis Tacoma le 29 décembre ne montre aucune activité éruptive. On n’a pas retrouvé de téphra ou autres dépôts qui confirmeraient une éruption en 1894. Des fragments de ponce attribués à une éruption entre 1820 et 1850 appartiennent en fait à l’éruption d’il y a 2200 ans. Il n’existe pas de preuves d’explosions de vapeur ou d’éruptions sommitales du Mont Rainier au19ème siècle.

Rainier 2015 05

Rainier 2015 06

Rainier 2015 07

Le principal danger redouté par les autorités réside dans les lahars, à savoir les coulées de boue qui pourraient être déclenchées par la fonte des glaciers sous l’effet de la chaleur du volcan. Cependant, avec le réchauffement climatique, les glaciers du Mont Rainier ont connu un fort recul au cours des dernières décennies, de sorte que leur volume est moins impressionnant que dans le passé.

Rainier 2015 08

Rainier 2015 09

Rainier 2015 10

Rainier 2015 11

Rainier 2015 13

Si une éruption devait se produire, les coulées de boue seraient probablement moins destructrices, même si elles causeraient de gros dégâts aux localités situées sur leur trajectoire. Des villes comme Orting sur les rives de la rivière Puyallup seraient certainement affectées. Des voies d’évacuation ont été mises en place pour permettre à la population de fuir vers des endroits plus sûrs.

Rainier 2015 14

Rainier 2015 15

Rainier 2015 16

Rainier 2015 17

Plusieurs sentiers permettent aux visiteurs de gravir les pentes du Mont Rainier. Comme pour le Mt St Helens, il est intéressant de faire une halte dans les centres d’accueil où des maquettes montrent le danger des coulées de boue.

Rainier 2015 03

Rainier 2015 04

Rainier 2015 18

Photos: C. Grandpey

—————————————–

drapeau anglaisHere are a few photos of Mount Rainier taken during the summer 2015. The volcano is quiet and there are no signs of an impending eruption. If the volcano woke up, it would become a real threat to Seattle and world famous industries like Boeing and Microsoft.
As far as the past eruptions are concerned, Mt Rainier’s eruptive history has been studied in detail. It includes about a dozen major eruptions during the past 2600 years, the largest of which occurred about 2200 years ago. It covered areas near Sunrise Visitor Center, as well as Burroughs Mountain. Lahars descended the White, Cowlitz, and Nisqually River drainages. Sediment accumulated to depths of several meters thickness.
Around 500 years ago, an avalanche of hydrothermally altered rock from the west side of Mount Rainier caused a lahar known as the Electron Mudflow that swept down the Puyallup drainage at least as far as Sumner. There is no evidence to indicate whether an eruption or some other event triggered the lahar.
It is said an eruption occurred in 1894 but there are no documents to really prove it. On December 24th, members of an expedition reported seeing small plumes of white steam and a single darker plume rising slowly from the distant summit, but a clear photograph of the volcano taken from Tacoma on December 29th shows no eruptive activity whatsoever. No tephra or other deposits have been found that would confirm an 1894 eruption, and sparsely scattered pumice previously interpreted as due to an eruption between 1820 and 1850 is now known to be pumice from the event that took place 2,200 years ago. There is hardly any evidence of 19th century steam explosions or eruptions from the summit of Mount Rainier.

The main danger feared by the authorities lies with the lahars, namely mudflows that could be triggered by the melting of the glaciers on the flanks of the volcano. However, with global warming, glaciers have been receding in the past decades so that their volume is less impressive than in the past. Should an eruption occur, mudflows would likely be less destructive, even though they would cause severe damage to the communities on their way. Cities like Orting on the shores of the Puyallup River would certainly be affected. Evacuation routes have been set up to allow the population to flee to safe places.
Several footpaths allow visitors to climb on the slopes of Mt Rainier. Like for Mt St Helens, it is interesting to make a stop at the visitor centers where models show the danger of possible mudflows.

Obama mécontente l’Alaska // Obama annoys Alaska

drapeau francaisComme je l’ai déjà écrit à plusieurs reprises, les Américains ont été conditionnés par leurs gouvernements – surtout quand les Républicains étaient au pouvoir – à l’idée que le changement et le réchauffement climatiques sont le résultat d’un cycle naturel et que leurs industries, en particulier l’industrie pétrolière, ne sont pas responsables du phénomène.
Ces derniers mois, après les promesses de la COP 21, l’administration Obama a pris plusieurs décisions pour réduire l’impact de l’exploration pétrolière dans l’Arctique. L’administration envisage maintenant d’interdiction des forages en mer dans plusieurs zones de l’Océan Arctique au large de l’Alaska. Ce projet se situe dans le cadre d’un plan de gestion de l’industrie pétrolière jusqu’en 2022. Il a déclenché des vagues de colère dans l’État où le pétrole est depuis plusieurs décennies un pilier de l’économie alaskienne. Les habitants craignent que les récentes mesures visant à réduire l’exploration et l’exploitation pétrolière dans l’Arctique conduisent à un effondrement de l’économie de l’Alaska, avec une forte augmentation du chômage. Tant pis pour la fonte des glaciers !
La dernière proposition de l’administration Obama comprend plusieurs options relatives au forage en mer en Alaska: La proposition qui a le plus de chances d’aboutir prévoit une vente de bail unique dans chacune des zones suivantes : la mer des Tchouktches, la mer de Beaufort et Cook Inlet. Une autre option « ne comporte aucun renouvellement de bail et prévoit d’autres mesures visant à protéger les ressources naturelles et réduire les conflits avec d’autres utilisations de l’océan, comme les activités de subsistance. »
La décision de l’administration fait suite aux plans annoncés récemment par le Président Obama  et le Premier Ministre canadien Justin Trudeau dont le but est de donner la priorité à la protection de l’environnement en Arctique. Les deux hommes ont expliqué qu’ils n’autoriseraient les forages commerciaux dans l’Arctique que s’ils répondaient aux meilleures normes de sécurité et aux exigences environnementales, y compris les questions liées au changement climatique.
En janvier 2015, Obama avait déjà ordonné l’interdiction des forages dans certaines parties des mers de Beaufort et des Tchouktches. En décembre 2014, il avait mis un frein aux forages dans les eaux de la Baie de Bristol pour protéger les eaux de pêche.

Source: Alaska Dispatch News.

D’un point de vue politique, Obama ne risque pas grand chose. L’Alaska, Etat riche grâce à ses ressources pétrolières, a une tradition de vote républicain. Les récentes décisions de l’administration Obama ne risquent donc pas de faire trop d’ombre à la candidature démocrate d’Hillary Clinton. Mes contacts en Alaska m’ont indiqué qu’ils « s’attendaient au pire  » si Hillary Clinton devenait présidente des Etats Unis.
Source: Alaska Dispatch News.

————————————

drapeau anglaisAs I put it several times before, American people have been conditioned by their governments, above all when the Republicans were in office, to the idea that climate change and global warming are the result of a natural cycle and that their industries, especially the oil industry are not responsible for the phenomenon.

In recent months, following the promises of the Paris climate conference, the Obama administration has taken several decisions to reduce the impact of oil exploration in the Arctic. The administration is now considering barring offshore drilling in more areas of the Arctic Ocean off Alaska as part of a years-long effort to establish a plan for the oil industry through 2022. The prospect of this decision has triggered waves of anger in the State where oil has been a backbone of the economy for several decades. There are fears that the recent measures to reduce oil exploration and exploitation in the Arctic might lead to a fall of the Alaskan economy together with a strong increase in unemployment. Let’s forget the melting of the glaciers!

The latest proposal includes several options for Alaska offshore drilling: The lead proposal would consider a single lease sale each in the Chukchi Sea, Beaufort Sea and Cook Inlet planning areas. An alternative option “includes no new leasing, as well as other measures to protect natural resources and reduce conflicts with other ocean uses, such as subsistence activities.”

The move follows President Barack Obama’s recently announced plans to focus on protecting the Arctic environment, along with Canadian Prime Minister Justin Trudeau. Obama and Trudeau said they would allow commercial drilling in the Arctic only if it meets the highest possible safety and environmental standards — including issues related to climate change.

In January 2015, Obama ordered prohibitions on drilling in portions of the Beaufort and Chukchi seas. The previous month, the president restricted drilling in waters of Bristol Bay to protect fishing waters.

Source: Alaska Dispatch News.

From a political standpoint, Obama does not risk much. Alaska, a State rich with oil resources, regularly votes Republican. Recent decisions of the Obama administration are therefore unlikely to make too much shade for the Democratic nomination of Hillary Clinton. My contacts in Alaska told me that they « expected the worst » if Hillary Clinton became President of the United States.

Oleoduc

L’oléoduc trans-alaskien, colonne vertébrale de l’économie de cet Etat.

(Photo: C. Grandpey)