Mont St Helens (Etats Unis)

drapeaufrancais.jpgUn séisme de magnitude 4,3 a été enregistré lundi 14 février à proximité du Mont St Helens. Il a été ressenti sur une zone allant de Puget Sound au nord à l’Oregon au sud. C’est la plus forte secousse jamais enregistrée dans la région depuis 1981, un an après l’éruption cataclysmale du volcan. Il n’est fait état d’aucun dégât et d’aucune victime.

Le séisme s’est produit à 10h35 (heure locale). Son épicentre a été localisé à environ 9 km au nord du cratère, à une profondeur d’environ 5 km. Il a été suivi d’une série de répliques allant de M2 à M3, ainsi que d’une centaines d’autres secousses de moindre importance.

Bien que l’éruption de 1980 ait débuté par un séisme de M5,2 et qu’une secousse identique ait secoué le volcan l’année suivante, lesgéologues ne pensent pas que le dernier séisme a été provoqué par des modifcations à l’intérieur de l’édifice volcanique.

 

drapeau anglais.jpgAn M 4.3 earthquake struck near Mount St. Helens on Monday, shaking an area extending north to Puget Sound and south across the Oregon border. It was the biggest tremor to hit the geologically active seismic zone around the volcano since 1981, a year after the volcano erupted.

There were no reports of damage or injuries.

The quake, recorded at 10:35 a.m. local time, was centered about 9 km north of the Mount St. Helens crater at a depth roughly 5 km. It was followed by three aftershocks measuring between M 2.0 and M 3.0 and more than 100 smaller tremors.

Although the 1980 eruption of Mount St. Helens began with a 5.2 earthquake, and a jolt of similar size hit the area the following year, geologists do not believe the latest tremor was triggered by changes within the volcano itself.

 

Hello from Hawaii ! (suite)

Comme prévu, je suis passé de Hilo sur la côte est de Big island à Kona sur la côte ouest, au pied du volcan Hualalai qui n’est pas le plus connu de l’île mais qui fait partie des édifices potentiellement actifs. La dernière éruption a commencé à la la fin de 18ème siècle et s’est terminée en 1801, avec de volumineuses coulées de lave que l’on voit parfaitement aujourd’hui, en particulier dans la secteur de l’aéroport de Kailua-Kona, situé à 11 k au nord de la ville. En 1929, une importante activité sismique a secoué l’Hualalai pendant plus d’un mois et a fait croire à l’imminence d’une nouvelle éruption. Cette dernière n’a pas eu lieu.Les scientifiques américains pensent qu’il s’agissait d’une montée de magma et que l’éruption a avorté. L’Hulalai est aujourd’hui considéré comme potentiellement actif et l’USGS pense qu’une éruption pourrait se produire dans les 100 prochaines années, affirmation gratuite quand on sait que nous ne sommes pas capables de prévoir une éruption à court terme, comme vient de le démontrer le Piton de la Fournaise, situé lui aussi sur un point chaud !

Je n’ai jamais réussi à visiter le sommet de l’Hualalai qui est le plus souvent dans les nuages. A noter que la route qui monte sur le flanc ouest est très intéressante au niveau de la botanique et de la faune, les oiseaux en particulier.

S’il vous arrive de faire étape à Kailua-Kona, je vous conseille de faire de la plongée sous-marine ou au moins du snorkeling (masque et tuba) le long de la côte. Les fonds marins sont superbes et on a souvent l’impression de nager dans un aquarium tellement les poissons sont nombreux et colorés. En outre, en février, on peut apercevoir également les baleines au large des côtes.

Vous l’avez compris: je vais, une fois de plus, quitter Hawaii à reculons…..!

TVB

Cocotiers.jpg