Hello from Hawaii ! (suite)

L’île de Maui où je me trouve actuellement est intéressante à plus d’un titre.

– Tout d’abord, le climat y est particulièrement clément, ce qui attire un grand nombre d’Américains venus ici, pour beaucoup, profiter de leur retraite loin des frimas du continent. (Je ne proteste pas trop car je suis quelque peu concerné, étant moi-même retraité…! ). Le revers de la médaille, c’est que de très nombreux immeubles d’appartements ont été construits sur la côte dans le secteur de Lahaina, ce qui gâche un peu le paysage, même si beaucoup de résidences sont dissimulées par une végatation exhubérante.

– Cette abondance de plantes ( hibiscus, flamboyants, entre autres) se retrouve le long des routes, comme celle aux mille virages qui conduit à Hana au sud-est de Maui.

– En hiver, les baleines à bosses profitent des eaux hawaiiennes pour s’accoupler avant de passer l’été dans celles de l’Alaska où elles trouveront une profusion de nourriture. Il est facile de repérer les cétacés depuis la côte grâce aux panaches de vapeur qui jaillissent de la surface de l’océan ou à leurs dos qui émergent au-dessus de l’eau. 

– Les vagues de Maui sont en ce moment aussi impressionnantes que celles d’Oahu et elles font le bonheur des surfeurs.

– Aujourd’hui, la dernière journée à Maui devrait se passer dans le cratère de l’Haleakala où le demi-dieu Maui a essayé de capturer le soleil au lasso pour allonger la journée. Une bonne idée qui, si la météo est clémente, devrait me permettre de profiter une nouvelle fois de ce maginifique paysage volcanique.

Vague blog.jpg
Les vagues de Maui…
Baleines blog.jpg
Les baleines vues depuis la côte ouest de  Maui

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion)

Toujours pas d’éruption en vue sur le Piton de la Fournaise! Dans son bulletin du 4 février, l’Observatoire indique qu’après l’intense activité sismique du 2 février (620 événements sismiques en 22 heures), on enregistre une accalmie (14 événements/jour).
La magnitude moyenne des événements sismiques dans la journée du 3 février s’est établie sur un niveau faible et a atteint une intensité maximale de 1.3.