Voyeurisme volcanique?

Alors que l’éruption du Merapi est bel et bien terminée, laissant derrière elle un bilan très lourd (plus de 350 morts, 400,000 réfugiés, des villages détruits), les agences de voyage n’hésitent pas à conduire les touristes sur les pentes du volcan pour leur montrer l’étendue du désastre. On peut à la fois approuver et regretter ce genre de voyage. Montrer à des touristes la force de la nature est une très bonne chose et a sans aucun doute une valeur éducative. On peut toutefois regretter que ces visites aient lieu alors qu’une partie de la population affectée par l’éruption n’a toujours pas été relogée et verra défiler les touristes sans toucher la moindre roupie.

Au moment de l’éruption, j’avais critiqué certaines agences françaises qui organisaient des voyages « spécial éruption » alors que les autorités javanaises étaient confrontées à de sérieux problèmes d’évacuation et n’avaient donc pas besoin de groupes de touristes pour compliquer leur tâche. Au vu de certains comptes-rendus, il semblerait d’ailleurs que ces voyages n’aient pas donné entière satisfaction. La distance de sécurité par rapport au volcan et la cendre générée par les coulées pyroclastiques ne permettaient guère de voir le Merapi.

 

Dans le même temps, l’Islande a connu une hausse de 16% de ses revenus touristiques au cours des 11 premiers mois de 2010  et on s’attend à ce que 2011 soit en hausse de 20% par rapport à 2010 ! C’est une sérieuse bulle d’oxygène pour l’économie de ce pays dont la monnaie a été dévaluée il y a quelques mois. Tout un commerce s’est mis en place après l’éruption de l’Eyjafjallajökull et les problèmes qu’elle a causés au trafic aérien au printemps dernier. Comme le fait remarquer un directeur d’agence de voyage islandais, « l’éruption est devenue notre meilleure publicité ». Il ne reste pourtant rien de l’événement, si ce n’est des bouteilles de cendre volcanique à la source inépuisable qui se vendent 31,90 dollars sur la boutique en ligne du Nordic Store ! Les fermiers islandais reçoivent eux aussi les bienfaits de l’éruption et cette cendre si coûteuse pour les touristes leur a permis d’avoir de bien meilleures récoltes cette année…

 

Je ne sais pas s’il faut parler de simple curiosité, de curiosité morbide ou encore de voyeurisme. On remarquera toutefois que les catastrophes naturelles attirent immanquablement des flots de touristes et autres badauds dans leur sillage. Le nombre de visiteurs a considérablement augmenté en Louisiane frappée très durement par l’ouragan Katrina. On l’a vu également en France après le passage de la tempête Xynthia. Les routes d’accès aux villages vendéens sinistrés – la Faute-sur-Mer en particulier – regorgeaient de voitures et de camping-cars dont les plaques minéralogiques montraient qu’ils n’avaient vraiment rien à faire en ces lieux.

 

Quoi que l’on puisse dire ou écrire, cela ne changera rien à la nature humaine. Il suffit de lire la presse écrite, écouter la radio ou regarder la télévision pour se rendre compte que les médias nécrophages donnent l’exemple et sont friands de ces catastrophes qui font monter l’audimat et vendre journaux et autres magazines…