Etna (suite)

e1a1afbefbebe218573bcc7cba4e0789.jpgUn survol effectué cet après-midi par l’INGV a permis de constater que les coulées émises ce matin avaient leur origine dans le col entre la Bocca Nuova et la Bocca Sud-Est. Une autre bouche effusive s’est ouverte sur le versant sud de la Bocca Nuoca à environ 3050 m d’altitude. Trois coulées se sont échappées de ces bouches pour finalement se réunir à la base de la Bocca Nuova et se diriger vers le rebord du Cratere del Piano. A 15 heures, le front de coulée s’était immobilisé, après avoir considérablement ralenti déjà en fin de matinée.
De même, la coulée qui était née au même moment au pied du cratère SE – et s’était ensuite dirigée vers la Valle del Bove en passant à côté de l’hornito à 2800m d’altitude – avait cessé de progresser.

68157ae3da2adff752a0b0390c6cf07a.jpgA helicopter flight performed this afternoon allowed to see that this morning’s flows had their source in the saddle between the Bocca Nuova and the SE Crater. Another vent had opened on the southern slope of the Bocca Nuova at 3050 a.s.l. or so. Three flows were coming out of these vents to finally unite in a single one at the base of the Bocca Nuova and travel towards the rim of the Cratere del Piano. At 15:00, the lava front had stopped, after slowing by the end of the morning.
In the same way, the flow that had started at the base of the SE Crater and moved into the Valle del Bove had stopped too, after passing along the hornito at 2800 m a.s.l.
Source: INGV.

Etna (Sicile / Italie)

6dc1ae135fb9af1346e89b9425a8b72b.jpgCe matin à 7h25, le Cratère SE a connu une crise éruptive qui a duré environ 75 minutes, avec un épisode de fontaine de lave et une émission de matériaux incandescents qui sont retombés sur la zone sommitale. Cependant, la couverture nuageuse a rendu quasi impossible l’observation du phénomène. Le nuage de cendre produit par l’éruption s’est ensuite dirigé vers Reggio de Calabre.
Un survol effectué en toute fin de matinée par l’INGV a permis d’observer deux coulées de lave à environ 3000 mètres d’altitude. L’une démarre sur le versant SE de la Bocca Nuova et se dirige vers le Sud à une vitesse d’environ 10 mètres à l’heure. L’autre se dirige vers la Valle del Bove.
Ci-dessous le tracé sismique de la crise éruptive de ce matin.
Source ; INGV & La Sicilia.

ce3de615b48a9096e9c7260a8bc277ac.jpgThis morning at 7:25, the SE Crater went through an eruptive crisis that lasted 75 minutes or so, with an episode of lava fountaining and incandescent material that fell on the summit area. However, the clouds that blanketed the volcano did not allow to well observe the phenomenon. The ash cloud generated by the eruption was then blown away towards Reggio di Calabria.
A helicopter flight performed late this morning by the INGV allowed to see two lava flows at 3,000m a.s.l. The former is starting on the SE flank of the Bocca Nouva and is travelling South at a speed of about 10 metres per hour. The latter is flowing into the Valle del Bove.
Here below, this morning’s eruptive crisis on the INGV’s seismographs.
Source: INGV & La Sicilia
851af81fd2171cdaaffec24601184a91.gif

Volcan de boue (Java / Indonésie)

La tentative pour enrayer l’écoulement de boue à Porong va maintenant entrer dans sa deuxième phase. Rappelons que l’opération consiste à larguer un grand nombre (probablement un millier) de boules de béton dans le « cratère » du « volcan de boue ». On espère ainsi priver cette dernière de son énergie lors de son contact avec lesdites boules.
La première phase (commencée fin février) s’est terminée le 26 mars. Pendant ce laps de temps, quelque 375 boules enchaînées par groupes ont été déposées dans l’orifice.
Le 19 mars dernier, l’émission de boue s’est arrêtée pendant une trentaine de minutes, phénomène probablement dû à des effondrements internes et non à la présence des boules de béton. Néanmoins, les ouvriers qui travaillent sur le site sont d’accord pour dire que le ‘volcan’ a tendance à se calmer. Un autre point encourageant est l’augmentation des émanations d’hydrogène sulfuré qui ont pratiquement doublé depuis le début de l’opération de largage des boules, à tel point que les ouvriers ne peuvent pas rester plus d’une heure sur le site. D’après les scientifiques indonésiens, l’augmentation des émissions de H2S révélerait une baisse de pression à l’intérieur du ‘volcan’.
La deuxième phase de l’opération va consister à larguer 500 boules enchaînées les unes aux autres, à raison de 60 par jour si la météo le permet.. La seule différence avec la première phase sera que les boules seront recouvertes d’une couche de protection pour empêcher l’hydrogène sulfuré de réagir avec le béton et de le faire se désintégrer.
On verra si l’opération est un succès en mesurant le débit d’émission de la boue, chose qui n’a été faite qu’imparfaitement jusqu’à présent, essentiellement à l’aide des images satellitaires. La construction d’un chenal étroit entre la gueule du volcan et la rivière proche permettra d’une part d’aider à l’évacuation de la boue, mais aussi de mesurer son débit.
Les devins locaux, quant à eux, émettent des doutes sur la réussite de l’opération. Ils prétendent que la catastrophe écologique s’est produite parce que les esprits étaient en colère. Les agresser avec des boules de béton ne peut que les contrarier et provoquer une nouvelle éruption du « volcan de boue ».
Source: The New York Times