Stromboli (Sicile / Italie)

L’émission de lave à partir de la bouche à 400 m au-dessus du niveau de la mer est en nette régression ce soir et le front de coulée est pratiquement arrêté.
S’agissant de la zone des cratères, les effondrements qui se sont produits au cours des dernières semaines ont complètement recouvert les bouches éruptives, ce qui empêche aux gaz de s’évacuer correctement. En conséquence, les scientifiques italiens ont attiré l’attention des autorités sur le risque de « surpression » qui pourrait se produire dans cette zone.
Source : La Sicilia.
Je pense personnellement que cette dernière remarque est très importante. Il est fort à parier que si l’effusion de lave cesse sur la Sciara del Fuoco l’activité strombolienne reprenne tôt ou tard au sommet. Etant donné la situation actuelle, on peut penser que les premiers épisodes éruptifs sommitaux seront violents.
Autant je suis resté sceptique (et très réservé) devant la débauche de précautions prises par la Protection Civile italienne face à la coulée de lave sur la Sciara, autant je serais d’accord avec une décision interdisant pendant quelque temps l’accès à la zone sommitale avec les guides. Ce ne serait pas la première fois que le volcan pique une crise dans ce contexte. J’ai eu l’occasion d’assister (depuis le village, heureusement) à une canonnade sommitale après une période de calme il y a quelques années et je peux affirmer qu’il n’aurait pas fait bon se trouver sur le Pizzo à ce moment-là !

Montserrat et Porto Rico

medium_drapeaufrancais.328.jpgDes nuages de cendres émis par le volcan Soufriere Hills sur l’île de Montserrat ont perturbé samedi le trafic aérien à Porto Rico, entraînant des retards et des annulations. La plupart des problèmes ont concerné la ville de Ponce au sud, mais plusieurs vols ont également été annulés à San Juan sur la côte nord.
La situation a été rendue encore plus problématique par un gros nuage de sable en provenance du désert du Sahara.
Ce n’est pas la première fois que les nuages de cendres de Montserrat affectent les Caraïbes. Les autorités aéroportuaires de Porto Rico ont récemment été informées que le dôme de lave du volcan avait atteint des proportions telles qu’un effondrement était susceptible de se produire, avec un risque important de nuages de cendres pouvant considérablement gêner la circulation aérienne.

medium_drapeau_anglais.321.jpgAsh from the active Soufriere Hills volcano on the island of Montserrat disrupted airport traffic Saturday in Puerto Rico, prompting delays and cancellations. Most of the problems were in the southern city of Ponce, but several flights were canceled in San Juan, on the north coast.
A large cloud of dust from the Sahara Desert was also contributing to the poor visibility.
Ash from the volcano in Montserrat often clouds the skies of the Caribbean. In recent days, airport officials have been warned that the lava dome over the volcano had swollen to near-record size and could collapse, with the risk of generating huge ash clouds that might disrupt air traffic. .

Un travail de recherche intéressant (Long Valley / Etats Unis)

Pourrons-nous un jour prévoir les éruptions des « supervolcans » ?
En utilisant une nouvelle technique mise au point à l’institut technologique Rensselaer et qui utilise le titane dans les cristaux de quartz comme géothermomètre, une équipe de scientifiques a démontré qu’il y avait eu une injection massive de magma moins d’une centaine d’années avant que commence l’éruption qui a donné naissance au « supervolcan » de Long Valley en Californie, dont la caldeira mesure plus de 30 km de longueur.
Ce travail de recherche, publié dans la revue Geology du mois de mars, met en relief les facteurs qui déterminent ces éruptions à grande échelle, et pourrait aider à les prévoir à l’avenir.
Les chercheurs ont concentré leurs efforts sur Bishop Stuff, une étendue rocheuse qui s’est formée au moment où les cendres se sont refroidies après l’éruption. Plus précisément, ils ont étudié la répartition du titane dans des cristaux de quartz. En effet, l’analyse du titane peut permettre de déterminer la température à laquelle le quartz s’est cristallisé. En analysant le titane dans leurs échantillons, les scientifiques ont eu la confirmation que la partie externe du quartz s’était formée à une température bien supérieure à celle de la partie interne. Ils en ont conclu que, après le développement de l’intérieur des cristaux de quartz, la chambre magmatique s’était rechargée grâce à une injection de matériau juvénile. Ce nouveau magma a entraîné une dissolution partielle du quartz, avant qu’il se cristallise à nouveau à une température bien plus élevée.
De plus, les analyses du titane montrent que la formation de la partie externe des cristaux de quartz sous l’effet de la haute température a probablement eu lieu moins d’un siècle avant l’éruption colossale du volcan. Cela laisse supposer que cette nouvelle intrusion de magma a tellement affecté les propriétés de la chambre magmatique que le « supervolcan » est entré en éruption, recouvrant de cendres des dizaines de milliers de km2.