Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion)

8 heures (heure métropole) : Silence radio (du moins pour le moment) en ce 15 juillet du côté de l’OVPF, mais les images de la webcam du Piton de Bert tendent à montrer que l’éruption marque le pas. On ne voit plus les fontaines de lave et seul un faible panache de gaz s’échappe du site. L’éruption ne serait-elle qu’un simple feu de paille ? Il est vrai que le tremor ne montrait pas un niveau très élevé quelques heures après le début de l’événement.

°°°°°°°°°°

19 heures (heure métropole) : Le dernier bulletin diffusé par l’OVPF indique que l’éruption débutée le 14 juillet se poursuit. Le tremor a diminué d’un facteur 7 par rapport au début de l’éruption et se maintient à un niveau constant depuis 10h (heure locale). Cette diminution se traduit sur le terrain par une diminution des débits et de la répartition de l’activité sur la fissure éruptive. Par rapport aux 7 fontaines de lave observées lors de la journée du 14 juillet, ce ne sont plus que 3 fontaines de lave – dont la hauteur ne dépasse pas 30  mètres – qui sont actives sur la partie la plus en aval de la fissure éruptive. Elles commencent à former deux petits cônes volcaniques. Il s’en échappe deux coulées qui se rejoignent en un seul chenal. Le front de coulée se situe à environ 2,2 km à l’Est-Sud-Est du site éruptif.

————————————

8:00 (Paris time): No new update (at least for now) on July 15th by OVPF, but the images provided by the webcam of Piton de Bert tend to show that the eruption is declining. We no longer see the lava fountains and only a small plume of gas is rising  from the site. Was the eruption merely a flash of straw? The tremor was not very high a few hours after the start of the event.

°°°°°°°°°°

19:00 (Paris time): The latest bulletin issued by OVPF indicates that the eruption begun on 14 July continues. The tremor has decreased by a factor of 7 compared to the beginning of the eruption and has remained constant since 10am (local time). This decline is reflected on the field by a decrease in the lava output and the distribution of activity on the eruptive fissure. In comparison with the 7 lava fountains observed on July 14th, there are only 3 lava fountains – with a maximum height of 30 meters – which are active on the lowest part of the eruptive fissure. They begin to form two small volcanic cones. Two flows can be observed, which merge into a single channel. The lava front is about 2.2 km east-south-east of the eruptive site.

Image de la webcam du Piton de Bert ce matin (heure métropole).

Vue du site éruptif le 14 juillet 2017 (Crédit photo: Christian Holveck que je remercie chaudement).

Image de la webcam du Piton de Bert ce soir (heure métropole). De toute évidence, ce ne sera pas l’éruption du siècle!

Publicités

Glaciers alpins en juillet 2017 : (3) Le Glacier d’Argentière

Le Glacier d’Argentière fait partie de ceux qui sont le plus facilement accessibles. Il suffit d’emprunter le téléphérique des Grands Montets, près du village d’Argentière et de descendre à la station du Lognan. De là, un bon chemin conduit à un premier point de vue sur le font du glacier. Les plus courageux pourront emprunter un second sentier plus raide qui conduit à un autre point de vue sur le glacier.

Comme les Bossons et la Mer de Glace, le Glacier d’Argentière est en sérieuse perte de vitesse.  Il suffit de voir les photos et gravures du début du 20ème siècle pour s’en rendre compte. Dans les années 1920, il arrivait jusqu’au temple d’Argentière, à 1 250 mètres d’altitude. Depuis quelques années, la langue terminale du glacier, qui s’étend encore jusque vers 1 600 mètres d’altitude, s’est séparée du reste du glacier vers l’altitude de 1 900 mètres. La aussi, les marques laissées sur la roche ne laissent pas le moindre doute sur le retrait rapide du glacier. Malgré tout, au vu des clichés que j’ai réalisés, le front du Glacier d’Argentière semble montrer une certaine stabilité entre 2015 et 2017. A noter que la cascade a disparu.

Voici quelques photos montrant le Glacier d’Argentière en septembre 2015, année où j’avais eu l’occasion de le survoler…

…et en juillet 2017:

Photos: C. Grandpey

Ol Doinyo Lengai (Tanzanie) : Une éruption dans le court terme ? // A short term eruption ?

Selon des observations récentes, il semble que l’Ol Doinyo Lengai montre des signes de réveil et une éruption pourrait se produire à court terme.
Une géophysicienne de Virginia Tech a travaillé avec des universitaires locaux pour essayer de prévoir la prochaine éruption majeure. En juin 2016, ils ont installé cinq capteurs GPS autour de l’Ol Doinyo Lengai afin de contrôler les déformations de la surface du volcan.
Avec la collaboration de l’Université Ardhi de Tanzanie et le KIGAM de Corée du Sud, les chercheurs ont mis en place un système de surveillance en temps réel.
Le 17 janvier 2017, des signaux ont révélé que certaines parties du volcan se soulevaient. Ces signaux ont incité l’équipe scientifique à installer trois nouvelles stations en temps réel. Outre l’inflation, les chercheurs ont observé une augmentation des émissions de cendre et de l’activité sismique, un soulèvement au niveau de petits cônes volcaniques et l’agrandissement d’une fracture au sommet du volcan, du côté ouest.
Sur la base de ces données, les chercheurs ont mis en garde sur la proximité d’une éruption qui pourrait se produire d’ici « quelques semaines, quelques mois, un an ou plus ». [NDLR : Peut-on appeler cela de la prévision volcanique ?]
Les chercheurs font remarquer qu’une éruption n’affecterait probablement pas les nombreux sites paléoanthropologiques à proximité. En effet, l’Ol Doinyo Lengai se trouve à une centaine de kilomètres de la célèbre gorge Olduvai, avec un ensemble d’empreintes de pieds de 3,6 millions d’années à Laetoli et d’anciennes empreintes d’homo sapiens à Engare Sero.
Cependant, si une éruption majeure coïncidait avec une saison de fortes pluies, les coulées de débris pourraient atteindre Engare Sero et les sites à proximité. Historiquement, le Lengai a déjà produit de grands écoulements et des avalanches de débris qui ont atteint le rivage du lac Natron. Une telle situation pourrait constituer une menace pour le site et pour tous les camps situés le long du lac.
Source: The National Geographic.

—————————————–

According to recent observations, it looks as if Ol Doinyo Lengai is showing signs that an eruption is imminent.

A geophysicist at Virginia Tech, has been partnering with local academics to try and predict the next major eruption. In June 2016, they installed five positioning sensors around Ol Doinyo Lengai in the hopes of tracking how magma is deforming the volcano’s surface.

In concert with Tanzania’s Ardhi University and South Korea’s KIGAM, the researchers set up a monitoring system that collects data on the volcano’s activity in real time.

On January 17th, 2017, there were signs that parts of the volcano were lifting upward. These signals incited the scientific team to install three new real-time stations. Beside the inflation, there were increased ash emissions, seismic activity, uplift at small volcanic cones, and an ever widening crack at the top of the volcano on the west side.

Based on the data they are seeing, the researchers warn that an eruption seems to be on the horizon, namely “a matter of a few weeks, a couple of months, or a year or more.”

The researchers note that an eruption alone likely would not affect many of the nearby paleoanthropological sites. Ol Doinyo Lengai is about 100 kilometres from the famed Olduvai Gorge, a collection of 3.6-million-year-old footprints at Laetoli, and more ancient Homo sapiens footprints at Engare Sero.

However, if a large eruption and a heavy rainy season were to coincide, the resulting debris flows could potentially harm Engare Sero and nearby sites. Historically, Lengai is capable of large debris flows and debris avalanches that reach the shore of Lake Natron, and these could potentially pose a significant threat to the site and to all of the camps that are along the lake edge.

Source : The National Geographic.

Vues du Lengai et du Rift en 2003 (Photos: C. Grandpey)