Hawaii : La lave prend ses aises sur la plaine côtière // Hawaii : Lava makes itself comfortable on the coastal flat

drapeau-francaisLa coulée 61g continue à pénétrer dans l’Océan Pacifique sur le site de Kamokuna. Le HVO fait remarquer, cartes à l’appui (voir ci-dessous), que l’entrée a tendance à s’élargir. On continue à observer des émissions de lave le long de la coulée, en particulier dans la partie basse du pali et sur la plaine côtière. Le delta formé par la lave au pied de la falaise côtière est de plus en plus étendu. Le HVO met sans cesse en garde les touristes sur les risques liés à cette arrivée de la lave dans l’océan.

Dans le même temps, le sommet du Kilauea connaissait une phase de dégonflement ces dernières heures et la surface du lac de lave dans l’Halema’uma’u se trouvait à une quarantaine de mètres de profondeur. Elle ne devrait pas tarder à remonter car les tiltmètres montrent le début d’un épisode d’inflation de l’édifice volcanique.

————————————–

drapeau-anglaisThe 61g lava flow continues to enter the Pacific Ocean at Kamokuna. HVO indicates, with the help of maps (see below), that the ocean entry tends to widen. One can still observe lava outbreaks, especially in the lower part of the pali and on the coastal plain. The delta formed by lava at the foot of the coastal cliffs is becoming wider. HVO is continually warning tourists about the risks associated with this arrival of lava into the ocean.
Meantime, the summit of Kilauea experienced a deflation phase in recent hours and the surface of the lava lake in Halema’uma’u Crater was about forty meters deep. It should soon rise again because the tiltmeters show the beginning of an inflation episode of the volcanic edifice.

August 12

August 19

Evolution de l’entrée en mer entre le 12 et le 19 août 2016 (Source: USGS / HVO)

L’AVO travaille sur le volcan Okmok (Ile Umnak / Aléoutiennes / Alaska) // AVO is working on Okmok volcano (Umnak Island / Aleutians / Alaska)

drapeau-francaisAujourd’hui, de nouvelles technologies sont utilisées pour mieux comprendre les volcans et, si possible, savoir ce que cachent leurs entrailles. La tomographie muonique a récemment été utilisée par les Japonais pour visualiser la structure interne de volcans comme le Mt Asama, le Mt Iwate ou encore le Mt Satsuma-Iojima. Les scientifiques français ont également utilisé la tomographie muonique dans le projet DIAPHANE sur le volcan de la Soufrière à la Guadeloupe. Des équipes du CNRS ont installé des capteurs de muons cosmiques sur les flancs du volcan. J’ai écrit sur ce blog plusieurs notes à ce sujet entre novembre 2015 et juillet 2016
Cet été, des scientifiques de l’Alaska Volcano Observatory (AVO) se sont rendus sur le volcan Okmok, sur l’île Umnak dans les Aléoutiennes, dans le but de réaliser une image de l’intérieur de ce volcan. Au cours de l’été 2015, l’équipe avait installé un ensemble de sismomètres sur et autour du volcan. Comme les sismomètres mesurent la vitesse à laquelle se déplacent les ondes sismiques à travers la terre, les scientifiques peuvent avoir une idée du type de matériaux à l’intérieur de l’Okmok. En effet, les ondes sismiques se propagent plus vite à travers les roches denses et plus lentement à travers des éléments liquides comme le magma et l’eau.
Des travaux antérieurs ont révélé qu’il y avait une chambre magmatique peu profonde sous l’Okmok. Les nouvelles données aideront à savoir s’il y a d’autres chambres plus profondes dans la croûte. Elles pourraient également aider les scientifiques à comprendre les éruptions futures.
En 2008, Okmok a connu un nouveau type éruptif, différent de ceux du passé, et les scientifiques ont été pris au dépourvu. Les dernières observations – avec une image de la structure profonde du volcan – pourraient apporter des explications sur cette éruption inhabituelle et donner plus d’informations sur les éruptions futures.
A côté de l’Okmok, les scientifiques de l’AVO étudient également le Cleveland, et concentrent leurs efforts sur l’activité tectonique à Unalaska.
Ces observations permettront une approche plus complète de l’environnement sismique dans les Aléoutiennes.
Source: Alaska Volcano Observatory.

—————————————–

drapeau-anglaisToday, new technologies are being used to better understand volcanoes and, if possible, know what their inner parts look like. Muon tomography has recently been used by the Japanese to visualize the internal structure of volcanoes like Mt Asama, Mt Iwate or Mt Satsuma-Iojima. French scientists have also used muon tomography in the DIAPHANE project on the Soufriere volcano in Guadeloupe. CNRS teams installed cosmic muon sensors on the flanks of the volcano. I have written several notes about this technology between November 2015 and July 2016

This summer, scientists from the Alaska Volcano Observatory (AVO) have visited Okmok volcano on Umnak Island in the Aleutians with the aim to create an image of the inside of this volcano. Last summer, the team set out an array of seismometers on and around the volcano. As the seismometers measure the speed at which seismic waves travel through the earth, scientists can get an idea of what kind of material might make up the inside of Okmok. Seismic waves travel faster through dense rock, and slower through liquids like magma and water.

Previous work revealed there was a shallow magma chamber. The new data will help to know if there are other chambers deeper in the crust. It could also help scientists understand future eruptions.

In 2008, Okmok erupted in an entirely new way, breaking a historical pattern and surprising scientists. The team’s latest observations – with an image of the deeper structure – might shed more light on that unusual eruption and give more information about future eruptions..

Beside Okmok, AVO is also studying Mount Cleveland, and measuring tectonic activity on Unalaska.

These observations will allow to create a more complete picture of the seismic environment in the Aleutians.

Source: Alaska Volcano Observatory.

Okmok

Vue du cratère de l’Okmok (Photo: USGS / Alaska Volcano Observatory)