Le gaz carbonique de Vulcano (Sicile / Italie) // Carbon dioxide at Vulcano (Sicily / Italy)

drapeau francaisQuand on débarque de l’aliscaphe ou du bateau sur l’île de Vulcano, la première odeur que l’on perçoit le plus souvent est celles de l’hydrogène sulfuré en provenance de la mare de boue à proximité de Porto Levante. Cette boue attire chaque année des milliers de touristes parmi lesquels certains espèrent soigner des maladies de peau, tandis que d’autre préfèrent profiter des jacuzzi naturels alimentés par des remontées de gaz depuis le fond de la mer. En général, les gaz volcaniques sont emportés par le vent qui balaye régulièrement les bien nommées Iles Eoliennes.

Il y a toutefois des jours où le temps est remarquablement calme. C’était le cas le 14 avril dernier, jour où un petit garçon français qui jouait sur la plage  a été victime d’un malaise est s’est effondré au sol. Rapidement secouru et transporté par hélicoptère à l’hôpital de Lipari, il a pu être sauvé mais les médecins ont déclaré qu’il avait frôlé la mort car il avait inhalé une dose importante de gaz carbonique. J’ai eu l’occasion de faire des prélèvements et des mesures du CO2 de Vulcano avec les membres de l’Institut des Fluides de Palerme (je salue au passage Franco Sortino et Francesco Italiano) et il ne fait aucun doute que les jacuzzi de la plage de Porto Levante bouillonnent sous l’effet de gaz parmi lesquels le CO2 est majoritaire*. Il est donc assez normal qu’en l’absence de vent ce gaz relativement lourd reste présent à la surface du sol et qu’un gosse de neuf ans qui fait des châteaux de sable en étant accroupi inhale ce gaz extrêmement nocif.

Au vu de cet accident qui aurait pu être dramatique, la grande question était de savoir s’il fallait interdire ou non l’accès aux bains de boue et à la plage de Porto Levante. A quelques semaines du pic de la saison touristique, une telle décision aurait été catastrophique pour l’île de Vulcano, voire pour l’ensemble des Iles Eoliennes. La Sicile n’étant pas le Japon, une décision aussi drastique ne saurait être prise ! Après consultation du milieu scientifique – en l’occurrence de l’INGV – et de la Protection Civile, le maire de Lipari a déclaré qu’un écriteau allait être apposé à l’entrée de la zone dangereuse afin de prévenir les visiteurs des risques encourus. L’incident est donc clos, au moins pour le moment !

Source: Presse italienne.

* Voir dans la colonne de gauche de ce blog le hors-série « L’Ile de Vulcano » dont je suis l’auteur et qui a été édité par L’Association Volcanologique Européenne.

 ————————————————-

drapeau anglaisWhen you step out of the hydrofoil or the boat on the island of Vulcano, the first smell you usually perceive is that of hydrogen sulfide from the mud baths near Porto Levante. This mud each year attracts thousands of tourists including some who hope of cure skin diseases, while others prefer to enjoy the natural hot tubs fed by gases rising from the bottom of the sea. Generally, these volcanic gases are blown away by the wind which regularly sweeps the aptly named Aeolian Islands.

However, there are days when the weather is remarkably calm. This was the case on April 14th, a day when a little French boy playing on the beach collapsed to the ground. Quickly rescued and airlifted to the hospital in Lipari, he was saved but doctors said he had almost died because he had inhaled a large dose of carbon dioxide. I had the opportunity to collect and measure CO2 samples at Vulcano with members of the Palermo Institute of Fluids (my regards to Franco Sortino and Francesco Italiano) and there is no doubt that the jacuzzis of the beach of Porto Levante bubble under the effect of gases among which CO2 is prevalent *. It is therefore quite normal that when there is no wind this relatively heavy gas should be present on the soil surface and a squatting 9-year-old kid building sandcastles should inhale this lethal gas.
After this accident which could have been dramatic, the big question was whether to ban or not the access to the mud baths and the beach of Porto Levante. A few weeks before the peak of the tourist season, such a decision would have been catastrophic for the island of Vulcano, even for all the Aeolian Islands. Sicily is not Japan ans such a drastic decision can not be taken! After a meeting with the scientific community – the INGV of Catania – and the Civil Protection, the mayor of Lipari said a sign would be placed at the entrance to the danger area to warn visitors against the risks . The incident is over, at least for now!

Source: Italian newspapers.

* See in the left-hand column of this blog « The Island of Vulcano » I have written on behalf of The European Volcanological Association.

Vulcano5--Bains-de-boue

Vulcano6  Les gaz volcaniques font bouillonner la mer

Les bains de boue et jacuzzi de Vulcano  (Photos:  C.  Grandpey)

Une réflexion au sujet de « Le gaz carbonique de Vulcano (Sicile / Italie) // Carbon dioxide at Vulcano (Sicily / Italy) »

  1. Bonjours Claude,
    Remarque soufrée !
    A Vulcano, les émanations de gaz carbonique ont toujours été un peu redoutées. En effet descendre dans le cratère de la Fossa comporte le risque de ne plus pouvoir remonter, incommodé ou même intoxiqué par une nappe de CO2 stagnante. Sans intérêt volcanologique particulier, cette petite excursion est donc vraiment inutile de tenter. Quand à la « trempette » boueuse dans ce qui reste du forage AGIP de recherche infructueuse de source géothermique, l’inconvénient est double, on peut s’y bruler la plante des pieds en marchant sur une remontée gazeuse chauffée à 100°C, et ensuite de découvrir une fois enduit de boue chaude que celle-ci est remplie de « restes poilus », vestiges des centaines de baigneurs non épilés. Augmenté par l’odeur d’œufs pourris, l’écœurement met rapidement fin à cette « sale » fantaisie. Bref, comme sur tous les volcans en sommeil, il est fortement déconseillé de confondre site risqué et terrain de jeux, gaz et éboulements (Voir même des ours bruns) étant les pièges à redouter. Plus la nature est belle et plus il est facile de relâcher son attention face aux dangers et « traitrises » que très souvent elle contient.
    Bonne journée
    Amitié
    Pierre Chabat

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.