Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion): Un projet d’étude « révolutionnaire »!

Un nouveau projet d’étude « révolutionnaire « pour le Piton de la Fournaise (qui est actuellement plongé dans un profond sommeil…)

Activité volcanique à proximité de l’aéroport de Rome? // Volcanic activity close to Rome airport?

drapeau francais1) Un cratère émettant sous pression des nuages ​​de gaz jusqu’à 5 mètres de hauteur est apparu le samedi 23 Août à proximité de l’extrémité de la piste de l’aéroport de Rome Fiumicino. Les automobilistes ont été surpris de voir un nuage de gaz chaud et malodorant sortir d’un cratère qui venait de se former au milieu d’un carrefour giratoire à moins de 800 mètres de l’extrémité d’une piste.
Le cratère mesurait environ 1,80 mètres de large et 90 centimètres de profondeur quand les pompiers et les volcanologues sont arrivés sur les lieux et ont isolé le rond-point pour éviter l’inhalation du gaz, soupçonné d’être un cocktail de dioxyde de carbone, d’hydrogène sulfuré et de méthane. Des tests sont actuellement en cours.
Alors que les rapports initiaux ont suggéré que le gaz provenait de matière organique en décomposition, un volcanologue a affirmé qu’il s’agissait plus probablement d’une activité volcanique. Le système volcanique potentiellement actif le plus proche dans la région recouvre les Monti Albani, à 20 km au SE de la capitale, dont la dernière activité connue remonte à quelque 20.000 ans.
Un volcanologue italien a indiqué que les gaz emprisonnés dans le sol peuvent rester à haute température pendant des dizaines de milliers d’années après une éruption et remonter de temps en temps à la surface. Des phénomènes semblables ont été observés ailleurs autour de Rome, avec des animaux domestiques tués après avoir respiré du gaz.
Malgré sa proximité, aucune alarme n’a été décrétée à l’aéroport de Rome.
Source: presse italienne.

2) L’analyse chimique des gaz émis par la bouche n’a pas vraiment révélé de surprises. On a affaire à du dioxyde de carbone, du sulfure d’hydrogène et, en moindre quantité, du méthane. Les scientifiques italiens font remarquer qu’un tel phénomène naturel n’est pas nouveau dans la région. Le Latium est une zone volcanique et de tels incidents se sont déjà produits dans le secteur des Monti Sabatini ou près de Ciampino. Partout où l’on perce dans cette région, il y a une forte probabilité d’assister à des émissions gazeuses.
Selon les scientifiques sur place, le phénomène n’a pas pris d’ampleur. Il n’est pas considéré comme dangereux, à condition de ne pas s’approcher du site. Si les émissions de gaz devaient continuer, une intervention pourrait être envisagée. On percerait le sol autour de la bouche active et on injecterait du ciment jusqu’à recouvrir le mini volcan. Avant cela, une analyse du sol devra toutefois être effectuée pour s’assurer que la bouche n’est pas en train de devenir plus profonde et que d’autres éruptions ne sont pas susceptibles de se déclencher dans cette zone.

Source : Corriere della Sera.

 

drapeau anglais1) A geyser crater spraying clouds of gas up to 5 metres in the air appeared on Saturday, August 23rd, close to the end of the runway at Rome’s Fiumicino airport. Motorists were alarmed to notice hot, stinking gas spurting from a newly formed crater in the middle of a roundabout less than 800 metres from the end of a runway.
The crater measured about 1,80 metres wide and 90 centimetres deep, before firefighters and volcanologists arrived to seal off the roundabout to prevent inhalation of the gas, suspected to be a cocktail of carbon dioxide, hydrogen sulphide and methane. Tests are now underway.

While initial reports suggested the gas came from rotting organic matter trapped underground, one expert said volcanic activity was more likely. The nearest possibly still active volcanic system in the area is the Monti Albani, 20 km SE of the capital, whose last known activity occurred about 20,000 years ago.
An Italian volcanologist indicated that gas underground can remain hot for tens of thousands of years after volcanoes erupt, and every now and then it can rise to the surface. Similar things have been observed elsewhere around Rome, with domestic animals being killed after they breathed in the gas.

Despite its proximity, no alarm was created at Rome’s airport.
Source: Italian press.

2) The chemical analysis of the gases emitted by the vent did not really reveal any surprises. They include carbon dioxide, hydrogen sulfide, and smaller quantities of methane. Italian scientists indicate that this natural phenomenon is not new in the region. Lazio is a volcanic area and similar incidents have already occurred in the area of ​​Monti Sabatini or near Ciampino. Wherever you drill in this area, there is a high probability of triggering gaseous emissions.
According to scientists, the phenomenon has not been extensive. It is not considered dangerous, if not approaching the site. If emissions were to continue, an intervention might be considered. The soil would be pierced around the active vent and cement would be injected to cover the mini volcano. Before that, a soil test should be done to make sure that the vent is not becoming deeper and more eruptions are not likely to occurr in this area.

Source : Corriere della Sera.