Séismes et affaissements de volcans // Earthquakes and volcano sinking

drapeau francaisDes scientifiques du Japon et des États-Unis ont remarqué que plusieurs volcans japonais et chiliens ont perdu jusqu’à 15 centimètres après les violents tremblements de terre qui ont secoué les régions où ils se dressent.
Moins d’une journée après le terrible séisme de Tohoku en 2011 au Japon, cinq volcans sur l’île de Honshu ont perdu jusqu’à 15 centimètres de hauteur. La même chose est arrivée à plusieurs volcans chiliens qui se sont affaissés de 15 centimètres dans les semaines qui ont suivi le séisme de M 8,8 qui a dévasté le centre du pays en février 2010.
Cet effet d’enfoncement pourrait être une conséquence commune à la plupart des puissants séismes. Personne n’avait remarqué le phénomène jusqu’à présent parce que les capteurs satellites n’étaient pas assez sensibles pour le détecter.
La cause de cet affaissement n’est pas claire. Une hypothèse est que le tremblement de terre a pu ouvrir des fractures dans la roche, permettant à l’eau piégée sous terre de s’échapper à la surface dans des sources chaudes, ce qui provoquerait un affaissement.
Une autre théorie est que les chambres magmatiques des volcans peuvent avoir été déformées par les séismes, ce qui aurait permis à la roche au-dessus de se stabiliser.
Une question souvent posée après puissants tremblements de terre en zone volcanique est de savoir si ces événements sont susceptibles de déclencher des éruptions. Aucune réponse claire n’a été donnée à ce jour. Aucun des volcans touchés par les tremblements de terre au Chili et le Japon n’est entré en éruption depuis. Cependant, on peut raisonnablement penser qu’un violent séisme est susceptible d’accélérer un volcan qui se dirige vers une éruption
Source: The New Scientist.

 

drapeau anglaisScientists from Japan and the United States have noticed that several Japanese and Chilean volcanoes shrank by up to 15 centimetres after the powerful earthquakes that shook the areas where they are located.

Within a day of the 2011 Tohoku megaquake in Japan, five volcanoes on the island of Honshu lost up to 15 centimetres. The same thing happened to a string of Chilean volcanoes which subsided by 15 centimetres too within weeks of the M 8.8 quake that ripped through the centre of the country in February 2010.

This sinking effect could be common to most big earthquakes. Nobody had noticed the subsidence so far, mainly because satellite imaging was not sensitive enough to detect it.

What causes the subsidence is not clear. One hypothesis is that the earthquake opens cracks in the rock, allowing water trapped underground to escape to the surface in hot springs, and triggering subsidence.

Another theory is that the volcanoes’ magma chambers can have been deformed by the quakes, allowing the rock above to settle.

One question often asked after powerful earthquakes in volcanic areas is to know whether such events are likely to trigger eruptions. No clear answer has ever been given. None of the volcanoes affected by the Chile and Japan quakes has since erupted. However, we may think that a volcano that an earthquake may accelerate a volcano which is en route to an eruption

Source: The New Scientist.

Une réflexion au sujet de « Séismes et affaissements de volcans // Earthquakes and volcano sinking »

  1. Bonjour,
    Ne pourrait-on pas, dans certains cas, permuter l’effet et la cause, c’est-à-dire imaginer que, suite à l’accumulation continuelle de « matière », au-delà du seuil de résistance du sol sous-jacent, ce soit le poids du volcan lui-même (ou des volcans concernés, sur une zone plus large), qui provoque l’affaissement et qui soit à l’origine du séisme généré par cet affaissement ?
    Ce serait un peu la situation rencontrée dans le cas d’un bâtiment trop « lourd » construit sur un sol trop peu résistant.
    (d’ailleurs, à l’inverse, il me semble que la fonte des glaces dans certaines zones provoque bien la remontée de la croûte terrestre sous-jacente).

    J'aime

  2. Bonjour Claude Grandpey,
    Merci d’aborder ce passionnant sujet.
    On peut comprendre que par effet mécanique, l’étirement des plaques par subduction, lors des ruptures sismiques, entraine une déformation horizontale des zones fluides et par conséquent leur effondrement vertical. Au Japon, la présence imbriquée de plusieurs plaques tectoniques en mouvement rendant la compréhension des phénomène tellement compliquée, qu’on peut, pourquoi pas adhérer à cette théorie. Par contre au Chili, s’agissant à ma connaissance d’un « simple » contexte de marge continentale avec cordillère, l’étirement par rupture sismique, qui pourrait causer l’affaissement des chambres magmatiques, n’a logiquement lieu qu’après une période de compression. Or, celle-ci devrait raisonnablement au préalable provoquer l’effet inverse, c’est-à-dire de comprimer les zones fluides horizontalement en les faisant croitre verticalement. On devrait assister de la sorte, soit à une élévation de la hauteur des volcans, soit même à leur entrée en éruption.
    Je n’ai aucune information à ce sujet. Qui pourrait bien m’éclairer ?
    Je « déprime » !
    Cela faisait partie des questions que je pensais pouvoir aborder avec Paul Madariaga lors de sa conférence du 29 novembre dernier, conférence qui fut annulée.
    Bien « cordillièrement »
    Pierre Chabat

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.