Volcan de boue (Ile de Java / Indonésie)

1475806114.10.jpgUn rapport rédigé par des scientifiques britanniques, américains et indonésiens vient d’être publié cette semaine dans la revue Earth and Planetary Science Letters ; il confirme que Lusi, le ‘volcan de boue ‘ indonésien est bien apparu à la suite d’un forage de gaz. Il souligne et analyse une série d’anomalies qui se sont produites pendant ce forage.
Cette théorie va à l’encontre de celle émise par la société qui a effectué le forage et de certains experts qui prétendent que c’est un séisme de M 6,3 dans la région de Yogjakarta, à 250 km de distance, deux jours avant l’apparition de la boue, qui serait la cause de la catastrophe.
Un professeur et un étudiant de l’Université de Berkeley (Californie) ont entrepris une étude systématique dont le but était de savoir si l’éruption du ‘volcan de boue’ pouvait avoir été causée par un séisme. Ils ont conclu qu’aucun phénomène sismique susceptible de déclencher une éruption n’avait été observé dans le cas de Lusi. Ils ont affirmé que, dans le cas présent, le séisme avait été trop faible et trop lointain. Le changement de pression intervenu dans le sous-sol à la suite du séisme avait été infime.
En revanche, les scientifiques sont à 99% certains que ce sont les opérations de forage qui doivent être mises en cause. Ils ont constaté que, la veille de l’apparition du ‘volcan de boue’, le puits de forage avait reçu une énorme secousse, c’est-à-dire un afflux de fluide et de gaz. Ils ont aussi démontré que la pression dans le puits avait alors largement dépassé son niveau critique. Il s’en est suivi une fuite du fluide qui s’est échappé du puits pour traverser les roches encaissantes et passer à la surface. Ce fluide a transporté la boue pendant son ascension et c’est ainsi qu’est né Lusi. D’après les scientifiques, la surpression aurait pu être contrôlée si un coffrage se protection plus efficace avait été installé dans le puits.
Quoi qu’il en soit, Lusi continue à déverser 10 000 mètres cubes de boue chaque jour…
Source : Environmental News Network.

993348610.7.jpgA report by British, American and Indonesian and Australian scientists, published this week in the academic journal Earth and Planetary Science Letters, confirms that Lusi, the Indonesian ‘mud volcano’, was caused by the drilling of a gas exploration well. It outlines and analyses a detailed record of operational incidents that occurred during the drilling.
This theory had been challenged by the company that drilled the well and some experts who argued that a M 6.3 earthquake in Yogjakarta two days before the eruption, which had an epicentre 250 km from the mud volcano, was the cause.
A professor and a student from the University of California at Berkeley undertook a systematic study to know whether the eruption was caused by this earthquake. They found that none of the ways earthquakes trigger eruptions could have played a role at Lusi. They said that in the case of Lusi, the earthquake was simply too small and too far away. The change in pressure underground due to the earthquake would have been tiny.
Instead, scientists are “99 per cent” certain drilling operations were to blame. They could show that the day before the mud volcano started there was a huge ‘kick’ in the well, which is an influx of fluid and gas into the wellbore. They also showed that after the kick the pressure in the well went beyond a critical level. This resulted in the leakage of the fluid from the well and the rock formations to the surface. This fluid picked up mud during its accent and Lusi was born. According to the scientists, chances of controlling this pressure would have been increased if there was more protective casing in the borehole.
Anyway, Lusi is still flowing at 100,000 cubic metres per day…
Source : Environmental News Network.