Islande : le site éruptif va devenir un parc d’attraction ! // Iceland: the eruption site to become an attraction park !

Ça devait arriver ! Dans une note publiée le 2 mai 2021, j’écrivais que l’éruption islandaise sur la péninsule de Reykjanes « pourrait devenir une attraction au même titre que le Blue Lagoon. Si elle se prolongeait dans le temps, il serait intéressant de construire des infrastructures sur le site, de faire payer les touristes pour qu’ils puissent admirer le spectacle et ainsi démarrer une nouvelle entreprise touristique. »

Je ne pensais pas être aussi près de la réalité ! Les choses se précipitent et le business n’est pas loin! En lisant le site Iceland Review, on apprend qu’un parking pouvant accueillir 500 voitures, des sentiers aménagés et des rangers sont prévus dans un mémorandum qui prévoit également l’implantation de toute une infrastructure sur le site de l’éruption. Le mémorandum a été rédigé par un groupe de travail mandaté par le Cabinet du Premier Ministre et est actuellement examiné par des autorités islandaises. Ainsi aménagé, le site devrait attirer un nombre encore plus grand de visiteurs avec l’allègement des restrictions sanitaires et le retour des touristes étrangers.

L’éruption, qui se déroule à seulement 32 kilomètres de Reykjavík, a commencé le 19 mars 2021 et ne semble pas vouloir s’arrêter. Les scientifiques parlent d’une petite éruption dont la durée est toutefois imprévisible. Elle présente peu de danger pour les zones habitées.

Pour le moment et suite à la nouvelle forme d’activité qui a commencé le 2 mai, la zone de sécurité a été agrandie à 650 mètres autour de la bouche active. Les visiteurs pourront s’approcher à 400 mètres de l’éruption là où le vent souffle moins fort. Le sentier d’accès a été modifié car une partie se trouvait dans la zone de danger.

Comme je l’ai déjà écrit, l’éruption est située sur un terrain privé, mais le mémorandum indique que les propriétaires fonciers sont prêts à mettre en place des infrastructures et des services  pour recevoir des touristes. Les projets sont déjà bien avancés et des consultants ont été embauchés pour étudier l’exploitation du site sur le long terme. Selon le mémorandum, il est prévu une aire de stationnement pouvant accueillir 500 voitures, avec en plus une zone réservée aux autocars. L’accès au parking sera bien sûr payant [NDLR : il est fort probable que l’accès au site le deviendra vu qu’il se trouve sur des terres privées]. Il y aura des toilettes pour les clients du parking.

Selon le mémorandum, les propriétaires fonciers prévoient de négocier avec les compagnies d’hélicoptères pour mettre en place une plateforme d’atterrissage en vue d’un acheminement des touristes et des secours sur le site. Des transactions sont également prévues avec des prestataires de services spécialisés afin de permettre aux visiteurs d’être conduits directement sur le site. Les propriétaires fonciers couvriront le coût de la construction de la route que suppose un tel service.

Le site de l’éruption est actuellement accessible par vol privé ou en marchant deux heures depuis le parking. Un centre d’information dans la ville voisine de Grindavík fait également partie des projets que l’on peut découvrir dans le mémorandum. Il est aussi question de l’installation de câbles électriques afin que des caméras de surveillance puissent être installées sur le site. Le développement de ces infrastructures se fera en gardant à l’esprit la protection de l’environnement.

Il ne manque plus qu’une baraque à frites et une boutique de souvenirs pour que la fête soit complète ! Très peu pour moi !

Source: Revue d’Islande.

—————————————-

It had to happen ! In a note published on May 2nd, 2021, I wrote that the Icelandic eruption on the Reykjanes Peninsula « could become an attraction just like the Blue Lagoon. If it continued in time, it would be interesting to build infrastructure on the site, to make tourists pay so that they could admire the show and thus start a new tourism business. »

I did not think I was so close to reality! Things are accelerating at the site of the eruption and business is not far off! Reading the Iceland Review website, we learn that a parking lot for 500 cars, pathways, and park wardens are all included in a memorandum suggesting infrastructure for the ongoing eruption. The memorandum was written by a working group commissioned by the Prime Minister’s Office and is now being reviewed by officials. The popular site is expected to draw even larger numbers of visitors as travel restrictions are lifted and international tourism picks up.

The eruption, located just 32 kilometres from Reykjavík, began on March 19th, 2021 and shows no signs of stopping. It is considered small by experts but it is impossible to predict how long it will last. It poses little danger to inhabited areas. The memorandum states that whether or not the eruption continues, the site is likely to remain popular among visitors.

Due to the new activity that started on May 2nd at Vent n°5, the danger zone has been enlarged to 650 meters around the vent. It is expected to be about 400 metres in a calmer wind direction. Work is already underway to change the hiking trail, currently in parts still in the danger zone.

As I put it before, the eruption is located on private land, but according to the memorandum, the landowners are willing to build up infrastructure and services in the area to receive tourists. Preparations to do so are already underway and consultants have been hired to work on long-term planning at the site. According to the memorandum, there are plans of a parking lot that could accommodate about 500 cars at a time, in addition to being able to accommodate buses in parking spaces. A fee will be charged for parking access. There will be toilet facilities for guests by the car park.

According to the memorandum, landowners plan to negotiate with helicopter companies regarding landing at the site as well as specialised service providers for driving to the site itself. Landowners will cover the cost of the road construction involved.

The eruption site is currently accessible by private flight or a two-hour hike from the parking area. An information centre in the nearby town of Grindavík is also part of the memorandum’s suggestions, as well as the installation of electrical cables so that security cameras can be installed at the site. Infrastructure development at the site will be done with the intention to protect the surrounding environment.

To be perfect, the eruption site juste needs a food truck and a souvenir shop. This is not for me!

Source : Iceland Review.

White Island (Nouvelle Zélande): Qui est responsable ? [suite] // White Island (New Zealand): Who should be held responsible ? [continued]

Dans une note publiée le 3 décembre 2020, j’ai expliqué que WorkSafe – le principal organisme de réglementation de la santé et de la sécurité au travail en Nouvelle-Zélande – a engagé des poursuites contre 13 parties suite à l’éruption de White Island en 2019. Pour engager ces poursuites, WorkSafe s’appuyait sur le Health and Safety at Work Act de 2015.

Aujourd’hui, une pétition demande à WorkSafe d’abandonner les poursuites contre deux pilotes d’hélicoptère. Elle a rassemblé des milliers de signatures. Le 3 décembre dans l’après-midi, elle avait recueilli plus de 40 000 signatures et leur nombre augmentait régulièrement.

Volcanic Air fait partie des accusés et devra se présenter devant le tribunal d’Auckland le 15 décembre prochain. La société était un voyagiste organisant des visites sur l’île lorsque l’éruption s’est produite.

Après l’explosion, les pilotes Mark Law et Tim Barrow ont contribué aux opérations de secours. La pétition vise à arrêter les poursuites les concernant parce qu’ils sont allés sauver des gens.

Source: New Zealand Herald.

————————————————

In a post released on December 3rd, 2020, I explained that WorkSafe – New Zealand’s primary work health and safety regulator – has filed charges against 13 parties following the eruption on White Island in 2019. Worksafe acted under the Health and Safety at Work Act 2015.

Now, a petition is calling for WorkSafe to drop charges against two helicopter pilots. It has racked up thousands of signatures. On December 3rd in the afternoon it had collected more than 40,000 signatures and the tally was climbing steadily.

Volcanic Air is among those who will face the charges in the Auckland District Court on December 15th. The company was a tour operator on the island when the eruption happened. Later, pilots Mark Law and Tim Barrow helped with rescue efforts.

The petition aims to stop the prosecution relating to the pilots because they went to save people.

Source: New Zealand Herald.

Photo : C. Grandpey

Nouvelle approche de l’île de la Réunion et son volcan // New approach of Reunion Island and its volcano

Un article paru dans le très sérieux New York Times nous apprend que des scientifiques ont passé plusieurs jours à bord d’un hélicoptère équipé de capteurs spéciaux au-dessus du Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) pour créer une image montrant la relation entre l’intérieur du volcan et ses fréquentes éruptions. Leurs recherches ont été publiées en décembre dans les Scientific Reports.
Les chercheurs ont utilisé une nouvelle technique pour cartographier 150 kilomètres carrés de la structure interne du Piton de la Fournaise. Leur travail a permis d’obtenir une vue en 3D montrant l’intérieur du volcan, le réseau de fluides hydrothermaux à haute température, ainsi que les nombreuses fractures qui permettent au magma de remonter vers la surface lors des éruptions.
L’intérêt de cette technique sur le Piton de la Fournaise est qu’elle pourrait être déployée ailleurs, que ce soit sur des volcans effusifs comme le Kilauea à Hawaï, ou sur des volcans explosifs comme ceux de la Chaîne des Cascades.

Pour étudier la structure intérieure d’un volcan, on peut utiliser des instruments permettant de mesurer la conductivité des roches. L’eau surchauffée qui circule à l’intérieur de l’édifice est très conductrice. De la même façon, les vieilles roches volcaniques qui ont été dégradée par cette eau ont une structure relativement conductrice. En revanche, les coulées de lave nouvellement refroidies et structurellement homogènes sont beaucoup plus résistantes d’un point de vue électrique.
Déployer des instruments destinés à détecter la résistivité des roches sur un volcan actif n’est pas une tâche facile. Souvent, les expéditions doivent choisir entre une carte souterraine haute résolution d’une petite zone ou une carte basse résolution d’un espace plus grand. Jusqu’à présent, les scientifiques s’étaient déplacés laborieusement à pied pour installer des équipements révélant des parties de la structure interne du volcan. Cette fois, pour aller plus vite, ils ont eu recours à un hélicoptère.

Le BRGM avait déjà effectué une telle mission en 2014. Volant à 50 mètres au-dessus du sol au dessus de l’île de la Réunion pendant quatre jours, l’hélicoptère a déplacé une boucle de 500 kilos qui envoyait des courants électriques de différente intensité pour exciter électriquement les rochers en dessous. Les signaux de retour électromagnétiques envoyés par le volcan ont été détectés par les instruments à bord de l’hélicoptère. Ces signaux de retour varient selon les propriétés des roches, ce qui permet aux scientifiques d’identifier des couches distinctes de l’édifice volcanique jusqu’à une profondeur de 990 mètres. La mission de 2014 a été très positive, notamment en ce qui concerne l’hydrogéologie, la détection des aquifères ou l’interaction entre l’eau de mer et l’eau douce. Voici une vidéo de la mission de 2014:
https://youtu.be/PujUpaekA3Y

Jusqu’à présent, les scientifiques étaient conscients de l’existence de certaines zones de fracture, de failles et de réseaux de fluides à l’intérieur du volcan. Grâce à la mission héliportée de 2019, ils disposent maintenant d’une image 3D encore jamais vue du sous-sol actif du volcan. On y voit très distinctement les secteurs où les conduits magmatiques, les fractures rocheuses et les réseaux hydrothermaux sont en relation les uns avec les autres.
Source: The New York Times.

———————————————

An article in the very serious New York Times informs us that scientists spent days aboard a helicopter with special sensors over Piton de la Fournaise (Reunion Island) to develop a picture of how its insides affect its frequent eruptions. Their research was published in December in Scientific Reports.

The researchers used a novel technique to map out 150 square kilometres of Piton de la Fournaise’s internal structure. Their survey revealed a 3D view of the volcano’s interior, from the network of superheated hydrothermal fluids to the numerous faults that allow magma to ascend to the surface during eruptions.

The interest of this technique on Piton de la Fournaise is that it could be deployed elsewhere, whether on volcanoes with effusive eruptions like Hawaii’s Kilauea, or on more explosive ones like in the Cascade Range.

One way to study the inside structure of a volcano is to use instruments to see how well the rocks below conduct electricity. The very high temperature water that circulates is highly conductive. As a consequence, the old volcanic rock that has been degraded by it has a structure which is relatively conductive. On the other hand, newly cooled, structurally homogeneous lava flows are much more electrically resistant.

Deploying electrical resistivity-detecting instruments on an active volcano is not an easy task. Often, expeditions must choose between a high-resolution underground map of a small area or a low-resolution map of a larger space. Scientists had previously worked slowly on foot to deploy equipment revealing parts of its internal structure. This time, to speed things, they resorted to a helicopter.

French BRGM had already performed such a mission in 2014. Flying 50 metres above the ground on Reunion Island over four days, the helicopter’s winch held a 500-kilogram hoop that sent electric currents of different intensity to electrically excite the rocks below. The electromagnetic response coming up from the volcano was detected by the instruments onboard the helicopter. These response signals differed, depending on the properties of the rocks, which allowed scientists to identify individual layers of the volcanic edifice down to a depth of 990 metres. The 2014 mission was very positive, especially in hydrogeology, the detection of the aquifers, or the interaction between seawater and fresh water. Here is a video of the 2014 experiment:

https://youtu.be/PujUpaekA3Y

Scientists were previously aware of the existence of some of the volcano’s rift zones, faults and fluid networks. Thanks to the latest 2019 helicopter mission, they now have a 3D schematic providing an unparalleled image of the volcano’s active subsurface, showing with precision where its magmatic pathways, rocky scars and hydrothermal networks are in relation to each other.

Source: The New York Times

Exemple des images 3D obtenues lors de la mission 2019

 (Source : Marc Dumont, Université de la Sorbonne)

Piton de la Fournaise vu du ciel (Photo: C. Grandpey)

Parcs nationaux trop bruyants aux Etats Unis // Too noisy national parks in the U.S.

Les habitants d’Hawaï en ont assez d’entendre le bruit des hélicoptères qui conduisent les touristes au-dessus des coulées de lave. Ils ont décidé de poursuivre en justice la Federal Aviation Administration (FAA) – l’équivalent de notre Aviation Civile – pour l’obliger à prendre des mesures à l’encontre des hélicoptères qui bourdonnent au-dessus de leurs localités et d’autres parcs nationaux aux États-Unis. Il est demandé au tribunal d’ordonner à la FAA de prévoir dans un délai de deux ans soit des plans de visites pour les hélicoptères, soit des accords régissant ces visites aériennes pour sept parcs nationaux. Il est rappelé à la FAA que la loi de 2000 relative à la gestion de la circulation aérienne dans les parcs nationaux exigeait que l’Administration élabore un plan de transport aérien ou développe des accords volontaires avec les voyagistes gérant ce même transport aérien.
Les habitants d’Hawaii se plaignent que le bruit des hélicoptères commence avant le petit-déjeuner et dure toute la journée, ce qui rend leur vie extrêmement pénible. Le Parc National des Volcans d’Hawaii a enregistré 15 489 vols aériens en 2016.
Les enquêtes ont révélé que le bruit des hélicoptères était audible dans 98% des zones sauvages du Parc National. De nombreux vols traversent les zones de nidification d’oiseaux indigènes en voie de disparition comme l’oie hawaïenne – la célèbre nene – et le faucon hawaïen. Les vols perturbent également les exécutants de hula qui viennent au bord du cratère du Kilauea pour chanter, danser et faire des offrandes. Les hélicoptères dérangent aussi les Hawaïens de souche, qui, fidèles à une tradition, demandent la permission d’entrer dans la forêt. Le silence est considéré comme une réponse positive à leur requête, tandis que le bruit des hélicoptères est interprété comme une désapprobation.
Les vols sont également devenus plus fréquents dans d’autres parcs nationaux tels que le Parc National des Glaciers au Montana où les agences organisent de plus en plus de vols à l’attention des touristes pendant la période estivale.
En plus des volcans d’Hawaii et des glaciers du Montana, il est demandé la mis en place de plans de gestion du trafic aérien pour cinq autres parcs: le Parc National de l’Haleakala à Hawaï; Lake Mead National Recreation Area en Arizona et au Nevada, Muir Woods National Monument en Californie, Great Smoky Mountains National Park dans le Tennessee et le parc national de Bryce Canyon dans l’Utah.
Source: Presse hawaiienne.

—————————————-

Hawaii residents are fed up with the noise of helicopters that fly tourists above the lava flows. They have sued the Federal Aviation Administration to force it to do something about tour helicopters buzzing their communities and other national parks around the U.S. The lawsuit asks the court to order the FAA to draft either air tour plans or voluntary agreements governing air tours for seven parks within two years. It reminds that the National Park Air Tour Management Act of 2000 required the FAA to prepare an air tour plan, or develop voluntary agreements with air tour operators.

Hawaii residents complain that the helicopter noise starts before they eat breakfast and lasts all day, making their lives miserable. Hawaii Volcanoes National Park recorded 15,489 air tour flights in 2016.

Surveys found helicopter noise was audible in 98 percent of the wilderness areas of the Hawaii Volcanoes National Park. Many flights traverse nesting areas for endangered native birds like the Hawaiian goose and the Hawaiian hawk. The flights also disrupt hula performers who come to the edge of Kilauea volcano’s summit crater to chant, dance and make offerings. They disturb native Hawaiians, who in following traditional protocol ask permission when they enter the forest. The sounds of silence are considered a positive response to such a request; helicopter noise is interpreted as disapproval.

Flights have also become more frequent in other national parks such as Glacier National Park in Montana. Flight operators increasingly cater to tourists during the park’s busy summer season.

In addition to Hawaii Volcanoes and Glacier, air tour management plans or voluntary agreements are asked for five other parks: Haleakala National Park in Hawaii; Lake Mead National Recreation Area in Arizona and Nevada, Muir Woods National Monument in California, Great Smoky Mountains National Park in Tennessee and Bryce Canyon National Park in Utah.

Source : Presse hawaiienne.

Vue aérienne des coulées de lave à Hawaii

Parc National de l’Haleakala à Hawaii

Glacier National Park…où les glaciers sont en voie de disparition

Parc National de Bryce canyon, mon préféré!

(Photos: C. Grandpey)