Nouvelles des victimes de l’éruption de White Island // News of victims of the White Island eruption

Pour les médias, l’éruption de White Island est définitivement terminée ; « parlons d’autre chose! » Cependant, elle n’est pas vraiment terminée un mois plus tard pour plus d’une douzaine de personnes qui séjournent encore dans les hôpitaux de Nouvelle-Zélande avec de très graves blessures. Quatre patients ont leur pronostic vital engagé. N’oublions pas que deux personnes sont toujours portées disparues et 17 autres ont été tuées lors de la catastrophe.
La recherche des deux personnes disparues a été suspendue le 24 décembre 2019 et les autorités ne sont pas retournées sur l’île depuis la fin de la mission de récupération des corps. L’interdiction d’accès imposée autour de l’île a été levée fin décembre, mais les autorités ont demandé aux gens de ne pas ramasser de fruits de mer dans un rayon de 1 km de White Island à cause de la pollution générée par l’éruption.
Quatre hôpitaux néo-zélandais continuent de soigner 13 victimes de l’éruption. Quatre de ces patients restent dans un état critique ; trois d’entre eux sont en soins intensifs à l’hôpital Middlemore d’Auckland. Les chirurgiens affirment n’avoir jamais vu des brûlures aussi  graves à une telle échelle.
Comme je l’ai écrit précédemment, la peau de donneurs achetée aux États-Unis et en Australie a été utilisée comme greffe temporaire. Elle est maintenant remplacée par la peau des victimes, mais c’est un processus lent car la peau a besoin de temps pour se régénérer. Les opérations sont délicates et complexes.
Treize victimes de l’éruption de White Island rapatriées en décembre sont également toujours traitées dans les unités de grands brûlés des hôpitaux australiens.
Source: The Guardian.

——————————————

For the media, the White Island eruption is definitely over, let’s talk about something else! However, it is not over for more than a dozen people still in New Zealand hospitals with life-threatening injuries a month on from the fatal eruption. Four remain in critical condition. We should not forget that two persons are still missing and 17 others were killed during the disaster.

The search for two missing victims was suspended on December 24th, 2019 and authorities have not returned to the island since the recovery mission was completed. The ban placed around the island was lifted late in December, although the ministry of primary industries has warned people not to collect seafood from within a 1 km radius of White Island.

Four New Zealand hospitals have continued to treat 13 victims of the eruption. Four of those patients remain in a critical condition, with three in intensive care at Middlemore hospital in Auckland. Surgeons say they have never experienced multiple serious burns on this scale.

As I put it before, donor skin purchased from the US and Australia was used as a temporary skin graft. This is now being replaced by victims’ own skin, but it is a slow process as skin needs time to grow. The operations are delicate and complex.

Thirteen White Island victims repatriated in December also remain in burns units in Australian hospitals.

Source : The Guardian.

Photo: C. Grandpey

« Zones de guerre » dans les hôpitaux néo-zélandais // « War zones » in New Zealand hospitals

Les blessures des victimes de l’éruption de White Island sont si horribles à voir que les médecins disent avoir l’impression de travailler dans une «zone de guerre». Je vais faire part de quelques uns de leurs témoignages de manière la plus douce possible afin de ne pas traumatiser les lecteurs de ce blog.
Un médecin urgentiste a déclaré: « Notre tâche est extrêmement difficile parce que nous savons que les patients souffrent énormément et vont se battre pour leur vie pendant les deux ou trois prochaines semaines, sans savoir s’ils réussiront à survivre. »
Alors que les chirurgiens continuent de travailler 24 heures sur 24, 29 patients sont en soins intensifs dans différents hôpitaux de Nouvelle-Zélande. Un patient a pu être transféré de Wellington, la capitale, vers l’Australie.
Lorsque les blessés sont entrés à l’hôpital régional du Waikato après l’éruption, le personnel a senti l’odeur de soufre provenant de leurs vêtements et a vu des « lambeaux de peau morte » et des « des taches de cendre  » qui se décollaient de leur corps. Les médecins ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour soulager la douleur et prévenir l’infection.
Dix des blessés seront transférés dans les provinces australiennes de Victoria et de Nouvelles Galles du Sud dans les prochaines 24 heures. Trois avions de la Royal Australian Air Force ont été mis à disposition dans le cadre de ce rapatriement.
Un médecin a déclaré que deux patients avaient subi des brûlures couvrant 90% de leur corps. Il espère qu’ils survivront et le personnel fait tout ce qu’il peut pour les soigner. Tous les patients ont eu leur corps brûlé à plus de 30% et 22 ont encore besoin d’une assistance respiratoire.
Une peau provisoire – qui peut être conservée au froid pendant une période de cinq ans – est utilisée comme pansement pour mettre les patients à l’abri d’infections et pour améliorer leur condition jusqu’à ce cette dernière permette des greffes avec de la peau prélevée sur leur propre corps. La Nouvelle-Zélande achète régulièrement de la peau aux États-Unis, mais au cours des derniers jours, il a fallu effectuer une commande supplémentaire en raison du nombre de blessés lors de l’éruption. La peau – qui est conservée à -60 degrés – est acheminée en Nouvelle-Zélande par transport spécial à très basse température.
La demande en sang et en plasma a également considérablement augmenté depuis l’éruption  mais il n’y a pas de pénurie dans ce domaine.
Les chirurgiens disent que les problèmes les plus compliqués auxquels ils sont confrontés dans le traitement des brûlures graves sont la perte de liquide, la réanimation et la protection des voies respiratoires. Une fois que se produit une perte de liquide, la tension artérielle commence à baisser et la personne entre en état de choc, donc la réanimation et une perfusion intraveineuse sont cruciales pour éviter la défaillance d’un organe. L’autre problème est la protection des voies respiratoires qui peuvent se bloquer et créer une situation très dangereuse. Il faut souvent introduire un tube dans les poumons pour maintenir ouvertes les voies respiratoires et pour que le patient puisse toujours respirer.
La gravité des brûlures est mesurée en fonction de leur pourcentage de couverture sur le corps. Chez un adulte, une brûlure couvrant 20% du corps correspond à environ aux deux bras; c’est à ce moment que la personne commence à ressentir des effets sur tout le corps ; le système immunitaire s’affaiblit, le cœur ne fonctionne pas trop bien et on se trouve rapidement en état de choc.
Source: New Zealand Herald, hôpital d’Auckland.

Toute la presse est unanime pour souligner le travail effectué par les services hospitaliers néo-zélandais pour traiter au mieux les très graves blessures subies par les victimes de l’éruption.

———————————————-

The injuries of the victims of the White Island eruption are so horrible that doctors say they feel they are working in a « war zone. » I’m going to report the descriptions in a soft way in order not to traumatize the readers of this blog.

One emergency doctor said: « It’s one of the most challenging things to look at because you know the patients are in so much pain and will be fighting for their life for the next two or three weeks and even then they could die. »

As surgeons continue to work around the clock, 29 patients remain under intensive hospital care at different New Zealand hospitals. One patient was transferred from Wellington to Australia.

When patients entered Waikato Hospital after the eruption, the staff could smell the sulphur coming from their clothing and saw « bits of dead skin » and « broken ash » peeling off their bodies. Doctors did what they could to help relieve pain and prevent infection.

Ten of the injured patients will be transferred to Victoria and New South Wales within 24 hours. Three Royal Australian Air Force aircraft had been deployed to New Zealand as part of the repatriation effort.

A doctor said two patients had suffered burns covering 90 per cent of their bodies. He hopes they will survive and the staff is doing all they can to treat them. All patients had more than 30 per cent burns and 22 still require airway support.

A skin donation – which can be stored in a freezer for up to five years – is used as dressing to help patients stay infection free and improve their outcomes until they are well enough to have skin grafts taken from their own body. New Zealand sources skin donations from the US regularly but in the last few days had required additional support due to those injured in the eruption. The skin – which is kept in storage of -60 degrees – is being transported to New Zealand in special frozen storage.

The demand for blood and plasma has also increased dramatically since the eruption and is being managed as there is no shortage of blood and plasma.

Surgeons say the biggest challenge for treating severe burns is fluid loss, resuscitation and protection of the airways. Once fluid loss occurs the blood pressure starts to drop and the person will go into shock, so resuscitation and inserting an intravenous line is crucial to avoid organ failure. The other issue is inhalation and protection of the airway which can block off, creating a very dangerous situation. People often require a tube to be put down into their lungs to keep the airway open and so the patient can still breathe basically.

The severity of burns is measured by the percentage of coverage on the body. In an adult 20 per cent burns equates to about two arms; this is when you start to get all general effects on the body – your immune system weakens, your heart doesn’t work too well, and you can go into shock.

Source : New Zealand Herald, Auckland hospital.

The whole press underlines the work performed by the hospital staff to alleviate the sufferings of the people injured during the eruption.