La centrale géothermique de Puna sous la menace de la lave // PGV under the threat of lava

Selon le dernier rapport de la Protection Civile, la lave a recouvert au moins un puits de la centrale Puna Geothermal Venture (PGV). Le puits a été colmaté au cas où la lave pénétrerait dans l’enceinte de l centrale, et un deuxième puits situé à une trentaine de mètres a également été sécurisé. Les bouchons qui ont été installés protègent contre les émissions potentielles d’hydrogène sulfuré qui pourrait devenir toxique au contact de la lave. Il y a une surveillance constante du niveau de H2S. Si le gaz était détecté, la Protection Civile émettrait une alerte immédiate en utilisant des sirènes et la radio et ferait du porte-à-porte pour avertir les habitants de la zone concernée.
Le travail de protection s da la centrale PGV a également consisté à retirer l’équipement hors sol sur les puits et à mettre une couche de cendre dans la fosse d’accès à chaque puits. Ainsi, il devrait  être possible de réactiver les puits après l’éruption, même si les puits ont tous été recouverts par la lave.
La lave qui avait avancé le 26 mai vers les puits mis en sécurité a ensuite ralenti sa progression le matin du 27 mai, avant de reprendre de la vigueur vers midi. Vers 15 heures ce même jour, on a estimé que la lave se trouvait à quelques mètres du premier des trois puits qui sont espacés d’une trentaine de mètres les uns des autres.
L’usine produit en moyenne 25 pour cent de l’électricité de l’île d’Hawaï. Elle a été fermée peu de temps après le début de l’éruption le 3 mai 2018.
Source: Protection Civile.

———————————————–

According to Civil Defense’s latest report, lava has covered at least one capped well at the Puna Geothermal Venture (PGV) plant. The well was plugged in anticipation of the lava flow, and a second well 30 metres away has also been secured. The plugs protect against the release of hydrogen sulphide gas that could turn toxic when mixed with lava. There is constant monitoring for H2S, and if any were detected, the Civil Defense would put out an immediate alert using sirens, radio and going door to door to notify any residents in an affected area.

The protection work ay PGV also includes removing above-ground equipment on the wells and putting a layer of cinder into a pit that leads to each well. It may be possible to reactivate the wells after the eruption, even if the wells are all covered by lava.

Advancing lava that had been moving toward the deactivated wells on May 26th eased up in the morning of May 27th but then picked up around midday. As of about 3 p.m. that same day,  lava was estimated to be within just a few metres of the first of three production wells, each of which are about 30 metres apart.

The plant typically generates 25 percent of the electricity for Hawaii island. It was shut down shortly after Kilauea began spewing lava on May 3rd.

Source: Civil Defense.

Vue de l’éruption fissurale et de la proximité de la centrale géothermique

(Crédit photo: USGS)

 

La sécurité dans le District de Puna // Security in the Puna District

Le 14 mai, la lave du Kilauea se rapprochait lentement de la Highway 137 qui est l’une des routes d’évacuation possibles pour les secteurs de Kalapana, Opihikao et Kapoho. Les coulées en provenance de la fracture 17 se trouvaient à moins de 2 km de la route côtière, mais en fin d’après-midi, elles n’avaient progressé que de 300 mètres en six heures de temps.

Dans le même temps, les autorités ont annoncé qu’elles allaient injecter de l’eau froide dans trois puits géothermiques actifs de la centrale Puna Geothermal Venture afin de les colmater avec des bouchons en fer. On utilise le poids de l’eau froide pour condamner la vapeur et l’eau chaude dans les puits, puis on installe les bouchons sur les orifices. L’eau froide devra être injectée à plusieurs reprises jusqu’à ce que les bouchons soient installés. La centrale PGV, qui fournit environ 25% de l’énergie de l’île, a été fermée peu de temps après le début de l’éruption dans les Leilani Estates le 3 mai. Les puits géothermiques se trouvent dans la zone où une 19ème fracture s’est ouverte dans les Lanipuna Gardens le 7 mai au matin. La première priorité consiste à assurer la sécurité de cette zone habitée.

Alors que la lave approche maintenant de la Highway 137 et que de nouvelles fractures apparaissent tous les jours, les autorités s’efforcent d’apporter rapidement des améliorations aux itinéraires potentiels d’évacuation. Selon le Ministère des Transports, la réouverture de la Highway 130 est maintenant une priorité absolue. En effet, cette route est le seul itinéraire capable de supporter un trafic important dans et en dehors de la région de Kalapana, car il dessert Kaimu, Opihikao et les subdivisions des Seaview Estates et Black Sand Beach. Les autorités ont déclaré le 7 mai que la Highway 130 serait fermée entre Pahoa et Old Kalapana Road à cause de l’élargissement des fissures dans la chaussée aux bornes kilométriques 14.4 et 14.6. A l’annonce de la fermeture de la Highway 130, les services des Ponts et Chaussées ont répandu du gravier et réparé autant que faire se peut la Highway 137, une route côtière partiellement goudronnée qui pourrait être utilisée en cas d’urgence pour sortir du secteur de Lower Puna.
Le problème est maintenant que la lave de la fracture 17 pourrait venir menacer la Highway 137. Si cette dernière est coupée, il faudra alors se rabattre sur la Highway 130. Dans l’immédiat, des plaques de métal pourraient être installées sur les fractures de la Highway 130, ainsi qu’un système de surveillance utilisant des capteurs ou de caméras afin que la route puisse être fermée rapidement si elle se détériore davantage.
Une autre possibilité consisterait à utiliser des dalles de béton préfabriquées pouvant résister à une chaleur de 1100°C pour construire un pont qui enjamberait les zones dangereuses sur les highways 130 ou 137. On pourrait aussi rouvrir la Chain of Craters Road en direction du Parc National des Volcans.

La Protection Civile a annoncé que des niveaux élevés de dioxyde de soufre ont été détectés le 14 mai dans l’après-midi au niveau des fractures dans la zone sud-est des Lanipuna Gardens, qui fait déjà l’objet d’une évacuation obligatoire. Il y a aussi des nuages de gaz dans les subdivisions d’Opihikao et de Seaview, mais pas à des niveaux suffisamment élevés pour justifier une évacuation.
Le National Weather Service a émis une alerte jusqu’au 14 mai dans la soirée pour les habitants des régions du sud de la Grande Ile qui pourraient être affectés par de légères retombées de cendre en provenance du cratère de l’Halemaumau qui a émis un volumineux panache visible sur les images satellites.
Source: Presse hawaïenne.

———————————————

Lava from Kilauea Volcano on Monday, May 14th was slowly approaching Highway 137 that is one of the last evacuation routes from the Kalapana, Opihikao and Kapoho areas. Lava flows from Fissure 17 reached within 2 km of the coastal highway, but by late afternoon, after six hours, had progressed only 300 metres.

In a related development, authorities announced they are going to inject three active geothermal wells on the Puna Geothermal Venture with cold water and seal them with iron plugs. That involves using the weight of the cold water to suppress steam and hot water in the wells, and then installing plugs into the wells. Until the plugs are installed, cold water will need to be injected repeatedly. The PGV plant, which had supplied an estimated 25 percent of the island’s energy, was shut down soon after the Leilani Estates lava outbreak began on May 3rd. The geothermal wells are in the general area where a 19th fissure opened at Lanipuna Gardens on May 7th in the morning. The first and foremost priority is to ensure that the community is kept safe.

With the lava flow now approaching Highway 137 and new fissures opening daily, the state is also hurrying to make improvements to potential evacuation routes. According to the Department of Transportation, reopening Highway 130 is now a top priority. Indeed, this highway is the highest-­capacity route in and out of the Kalapana area, serving the communities of Kaimu, Opihikao and the Seaview Estates and Black Sand Beach subdivisions. However, state officials announced on May 7th that it was closed between Pahoa and Old Kalapana Road because of widening cracks in the pavement at mile markers 14.4 and 14.6. The closure of Highway 130 prompted state crews to drop gravel and make other improvements to Highway 137, a partially paved coastal road that could serve as another emergency route out of Lower Puna.

The problem now is that lava from Fissure 17 may become a threat to Highway 137. If the highway gets cut off, then the route has got to go back to Highway 130 again. In the near term metal plates might be installed over the cracks in Highway 130 as well as a monitoring system involving sensors or cameras so the road can be closed quickly if it deteriorates further.

Another possibility would be to use prefabricated concrete slabs that can resist heat of up to 1100°C to build a bridge over any hazard that threatens Highways 130 or 137, and there’s also the possibility of reopening Chain of Craters Road leading to Hawai‘i Volcanoes National Park.

Civil Defense officials announced that high levels of sulfur dioxide gas were detected on May 14th in the afternoon from fissures in the southeastern area of Lanipuna Gardens, which is already under a mandatory evacuation. There are also really high levels of volcanic gases in the Opihikao and Seaview subdivision areas, but not at levels high enough to trigger evacuation.

The National Weather Service issued an alert through May 14th in the evening for residents in southern areas of the Big Island who could be affected by “very light ashfall” from Halemaumau Crater which released a plume visible on satellite and web cameras.

Source : Hawaiian press.

Fracture dans la Highway 130 (Crédit photo: USGS / HVO)

Effets secondaires de la coulée du 27 juin (Hawaii) // Secondary effects of the June 27th lava flow (Hawaii)

drapeau francaisLa coulée de lave du 27 juin est en passe d’avoir des effets secondaires sur le District de Puna, en particulier sur les personnes qui habitent près de la centrale géothermique Puna Geothermal Venture (PGV). Le programme qui permet aux personnes vivant à proximité de la centrale de vendre leurs maisons au Comté d’Hawaï vient d’être suspendu et la décision bloque 30 demandes de ventes.

Suite aux incertitudes qui entourent la coulée de lave du 27 juin, le Service de Planification, qui gère le programme de relogement, a imposé un moratoire sur les nouveaux achats et les ventes aux enchères des biens. Même si la centrale géothermique n’est pas directement sous la menace de la lave, la coulée, en coupant la Route 130, rendrait inaccessible la zone et obligerait la mise à l’arrêt de PGV.

Les redevances géothermales versées par PGV et récoltées par le Compté d’Hawaii sont la seule source de financement du programme de relocalisation. Ces versements cesseraient si la centrale devait arrêter de fonctionner. Début janvier, le Geothermal Royalty Fund avait 2,7 millions de dollars en caisse, avec une réserve supplémentaire d’un million de dollars. C’est assez d’argent pour effectuer quelques acquisitions supplémentaires, mais trop peu pour les  30 acquisitions prévues au programme.
La plupart des postulants désirent être relogés en raison de problèmes de santé comme des maux de tête et des problèmes oculaires, symptômes qui pourraient être causés par l’exposition à long terme à de faibles concentrations de sulfure d’hydrogène. Cependant, le lien entre ces soucis de santé et la centrale géothermique n’a pas été établi. Afin d’étudier le problème, le Comté d’Hawaii prévoit de lancer une étude sanitaire de trois ans dans les zones autour le la centrale pour déterminer quel est son impact sur la santé des habitants.
Une des habitantes concernées dit qu’après avoir attendu plus de deux ans, elle se demande pendant combien de temps le programme de relogement restera suspendu. Elle craint que la coulée de lave entraîne des difficultés pour la vente de sa maison. Même si elle aime le District de Puna, elle ne pense plus qu’il est agréable d’y vivre, à cause de la centrale.
Le Comté d’Hawaii a mis sur pied le programme de relogement en 1996, avec le Geothermal Royalty Fund  qui devait permettre de reloger les habitants vivant à proximité de la PGV s’ils en exprimaient le désir.
La centrale a commencé à produire de l’électricité en 1993. Jusqu’à présent, le Comté d’Hawaii a dépensé 1 560 000 dollars pour l’achat de 10 maisons dans le cadre du programme. Les maisons sont achetées jusqu’à 130 pour cent de leur valeur estimée. En retour, le Comté a reçu 216 100 dollars par la vente aux enchères de quatre propriétés. Pour pouvoir postuler, il suffit qu’un propriétaire émette le désir de déménager, avec priorité à ceux qui habitent à moins de 1,5 km de la centrale et ont acheté leurs maisons avant le 3 octobre 1989, comme le stipule de décret émis par le Service de Planification. Presque tous les candidats résident dans les Leilani Estates ou Lanipuna Gardens. Quelques autres se trouvent sur Pohoiki Road.
Source: Journaux hawaïens.

 ————————————————-

drapeau anglaisThe June 27th lava flow is having secondary effects on Puna district, especially for the residents who live close to Puna Geothermal Venture (PGV), the geothermal plant.

A program that allows neighbours of Puna Geothermal Venture to sell their homes to Hawaii County is on hold, a move that leaves 30 applications in limbo.

The Planning Department, which administers the geothermal relocation program, placed a moratorium on new purchases and auctions of purchased properties in response to uncertainties surrounding the June 27th lava flow. While the power plant is not directly impacted by lava, the concern is that the flow could hamper access to the area and result in the plant shutting down. The county’s share of geothermal royalties is the only funding source for the relocation program. Those payments would cease if the plant shut down.

Early in January, the Geothermal Royalty Fund had $2.7 million. Another $1 million is kept in reserve. That’s enough money to continue with additional purchases though it falls short of funds needed to complete all of the remaining 30 acquisitions.

Most applicants to the program seek relocation because of health concerns like scratchy eyes and headaches, symptoms that might be caused by long-term exposure to low levels of hydrogen sulphide. However, a connection between them and the geothermal operation hasn’t been established. In response to the concerns, the county plans to undergo a three-year health study in the nearby communities to determine what impact the plant is having on its neighbours’ health.

One of the resident said that after waiting more than two years, she is concerned about how long the pause might be in place, especially since the lava flow could now make it difficult to sell her home. While she said she loves the neighbourhood, she no longer thinks it’s healthy to live there.

The County Council created the program in 1996 with the use of a newly created Geothermal Royalty Fund to relocate homeowners living near PGV who expressed a desire to leave.

The plant began commercial operations in 1993. So far, the county has spent $1.56 million on purchasing 10 homes through the program. Homes are purchased up to 130 percent of their assessed value. The county has received $216,100 through the auction of four properties. To qualify, a resident only needs to express a desire to relocate, with preference given to those who live within 1.5 km of the plant and purchased their homes before October 3rd, 1989, according to the Planning Department’s program rules. Nearly all of the applicants are in Leilani Estates or Lanipuna Gardens. A few are located down Pohoiki Road.

Source : Hawaiian newspapers.

Puna-blog

Vue de Puna Geothermal Venture  (Crédit photo:  Ormat)