Le Premier Ministre australien et le réchauffement climatique // The Australian Prime Minister and climate change

La ville de Sydney est envahie depuis plus d’un mois par des fumées toxiques générées par de très violents incendies de végétation, suite à une vague de sécheresse particulièrement sévère cette année en Australie.

Le Premier ministre australien était resté muet jusqu’à présent et a finalement accepté de s’exprimer après que près de 20 000 personnes aient manifesté dans les rues de Sydney pour exiger une réponse du gouvernement face à cette pollution, à l’origine de problèmes médicaux chez une partie de la population. En réponse, le chef du gouvernement conservateur a affirmé comprendre les inquiétudes des plus de cinq millions d’habitants de la ville la plus peuplée d’Australie.

Fait rare, il a reconnu que le changement climatique était l’un des « facteurs » à l’origine des centaines d’incendies responsables de ces fumées toxiques et de la destruction de millions d’hectares et de plus de 700 maisons dans l’est de l’Australie.

Jusqu’à présent, le Premier Ministre, ardent défenseur de l’industrie minière australienne, s’était exprimé quasi exclusivement pour faire part de sa solidarité avec les zones rurales affectées par ces feux. La question du changement climatique est délicate pour le Parti libéral d’Australie, au pouvoir depuis 2015. Toute mesure visant à réduire les émissions de carbone ou à réduire les exportations de charbon, pourrait conduire les habitants des zones minières à se détourner du vote conservateur, à diviser son parti et à plonger le pays dans une crise économique. L’industrie minière représente plus de 70% des exportations nationales.

Source : France Info.

On voit bien que de très grands pays comme l’Australie, les Etats-Unis, le Brésil, l’Inde ou la Pologne ne feront pas d’efforts pour freiner la hausse globale des températures. Dans ce cas, les différentes COP sont-elles vraiment utiles ?

———————————————

The city of Sydney has been submerged for more than a month by toxic fumes generated by very violent wildfires, following a wave of drought particularly severe this year in Australia.
The Australian Prime Minister had remained silent until now and finally agreed to speak after nearly 20,000 people demonstrated in the streets of Sydney to demand a government response to the pollution which causes health problems among the population. The head of the Conservative government said he understood the concerns of the more than five million people in Australia’s most populated city.
He admitted for the first time that climate change was one of the « factors » behind the hundreds of fires responsible for this toxic smoke and the destruction of millions of hectares and more than 700 homes in the eastern part of Australia.
So far, the Prime Minister, a staunch defender of the Australian mining industry, has spoken almost exclusively to express his solidarity with the rural areas affected by these fires. Climate change is a hazardous issue for the Australian Liberal Party, in power since 2015. Any measure to reduce carbon emissions or reduce coal exports could lead people in mining areas to turn away from the Conservative vote , divide his party and plunge the country into an economic crisis. The mining industry accounts for more than 70% of national exports.
Source: France Info.
It is easy to see that very large countries like Australia, the United States, Brazil, India or Poland will not help to curb the rise in temperatures! Are the different COPs really useful?

Les incendies de végétation en Australie vus depuis l’espace (Source: NASA)

Réchauffement climatique : La pollution des navires en escale // Global warming: Pollution of ships in ports of call

S’agissant des gaz à effet de serre, cause principale de l’accélération du réchauffement climatique, on nous parle beaucoup des voitures et des conséquences nocives des gaz d’échappement sur l’atmosphère. On nous parle des vignettes CRIT’AIR qui sont censées réduire la pollution automobile.

A côté de cela, il est un fléau que les médias oublient de mentionner : les fumées émises par les navires à quai dans les ports. Ainsi, à Marseille (Bouches-du-Rhône), les navires en escale sont responsables de près de 15% de la pollution atmosphérique. Ils rejettent dans l’atmosphère des gaz toxiques comme l’oxyde d’azote – jusqu’à 40% du taux présent dans la ville – des gaz à effet de serre et des suies perceptibles jusque dans les habitations des riverains. La solution à ce problème est bien connue, mais jamais mise en application. Elle consisterait à relier les bateaux en escale au réseau électrique.

Un plan « Escales zéro fumée » a été présenté le jeudi 5 septembre 2019 par la région PACA. Il vise à généraliser le raccordement des navires au réseau électrique dans les grands ports de Marseille, Nice et Toulon, moyennant un investissement de 30 millions d’euros. Les compagnies maritimes devront donc payer leur consommation. Des quais électriques devraient être installés à partir de 2025. La plupart des riverains pensent que cette date est trop éloignée. Tendant les prochaines années, on va continuer à enregistrer des milliers de nouveaux décès provoqués par cette pollution des bateaux en escale. 67 000 décès prématurés sont imputés chaque année à la pollution de l’air pour un coût estimé à 100 milliards d’euros. Un élu socialiste a demandé l’interdiction des bateaux à fioul lourd dans le port de Marseille, comme c’est le cas à Miami, affirmant que « les grandes compagnies de croisière envoient leurs bateaux les plus polluants à Marseille ». Selon la société Marseille Provence Cruise Terminal, qui gère les terminaux de croisière dans la cité phocéenne, près de 500 escales ont été enregistrées en 2018.

La chaîne de radio France Info nous explique que pour les riverains du quartier de Mourepiane qui surplombe le port de Marseille, la situation est souvent intenable. Ainsi, depuis le 3 juillet, le Liverpool Express, un porte-conteneurs allemand, est en maintenance dans la forme 10 du Grand Port de Marseille et les cheminées du navire continuent à  émettre en permanence leurs fumées toxiques ingérées par les poumons des riverains. Ce n’est qu’un exemple de la pollution générée par les ferries, cargos et navires de croisière lorsqu’ils sont à quai.

Source : France Info.

——————————————-

When it comes to greenhouse gases, the main cause of accelerating global warming, we hear a lot about cars and the harmful effects of exhaust fumes on the atmosphere. We are told about the CRIT’AIR stickers that are supposed to reduce car pollution.
Beside that, there is a scourge that the media forget to mention: fumes emitted by ships docked in ports. In Marseilles (Bouches-du-Rhône), for example, ground-based vessels account for nearly 15% of air pollution. They release into the atmosphere toxic gases such as nitrogen oxide – up to 40% of the rate present in the city – greenhouse gases and soot that can be seen into the homes of residents. The solution to this problem is well known, but never implemented. It would consist in connecting the boats in call to the electricity network.
A plan « Ports of call with zero smoke » was presented on Thursday, September 5th, 2019 by the PACA region. It aims to generalize the connection of ships to the electricity network in the major ports of Marseilles, Nice and Toulon, with an investment of 30 million euros. Shipping companies will have to pay for their electricity consumption. Electric docks should be installed from 2025. Most residents think that this date is too far away. Over the next few years, there will still be thousands of new deaths caused by this pollution of vessels calling. 67,000 premature deaths are attributed each year to air pollution at an estimated cost of 100 billion euros. An elected Socialist asked for the ban of heavy fuel oil in the port of Marseilles, as is the case in Miami, saying that « the big cruise companies send their most polluting boats to Marseilles. » According to the company Marseille Provence Cruise Terminal, which manages cruise terminals in the Mediterranean city, nearly 500 stopovers were recorded in 2018.
The France Info radio channel explains that for the residents of the Mourepiane district overlooking the port of Marseilles, the situation is often unbearable. For instance, since July 3rd, the Liverpool Express, a German container ship, is in maintenance in Dock10 of the Grand Port of Marseille and the funnels of the ship continue to emit permanently their toxic fumes ingested by the lungs of the residents. This is just one example of the pollution generated by ferries, cargo ships and cruise ships when they are docked.
Source: France Info.

Les paquebots font escale dans le port de Juneau (Alaska) où ils déversent des milliers de touristes, mais aussi d’énormes quantités de gaz toxiques (Photo: C. Grandpey)