Sur le front des glaciers…

Si vous avez des doutes sur le réchauffement climatique et ses effets sur la banquise et les glaciers, je vous invite à regarder en rediffusion (replay, pluzz) l’excellent documentaire de Hugo Clément « Sur le front des glaciers » diffusé le 17 mars 2020 sur France 2. La catastrophe naturelle est parfaitement présentée. On assiste au sauvetage de Mike Horn sur la banquise trop fine de l’Arctique, à la mort annoncée de la Mer de Glace – avec des preuves irréfutables – et à l’agonie des glaciers du Svalbard. Les effets sur les populations sont également pris en compte avec l’exemple du Pérou auquel je fais en permanence référence au cours de ma conférence « Glaciers en péril ».

Comme le dit fort justement Hugo Clément, « cela peut paraître loin de nous mais ces glaciers ont pourtant un lien impact direct sur notre quotidien. Il faut agir très rapidement. Autrement, nous risquons de ne plus rien maîtriser. » Je me permettrai d’ajouter : «…s’il n’est pas déjà trop tard.

https://www.france.tv/france-2/sur-le-front/1303881-les-glaciers.html

S’agissant de la fonte des glaciers dans le monde, mon denier livre « Glaciers en péril – Les effets du réchauffement climatique » est un message d’alerte. Le but des quelque 140 pages de texte accompagnées d’un CD de 160 photos prises à travers le monde, est de montrer la vitesse à laquelle les glaciers sont en train de fondre sous les coups de boutoir du réchauffement climatique.

Le prix du livre et de son CD est de 10 euros de la main à la main, en particulier à l’occasion de conférences, salons et d’expositions photo. Sinon, il est disponible au prix de 15 euros par correspondance. Il suffit pour cela d’envoyer un message à  mon adresse électronique (grandpeyc@club-internet.fr) en n’oubliant pas de me laisser vos coordonnées postales.

La Mer de Glace en 1956…

….et en 2018!

(Photos: G & C. Grandpey)

 

Champs Phlégréens (Italie)

Le Journal Télévisé de France 2 a consacré ce midi une rubrique aux Champs Phlégréens, site volcanique actif près de Naples. La séquence commençait mal car la présentatrice a indiqué qu’il s’agissait d’un super volcan, ce qui est inexact. Un super volcan a un VEI – Indice d’Explosivité Volcanique – de 8 (sur une échelle de 8 niveaux). Seuls des volcans comme le Yellowstone et le Toba ont accompli cet exploit. On estime – sans en être sûr – qu’une éruption des Campi Flegrei atteindrait au mieux le niveau 7 de l’Indice.

Cela dit, il est vrai, comme l’a fait remarquer Lucia Palppalardo, que certains indices tendent à montrer une certaine élévation de l’activité de la Solfatara au cours des derniers mois. Rien de très alarmant cependant. Il est dit dans le reportage que la température du sol a été mesurée à 40°C, ce qui n’est pas excessif et ne veut pas dire grand-chose. Cela dépend de l’endroit où la mesure a été effectuée et une seule mesure en un seul lieu n’est pas significative. En 1992, je l’avais mesurée à 120°C au niveau de la Bocca Grande.

Le sol de la région a tendance à se soulever, mais ce n’est pas un scoop. La région de Pouzzoles (Pozzuoli) connaît des épisodes récurrents de bradyséisme, avec le sol qui se soulève et s’abaisse en fonction des humeurs de la chambre magmatique sous le volcan. Il suffit de regarder les incrustations de coquillages sur les colonnes du temple de Serapis pour s’en rendre compte.

Le reportage attire l’attention sur le manque d’information dont est victime la population. Ce n’est pas nouveau et c’est la même chose à propos du Vésuve. Des plans d’évacuation existent mais leur mise en place dans l’Italie du Sud n’est pas chose facile. Nous ne sommes pas au Japon et le mot « discipline » ne revêt pas la même valeur !

En conclusion, il ne faut pas nier le risque éruptif des Champs Phlégréens mais la situation actuelle ne justifie pas un mouvement de panique. En cliquant sur ce lien, vous trouverez les dernières informations techniques sur l’activité de ce site dont la visite ne manque pas d’intérêt.

http://www.ov.ingv.it/ov/bollettini-campi-flegrei/Bollettino_Flegrei_2017_02_28.pdf

Source: NASA

 

L’Etna au « 20 heures » de France 2…

Mais quelle mouche a donc piqué France 2 ? Pourquoi avoir diffusé sur un ton solennel un reportage presque alarmant sur l’Etna ce soir au « 20 heures », à un moment où il ne se passe pratiquement rien sur le volcan ? En plus, le reportage comporte plusieurs inexactitudes. Dire que la neige est « quasiment éternelle » sur le sommet est un peu exagéré ! Il suffit de regarder régulièrement les webcams pour s’en rendre compte. L’Etna comporte 4 cratères et non pas trois : Bocca Nuova, Voragine, Nord-Est et Sud-Est. L’interdiction d’accès au sommet n’est pas récente comme l’a indiqué D. Pujadas et n’a pas été dictée par le comportement de l’Etna ces derniers jours, ni d’ailleurs par les conditions météo comme cela est dit dans le reportage. L’ordonnance a été promulguée il y a plusieurs mois par la Préfecture de Catane suite à une intensification de l’activité éruptive à cette époque. A noter que l’accès à la Valle del Bove est interdit lui aussi à cause des risques d’effondrements sur le flanc oriental du Nouveau Cratère SE. Pour finir, les journalistes ne pouvaient sûrement pas admirer les « effusions magmatiques » lors de leur visite, vu qu’il n’y en a pas en ce moment !

Tremor-Etna

Le tremor confirme le calme relatif qui règne en ce moment sur l’Etna.