Des lahars sur l’Ubinas (Pérou) // Lahars on Ubinas Volcano (Peru)

Dans une note rédigée le 25 janviers 2019, j’indiquais que l’Institut de Géophysique du Pérou (IGP) avait émis la veille un bulletin spécial dans lequel il recommandait le passage à la couleur Jaune du niveau d’alerte du volcan Ubinas car il existait un réel risque de lahars suite à l’accumulation de neige et aux pluies abondantes qui s’abattaient sur la région. Toute cette eau était susceptible de remobiliser les dépôts de cendre sur les pentes du volcan et de déclencher de dangereuses coulées de boue. Le 23 janvier, le réseau de stations sismiques avait déjà enregistré un tel événement d’une durée de 53 minutes. .

Ce bulletin d’alerte était justifié car un puissant lahar a dévalé les pentes de l’Ubinas dans l’après-midi du 6 février dans la région de Monquegua. C’est la troisième coulée de boue de ce type en 2019 et la plus importante depuis 2014. L’événement a duré plus d’une heure. Il n’y a pas eu de blessés, mais les dégâts matériels sont importants, en particulier sur les terres agricoles. En bloquant des routes, le lahar a isolé des villages et entraîné des coupures d’électricité.

Source : IGP, INGEMMET.

——————————————————–

In a post written on 25 January 2019, I indicated that the Institute of Geophysics of Peru (IGP) had issued the day before a special bulletin in which it recommended to raise the alert level to Yellow l the alert level for Ubinas volcano because there was a real risk of lahars after the accumulation of snow and heavy rains in the area. All this water was likely to remobilize ash deposits on the slopes of the volcano and trigger dangerous mudslides. On January 23rd, the network of seismic stations had already recorded a 53-minute event. .
IGP’s bulletin was justified because a powerful lahar travelled down the slopes of Ubinas in the afternoon of February 6th, in the region of Monquegua. This was the third mudslide of this type in 2019 and the largest since 2014. The event lasted more than an hour. There were no casualties, but the material damage is significant, especially on farmland. By blocking roads, the lahar isolated villages and caused power cuts.
Source: IGP, INGEMMET

Voici une photo du dernier lahar mise en ligne par l’INGEMMET.

Histoire de lahars // About lahars

drapeau-francaisLes chaînes de télévision ont récemment diffusé les images impressionnantes d’une coulée de boue et de pierres sur les flancs du Mont Granier (Isère), suite aux fortes pluies qui se sont abattues sur la région. Les géologues ont baptisé le phénomène « lave torrentielle », mélange très visqueux d’eau, de boue et de débris rocheux. La coulée de quelque 15 000 mètres cubes a coupé une route départementale en quatre endroits et la préfecture a interdit toutes les activités sur l’ensemble du massif. Toutefois, selon les autorités, il n’y a aucun risque pour la population et les habitations. A noter que des éboulements sont toujours observés sur le Mont Granier qui reste sous surveillance.

Cette coulée de boue n’est pas sans rappeler les lahars, mot indonésien qui fait référence à un phénomène semblable en terrain volcanique, quand les fortes pluies mobilisent les dépôts de cendre. Ces lahars sont souvent observés dans des pays comme les Philippines et l’Indonésie au moment des pluies intenses de la mousson. On en a également observé – de taille beaucoup plus modeste – en Auvergne ces dernières années sur les flancs du Sancy au-dessus du Mont Dore et dans la Vallées de Chaudefour, suite à de fortes précipitations.

Voici une vidéo de la coulée sur le flanc du Mont Granier :

http://www.francetvinfo.fr/meteo/inondations/isere-des-laves-torrentielles-sur-les-flancs-du-mont-granier_1450823.html

Voici une autre vidéo montrant un lahar  sur le Semeru (Indonésie) :

https://www.youtube.com/watch?v=bt05FIIZPgM

———————————-

drapeau-anglaisFrenchTV channels have recently released the impressive images of a mudslide on the slopes of Mount Granier (Isère), following heavy rains that have battered the region. Geologists have dubbed the phenomenon « debris flow », a highly viscous mixture of water, mud and rock debris. The flow, with a voulume estimated at about 15 000 cubic meters, cut a road in four places and the prefecture prohibited all activities on the whole massif. However, according to the authorities, there is no risk to the population and the houses. More landslides are still observed on Mount Granier which remains under surveillance.
This mudslide reminded me of the lahars, an Indonesian word that refers to a similar phenomenon in volcanic terrain, when heavy rains mobilize ash deposits. These lahars are often observed in countries like the Philippines and Indonesia during intense monsoon rains. We also observed them – at a smaller scale – in the French Auvergne in recent years, on the slopes of Mount Sancy above Le Mont Dore and in the Valley of Chaudefour, following heavy rainfall.

Here is a video of the debris flow on the slopes of Mont Granier:
http://www.francetvinfo.fr/meteo/inondations/isere-des-laves-torrentielles-sur-les-flancs-du-mont-granier_1450823.html
Here is another video showing a lahar on Semeru volcano  (Indonesia):
https://www.youtube.com/watch?v=bt05FIIZPgM

Nevado

Les lahars peuvent être destructeurs, comme celui généré par l’éruption  du Nevado del Ruiz (Colombie) en  1985. Il a balayé la ville d’Armero, tuant 26 000 personnes. (Crédit photo: Wikipedia).

Merapi (Indonésie): Approche du sommet à éviter // Please stay away from the summit !

drapeau francaisIl est fortement conseillé aux touristes d’éviter le sommet du Merapi pour la Saint-Sylvestre. Une zone d’exclusion d’un kilomètre de rayon a été mise en place  autour du cratère suite à l’éruption du mois dernier. Les visiteurs sont invités à ne pas dépasser Pasar Bubrah (2500 mètres d’altitude).
Bien que le niveau d’alerte du Merapi soit « normal » en ce moment, une nouvelle éruption ou des coulées de boue peuvent se produire à tout moment. Il y a encore environ 70 millions de mètres cubes de cendre volcanique autour du cratère suite à l’éruption de 2010. Ils pourraient se transformer en coulées de boue lors de fortes pluies. La quantité de précipitations nécessaire pour déclencher une coulée de boue est estimée à 100 millimètres par heure. Le maximum de pluie actuel est inférieur à 65 mm par heure. Toutefois, le Met Office indonésien prévoit de fortes pluies dans la région à la fin du mois de décembre.
Il est probable que certains visiteurs ignoreront l’avertissement. Des équipes de secours seront prêtes à intervenir 24 heures sur 24. .
Le Merapi et le Merbabu restent des destinations de randonnée très populaires en dépit du danger potentiel. Plusieurs gîtes à Selo sont complets et ont été réservés par des touristes indonésiens et étrangers qui veulent y passer les vacances de fin d’année.
Source : The Jakarta Globe.

drapeau anglaisTourists are warned to avoid the peak of Mount Merapi as they celebrate New Year’s Eve. A one-kilometer exclusion radius has been imposed around the crater following an eruption last month. People should not go further than Pasar Bubrah (2,500 meters up).

Despite the current normal status of Merapi, a potential for another eruption or mudslide from the peak could occur at any moment. There are still an estimated 70 million cubic metres of volcanic ash deposited around the crater’s rim from Merapi’s 2010 eruption, which could wash down in a mudslide during heavy rain. The amount of rainfall needed to trigger this is 100 millimetres an hour. The current peak rain level is less than 65 mm per hour. However, the Indonesian met office has predicted heavy rain in the area at the end of December.

However, some visitors are likely to ignore the warning. Search and rescue professionals will be on 24-hour standby.

Merapi and Merbabu remain favorite hiking destinations in spite of the potential danger. Several homestays in Selo are fully booked by foreign and domestic tourists who want to spend the year-end holidays there.

Source : The Jakarta Globe.

Merapi-Nov-2011

Le Merapi en novembre 2011  (Crédit photo:  Wikipedia)