Axial Seamount (suite / continued)

drapeau-francaisDepuis de nombreuses années, les scientifiques américains de la Scripps Institution of Oceanography (Université de Californie à San Diego) étudient l’Axial Seamount, un volcan sous-marin situé à environ 400 km au large de la côte de l’Oregon, sur la dorsale Juan de Fuca (voir mes notes des 11 et 23 août 2011, 17 août 2013 et 4 août 2014). Ce volcan présente une structure complexe et ses origines sont encore mal comprises.

Dans une note rédigée le 3 mai 2015, j’expliquais qu’à partir du jeudi 23 avril 2015, les capteurs récemment mis en place dans le secteur de l’Axial avaient enregistré 8000 petits séismes sur une période de 24 heures. La caldeira, qui avait gonflé sous la poussée d’une montée de magma, s’était ensuite effondrée rapidement. Les scientifiques se sont demandés si une éruption avait effectivement eu lieu, avec écoulement de la lave sur le plancher océanique.

Une étude effectuée par des chercheurs de l’Université de Washington et publiée la semaine dernière dans la revue Science montre comment l’Axial Seamount s’est comporté au cours de son éruption du printemps 2015. L’étude apporte de nouveaux éléments sur le comportement des volcans situés en zone d’accrétion, là où deux plaques océaniques se séparent. L’étude fournit également les premières analyses des relevés sismiques, des mouvements des fonds marins et des roches émises lors de l’éruption d’avril 2015 au large de la côte de l’Oregon.
L’étude s’appuie sur des données recueillies par le Cabled Array, un observatoire financé par la National Science Foundation, qui dispose d’une connexion électrique et informatique sur le plancher océanique. Achevé quelques mois avant l’éruption, le Cabled Array fournit de nouveaux outils pour comprendre le volcanisme de notre planète
Le sommet de l’Axial Seamount se trouve à environ 1 360 mètres sous la surface de l’océan. Sa situation sous-marine présente certains avantages. En effet, la croûte océanique n’a, en moyenne, que 6 km d’épaisseur, soit environ cinq fois moins que la croûte continentale qui se trouve sous les volcans terrestres. De plus, la chambre magmatique est moins profonde et la roche dure de la croûte océanique génère des images sismiques plus nettes.
L’observatoire Cabled Array est un véritable progrès pour étudier les volcans sous-marins. L’analyse des signaux avant et pendant l’éruption d’avril 2015 a montré un nombre croissant de petits séismes, avec parfois plusieurs milliers d’événements par jour. Les données sismiques ont également montré une profonde influence des marées, avec six fois plus de séismes pendant les marées basses que pendant les marées hautes au moment où le volcan allait entrer en éruption. Une fois que la lave est sortie, elle a commencé à suivre le dyke nouvellement formé à l’intérieur de la caldeira qui mesure 3 km de large sur 8 km de long. Les deux éruptions précédentes avaient envoyé la lave vers le sud du cratère rectangulaire du volcan alors que la dernière éruption l’a envoyée vers le nord. L’analyse sismique montre qu’avant l’éruption, la lave avançait le long de fractures annulaires à l’extérieur de la caldeira. Un nouveau dyke s’est alors formé, tout d’abord en empruntant une fracture sous le versant est de la caldeira. La lave s’est ensuite déplacée vers l’ouest et a suivi une ligne au nord de la caldeira, jusqu’à environ 15 km au nord du volcan, en produisant des milliers de petites explosions en cours de route. L’activité s’est poursuivie tout au long du mois de mai, puis la lave a cessé de couler et les signaux sismiques ont disparu. Un mois plus tard, on n’enregistrait plus qu’une vingtaine de séismes par jour.
L’Axial Seamount n’a pas montré de nouvelle activité sismique, bien qu’il soit probablement entré dans une nouvelle phase pré-éruptive. Les éruptions se produisent généralement tous les dix ans. L’observatoire Cabled Array sur l’Axial Seamount est conçu pour fonctionner pendant au moins 25 ans.

Source: The Seattle Times.

Voici une petite vidéo montrant l’installation d’un sismomètre sur l’Axial Seamount:

https://youtu.be/z8jtMmdAgeA

————————————

drapeau-anglaisFor quite a long time, US scientists at Scripps Institution of Oceanography at UC San Diego and their colleagues have been studying Axial Seamount, an undersea volcano located about 400 km off the Oregon coast, at the Juan de Fuca Ridge (see my notes of August 11th and 23rd 2011, August 17th 2013 and August 4th 2014). The seamount is geologically complex, and its origins are still poorly understood.

In a note released on May 3rd 2015, I explained that, beginning Thursday, April 23rd 2015, the sensors recently set up in the seamount area had recorded 8,000 small earthquakes in a 24-hour period. The volcano’s caldera, which had been swelling rapidly from an influx of magma, had collapsed like a deflated balloon. Scientists were debating whether to describe what transpired as an eruption, which means lava flowed onto the seafloor.

A University of Washington study published last week in Science shows how the volcano behaved during its spring 2015 eruption, revealing new clues about the behaviour of volcanoes where two ocean plates are moving apart. The new network allowed to see in incredible detail where the faults are, and which were active during the eruption The new study provides the first formal analyses of the seismic vibrations, seafloor movements and rock created during the April 2015 eruption off the Oregon coast.

The study is based on data collected by the Cabled Array, a National Science Foundation-funded observatory that brings electrical power and internet to the seafloor. Completed just months before the eruption, it provides new tools to understand Earth’s volcanism.

Axial Seamount rises above the seafloor with its summit about 1,360 metres below the ocean’s surface. Axial’s submarine location has some advantages. Typical ocean crust is just 6 km thick, roughly five times thinner than the crust that lies below land-based volcanoes. The magma chamber is not buried as deeply, and the hard rock of ocean crust generates crisper seismic images.

The Cabled Array observatory is a real progress to study submarine volcanoes. Analysis of vibrations leading up to and during the April 2015 eruption showed an increasing number of small earthquakes, up to thousands a day, in the previous months. The vibrations also showed strong tidal triggering, with six times as many earthquakes during low tides as high tides while the volcano approached its eruption. Once lava emerged, movement began along a newly formed dike inside the 3-km-wide by 8-km-long caldera. The two previous eruptions had sent lava south of the volcano’s rectangular crater. The last eruption produced lava to the north. The seismic analysis shows that before the eruption, the movement was on the outward-dipping ring fault. Then a new dike formed, initially following a fault below the eastern wall of the caldera. It then moved to the west and followed a line north of the caldera to about 15 km north of the volcano, with thousands of small explosions on the way. The activity continued throughout May, then lava stopped flowing and the seismic vibrations shut off. Within a month afterward the earthquakes dropped to just 20 per day.

Axial Seamount has not yet started to produce more earthquakes as it gradually rebuilds toward another eruption, which typically happen every decade or so. The observatory centered on Axial Volcano is designed to operate for at least 25 years.

Source : The Seattle Times.

Here is a short video showing a seismometer being installed on Axial Seamount:

axial

Système de surveillance de l’Axial Seamount (Source: University of Washington)

Confirmation de l’éruption de l’Axial Seamount (Etats Unis)

drapeaufrancaisL’éruption du volcan sous-marin Axial Seamount en avril 2015 (voir ma note du 3 mai 2015) a été confirmée par les dernières observations effectuées par l’Université de l’Etat de Washington. L’éruption avait été prévue dès 2014 et c’est, en l’état actuel des choses, la prévision éruptive la plus précise concernant ce volcan.
Rappelons que l’Axial Seamount est un volcan sous-marin qui dresse ses 700 mètres au-dessus de la dorsale Juan de Fuca, avec son sommet à environ 1 400 mètres sous la surface de la mer. C’est le volcan sous-marin le plus actif du Pacifique Nord-Est. Les dernières éruptions documentées ont eu lieu en 1998 et 2011. La première prévision éruptive remonte à l’année 2011, mais elle a été rendue un peu compliquée par des incertitudes au niveau des données. La prévision s’est nettement améliorée depuis cette époque et la dernière prévision faite en septembre 2014 s’est vérifiée le 24 avril 2015 et a été confirmée par une récente mission sur le terrain.
Les données fournies par un sonar multifaisceaux et par un engin de plongée télécommandé ont confirmé que les coulées de lave détectées plus tôt dans l’année provenaient effectivement de l’Axial Seamount. L’équipe de recherche a mené une nouvelle expédition entre le 14 et le 29 août pour observer et échantillonner les coulées de lave du volcan sous-marin, et pour recueillir de nouvelles données sur la déformation du volcan, afin de pouvoir prévoir le prochain événement éruptif.
Deux grandes coulées de lave ont été émises par la zone de rift nord. Des coulées plus modestes ont également été observées dans la caldeira sommitale du NE et sur la lèvre NE. Les dernières données vont maintenant être analysées chimiquement afin d’étudier les variations de la composition de la lave par rapport aux éruptions précédentes.
Les recherches effectuées à l’intérieur et autour de la caldeira ont permis d’établir des cartes haute résolution qui ont révélé le parcours détaillé de la coulée de lave émise en 2015. Les dernières coulées de lave ont recouvert des zones jusque-là inconnues sur la lèvre nord-est de la caldeira.
Les nouvelles cartes bathymétriques seront utilisées pour étudier l’inflation et la déflation de l’Axial Seamount.
Source: Seattle Times.

———————————————–

drapeau anglaisThe April 2015 eruption of the Axial Seamount underwater volcano (see my note of May 3rd 2015) has been confirmed by the latest research of the University of Washington. The eruption was predicted in 2014 and is currently the most accurate eruption forecast of this volcano made so far.
Axial Seamount is a submarine volcano rising 700 metres above the Juan de Fuca Ridge crest to within about 1 400 metres of the sea surface. It is the most active underwater volcano in the North East Pacific. Previously documented eruptions from the volcano occurred in 1998 and 2011. The first forecasted eruption is dating to year 2011, but was somewhat complicated by data uncertainties. The forecast results have significantly improved since, and the latest eruption prediction, made in September 2014, realized on April 24th, 2015, has been confirmed accurate by the newest survey.
Multibeam sonar data and the data from a ROV dive confirmed that new lava flows detected earlier in the year, were indeed erupted from Axial Seamount. The research team conducted another expedition between August 14th and August 29th to explore and sample lava flows from the underwater volcano, and to collect the new data of volcano deformation to aid in predicting the next eruptive event.
Two large lava flows travelled from the N rift zone. Thinner lava flows were also identified in the NE summit caldera and on the NE rim. The most recently collected data is now being prepared for additional chemical analysis to describe the compositional variation of lava flows with previous eruptions.
The research conducted in and around the volcano caldera has resulted in high resolution maps that have revealed detailed channels of the 2015 lava flow. The most recent lava flows have covered previously unknown areas on the northeast rim of the volcano caldera.
The newest bathymetric maps will be used to study the inflation and deflation of Axial Seamount.
Source: Seattle Times.

Axial

Vue en 3D de la caldeira de l’Axial Seamount et de la coulée de lave de 2015;

(Source: NOAA)

La chambre magmatique du volcan sous-marin Axial // The magma chamber of Axial Seamount

drapeau francaisDepuis de nombreuses années, les scientifiques américains de la Scripps Institution of Oceanography (Université de Californie à San Diego) étudient l’Axial Seamount, un volcan sous-marin situé à environ 400 km au large de la côte de l’Oregon, sur la dorsale Juan de Fuca (voir mes notes des 11 et 23 août 2011 et du 17 août 2013).
Avec de nouveaux outils informatiques plus puissants et des compétences analytiques innovantes, les chercheurs viennent de mettre au point l’imagerie la plus détaillée à ce jour de la volumineuse chambre magmatique située sous ce volcan actif. Ils ont utilisé une mine de données sismiques qui leur ont permis de découvrir un réservoir magmatique d’une taille comparable à celle de la Vallée de Yosemite en Californie. La description de la structure magmatique qui se cache sous le volcan Axial (qui entre en éruption environ tous les dix ans) a été présentée dans un récent numéro de la revue Geology.
Le travail des chercheurs révèle que la chambre magmatique de l’Axial, située à l’intersection de la dorsale Juan de Fuca et la chaîne Cobb-Eickleberg, s’étend sur 14 kilomètres de long, trois kilomètres de large, pour une épaisseur d’un kilomètre.
Depuis les premières données recueillies en 2002, de nouvelles techniques informatiques et d’imagerie ont permis aux scientifiques d’élaborer des images avec une fidélité sans précédent. C’est comme si l’on comparait les détails d’une radiographie du 20ème siècle à celle fournie par une IRM moderne.
Les nouvelles images font apparaître un système magmatique géométriquement complexe qui comporte plusieurs conduits – encore jamais révélés par des images – qui peuvent transporter le magma vers des sites éruptifs à la surface de la terre et ainsi soulager les pressions qui s’exercent à l’intérieur du volcan. Les images ont également révélé que seule une petite fraction du magma qui se trouve dans le volumineux réservoir est mise en œuvre au cours d’une éruption.

Source : Scripps Oceanography News

 ———————————————–

drapeau anglaisFor quite a long time, US scientists at Scripps Institution of Oceanography at UC San Diego and their colleagues have been studying Axial Seamount, an undersea volcano located about 400 km off the Oregon coast, at the Juan de Fuca Ridge (see my notes of August 11th and 23rd 2011 and August 17th 2013).

With modern computing power and innovative analytical skills, they have recently constructed the most detailed imagery to date of the massive active magma chamber located beneath the volcano. They tapped into a trove of seismic data to uncover a magma reservoir comparable in size to California’s Yosemite Valley. The new details of the internal structure beneath Axial volcano, which erupts roughly every decade, are presented in a recent issue of the journal Geology.

According to the researchers’ study, Axial’s magma chamber, centered at the intersection of the Juan de Fuca Ridge and the Cobb hotspot chain, spans 14 kilometres long, three kilometres wide, and one kilometre thick.

Since the data first collected in 2002, new imaging and computing techniques have allowed the researchers to construct images with unprecedented fidelity. It’s like comparing details of a 20th century X-ray to a modern MRI.

The new images revealed a geometrically complex magma system that includes several never-before-imaged pathways that may transport magma to eruption sites on the earth’s surface and help relieve stress within the volcano. The images also revealed that only a small fraction of the magma in the giant reservoir is used during an eruption event.

Source : Scripps Oceanography News.

Axial-blog

Représentation schématique du système magmatique de l’Axial. Le volcan possède un épais  réservoir où le magma apparaît sous différentes nuances de rouge, selon sa consistance. Il s’étend sous une zone d’accrétion que l’on attribue à la juxtaposition de la dorsale Juan de Fuca avec la chaîne CobbEickleberg. Plusieurs fractures (lignes bleues) transportent probablement la matière en fusion du réservoir vers les sites éruptifs, ce qui évacue une partie de la pression accumulée à l’intérieur volcan.

(Crédit documentaire : Geology)

Des images en direct de l’Axial Seamount (Oregon/ Etats Unis) // Live images of Axial Seamount (Oregon / USA)

drapeau francaisDans mes notes des 11 et 23 août 2011, j’indiquais que des scientifiques des universités d’Oregon et de Colombie Britannique avait découvert les signes d’une éruption récente de l’Axial Seamount, volcan sous-marin situé à environ 400 km des la côté de l’Oregon, sur la dorsale Juan de Fuca. Le site éruptif recèle plusieurs bouches hydrothermales parmi lesquelles « the Mushroom » (autrement dit « le Champignon »), une cheminée de 4 mètres de haut à 1520 mètres de profondeur. Comme par magie, si vous cliquez sur le lien ci-dessous, vous verrez cette cheminée en direct grâce à une caméra haute définition. Cette dernière fait partie d’un projet de 239 millions de dollars lancé par la National Science Foundation. Le but est d’installer, via le câble, un site d’observation permanent de l’Axial Seamount. D’autres sites similaires le long de la côte ouest des Etats-Unis permettront aux scientifiques d’étudier les séismes, le changement climatique et les gisements de méthane.

La caméra HD a été installée par un véhicule télécommandé. Les images transmises par la caméra parviennent au véhicule par un câble de 9 mètres avant de remonter, via un autre câble, vers un navire scientifique. De là, un satellite envoie le signal vers l’Université de Washington où la vidéo est mise en ligne sur le Net.

Vous pourrez donc bientôt voir les images en cliquant sur ce lien :

http://www.interactiveoceans.washington.edu/story/Live

J’ai écrit bientôt car il semble que les images ne soient pas accessibles actuellement et que le lancement du véhicule télécommandé ait été retardé à cause de conditions météo défavorables. Un peu de patience !

Source : Live Science.

 

drapeau anglaisIn my notes of August 11th and 23rd 2011, I indicated that scientists from Oregon and Columbia Universities had discovered a new eruption of Axial Seamount, an undersea volcano located about 400 km off the Oregon coast, at the Juan de Fuca Ridge. The eruptive site includes several life-rich hydrothermal vents among which “the Mushroom”, a 4-metre-tall chimney sitting 1,520 metres deep. If you connect through the link below, you will watch it live through a high-definition camera. The HD camera is part of a $239 million National Science Foundation project to install a permanent, cabled observatory at Axial Seamount. Other cabled sites along the West Coast seafloor will help scientists explore earthquakes, climate change and methane deposits.

The HD camera was installed by a remotely operated vehicle (ROV). The video first travels from the hydrothermal vent camera to the ROV over a 9-metre-long cable, then up the ROV tether to a research ship. From there, a satellite beams the signal to the University of Washington, which posts the video online.

You will watch the video online by clicking on this link:

http://www.interactiveoceans.washington.edu/story/Live

However, it seems the images are not available yet and that the ROV launch was delayed because of unfavourable weather conditions. Just be patient!

Source: Live Science.