Des prêtres au sommet de l’Agung (Bali / Indonésie) // Priests at the summit of Mt Agung

En raison de la menace d’une éruption «imminente» de l’Agung, une zone d’exclusion de 9 à 12 km avec évacuations de ses habitants a été mise en place autour du volcan. Les autorités balinaises ont rappelé que toute personne qui se rendrait au sommet du Mont Agung mettrait sa vie en péril. Ce rappel a été fait après qu’un groupe de prêtres se soit rendu au sommet du volcan pour y déposer des offrandes.
L’un des prêtres a déclaré qu’un dieu lui avait parlé alors qu’il se trouvait dans un centre d’hébergement à Puri Boga et lui avait dit de monter faire une offrande.
L’Agence nationale de gestion des catastrophes a insisté à plusieurs reprises pour que la population ne pénètre pas dans la zone interdite qui est signalée par des panneaux. Si une éruption soudaine se produit et que des gens se trouvent dans la zone interdite, le danger ne sera pas seulement pour eux, mais aussi pour l’équipe de sauveteurs qui viendra leur porter secours.
L’un des prêtres a déclaré que le gouvernement avait raison de dissuader les gens de s’approcher du volcan. Si un  être humain lui avait ordonné d’aller au sommet, il aurait refusé même si on lui avait offert l’équivalent de trois voitures. Mais c’est un dieu qui lui a suggéré de faire une offrande et il a obéi pour que les Balinais soient en sécurité. L’une des photos montre un prêtre, les jambes croisées, avec des offrandes placées à côté de lui sur un rocher. Les prêtres ont dit que les oiseaux continuaient à chanter sur la montagne et qu’il y avait beaucoup de singes.
L’un des prêtres a expliqué que la vapeur émise par le cratère sentait le soufre et qu’il était effrayé par le bruit. Quand il a entendu « le bruit d’une vague », il a eu très peur. S’il n’avait pas été poussé à aller au sommet de la montagne par « quelque chose de plus haut que le gouvernement », il ne l’aurait pas fait.
La police de Besakih, localité située dans la zone dangereuse, a exhorté le public à ne pas imiter les prêtres, en rappelant à la population que la zone était interdite. Les prêtres n’ont pas été arrêtés parce qu’ils n’ont pas commis un véritable délit.
Le directeur adjoint de l’Agence nationale de gestion des catastrophes a déclaré qu’il réexaminerait le système de protection et de sécurité pour les habitants. Une fois que le niveau d’alerte a été élevé à son maximum le 22 septembre, personne n’était autorisé à pénétrer dans la zone de sécurité de neuf kilomètres.
Source: Sydney Morning Herald.

—————————————

Because of the threat of an “imminent” eruption of Mt Agung, a 9-12-km exclusion zone with evacuations of its residents has been set up around the volcano. Balinese authorities have warned anyone who visits the peak of Mount Agung volcano is putting lives at risk after a group of priests trekked to the summit to make offerings.

One of the priests said a god spoke to him when he was staying at an evacuation centre in Puri Boga and told him to go up and make an offering.

The National Disaster Management Agency has repeatedly urged people to stay away from danger with signs marking the exclusion zone. If a sudden eruption happened and people were in the forbidden zone, the danger is not for them alone but also the search and rescue team who would have had to rescue them.

One of the priests who reached the summit said the government was right to warn people to stay away. If a human had ordered him to go to the peak he said he would have refused even if he was offered the equivalent of three cars. But he was requested to make an offering by a god and he did just that because he wanted the people of Bali to be safe. Photos of the trek show another cross-legged priest with offerings placed next to him on a rock. The priests said the birds were still chirping on the mountain and they saw plenty of monkeys.

One of the priests explained the steam smelt of sulphur and he was frightened by the noise. When he heard “the sound like a wave”, he was scared. If he had not been told to go to the summit of the mountain by “something higher up than the government”, he would not have gone up there.

The Besakih police, an area in the danger zone, urged the public not to copy the actions of the priests, reminding the population that the area was forbidden. However, the priests were not arrested because they had not committed an actual crime.

The National Disaster Management Agency’s deputy director said it would evaluate the protection and security system for locals. Once the highest alert status was imposed on September 22nd, there should have been no one within the nine kilometre zone.

Source : Sydney Morning Herald.

Le cratère de l’Agung le 30 septembre 2017 (Crédit photo: Jero Mangku Ada)

Publicités

7 réflexions au sujet de « Des prêtres au sommet de l’Agung (Bali / Indonésie) // Priests at the summit of Mt Agung »

  1. Bonjour Claude,
    Coiffer l’Agung.
    Si jamais les prêtres avaient raison et que leur offrande calme les humeurs du volcan, je pense que nos volcanologues auront tôt fait de porter la soutane. Après tout, n’est-il pas préférable de porter la barette au bonnet d’âne ?
    Amitiés
    Pierre Chabat

    J'aime

    1. Rebonjour Pierre,
      Je redoute une plantade des volcanologues, que ce soit à Bali ou au Vanuatu. Il se pourrait fort bien que les évacuations massives aient eu lieu pour rien. Le Manaro Voui à Ambae semble se stabiliser et on ne voit toujours pas l’éruption venir sur l’Agung. S’il ne se passe rien, ce sera une catastrophe car la prochaine fois que les volcanologues crieront « Au loup », il n’est pas sûr que les moutons acceptent de quitter le pré! Jusqu’à présent, c’était bien au niveau de la prévention, mais si la prévision est foireuse, ça devient très compliqué!

      J'aime

      1. Claude, re-moi
        100% d’accord avec votre remarque. C’est bien ce que je pense moi également c’est pourquoi je me suis permis de parler de bonnet d’âne. Il est toujours pardonnable de se planter, ce qui l’est moins est de prétendre savoir et en fait ne pas savoir grand-chose. Dans le cas de l’Agung, ou même du Vanuatu, même si l’évacuation sème paniques et désordres, le principe de précaution vaut tout de même mieux que la catastrophe de 1963. Sur place, à discuter avec les anciens, on se rend compte du traumatisme que cela a crée et demeure bien vivace. En fait, ce qui m’exaspère au plus haut point, et vous l’avez sans doute perçu aux travers de mes propos, c’est qu’en volcanologie (entre autre), vu le nombre important de Personnes qui y travaillent, diplômées et hyper outillées (GPS, satellites, bases de données inclus, simulateurs en tous genres…) nous en soyons encore à ne pas détecter une remontée de magma, je ne parle pas au mois près, à quelques heures près. Lorsque l’on crie « honte aux volcanologues », j’ai beau être un amateur, je me sens visé également et cela m’attriste profondément. Il n’y a pas que le climat qui se détraque, l’humanité « déconne un maximum » vu le fouillis qui règne un peu partout. Si Tazieff voyait cela, je pense qu’il crierait à juste raison au fou.
        Quel gâchis de moyens, de matières grises et d’énergies.
        Re-amitiés
        A bientôt
        Pierre Chabat

        J'aime

  2. Bonjour Pierre Chabat
    Je discutais (hors Blog) avec Claude de cette éruption.
    Je vous trouve un peu sévère avec nos Scientifiques !
    Je n’aimerais pas être à leur place pour prendre la décision d’évacuer ou de les autoriser à revenir chez eux.
    Rappelez-vous la position inconfortable du Maire de Shimabara lors de l’éruption de l’Unzen en juin 1991 ! ! !
    Pour le fait de « crier au loup » je suis d’accord avec vous, cela ne va pas aider la confiance envers nos Volcanologues la prochaine fois !
    Autre chose, je crois vous avoir répondu (tardivement) sur ce même blog, en mars 2015, au sujet de la disparition des Krafft, de l’évaluation des risques et de la gestion de la crise avec un Volcan « Gris » (encore !) mais Claude avait eu des problèmes avec son Blog et je ne suis pas sûr qu’il soit arrivé ?
    Je me permets de la remettre ci-dessous :

    Pour répondre à Chabat (tardivement)

    Bonjour, vous indiquez: « L’importance de la nuée qui l’emporta, lui et son épouse, aura été tout à fait exceptionnelle et inattendue »
    Permettez-moi de ne pas être d’accord: exceptionnelle, non, elle faisait 4 km, j’ai moi-même échappé, avec d’autres, à une nuée qui a parcouru 18 km le 5 novembre 2010 sur les pentes du Mérapi et est passée beaucoup trop près de nous à mon goût ! ! !
    Inattendue, non, car un volcan n’est pas une horloge, et il faut s’attendre à des événements parfois beaucoup plus violents que la moyenne, et ils le savaient ! ! !
    Je crois connaître un peu les nuées ardentes pour en avoir observées et filmées 60 ou 70, généralement à distance raisonnable . . . mais parfois . . .
    Le problème sur le Fugen-dake c’est que la visibilité ce jour-là était nulle et surtout que les journalistes pensaient qu’ils étaient en sécurité puisque les Krafft y allaient et Maurice ne voulait pas être derrière eux mais aux premières loges, ce petit jeu idiot leur a coûté la vie à tous.
    Loin de moi l’idée de leur jeter la pierre, mais j’hésite parfois à aller dans des endroits à risques, car je les connais, ou crois les connaître, en tous cas les assume, mais ceux qui nous voient et seraient tentés de suivre ne les connaissent pas forcément.
    Le film de Maurice aura servi bien peu de temps après, Pinatubo et d’autres fois depuis et leur sacrifice pas inutile.
    Merci à Katia & Maurice, et Harry et une pensée aux autres victimes de ce 3 juin 1991.
    PF

    Amicalement
    Pierre Fortin

    J'aime

    1. Bonjour aux deux Pierre,
      J’aimerais apporter une double réponse aux remarques de Pierre Fortin:
      1) Je ne pense pas être sévère envers les scientifiques, mais juste remettre les choses à leur place. Ceux d’entre eux qui prétendent savoir prévoir les éruptions volcaniques devraient faire preuve d’un peu de modestie. J’aimerais leur rappeler que l’Observatoire du Piton de la Fournaise – pourtant suréquipé en instruments de toutes sortes – s’est planté il y a quelques semaines en annonçant une sortie de lave qui n’a pas eu lieu dans l’Enclos à ce moment-là. Notre capacité à ANTICIPER (je préfère ce mot à « prévoir ») les éruptions est bien meilleures qu’au début du 20ème siècle, mais il y a encore un long chemin à parcourir pour comprendre les humeurs d’un volcan. Ce qui m’inquiète dans la situation actuelle, c’est que si l’Agung et le Manoro Voui n’entrent pas davantage en éruption, la crédibilité des volcanologues locaux va en prendre un sacré coup. Avoir fait évacuer des dizaines de milliers de gens pour rien, ce ne serait pas très flatteur! Mais attendons de voir le suite des événements avant de critiquer.
      Jusqu’à présent, j’ai approuvé la mise en place, dès l’élévation du niveau d’alerte à son maximum, (contrairement à ce qui s’est fait sur le Merapi en 2010) d’une zone interdite – et évacuée – digne de ce nom. Il ne faudrait pas que l’attente d’une éruption dure trop longtemps car les gens vont commencer à revenir chez eux et, si le volcan se manifeste à nouveau, il sera plus difficile de les faire déguerpir.
      2) S’agissant des Krafft, comme me disait un ami, s’ils sont morts, c’est qu’ils ont commis une erreur. Comme le fait remarquer Pierre Fortin, les conditions météo étaient pourries et le sommet de l’Unzen était invisible. Il faut noter, comme on peut le lire dans les rapports parlementaires japonais dont j’ai eu la traduction sous les yeux, que les autorités avaient lourdement insisté auprès des personnes présentes dans la zone pour qu’elles s’en aillent au vu du danger. On connaît l’obstination de Maurice sur le terrain et cette obstination lui a coûté la vie, ainsi que celles des personnes à ses côtés. Je pense que s’il était parti, les autres auraient suivi. En tout cas, on ne peut pas accuser les Japonais de négligence dans cette affaire.
      Voilà, c’est tout.
      Amitiés à tous les deux.
      Claude Grandpey

      J'aime

    2. Bonjour Pierre Fortin,
      Soyons clairs.
      A supposer qu’ils restent courtois et intelligibles, les commentaires des utilisateurs de Blogs, n’engage en rien la responsabilité de leur propriétaire. Ainsi, même si très souvent, entre Claude et moi, l’expression de nos avis revêt un caractère de ressemblance, j’assume totalement et personnellement la responsabilité de mes propos et jugements. Je conviens volontiers faire preuve de sévérité à l’encontre du monde scientifique, et particulièrement il est vrai, de celui des volcanologues, surtout lorsque leurs diagnostics engagent l’organisation collective humaine. Par exemple, certes à une moindre échelle, lorsque professionnellement j’ai produit à mon entreprise une prévision de trésorerie totalement erronée, lourde de conséquences, la réaction de mon employeur fut elle aussi très « sévère », et ce n’est que par je sais plus quel procédé de jonglerie que j’aurai pu éviter le licenciement. Il n’empêche que mes oreilles vibrent encore de cet incident assez gravissime dans ce contexte. Lorsque des volcanologues Indonésiens en l’occurrence, prédisent une éruption volcanique majeure sans même s’assurer de l’évolution thermique de l’ensemble, alors oui, je pense qu’ils manquent sincèrement de professionnalisme et cela est à mon sens inadmissible eu égard à leur qualité.
      Je vous remercie cependant d’avoir prêté attention au contenu de mon commentaire, et surtout à Claude de nous donner la possibilité de nous exprimer librement.
      Voila, c’était juste une petite précision.
      Bien amicalement
      Pierre Chabat
      NB : Pour ce qui concerne l’Unzen et la disparition des Krafft, je comprends vos propos mais ne me souvient pas vraiment avoir raconté des cracs à ce sujet. Si oui, je m’en excuse sincèrement.

      J'aime

  3. Pierre Chabat
    Mon « Indulgence » à l’égard des Volcanologues peut vous paraître « déplacée », surtout quand cela engage la VIE des habitants, j’en conviens, et vous avez raison de me le reprocher !
    Concernant les Krafft, les propos entre guillemets: « L’importance de la nuée qui l’emporta, lui et son épouse, aura été tout à fait exceptionnelle et inattendue » ne sont que l’exacte citation de votre commentaire, mais je n’ai pas parlé de « Cracs ».
    Je voulais juste donner ma vision, et comme vous, je remercie Claude de nous permettre de nous exprimer en toute LIBERTE ! ! !
    Comme le dit un Ami de Claude il y a eu erreur, c’est vrai qu’il y aurait beaucoup à dire à ce sujet.
    Je me suis d’ailleurs exprimé publiquement à ce sujet, lors de la présentation d’un Film en conférence à L.A.V.E. sur les Nuées Ardente justement !
    Mais je ne m’autorise en aucun cas à les « JUGER » !
    Amicalement
    Pierre

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s